Accueil > Publications > Articles en ligne > Un classeur à construire


N° 492 - Dossier "Les arts, quelle histoire !"

Un classeur à construire

Collectif

Une proposition de support pour aider les élèves à structurer leurs connaissances, à les mettre en relation.

L’outil proposé ici est né d’une réflexion à partir des programmes de 2002, qui instauraient le « carnet de littérature ». L’idée nous a séduits, mais nous avons trouvé la notion réductrice : « carnet » impliquait un format peu adapté à l’école primaire ; « de littérature » nous semblait réduire la culture à l’une de ses composantes.
Nous avons donc étendu la notion, d’abord à celle de « cahier de culture », puis, dans le cadre des textes promouvant l’histoire des arts, à celle de « classeur d’histoire des arts [1] ». Notre approche part du postulat que la culture n’a pas sa place dans un cahier, qu’il s’agit d’un ensemble complexe de connaissances opératoires permettant d’avoir un regard averti sur le monde, et non de connaissances encyclopédiques (« Marignan : 1515 » !). Le classeur d’histoire des arts n’est pas une fin en soi : c’est sa construction qui importe, ainsi que les procédures mentales en jeu chez les élèves au cours de cette élaboration. L’important, c’est ce qui, en classe, lors des séances d’éducation artistique, d’histoire, de littérature, de langue vivante, de sciences, aura été l’occasion pour les élèves d’acquérir des savoirs qu’ils sauront mettre en relation avec d’autres, en les structurant dans un outil jamais fini, jamais complet.

Les rubriques

  • Domaine : les six domaines prévus dans le cadre des programmes seront représentés par des acronymes (AV pour arts du visuel, AE pour arts de l’espace, etc.), plus simples à reproduire par les élèves que des logos ;
  • Titre : selon le sujet, ce peut être le nom de l’œuvre, les références d’un artiste, d’un courant, etc. ;
  • Temps : des modèles de frises chronologiques sont proposés, une frise générale et une par période. Elles sont photocopiables, l’idéal étant de laisser un jeu complet dans chaque classeur d’élève ;
  • Espace : des cartes du monde et de l’Europe sont également à disposition des élèves ;
  • Extrait, reproduction, photos ;
  • Dimensions : pour les fiches concernant des œuvres, il est important de donner les dimensions de l’original (durée pour une œuvre musicale, un film, etc.) ;
  • Résumé : il sera, de préférence, élaboré collectivement ;
  • « Correspondances » (Baudelaire) : ce que cela évoque en fonction de ma culture ;
  • Point de vue et apports personnels (« Ma page »).

La typologie des fiches 

Pour nous, il importe de diversifier les entrées et donc les fiches pourront concerner, entre autres, des œuvres, des auteurs, des courants (romantisme, expressionisme, etc.), des lieux (musées, galeries, jardins, théâtres, etc.), des rencontres avec des artistes.

Équipe de circonscription de Bagnols-sur-Cèze (Gard)


[1On pourra télécharger le classeur sur le site de l’inspection de Bagnols.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 538 - La parole des élèves

    Bibliographie-sitographie
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles de lycéens engagés
  • N° 538 - La parole des élèves

    À Malika
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles d’élèves et coconstruction des savoirs
  • N° 538 - La parole des élèves

    Des mots et des murs
  • N° 537 - Classes inversées

    Bibliographie-sitographie
  • N° 537 - Classes inversées

    En EPS, un gadget pédagogique ou un outil d’avenir ?
  • N° 537 - Classes inversées

    Les classes inversées, variété et effets différenciés
  • N° 537 - Classes inversées

    Classe inversée et décrochage scolaire
  • N° 537 - Classes inversées

    « Monsieur, j’ai pas fait mes devoirs »