Accueil > Ressources > Nous avons lu > Dramaturgie de l’atelier-théâtre 2, Au bonheur des petites formes


Dramaturgie de l’atelier-théâtre 2, Au bonheur des petites formes

Bernard Grosjean et Chantal Dulibine, Lansman, 2018

11 juin 2019

Cet ouvrage est la suite d’un premier volume paru il y a sept ans et qui venait ponctuer un parcours de recherches Il a été co-écrit par Bernard Grosjean bien connu de nos lecteurs, metteur en scène-intervenant avec sa compagnie Entrées de jeux et enseignant à l’Institut d’Études Théâtrales de Paris III et Chantal Dulibine, enseignante et formatrice d’enseignants.

Que peut-on prétendre produire avec des durées réduites pour les activités théâtrales ?

Pour répondre à cette problématique, les auteurs proposent de s’appuyer sur les petites formes théâtrales, en prenant des exemples d’appropriation de la maternelle à l’université.

L’objectif, dans le cadre des ateliers-théâtre, est d’aboutir rapidement à une première expérience de présentation publique et de jeu maîtrisé.

Le mot clé des chapitres est annoncé dès le sous-titre de l’ouvrage, placé "sous le signe de la jubilation et de la pluralité".

Au départ, les petites formes ont été choisies pour rassurer des élèves à l’idée de monter sur scène : vingt minutes maximum devant le collège, avant une plus grande représentation devant le public de la ville.

C’est dans un souci d’ouverture culturelle que les projets naissent, à l’image de La Der des der pour la commémoration de la Première Guerre mondiale à travers des chansons d’époque.

La première partie de l’ouvrage nous propose la fabrication concrète, étape par étape, de ce projet d’atelier-théâtre. Il s’agit d’organiser le travail et de progresser dans le jeu théâtral.

Le chapitre II indique notamment les sept étapes de cette élaboration, un vrai travail de réflexion, échanges et écriture qui demande du temps et de l’investissement de la part de toutes et tous. Nous pouvons retenir le traitement de la question : "Comment commencer et présenter le projet ?" ainsi que l’articulation avec les partenaires professionnels et un tableau qui propose, pour chaque "tableau" à jouer, d’identifier ce qu’il y a à jouer, dire, représenter, ce qui pose question, les objectifs à atteindre et les propositions d’induction pour préparer les joueurs. Des éclairages avec des extraits de pièces comme Le Mariage de Figaro ou encore Roméo et Juliette sont également apportés.

La deuxième partie classe des corpus selon une typologie de thématiques générales (politique, économique...) et de problématiques plus spécifiquement théâtrales (Comment jouer "pour de faux" ? Comment montrer sur un plateau ?) C’est une base de travail précieuse doublée de façons d’aborder ces sujets et questions avec les élèves.

Cet ouvrage n’est donc pas seulement un guide pratique, utile et riche dans sa diversité, c’est aussi une méthode pour ouvrir les élèves à la citoyenneté, la culture, l’art à travers une modalité théâtrale kaléidoscopique. En tant qu’animatrice d’un club théâtre qui depuis quinze ans organise des spectacles de fin d’année, je fais mon miel de cet ouvrage !

Caroline Rousseau