Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > revue de presse du mercredi 4 juin 2014


JPEG - 26.3 ko

revue de presse du mercredi 4 juin 2014

Rythmes — Evolutions territoriales — Politique — L’éducation au XXIème — Enseignement supérieur —Ailleurs—


Ce matin l’actualité me semblait pauvre, et finalement ça explose un peu dans touts les sens, les rythmes, la régionalisation, l’enseignement supérieur, l’éducation au XXIème et la politique, et je suis même allé ailleurs.


Rythmes

Education : Que pensent les Français des nouveaux rythmes scolaires ?. “Le ministère de l’Education nationale a demandé à l’Institut CSA de sonder les français pour recueillir leur sentiment sur l’instauration des nouveaux rythmes scolaires. Cette étude, réalisée les 20 et 21 mai derniers auprès de 1 017 français âgés de 18 ans minimum, révèle une légère évolution de l’opinion publique sur le sujet… même si des difficultés persistent.

Les conflits, débats, discussions se poursuivent sur le terrain. les journaux de provinces qui en font état chaque jour. Honneur à Avignon aujourd’hui avec Rythmes scolaires : un goûter pour nourrir la réflexion. Mais pendant ce temps à Paris : NKM veut une évolution de la réforme des rythmes scolaires.


Evolutions territoriales

Depuis l’annonce de la réorganisation des régions le débat s’enflamme, surtout sur le plan politique. Mais Maryline Baumard dans le Monde examine quelques effets dans le domaine de l’éducation et pose une série de questions, de bonnes questions, dans un papier intitulé Les vacances scolaires dans le grand chamboule-tout des régions. “Quatorze régions, trente académies, cherchez l’erreur... Est-ce que la modification de la carte des régions françaises décidée par le chef de l’Etat, va entraîner une refonte des académies, l’instance décisionnaire en termes éducatifs ? Les questions sont là et les réponses manquent. Sur le sujet, le ministère de l’éducation est aux abonnés absents.”. Bien sur, la question des vacances est une bonne accroche, mais les autres questions sont bien intéressantes : Revoir la carte des rectorats ? Lycée général ou professionnel ? Recteur, la fin d’un métier ? Et je me permets de reproduire la dernière question et la réponse qu’elle y apporte : “Paris-Créteil dans la même galère ! Paris n’est pas la France, mais imaginez un rectorat Paris-Créteil-Versailles... Versailles est déjà aujourd’hui la plus grosse académie de France. On n’ose pas imaginer le mastodonte créé par regroupement des trois... On n’ose pas imaginer le casse-tête pour un hyper recteur qui devrait gérer les lycées d’élite parisiens et l’académie de l’éducation prioritaire qu’est Créteil... Schizophrénie. D’un autre côté, mettre sous la coupe d’une même régions trois entités aussi différentes sociologiquement que ces trois rectorats sans les regrouper est politiquement inconcevable. Il n’y a qu’à regarder les inégalités de moyens entre la capitale et ses différentes ceintures, pour s’en convaincre... C’est déjà gênant, ce sera demain insupportable.

A propos des recteur, y a d’la Promotion pour Gilles Pécout à l’éducation nationale. “Cet universitaire, notamment spécialiste de l’histoire politique et culturelle de l’Italie du XIXe siècle, dirige le département d’histoire de l’École normale supérieure.
Directeur du département d’histoire de l’École normale supérieure (ENS), Gilles Pécout vient d’être nommé, en Conseil des ministres, recteur de l’académie de Nancy-Metz. Le poste était libre depuis la nomination en mai de sa titulaire, Béatrice Gille, à la tête de l’académie de Créteil. Cette dernière a elle-même remplacé à Créteil Florence Robine à la direction générale de l’enseignement scolaire peu de temps après l’arrivée de Benoît Hamon au ministère de l’Éducation nationale.

JPEG - 68.4 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Politique

Anne Bauer, dans Les Echos commente les recommandations de Bruxelles dans le papier, Déficit : Bruxelles accorde une mention passable à la France. “La Commission européenne qui publiait hier ses recommandations annuelles de politique économique pour chaque pays de l’Union, a émis des doutes sur la capacité de la France à ramener son déficit budgétaire sous la barre de 3 % du PIB en 2015 comme promis. Elle a néanmoins salué ses efforts. « Efforts encourageants, doit persévérer, peut mieux faire », tel est en substance le message adressé à Paris. Au grand soulagement du ministre des Finances, Michel Sapin, qui « note avec satisfaction que la Commission valide les orientations économiques présentées par le gouvernement français ».” “Dans le détail des recommandations, le constat dressé n’est toutefois pas rose : coût du travail trop élevé, charge fiscale supérieure à celle de nos voisins, réforme des retraites insuffisante, dépenses de santé insuffisamment maîtrisées... Pour la première fois, la Commission rappelle aussi à la France qu’elle a l’un des systèmes éducatifs parmi les plus inégalitaires du monde !

Depuis quelque jour, les dernières décision du maire FN Robert Ménard font le buzz. Le Midi Libre titrait hier soir : Béziers : Ménard prive les enfants de chômeurs de garderie du matin. Ce matin, dans l’Express, Sandrine Chesnel rapporte les propos de Paul Raoult, président de la FCPE : "Robert Ménard se met hors la loi" (21 commentaires à 16h).


L’éducation au XXIème

La pertinence et l’urgence de l’éducation aux médias dans le cursus scolaire des enfants du 21ème siècle. Intervention filmée de Christian Gautellier, Président du Collectif Enjeux e-médias lors du colloque "Les enfants face aux écrans", organisé par l’association Edupax, à Paris, le 30avril 2014.

Apprendre avec les écrans numériques, entre défis pédagogiques et opportunités technologiques, 1ère partie par Jean-Paul Moiraud. La conférence présentée lors d’Educatank Forum de Marrakech proposait de réfléchir aux conséquences de l’introduction des écrans dans les dispositifs de formation. “L’écran est un terme souvent utilisé dans la langue française, on peut faire écran, on peut percer l’écran, parfois il faut franchir l’écran (souvent de nos certitudes). L’enseignement et l’apprentissage du 21ème siècle font entrer la métaphore dans le vécu des acteurs des dispositifs.
Mais tout n’est pas merveilleux dans le monde numérique. Le papier Même pas mal tire sur Wikipedia. “Les conclusions de l’étude d’une équipe de chercheurs américains de l’université Campbell en Caroline du Nord, publiée dans The Journal of the American Osteopathic Association, « le Journal de l’association américaine d’ostéopathie », lui enjoignent de ne pas confier sa santé à l’encyclopédie collaborative. Et pour cause. Selon ces travaux universitaires, neuf articles sur dix relatifs aux maladies et traitements présenteraient « des erreurs ou des inexactitudes significatives ».

Viviane Micaud sur son blog de Mediapart propose un article polémique : Education : François Dubet se trompe en accusant les élites.

"Les enquêtes PISA montrent que la France est un des pays qui reproduit le plus les inégalités, et la situation empire avec le temps.

François Dubet propose comme causes dans un article paru le 9 mai 2014 :

- une tradition élitiste avec des programmes chargés de sélectionner les élites,

- une volonté des favorisés d’empêcher de réformer le système vers une plus grande justice.

http://www.inegalites.fr/spip.php?article1929

En analysant les dysfonctionnements du système éducatif et les stratégies personnelles qui font qu’ils perdurent, j’arrive à la conclusion que non seulement il se trompe, mais que les représentations que sous-tendent ses explications ont tendance à renforcer les inégalités." A lire, la tête reposée.


Enseignement supérieur

Isabelle Rey-Lefebvre : Le constat sévère des étudiants sur leur université. “... l’UNEF a interrogé, début mai par courriel, 10 700 étudiants sur leurs conditions de formation et a retenu 6 500 réponses pour qu’elles soient représentatives des différents cursus et universités. Ce premier baromètre des conditions d’études a été rendu public mercredi 4 juin.
Cette enquête donne une image peu flatteuse de l’université. Même si l’institution évolue rapidement depuis quelques années, l’action gouvernementale n’est pas vraiment reconnue. Ainsi, seuls quelque 18 % des personnes interrogées considèrent que les efforts consentis sur ce poste ont permis d’améliorer leurs conditions d’études. « C’est un sévère avertissement, les étudiants attendent beaucoup de ce service public, à faible prix, et qui accueille tout le monde », conclut M. Martinet.” A 13 heures, il y avait 28 commentaires...

Le Gouvernement salue les avancées introduites par la proposition de loi tendant au développement, à l’encadrement des stages, et Philippe Frémeaux dans Alternatives-économiques propose : Enseignement supérieur d’économie : un peu de pluralisme svp !. "L’enseignement supérieur des Sciences économiques fait l’objet de critiques récurrentes depuis deux décennies. Mais sans refonte des modes de recrutement et d’évaluation des enseignants-chercheurs, il ne sera pas possible de faire bouger les lignes."


Ailleurs

Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique. “Le conseil qui aura à définir une stratégie claire, à moyen et long terme, permettra donc de dépasser certaines prises de position intempestives, les changements d’orientation chaque fois qu’un nouveau ministre est affecté à ce département, et l’absence d’une culture de capitalisation qui puisse faire avancer les choses.
Notons que Le Conseil est composé d’un président, nommé par SM le Roi pour une durée de cinq ans renouvelable une seule fois, et de 76 membres désignés dans le respect du principe de la parité homme-femme, conformément à l’article 19 de la Constitution dont 12 experts nommés par le Souverain.
” Où est-ce ? Au Maroc.

Si vous pouvez voyager… Le Congrès international 2014 en orientation et développement de carrière … au Québec. Le thème de ce congrès : Le mal-être professionnel, un fléau aux incidences économiques, sociales et psychologiques. “L’immigrant au volant d’un taxi parce que son diplôme de médecin n’est pas reconnu, l’étudiant qui change sans arrêt d’orientation et de cours, le quinquagénaire qui peine à se réinsérer dans le travail ou tout bonnement ce travailleur qui ne trouve plus de sens à ses huit heures de boulot quotidien, qu’ont donc en commun tous ces gens ? Ils souffrent de mal-être professionnel et cela affecte toute la société aux plans économique, social et psychologique. Sur une base individuelle, pour une personne atteinte, un collectif formé des proches qui l’entourent s’en trouve également affecté. Ce n’est pas parce que ces dommages collatéraux ne peuvent se mesurer qu’ils n’existent pas.


Demain, Géraldine Duboz vous servira votre revue, bien fraiche.

Bernard Desclaux

JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Apprendre au XXIe siècle
N° 500 Coordonné par Patrice Bride et Nicole Priou, octobre 2012
Apprendre est difficile, un peu mystérieux, parfois douloureux ; c’est aussi un plaisir, un enrichissement, une voie pour l’émancipation. Comment a-t-on appris ce que l’on sait, à quel endroit l’a-t-on appris ? Pour ce numéro exceptionnel, une question qui, au-delà de l’école, concerne tous les adultes qui contribuent à l’éducation des enfants.

Animer des formations - outils et dispositifs

Coordonné par Roxane Caty-Leslé et Philippe Watrelot. Téléchargeable au format PDF, dans une double version, adaptée à la lecture pour écran et à l’impression - 7 € pour les individuels - Tarifs avec droits de diffusion : 14 € pour les établissements scolaires et 21 € pour les médiathèques.
Une intention : partager des fiches, des trucs, des gestes ou des façons de faire en formation initiale ou continue, pour l’accueil, la gestion du temps, le bilan, la mise en activités et en situation des stagiaires. À chacun d’en faire son miel.