,

Des prix pour des énergies

27 mars, la 4e journée de l'innovation s'est déroulée à la Bibliothèque nationale de France dans une ambiance festive. Point final du parcours qui a mené des équipes sur le podium, certes, mais surtout encouragement, pour toutes les équipes et les enseignants de France et d'ailleurs, à chercher, encore et encore.

Le CAPE reçu par le Conseil supérieur des programmes

Le CAPE a été entendu par le conseil supérieur des programmes. Une rencontre riche, avec des points de vue souvent dans la même perspective.

« Beaucoup plus de temps pour les élèves les plus faibles »

Bruno Suchaut, Alice Bougnères et Adrien Bougnen viennent de publier une étude autour du temps effectif que passent des élèves de grande section de maternelle à se préparer à la lecture : « 7 minutes pour apprendre à lire ». Sylvain Connac a commenté pour nous cette étude. Et Bruno Suchaut répond à ses questions.

Le nomade, l’institution et les industriels

L’histoire de Philippe Steger est une carte postale que l’on pourrait envoyer depuis la journée de l’innovation pédagogique. Ce serait une drôle de carte où les reliefs d’un paysage prometteur se confondraient avec un labyrinthe. Rencontre avec un enseignant que l’intuition du nomadisme a mené dans les dédales de l’innovation en éducation.

« 7 minutes pour apprendre à lire »

Bruno Suchaut, Alice Bougnères et Adrien Bougnen viennent de publier une étude autour du temps effectif que passent des élèves de grande section de maternelle à se préparer à la lecture : « 7 minutes pour apprendre à lire ».

On tourne !

Quand le cinéma est à la fois une passion personnelle et un projet de classe, tout le monde, enseignant et élèves, y trouve son compte.

De recherches en pratiques

Sauf à penser que l’enseignant doit assurer à son niveau personnel une veille permanente sur toutes les productions scientifiques, comment peut-on imaginer des relations fructueuses entre les pratiques et les recherches en éducation ?

«J’ai toujours été plus compréhensive avec les enfants qui bougent»

Aujourd’hui rédactrice en chef du Nouvel Éducateur et responsable du secteur des droits de l’enfant à l’ICEM-Freinet, retrace son parcours professionnel et associatif qui ressemble à un chemin modèle pour les militants d’un mouvement pédagogique. Mais ne lui dites pas qu’elle est un modèle, elle éclaterait de rire. Parce que l’engagement, la permanence au long des années, elle semble faire cela comme elle respire : sans y prendre garde et comme une nécessité vitale.

Programmes : comment faire ?

En pratique. Des référentiels plutôt que des programmes ? Voici les échos de deux exemples, à l’université et en lycée professionnel.

Les salles obscures

Que se passe-t-il dans une salle de classe, une fois que tout le monde a pris place face au tableau, porte refermée, avec une ou deux heures devant soi ? Le professeur suit le programme, bien sûr. Mais il y a aussi loin du texte élaboré…

« Le cinéma permet d’atteindre l’universel »

Alain Zamaron et Guy Lavrilleux ont coordonné le dossier du numéro  512 qui porte sur le cinéma. Un dossier vivant, tout en images, présentant des situations diverses de travail en classe autour du cinéma. En clap de fin, nous laissons la parole aux coordonnateurs, premiers passionnés et utilisateurs de ces images animées et animantes.

Ça va ou bien ?

Anne Andrist enseigne à Lausanne, en Suisse, dans une classe d’enseignement spécialisé pédago-thérapeutique. Ses treize élèves ont entre 12 et 15 ans et souffrent de troubles divers : psychose, autisme, troubles massifs des apprentissages, cumulant parfois dysphasie, dyslexie, dysgraphie, dyscalculie.