Accueil > Appels à contribution > Ce qui s’apprend en EPS


Ce qui s’apprend en EPS

Un dossier coordonné par Sabine Coste et Jacky Wattebled

28 septembre 2020

L’Éducation physique et sportive (EPS) contribue à l’acquisition du socle commun, de la maternelle à la fin du collège, et participe à la formation de chaque lycéen.

Discipline obligatoire à tous les niveaux, l’EPS donne accès à des pratiques motrices à dimension scolaire, elle favorise l’accès à la culture physique, sportive et artistique, tient une place de choix dans l’entretien de la santé et du bienêtre, contribue à l’égalité entre les filles et les garçons et à l’inclusion. Pourtant elle reste encore mal connue et reconnue.

Les politiques éducatives actuelles recentrent la formation des professeurs des écoles (PE) sur les « savoirs fondamentaux » que sont les maths et le français, et pourtant la place des « savoirs moteurs » à l’école est essentielle. Dans une société où les enquêtes montrent que les jeunes sont moins sportifs, avec une moins bonne condition physique que leurs aînés, comment imaginer que l’EPS ne soit pas essentielle à tous les niveaux du système éducatif – comme on l’a bien vu pendant l’épisode de confinement en 2020 ?

C’est dans ce contexte que le ministère de l’Éducation nationale a lancé un nouveau dispositif, « Sport-Santé-Culture-Civisme », (2S2C) mis en place sur le temps scolaire et pris en charge par les collectivités ou organisations extérieures. Les professeurs d’EPS l’ont ressenti comme un déni de leurs compétences professionnelles.
Alors, quelle place pour l’EPS dans un contexte sanitaire qui rebat les cartes et repositionne le corps et la santé au cœur des préoccupations ? Quels contenus propices au développement des solidarités ?

Ce dossier interrogera ce qui s’enseigne et s’apprend en EPS. Les apprentissages y sont complexes, moteurs, cognitifs, sociaux, affectifs, dans des situations pédagogiques sources de plaisir, de découverte, de développement et d’inclusion.

Comment spécifier ces savoirs essentiels à la discipline, de la « motricité » en maternelle au « cours de sport » au lycée ? Comment se déclinent-ils en fonction des élèves, de leurs caractéristiques, des contextes d’enseignement et des territoires ? Comment des jeunes, parfois éloignés des pratiques physiques, sportives et artistiques, peuvent-ils accéder à des savoirs qui leur permettront émancipation, goût du surpassement et esprit collectif ? Comment faire tenir ensemble compétition et coopération ? Comment cette discipline qui donne au corps une place centrale ouvre-t-elle des possibles à des élèves parfois laissés à côté des apprentissages scolaires et favorise-t-elle la réussite de tous ? Comment y pratique-t-on la différenciation ? Et comment aborder la question tout aussi complexe de l’évaluation, autrement qu’à travers la mesure, même si celle-ci demeure intéressante ?

Nous ne cherchons pas de réponses univoques, mais à mettre en lumière la diversité des conceptions et pratiques et les débats actuels qui traversent l’EPS.

Vos propositions de contributions nous aideront à éclairer ces problématiques. Vos textes s’appuieront sur des expériences et situations vécues accompagnées de retours réflexifs.

Toutes les formes de texte sont les bienvenues : récit d’expérience, témoignage, ressentis d’enseignants, enquête ou autres... Les textes peuvent être rédigés à plusieurs mains. Les auteurs de tous horizons sont les bienvenus : enseignants entrants dans le métier ou chevronnés, formateurs, conseillers, inspecteurs, doctorants…

La forme d’écriture favorisera la lecture « pour tous » de ce dossier, qui est destiné à intéresser autant des spécialistes que (et peut-être encore davantage) des non spécialistes de l’EPS.

Au moment où nous écrivons cet appel, est publié un ouvrage de Michel Serres qui vient étayer notre problématique et dont le titre va certainement stimuler la plume des futurs contributeurs, Mes profs de gym m’ont appris à penser (Le Cherche-midi, septembre 2020).

Pratiquement, merci de nous adresser d’abord une note d’une dizaine de lignes avant le 30 novembre 2020, en précisant qui vous êtes et en explicitant ce que vous souhaiteriez développer dans votre article.
Adressez vos propositions de contribution à (remplacer le [at] par @) :
sabine.coste[at]cahiers-pedagogiques.com
et
jacky.wattebled[at]cahiers-pedagogiques.com