Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Téléporter les parents dans la classe


La chronique de Nipédu du n° 553 - Pédagogie de l’oral

Téléporter les parents dans la classe

Régis Forgione, Fabien Hobart, Jean-Philippe Maitre


Lorsque les micros sont éteints et que nous faisons le bilan d’une émission, les désaccords autour d’un sujet abordé à l’antenne sont toujours un motif de satisfaction. Les échanges se poursuivent alors en off, c’est notre petit plaisir à nous.

Cela a justement été le cas à l’issue de l’épisode 102 consacré à la ludification des situations de classe. Au cours d’une des interviews, nous abordons avec Benjamin Rumeau l’utilisation d’une solution numérique permettant à la fois de ludifier la gestion des comportements en classe et d’associer les familles à la vie de cette dernière. Ses propos faisaient écho au coup de cœur numérique présenté par Delphine Guichard dans l’épisode précédent. Les usages présentés par ces collègues nous renvoient non seulement à nos pratiques d’enseignants connectés, mais également à notre expérience de parents, à qui une solution numérique a été proposée pour faciliter la communication entre l’établissement scolaire et les familles.

Alors qu’il y a quelques années, les plus circonspects s’inquiétaient des effets de la fracture numérique sur une communication qui devait rester accessible pour toutes les familles, aujourd’hui, les précautions prises par les équipes et le taux d’équipement des parents permettent d’assurer l’efficacité visée.

Transparence

Agenda électronique, listes de diffusion, messagerie personnelle, bulletin de notes en ligne, si ces solutions sont les plus utilisées dans les environnements numériques de travail largement mis en place dans le secondaire, des collègues vont plus loin, avec des applications qui permettent aux familles de consulter et de commenter les publications des élèves dans ce qui s’apparente à un cahier de vie numérique, voire de participer à la séquence ou à la production de la classe : choix d’une playlist pour mettre en musique une séance d’EPS, ajout de ressources pour aider les élèves dans une revue de littérature, défi weekend pour introduire un futur thème d’étude en classe, etc. Pour reprendre l’expression de Florence Robine, «  le numérique rend plus transparents les murs de la classe ».

Mais cette transparence est-elle souhaitable ? Une confidentialité maitrisée n’est-elle pas nécessaire au fonctionnement de l’espace pédagogique ? Quels effets et, potentiellement, quels risques pour ces usages qui donnent la possibilité aux familles de se téléporter dans la classe ?

À la lecture de ces questions, il nous semble qu’il ne s’agit pas tant d’une question de numérique éducatif que de l’expression d’un positionnement qui renvoie l’enseignant à ses conceptions et ses convictions pédagogiques. Lors de son intervention à Eidos 64, Margarida Romero évoque la présence physique des parents au sein de l’espace classe. Dans le retour d’expérience qu’elle décrit, la communauté classe est envisagée comme une communauté d’intérêt qui intègre dans son espace physique et virtuel les parents qui souhaitent y participer. L’enseignant ne subit pas cette présence, il la coordonne et l’intègre à la mécanique de la séquence d’apprentissage comme un levier.

De l’agenda électronique à l’utilisation d’un wiki, l’usage des solutions numériques au même titre que les stratégies physiques sont à la fois des outils et des objets. En même temps que leur utilisation engage la responsabilité des enseignants, elles sont des indicateurs forts qui révèlent les conceptions de l’apprentissage des collègues et celles des familles, de leur aspiration à inventer, ou pas, un terrain d’action partagé au service de la réussite de chaque élève.

Sur la librairie

Cet article vous a plu ? Poursuivez votre lecture avec ce dossier sur le même thème...

 

Pédagogie de l’oral
L’oral a le vent en poupe ! Quels outils utiliser pour aider les élèves à apprendre par ce biais ? Comment provoquer la prise de parole en classe ? Quid du bavardage ? Au-delà de ces pratiques, notre dossier aborde la question de l’évaluation de l’oral, de son rapport à l’écrit et des inégalités qu’il peut mettre en exergue.

Voir le sommaire et les articles en ligne