Accueil > Publications > Articles en ligne > Across the channel


Across the channel

Hervé Bourgey

Un double obstacle à franchir pour ces jeunes déficients visuels en stage en Angleterre : leur handicap et une langue étrangère. Mais le stage accompli est un atout important pour leur future insertion professionnelle.

En 2009, notre établissement a ouvert une section européenne afin d’associer l’anglais à l’apprentissage des métiers du tertiaire au lycée professionnel. Nous avons voulu montrer qu’il était possible pour les déficients visuels aussi bien que pour les élèves en difficultés scolaires d’utiliser une langue étrangère dans leur futur métier. Notre objectif était d’apporter à ces jeunes porteurs de handicap une plus-value linguistique associée à leurs compétences professionnelles pour faciliter leur insertion sur le marché du travail.

Nous avons mis en place le stage professionnel obligatoire dans le cursus du bac pro à l’étranger. Chaque élève déficient visuel ou « ordinaire » faisant partie de la section européenne du lycée professionnel a pu se sentir concerné par le projet. Le groupe s’est soudé autour d’un objectif commun, celui de tisser des liens avec de jeunes Anglais de Hereford pour les rencontrer avant de suivre un stage de 3 semaines à leurs côtés.

Lors de la préparation, les élèves ont pu contacter nos partenaires, un établissement scolaire assez proche du nôtre : le Royal National College for the Blind dans le Herefordshire. Cet établissement accueille uniquement des déficients visuels qui viennent de tout le Royaume-Uni. Le matériel adapté utilisé dans ce lycée pour permettre aux jeunes d’accéder aux technologies de l’information et de la communication est assez proche de celui utilisé par nos élèves.

Le projet s’est étalé sur deux années scolaires. La première rencontre entre les élèves s’est produite lors de l’année scolaire précédant le stage. Après un échange de mails, les jeunes Français sont partis à Hereford pour une semaine puis les Anglais sont venus à Villeurbanne. Ce premier séjour a été planifié afin que nos élèves puissent découvrir un nouveau lieu de vie, celui proposé dans un établissement scolaire anglais. Il est indispensable pour les déficients visuels d’apprendre à se repérer dans des lieux nouveaux, condition essentielle pour acquérir l’autonomie nécessaire au quotidien. Les jeunes Français ont vite pris confiance en eux et apprécié l’accueil de leurs correspondants. L’année suivante, le stage de trois semaines a eu lieu dans le même établissement et dans les entreprises de la région de Hereford. Nos élèves ont éprouvé un grand plaisir à retrouver leurs correspondants, même s’ils craignaient l’immersion professionnelle dans une entreprise britannique.

Du côté enseignant, il a fallu trouver des entreprises susceptibles d’accueillir des élèves porteurs d’un handicap visuel et ayant une maîtrise de la langue anglaise approximative. Le Royal National College nous a aidé. Après notre arrivée, nous nous sommes rendus dans les entreprises d’accueil pour présenter les élèves à leurs tuteurs et prévoir l’adaptation de leurs postes de travail, un déficient visuel ne pouvant travailler qu’avec des logiciels spécifiques. Sur place, nous avons dû prévoir le transport quotidien de nos élèves vers leurs lieux de stage. Certains élèves ont utilisé des taxis réservés à l’avance, moyen de transport confortable et rassurant pour un déficient visuel dans une ville qu’il ne connaît que très peu. D’autres ont pris le train, un accompagnateur adulte étant présent lors du premier trajet.

Cette sortie scolaire est le fruit d’un travail colossal. Elle a permis aux élèves de réelles acquisitions qui représentent une forme de récompense pour tous ceux qui se sont impliqués dans sa préparation. Les élèves ont notamment acquis un vocabulaire spécifique au monde du travail, tout comme un vocabulaire quotidien authentique en partageant leurs journées avec de jeunes Anglais. Ils ont gagné confiance en eux et ont su mener une activité professionnelle dans une langue étrangère, ce que beaucoup d’élèves ordinaires ne sauraient pas faire.

Hervé Bourgey
Professeur d’anglais à la Cité Scolaire René Pellet (Villeurbanne)


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Bibliographie Sitographie Filmographie
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Le Cartable Fantastique
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Un dispositif croisé orthophoniste-enseignant
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Les troubles de l’apprentissage en Israël
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Une linguiste dyslexique
  • N° 552 - Les dys dans la classe

    Une collaboration multidisciplinaire
  • N° 551 - Expliciter en classe

    Bibliographie
  • N° 551 - Expliciter en classe

    Des réponses à pouces levés
  • N° 551 - Expliciter en classe

    Montrer comment ça se passe
  • N° 551 - Expliciter en classe

    Le travail qui produit et le travail qui construit