Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Violence : pas de réponses vagues !


Violences à l’école

Violence : pas de réponses vagues !

Communiqué du CRAP-Cahiers pédagogiques

26 octobre 2018

Le lundi 22 octobre, le CRAP-Cahiers pédagogiques organisait un après-midi de débats autour du thème : « Bienveillance et exigence : pas l’un sans l’autre », au lycée Jacques-Decour à Paris. Plus de quatre-vingt personnes, pour la plupart des enseignants, ont pu discuter avec les intervenants et explorer une thématique essentielle, abordée dans un récent dossier des Cahiers pédagogiques coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk.

Au même moment se succédaient les messages du hashtag #pasdevagues, qui interpellait l’opinion publique sur le malêtre de beaucoup d’acteurs de l’Éducation nationale, au-delà de l’inadmissible agression d’une professeure par un lycéen à Créteil. Alors, un décalage avec le thème de la bienveillance ? L’école aurait-elle été trop « laxiste », trop « à l’écoute des élèves » ? Bien au contraire, comme l’ont noté les différents intervenants, depuis leur point de vue d’inspecteur, de chercheurs ou d’enseignant de collège, la solution vient bien de la construction d’un climat serein dans les établissements, qui permet alors à l’exigence d’être vraiment opérationnelle et effective.

Tous ceux qui ont travaillé sur la violence à l’école savent bien que la prévention, le projet collectif, sont les meilleures façons de faire respecter les règles, même si les sanctions sont indispensables à certains moments.

Des professeurs du lycée concerné par l’acte de violence ont d’ailleurs publié un beau texte dans lequel, tout en montrant bien entendu leur solidarité avec la collègue agressée, ils soulignent toutes les réussites de ce même établissement qui sont, hélas, passées sous silence par les grands médias et trop de politiques faisant de la surenchère à bon compte.

Certes, cela n’empêche pas des actes comme celui qui a provoqué ces réactions compréhensibles, l’école ne peut pas être un sanctuaire et « l’extérieur » fait parfois intrusion de manière brutale. Mais nous réaffirmons, contre tous ceux qui profitent du moindre incident, grave ou pas, pour dénigrer notre école et encore plus la jeunesse de France dans sa diversité, l’importance de la pédagogie et de la bienveillance bien comprise. Celle-ci est tout sauf le laxisme et la complaisance, et elle est la condition de véritables exigences.

Le CRAP-Cahiers pédagogiques
26 octobre 2018


À lire également sur notre site :
École : les vrais défis - Pour une discipline intelligente, par Éric Debarbieux
Violences à l’école : ce qu’on sait et ce qui marche, entretien avec Éric Debarbieux
Quelques pratiques éprouvées pour la formation des enseignants, par Bruno Robbes

Sur la librairie

 

Bienveillants et exigeants
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.

Voir le sommaire et les articles en ligne

 

 

Le climat scolaire
Qu’est-ce qu’un bon climat scolaire ? Est-ce lorsque les élèves répondent à notre fantasme du «  bon élève  » ? On ne peut nier l’impact qu’il a sur les personnels et les élèves. Se sentir bien ou mal à l’école détermine en profondeur le parcours que l’on y mènera.

Voir le sommaire et les articles en ligne

 

JPEG

 

Violences, l’école en cause ?
Que recouvre l’expression « violences à l’école », sans naïveté, en sortant des oppositions simplistes, dramatisation ou minimisation, victimes ou auteurs, répression ou prévention ? Quel rôle peut tenir l’école ? Et si, au lieu de rêver à une école sans violence, nous construisions une école où l’on prenne soin de notre jeunesse ?

Voir le sommaire et les articles en ligne