Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Annonces et communiqués > Faire face aux nouvelles évaluations nationales !


Faire face aux nouvelles évaluations nationales !

SUD, la CNT, l’ICEM et le CAH invitent les enseignants du 1er degré à participer à deux journées de débats les 12 et 13 janvier 2009


Les « ÉVALUATIONS BILAN » ont été inventées pour être un comparateur des écoles. À quoi serviront-elles ?
Les informations contradictoires que diffusent les IA
entretiennent le doute sur leur utilisation future.
Ce qu’on sait de ces évals est scandaleux. Alors qu’elles sont annoncées comme particulièrement discriminantes, elles donneront lieu à un classement des élèves en 4 groupes ; les derniers (1/3 de bonnes réponses ou moins) seront bons pour l’aide individualisée et les stages de vacances. Les premiers auront-ils droit au tableau d’honneur ?
Leurs familles seront-elles encouragées à détourner la carte
scolaire ? On va droit au massacre dans les ZEP. Pour en être bien sûr, l’erreur aux évals n’est plus permise : c’est tout bon ou tout faux. Et puis, histoire d’augmenter encore la pression sur tous, parents, enfants et enseignants, on va jouer au bac : les livrets arriveront sous pli scellé directement dans les écoles. Enfin, n’oublions pas la cerise sur le gâteau : les « performances » des élèves serviront à notre propre notation.
Les évaluations bilan n’aideront en rien les élèves dans leurs
apprentissages et elles n’en ont pas l’ambition. Elles sont un
« outil incontestable » de tri social et d’inégalité entre les écoles.
Elles sont la clef de voûte de la contre-réforme Darcos.
Soyez prêt à leur réserver l’accueil qu’elles méritent.


EPEP : La fin des conseils des maîtres

Le PROJET DE LOI EPEP (Établissements publics d’enseignement primaire) veut transformer les écoles en établissements soumis à un conseil d’administration où représentants de
la commune et parents seront majoritaires. Ces structures pourront embaucher, dans un premier temps des vacataires (pour un remplacement...) ou des AVS à 500 euros par mois,
puis directement les enseignants. Elles permettront la mise en concurrence des écoles où nous travaillerons quotidiennement sous l’autorité hiérarchique d’un « super directeur ».
Ce n’est pas un cauchemar, c’est l’ordre du jour de l’Assemblée nationale.


Ce stage de formation syndicale de 2 jours est ouvert à tous les enseignants de primaire, syndiqués ou non.
Il aura lieu les 12 & 13 janvier à la bourse du travail
de Paris
(rue du Château d’eau, près de la place
de la République) à partir de 9 h 30.
S’inscrire avant le 12 décembre.

Pour en savoir plus : http://abasleschefs.org