Accueil > Publications > Articles en ligne > Sur les traces des pédagogues européens


N° 542 - Bienveillants et exigeants

Sur les traces des pédagogues européens

Philippe Meirieu, Francine Vaniscotte

Il y a eu des hommes (Célestin Freinet, Édouard Claparède, Ovide Decroly, Janusz Korczak, etc.) et des femmes (Germaine Tortel, Rosa Sensat, Maria Montessori, etc.). L’association Héloïse-Itinéraire des pédagogues européens, présidée par Philippe Meirieu, veut «  rappeler l’inventivité et le courage qu’il a fallu  » à ces pédagogues européens pour innover, et montrer que leurs réflexions restent aujourd’hui «  une leçon d’avenir  ».

Qu’est-ce que l’itinéraire des pédagogues européens ?

L’idée d’un itinéraire culturel des pédagogues européens s’inscrit dans la politique des itinéraires culturels du Conseil de l’Europe. Si chacun connait le très emblématique itinéraire de Saint-Jacques-de-Compostelle, d’autres itinéraires inscrits à la Fédération française des itinéraires culturels européens et au Conseil de l’Europe sont moins connus : «  Patrimoine des migrations  », ou l’itinéraire «  Sur les pas des Huguenots et des Vaudois  », par exemple. Alors pourquoi pas un itinéraire des pédagogues européens ? D’autant que la pédagogie est une discipline particulièrement vagabonde qui s’est développée en Europe dans de très nombreux sites, qui constituent autant de points de repère historiques et éducatifs, des lieux de «  théories pratiques  » de l’éducation, selon la fameuse expression d’Émile Durkheim. Se ressourcer auprès de chacun d’eux, retisser les liens qu’ils ont entretenus, travailler sur les défis pédagogiques qui y ont été relevés ne renvoient pas seulement à une démarche patrimoniale, mais permettent de mieux comprendre comment émergent des propositions éducatives. Dans un monde où l’éducation se cherche, revenir aux figures fondatrices n’a rien de nostalgique, tout au contraire ! Nous trouvons là de quoi nourrir notre détermination, notre compréhension et notre imagination.

Concrètement, un itinéraire comme le nôtre est un projet de coopération culturelle, éducative, patrimoniale et touristique entre différents sites de différents pays européens. Il peut être fondé sur un chemin traditionnel, comme Compostelle, un projet artistique (les potiers ou les tisserands) ou bien un phénomène culturel de dimension transnationale. L’itinéraire des pédagogues européens a été pensé pour faire connaitre et valoriser des lieux, des édifices dans lesquels, à un certain moment de l’Histoire, un homme ou une femme a accompli quelque chose d’important dans le domaine de l’éducation. L’itinéraire s’attache donc à faire connaitre une réflexion et une pratique éducatives spécifiques, un regard particulier sur l’enfant, son éducation et la société qui se prépare à travers cette entreprise. Il souhaite à la fois promouvoir une mémoire et valoriser un héritage. Il souhaite poursuivre et prolonger une démarche de réflexion en montrant la vitalité des lieux de mémoire et la contribution à l’histoire de la pédagogie des personnes qui les ont habités.

À une époque où les intellectuels font preuve d’une formidable amnésie sur la question de la mémoire pédagogique, quand, dans les sciences de l’éducation ou la formation des enseignants, l’histoire de la pédagogie est souvent ringardisée, parfois complètement oubliée, cette démarche nous a semblé nécessaire : rappeler l’inventivité et le courage qu’il a fallu à Johann Heinrich Pestalozzi ou à Célestin Freinet, à Anton Makarenko ou à Édouard Claparède, à Ovide Decroly ou à Janusz Korczak, n’est pas seulement un retour aux sources, c’est une leçon d’avenir. C’est tout le pari de l’éducabilité qui est exploré ici sous différentes facettes.

Comment cet itinéraire se construit-il ?

L’itinéraire se compose d’abord de sites patrimoniaux faisant vivre la mémoire d’un pédagogue, mais aussi d’associations d’enseignants, de musées ayant une dimension pédagogique, de municipalités intéressées par la valorisation d’un patrimoine pédagogique et, évidemment, de membres individuels : enseignants, chercheurs, pédagogues, étudiants. Il est appelé aussi à accueillir des artistes et des animateurs et médiateurs culturels.

Si certaines personnalités telles Pestalozzi, Freinet, Ferrière, Decroly ou Korczak sont déjà inscrites dans l’itinéraire, c’est parce que ce sont des pédagogues qui ont marqué l’histoire de l’éducation, mais c’est aussi parce qu’il existe un site patrimonial qui fait vivre leur œuvre pédagogique et une équipe qui travaille à pérenniser leur mémoire. Il y a aussi dans l’itinéraire des pédagogues moins connus tels Grégoire Girard, de Fribourg en Suisse, un formidable inventeur pédagogique, ou des groupes de pédagogues tels ceux qui ont formé le mouvement de l’éducation nouvelle. Les travaux, la mémoire de l’engagement sont conservés dans le service des Archives Jean-Jacques Rousseau à Genève qui est un des piliers de l’itinéraire.

Quand l’itinéraire sera-t-il disponible et sous quelle forme ?

L’itinéraire n’est pas, à proprement parler, un itinéraire de randonnée, même si certains pédagogues se sont rendu visite, tels le pasteur Oberlin et l’abbé Grégoire, fondateur du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), sur qui nous avons récemment organisé une journée d’étude. Plutôt que des étapes, il nous faut parler de noyaux ou de cercles regroupant les pédagogues d’une époque : l’éducation nouvelle des débuts du XXe siècle, par exemple, ou les pédagogues de la modernité : les humanistes du XIXe siècle. Ou évoquer des thématiques permettant de circonscrire par exemple le noyau des pédagogues de la petite enfance ou celui des pédagogues de l’utopie. L’itinéraire aura aussi ses carrefours quand des pédagogues d’époques et de conceptions différentes portent un même souci : l’architecture scolaire par exemple, venue des premiers collèges jésuites, mais parfois liée aussi à l’utopie éducative. On peut ici penser à Robert Owen et à Alexander Sutherland Neill.

L’itinéraire est déjà disponible et opérationnel, même s’il reste en construction constante. Un chemin Freinet existe à partir de l’Institut Freinet de Vence et suit les lieux où a vécu Freinet. La ville d’Yverdon, en Suisse, a un sentier pédestre Pestalozzi autour du château où a vécu Pestalozzi, et la ville de Fribourg un chemin Girard. Dans tous ces lieux, il y a aussi des édifices qui nous parlent de ce qui s’est passé là et que notre itinéraire, Héloise, aide à découvrir et déchiffrer.

Certains sites ont déjà organisé des rencontres, des colloques ou des journées d’étude ; de nombreuses manifestations sont en préparation : nous aurons, en juillet prochain, une journée à Beauvallon, dans la Drôme, sur le thème «  Protestantisme, résistance et pédagogie  » ; nous préparons, pour 2019, le trentième anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, une très importante manifestation autour de Korczak. Nous réfléchissons à la manière d’intégrer Itard et l’Institut des jeunes sourds à Paris, Neill et Summerhill en Angleterre, Lorenzo Milani et Barbiana en Italie, etc.

Et puis, certains sites de l’itinéraire accueillent déjà, à certains moments, les étudiants, chercheurs et enseignants qui veulent se familiariser tant avec le pédagogue qu’avec le lieu de son ancrage, le site mémoriel dans lequel il a vécu et travaillé.

L’itinéraire est en construction. Il n’est ni achevé, ni figé. Nous devons notamment nous munir d’outils de communication plus élaborés pour mieux le faire connaitre. Il est encore assez modeste et beaucoup de pédagogues et de sites patrimoniaux sont appelés à y entrer. Actuellement nous avons des sites en France, Belgique, Suisse, Pologne et Catalogne. Pour faire connaitre notre projet, pour le développer, nous avons besoin de la curiosité et de l’intérêt de tous ceux et de toutes celles qui s’intéressent à la pédagogie et qui sont engagés dans l’éducation des jeunes comme des adultes. Nous avons besoin que les lieux patrimoniaux importants de la pédagogie européenne s’associent progressivement à nous pour constituer un bel ensemble en synergie. Nous avons bon espoir d’y arriver.

Philippe Meirieu
Président de l’association Héloise

Francine Vaniscotte
Chargée de la valorisation de l’itinéraire

Propos recueillis par Cécile Blanchard


En savoir plus

Découvrir le patrimoine pédagogique

L’association Héloise regroupe des sites dans lesquels de grandes figures de la pédagogie ont laissé une forte empreinte. Elle vise à préserver le patrimoine pédagogique et à le rendre vivant en le confrontant aux problématiques d’aujourd’hui.

Seront ainsi par exemple organisés en 2018, sur des sites de l’itinéraire, à destination des étudiants, enseignants, chercheurs, deux séjours avec visites, observations ou ateliers : «  À la découverte de l’œuvre de Decroly à Bruxelles  » (Belgique) les 23 et 24 avril 2018 au Centre d’études decrolyennes et école Decroly, et «  À la découverte de l’œuvre de Freinet à Vence  » (France) les 7 et 8 juin 2018 à l’école Freinet de Vence. Et «  À la découverte de l’œuvre du père Grégoire Girard  » est en projet pour septembre à Fribourg (Suisse).

Tous les renseignements sur l’accueil dans les sites et l’adhésion à l’itinéraire peuvent se trouver sur le site de l’association :

www.pedagogues-heloise.eu

Sur la librairie

 

Bienveillants et exigeants
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.

Voir le sommaire et les articles en ligne


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Sur les traces des pédagogues européens
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Bibliographie : quelques livres, articles et sites, par Gwénola Reto
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Smasher la motivation
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Des heures à réfléchir comme des fous
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Fausses exigences, fausse bienveillance
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Auprès de mon arbre
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Prendre son temps, clé du « bien veiller »
  • N° 542 - Bienveillants et exigeants

    Lire !
  • N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

    Bibliographie : quelques livres, articles et sites
  • N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

    S’appuyer sur l’oral