Les blogs des Cahiers prédagogiques
Les déchiffreurs de l’éducation

Information

Cet article a été écrit le 08/12/2016, dans la rubrique :
question de postes.

60 000 postes sur le quinquennat ? L’entourloupe des assistants d’éducation est encore améliorée.

On connaît maintenant le projet du dernier budget du quinquennat, celui de 2017 actuellement en discussion au Parlement.

Dans sa présentation de ce projet de budget 2017, la ministre de l’éducation nationale annonce que la promesse des 60 000 postes à créer sur le quinquennat sera tenue[1].

Malheureusement, comme l’année dernière, elle a recours pour essayer de le démontrer à de soi-disant créations de postes d’assistants d’éducation, qui – faut-il le rappeler une fois de plus – ne sont pas payés sur des postes mais sur des crédits qui peuvent être supprimés sans que cela se voie trop. Mais cela se voit si l’on se donne la peine de lire les documents budgétaires officiels, ce que nous avons fait.

L’entourloupe de 2016 !

D’abord un petit rappel sur le budget 2016 (voir notre article « budget 2016, l’entourloupe des assistants d’éducation » sur http://www.cahiers-pedagogiques.com/blog/lesdechiffreurs/?p=895, dans lequel nous montrions que :

Najat Vallaud Belkacem a trouvé l’art de multiplier les postes : aux 9 561 postes réglementairement prévus au budget [2016], elle ajoute en effet 2150 « postes » d’assistants d’éducation présentés comme créés dans le cadre de la réforme de l’éducation prioritaire.

C’est incontestablement une très bonne chose que les écoles et collèges en éducation prioritaire puissent bénéficier de ces assistants d’éducation, mais regardons les choses d’un peu plus près.

Tout d’abord, les assistants d’éducation sont payés sur des crédits[2]. Il est donc tout-à-fait fallacieux de les présenter comme des postes : ce sont des emplois précaires financés par des subventions aux établissements d’enseignement qui sont les employeurs de ces assistants d’éducation.

De plus, les crédits supplémentaires inscrits au PLF 2016 correspondent à un millier d’assistants d’éducation supplémentaires et non pas à 2150. La comparaison des deux budgets est éclairante.

On n’est pas loin d’un miracle, celui de la multiplication des postes qui n’en sont pas.

L’entourloupe de 2017 : encore plus fort !

En 2017, le miracle continue, mais avec encore un peu plus de mauvaise foi.

En effet, les crédits inscrits au budget 2017 ne permettent même plus de rémunérer les 1000 assistants d’éducation supplémentaires de 2017 : ils sont purement et simplement supprimés.

La dotation prévue en 2015 permet de rémunérer 48 300 assistants d’éducation en moyenne annuelle, soit le maintien des effectifs 2014, au coût moyen annuel de 26 598 € : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/farandole/ressources/2015/pap/html/DBGPGMJPEPGM230.htm

L a dotation prévue en 2016 permet de rémunérer 49 300 assistants d’éducation en moyenne annuelle, au coût moyen annuel de 26 591 €. Ceci permettra l’affectation, au bénéfice des réseaux d’éducation prioritaire, de 2 150 AED supplémentaires au 1er janvier 2016 : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/farandole/ressources/2016/pap/html/DBGPGMJPEPGM230.htm

La dotation prévue en 2017 permet de rémunérer 48 300 assistants d’éducation en moyenne annuelle au coût annuel moyen de 26 801 €. : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/farandole/ressources/2017/pap/html/DBGPGMJPEPGM230.htm.

 

En bref, des 1000 assistants d’éducation qui comptaient pour 2500 en 2016, il ne reste plus rien en 2017, mais cela n’empêche pas de toujours les compter pour 2500 « postes » !

Le vrai point des postes du quinquennat, compte tenu des12802 vrais postes prévus au projet de budget de 2017 est le suivant :

Collectif 2012 Budget 2013 Budget 2014 Budget 2015 Budget 2016 Budget 2017

TOTAL

rentrée 2012 rentrée 2013 rentrée 2014 rentrée 2015 rentrée 2016 rentrée 2017
Enseignants 1er degré

1000

800

811

3411

4311

10333

Stagiaires

4569

4042

3400

1000

13011

Stagiaires M2

-1225

-1225

solde 2013

295

295

Total 1er degré

1000

3344

5137

4211

4411

4311

22414

contractuels (décharges)

1500

333

-1833

0

Stagiaires

5646

4854

2199

591

13290

Stagiaires M2

-1967

-1967

contractuels

-500

-500

Enseignants 2nd d°

1450

2509

4400

8359

ATS

100

100

100

150

450

Total 2nd degré

1500

4112

2521

3749

3200

4550

19632

CPE

100

250

350

Stagiaires

132

168

10

310

Sragiaires

-83

-83

AVS

1500

350

350

350

350

1351

4251

médico-sociaux

50

150

100

100

200

600

Total vie élève

1600

449

668

460

450

1801

5428

Total enseignement public

4100

7905

8326

8420

8061

10662

47474

Contractuels (décharges)

225

125

-350

0

Stagiaires

1129

1183

667

2979

Stagiaires M2

-378

-378

Maîtres délégués

-60

334

500

1000

1774

Total privé

876

773

1001

500

1000

4375

Total EN

4325

8781

9099

9421

8561

11662

51849

Agriculture

50

200

150

140

140

140

820

Supérieur

1000

1000

1000

1000

1000

5000

TOTAL

4375

9981

10249

10561

9701

12802

57669

 

Il y manque les quelque 2500 faux postes d’assistants d’éducation, pour lesquels aucun crédit supplémentaire n’aura même été créé au cours du quinquennat.



[1] http://cache.media.education.gouv.fr/file/09_-_septembre/11/7/PLF-2017-Dossier-de-presse_635117.pdf, pages 12 et 13

[2] La Cour de comptes critique d’ailleurs ceci depuis des années.



Laisser un commentaire