Accueil > Publications > Articles en ligne > Un outil de pilotage


N° 523 - Le climat scolaire

Un outil de pilotage

Kamel Benaricha

Dès la sortie du livret éduscol « Guide climat scolaire », des équipes pédagogiques et de direction ont interrogé leurs pratiques à partir de cet outil d’autodiagnostic.

Les équipes pédagogiques qui œuvrent dans le cadre de projets innovants ou expérimentaux comme les classes sans notation chiffrée relèvent quasi systématiquement une amélioration impressionnante du climat de classe et des relations élèves-enseignants. Pour quelles raisons ? L’OUIEP (Observatoire Universitaire International Education et Prévention) s’inscrit dans cette réflexion en portant des projets de recherche concernant ces expérimentations. La CARDIE (Cellule Académique pour la Recherche et le Développement en Innovation et Expérimentation) de Créteil, elle, travaille ainsi de près sur le lien entre climat scolaire et innovation. Pour cela, elle a mis en place un groupe de travail qu’elle accompagne tout au long de l’année. Ce groupe réunit des personnels éducatifs de tout horizon, engagés sur le sujet. Et l’autodiagnostic apparait comme un formidable outil d’entrée dans la problématique du climat scolaire, pour inspirer des réflexions initiales, ou pour l’inscrire à travers un ou plusieurs axes du projet d’établissement.

Tout commence par une enquête

L’OUIEP, à partir d’un financement du Fond Social Européen, a eu l’occasion de développer un projet d’envergure d’accompagnement d’établissements scolaires sur la prévention du décrochage et l’amélioration du climat scolaire. Cette démarche inédite a consisté à s’appuyer sur un réseau de formateurs et de référents dans les établissements, susceptibles d’accompagner la mobilisation des équipes sur des projets, à partir de la mise en place d’enquêtes de climat scolaire et de victimation par ailleurs utilisées par les chercheurs de l’OUIEP. Ces enquêtes mesurent le ressenti des élèves de l’établissement et permettent d’objectiver les faits. Parmi la soixantaine de variables mobilisées, la partie « climat scolaire » interroge les élèves sur le bienêtre au collège, l’appréciation des locaux, la relation entre élèves, la relation aux enseignants, la justice des punitions, la justice des notes, le sentiment de sécurité, ou les types de victimation subies, leur fréquence, le lieu.

Cette entrée par une enquête qui s’appuie sur des ressources scientifiques permet, lors de la restitution, de proposer une analyse précise du climat scolaire dans l’établissement par comparaison avec un échantillon académique ou national. Elle éclaire certaines réflexions relatives à des dispositifs et des projets en cours dans l’établissement. L’analyse des résultats facilite la définition d’un référentiel commun et permet, au-delà de l’objectivation des ressentis, de donner la parole à chaque acteur de la communauté éducative : les équipes déclarent certaines fois subir un « climat » sans avoir de marge de manœuvre. Elle repère les points forts et certaines difficultés identifiées au sein de l’établissement. La proposition des résultats se conclut par le calcul d’un indice de climat scolaire et d’un indice de victimation. Un exposé de pistes de réflexion aide alors les équipes à s’engager dans un travail spécifique qui renvoie aux indicateurs les plus déterminants du climat de l’établissement.

Evolutions et permanences

La réussite de cette démarche inédite se mesure-t-elle clairement dans l’évolution des ressentis, voire des indicateurs d’une nouvelle enquête ? Parmi les différents établissements suivis, si certains n’ont pas bénéficié de conditions favorables, d’autres ont clairement montré des évolutions positives à différents point de vue, notamment en fédérant des équipes autour de projets visant une pédagogie active et apaisée. Ces éléments entrainent aussi une plus grande vigilance concernant le harcèlement.

L’appréhension du climat scolaire est dès lors intéressante pour guider des réflexions, et apporte un cadre mesurable lorsqu’il est objectivé. S’Il est important de saisir cet outil de pilotage, il convient de rester prudent afin d’éviter certains écueils comme l’addition de dispositifs cloisonnés et éloignés de la pédagogie qui doit rester au cœur de l’école.

On a pu également repérer des permanences dans les projets qui fonctionnent. Tout d’abord, on peut parfois penser que le silence dans la classe atteste d’un climat positif. Il s’agirait alors de travailler uniquement sur le pédagogique. A l’inverse, si le bruit s’invite dans la classe, il faudrait d’abord bien travailler l’éducatif. Or, le lien entre rapport aux savoirs et climat de classe est souvent reconnu sur le terrain.

Ensuite, parmi les indicateurs du climat scolaire, celui du ressenti de justice des notes vient parfois initier la réflexion sur l’évaluation bienveillante et exigeante. Celle-ci apparait très déterminante dans le climat de classe, et dans la relation de l’élève au savoir et à l’enseignant et l’expérience de la CARDIE peut témoigner d’un climat de classe non seulement pacifié mais dynamique et positif. En effet, les élèves qui ne décrochent plus par peur de l’évaluation grâce à un contrat de confiance explicite (EPCC) sont de plus en plus présents sur notre territoire. D’autres fabriquent même des fiches de réussite en coopération dans le cadre d’un « contrat participatif d’évaluation » avec leur enseignant. Ailleurs, des équipes se sont lancées dans une démarche sans notation chiffrée, où les compétences sont explicitement travaillées, qu’elles soient transversales ou spécifiques à une composante culturelle. Cette action audacieuse, par son aspect systémique et plurifactoriel, influe au cœur du climat scolaire de manière déterminante. Et l’on peut ajouter l’intégration systématique des familles dans les bilans d’évaluation, qui leur permet de s’approprier l’école et son fonctionnement.

Il semble finalement bien au regard croisé de l’OUIEP et de la CARDIE que le climat scolaire se dessine au cœur des procédures pédagogiques.

Kamel Benaricha
Professeur d’EPS, Formateur membre de l’OUIEP, Collaborateur CARDIE

 

Des constats et des solutions

 

En croisant les indicateurs dans un collège REP, nous avons analysé et relevé d’une part un sentiment de sécurité et de bien-être majoritaire, d’autre part une relation entre élèves positive et enfin une grande confiance dans la notation et le jugement des enseignants. Ces éléments furent complétés par le constat qu’un tiers des élèves avaient un sentiment détérioré du climat scolaire et de la relation aux enseignants. Ces jeunes se trouvent très souvent injustement punis, et n’ont que peu de confiance dans la notation. La découverte d’un groupe d’élève très sévèrement harcelés s’ajoute à la vision globale du climat scolaire de cet établissement.

Ce projet a permis de retravailler les dispositifs existants, avec les partenaires de la communauté éducative, en centrant les actions sur chacun des sept facteurs du climat scolaire :

  • la refonte d’une dynamique pédagogique plus cohérente qui s’appuie sur une véritable liaison Cm2-6e (stratégie d’équipe) ;
  • la mise en œuvre de nouvelles modalités d’accueil et de formation vivante du collégien (cadre explicite) ;
  • la construction d’une véritable démarche participative où chaque élève est acteur en classe (pédagogie coopérative) ;
  • l’organisation de formations à la médiation par les pairs ainsi qu’un plan de lutte contre la violence ( prévention du harcèlement) ;
  • l’élaboration d’une formation des parents délégués afin de structurer leur accueil et favoriser leur investissement (co-éducation) ;
  • l’amélioration de l’image de l’établissement grâce à une présentation des projets du collège auprès des parents du premier degré et des collectivités territoriales (ouverture de l’établissement à son environnement) ;
  • la création d’un espace d’accueil convivial au sein du CDI (Qualité de vie).
  • L’identification de la double problématique des élèves harcelés d’une part, et la présence d’un tiers d’élèves aux relations détériorées aux adultes d’autre part, a encouragé à concentrer les efforts sur l’accueil des élèves de 6e et leur construction du rôle de collégien.

 

Pour en savoir plus :
Cellule académique recherche, développement, innovation, expérimentation de Créteil (CARDIE - http://cardie.ac-creteil.fr ) L’Observatoire Universitaire International Education et Prévention (OUIEP - www.oueip.org)

Sur la librairie

 

Le climat scolaire
Qu’est-ce qu’un bon climat scolaire ? Est-ce lorsque les élèves répondent à notre fantasme du «  bon élève  » ? On ne peut nier l’impact qu’il a sur les personnels et les élèves. Se sentir bien ou mal à l’école détermine en profondeur le parcours que l’on y mènera.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Pour une formation politique en SES
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Pourquoi ils s’ennuient ?
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Favoriser la persévérance scolaire
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Le pari de l’éducabilité
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    6e sens, du sens pour la 6e
  • N° 531 - S’embarquer dans les apprentissages

    Et pourtant Truffaut n’arrivait pas à apprendre l’anglais !
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Ressources
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Apprendre à être responsable de ce qu’on dit
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    C’est parti, je vote !
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    La coopérative scolaire : levier d’apprentissages citoyens