Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > revue de presse du mardi 16 octobre 2018


JPEG - 26.3 ko

revue de presse du mardi 16 octobre 2018

Nouvelles de la loi — Dans le détail — Retour sur évaluations — Réformes des Lycées

Ce sera encore une revue de presse en tirs groupés sur notre ancien et nouveau ministre qui, dans ce nouveau gouvernement, rajoute la Jeunesse (et implicitement le service national universel) à son portefeuille, mais n’obtiens pas le supérieur.


Nouvelles de la loi

La loi que tout le monde attendait (sic) modifie le territoire des caisses des écoles des 1, 2 , 3, et 4e arrondissements de Paris. Il en fallait une pour ça !

Quelle école pour demain en France ?
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation, présente ce lundi 15 octobre son projet de loi pour l’Éducation nationale, basé sur une école de la confiance.”

Loi éducation, l’école selon Jean-Michel Blanquer par Denis Peiron
Ce n’est pas à proprement parler une loi d’orientation. Mais avec ses mesures à première vue hétéroclites, le texte qui a été transmis aux syndicats dessine une certaine vision de l’école. « Une école de la confiance », promet le ministre Jean-Michel Blanquer, qui a fait de sa formule favorite le nom de sa loi.”

Loi Blanquer : Le ministère confirme les craintes
Fourre tout législatif, le projet de loi Blanquer avance des dispositions très différentes et surtout obscures. Sur bien des points les objectifs poursuivis ne sont pas affichés. Or les échanges avec l’entourage du ministre confirment les craintes que l’on a exprimé. Oui les expérimentations ouvrent la porte à l’annualisation des service. Oui l’instruction obligatoire à 3 ans va se traduire par un transfert d’argent vers le privé. Oui l’évaluation des politiques éducatives sera faite par les proches du ministre. Oui les évaluations des écoles et des collèges seront publiées.”

La loi Blanquer en 20 articles
Baptisé "loi pour une école de la confiance", le projet de loi Blanquer est marqué par la défiance , tant son caractère principal est que le ministre y avance masqué. Pour cette raison, présenté rapidement par le Café pédagogique le 9 octobre, le projet mérite une analyse précise tant certains points pourront avoir des implications difficiles à déchiffrer. Car le projet permet d’avancer des cartes bien camouflées : l’annualisation des services d’enseignement, le remplacement des enseignants par des surveillants (AED), la création d’un nouveau type d’établissements, la réforme territoriale par ordonnance sans oublier le remplacement du Cnesco par une instance d’évaluation de l’Ecole totalement dans la main du ministre. Le projet de loi est présenté au CSE du 15 octobre.” Et ça commence par l’article le plus ridicule “L’article le plus ridicule est l’article 20. Il modifie le territoire des caisses des écoles des 1, 2 , 3, et 4e arrondissements de Paris.”


Dans le détail

Le financement des écoles maternelles privées risque de coûter cher aux grandes villespar Marie-Christine Corbier
Le projet de loi Blanquer prévoit de rendre obligatoire la scolarisation dès l’âge de trois ans. La plupart des grandes villes redoutent le coût de cette mesure, qui pourrait s’élever à plusieurs centaines de milliers d’euros par an.”

Des élus de gauche dénoncent un "cadeau au privé" avec l’instruction obligatoire dès l’âge de trois ans
Le ministre de l’Education nationale présente lundi son texte de loi pour "une école de la confiance" au Conseil supérieur de l’éducation. Une des mesures prévues fait grincer des dents : l’instruction obligatoire dès l’âge de trois ans. Conséquence : les communes devront financer aussi les écoles maternelles privées, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent.”

Financer les maternelles privées au prix d’un renoncement à l’égalité Par Paul DEVIN sur son blog
Un projet de loi s’apprête à offrir un financement public aux écoles maternelles privées. On peut douter que cela produise les conditions d’une meilleure démocratisation de la réussite scolaire et ce particulièrement pour les enfants des familles populaires !

Quelques arnaques de Blanquer et de son projet de loi Par Claude Lelièvre
Blanquer présente ce lundi devant le Conseil supérieur de l’éducation un projet de loi fourre-tout qui comporte quelques éléments a priori prometteurs, mais aussi à coup sûr quelques arnaques de taille qui valent qu’on s’y arrête.”

École : le rôle des surveillants renforcé
Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, présentait lundi 15 octobre sa loi d’orientation pour l’école. face à la pénurie de professeurs, un établissement pourra autoriser sous certaines conditions un surveillant à remplacer un professeur.”


Retour sur évaluations

Le coup monté des évaluations de CP - CE1 par Philippe Watrelot sur son blog.
L’actualité éducative est chargée avec la présentation du projet de loi sur l’éducation (par l’homme qui déclarait il y a un an qu’il n’y aurait pas de « loi Blanquer »). Avec une petite loi de rien du tout censée acter le passage à la scolarité obligatoire à trois ans, le ministre utilise la bonne vieille méthode du « cavalier législatif » pour faire passer en douce plusieurs décisions qui mériteraient chacune de longs développements.
Mais ici, je voudrais surtout me concentrer sur un aspect qui peut sembler marginal et qui ne relève pas directement de la loi : la publication des résultats des évaluations CP-CE1. C’est un bel exemple de coup monté et de communication politique digne des pires politiciens
.”

Éducation. Derrière les évaluations, les sanctions ? Par Olivier Chartrain
Il est tellement frétillant, Jean-Michel Blanquer, à l’idée de diffuser la « culture de l’évaluation » au sein de l’éducation nationale qu’il s’est réservé l’annonce des résultats des tests passés en ce début d’année par les élèves de CP et CE1. Rappelons tout de même qu’au départ, ces évaluations avaient pour unique but – le ministre avait lourdement insisté sur ce point lors de sa conférence de presse de rentrée – de fournir « aux professeurs des points de repère efficaces pour identifier les difficultés des élèves dès le début de l’année, les aider à les surmonter et les accompagner vers la réussite ». Il ne s’agissait donc pas d’utiliser ces données pour faire la com d’un ministre désireux de légitimer à tout prix sa politique…

Évaluation des CP/CE1 : la méthodologie contestée par Sonia Bourhan
Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a dévoilé ce lundi les premiers résultats des évaluations nationales passées en septembre par les élèves de CP et de CE1. Des évaluations dont les résultats sont plutôt mitigés, mais surtout très critiqués par les enseignants et les syndicats.”

Évaluations nationales : comment réagir si son enfant a une mauvaise note ?
Elles sont conçues pour identifier les points forts et les difficultés des élèves, afin de les aider à rattraper leurs retards. Les évaluations nationales en CP et en CE1, qui se sont déroulées la semaine du 17 septembre, vont bientôt rendre leur verdict. Les parents vont recevoir dans les prochains jours "un petit portrait" avec les forces et les faiblesses de leurs enfants, a annoncé le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, lundi sur Europe 1. Comment réagir si votre enfant a eu une mauvaise note ? Voici quelques conseils.”

Cédric Villani : « Nous ne pourrons pas guérir l’éducation nationale sans évaluations »
Dans une tribune au « Monde », le député (LRM) de l’Essonne estime que pour remédier aux inégalités scolaires, le gouvernement a fait les bons choix, notamment celui d’instaurer des tests réguliers pour les élèves.” et ça commence fort, très fort par un magnifique paradoxe apparent : “Notre éducation nationale fait l’admiration du monde entier ; aujourd’hui encore, nos artisans, nos écrivains, nos artistes, nos scientifiques sont mondialement réputés. Pourtant, notre système laisse tant de jeunes sur le bord de la route et connaît tant de maux qu’on ne sait par quel bout le réparer.”

« La France mérite une évaluation indépendante de son école »
Alors que le démantèlement du Conseil national d’évaluation du système scolaire est prévu par la loi « pour l’avenir de l’école », un collectif de chercheurs dénonce, dans une tribune au « Monde », la mise au pas des instances d’évaluation par le ministère de l’éducation nationale.”

Jean-Michel Blanquer, premier de la classe en Macronie par Virginie Malingre et Mattea Battaglia.
Il n’y a pas que Richard Ferrand qui rêve d’un « Blanquer de l’intérieur », comme il l’a dit au JDD le 7 octobre, pour remplacer Gérard Collomb place Beauvau. A l’Elysée ou à Matignon, nombreux sont ceux qui, comme le président de l’Assemblée nationale, invoquaient ces derniers jours les qualités du ministre de l’éducation nationale quand il s’agissait de dresser le portrait-robot du ministre de l’intérieur idéal. « Technique et politique, il coche les deux cases », explique un proche du président. L’oiseau rare, issu de la société civile, inattaquable sur ses compétences, et en même temps à même d’expliquer sa vision. « Il est un objet macronien », résume un ministre.”

-----------

Réformes des Lycées

La réforme du lycée avant/après : la FCPE vous explique
Cette année est marquée par la mise en place de la réforme du lycée qui se poursuivra jusqu’en 2021. Pour accompagner ses conseils locaux et informer les parents en pointant tous les enjeux, la FCPE vous propose une infographie « avant/après ». L’occasion aussi de donner les analyses et positions de notre fédération. Des supports à partager entre parents et à utiliser dans vos réunions sur le terrain !

Des enseignants préoccupés par la refonte du lycée par Violaine Morin
La Révolution enseignée en 1re, des ouvrages imposés en français… Voici les changements qui attendent les élèves.”

Ce qui se joue autour des débats sur l’enseignement de l’histoire par Laurence De Cock
Les programmes de lycée sont discutés à partir d’aujourd’hui au CSP (conseil supérieur des programmes) Je voudrais expliquer simplement, et plus particulièrement à l’attention de celles et ceux qui sont très éloignés du champ de l’enseignement de l’histoire, certaines controverses qui suscitent malentendus, contresens et fausses adversités.”

Des enseignants préoccupés par la refonte du lycée
La Révolution enseignée en 1re, des ouvrages imposés en français… Voici les changements qui attendent les élèves.”

La réforme du lycée professionnel : viser l’« excellence », vraiment ? Par ELIANE LE PORT sur son blog
Les premiers textes de la réforme du lycée professionnel ont été présentés le 10 octobre 2018 par le Ministre Jean-Michel Blanquer. Cette réforme, qui passe par une diminution drastique des heures de l’enseignement général, témoigne de l’ignorance des réalités du lycée professionnel. Retour sur une institution peu visible de la République, le lycée pro, à l’aune d’un témoignage de prof.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.

N° 546 - L’histoire à l’école : enjeux
juin 2018
Comment les élèves peuvent-ils construire un rapport apaisé, critique et intégrateur au passé de la société humaine et à l’Histoire ? Une histoire qui prenne en compte le récit, l’histoire politique, économique, sociale, les représentations, les enjeux de mémoire, qui éveille l’esprit et qui crée du « nous ».