Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Sortir des chemins balisés


L’actualité éducative du n° 502, janvier 2013

Sortir des chemins balisés

Par Patrice Bride


Les sorties scolaires, ça ne fait pas sérieux. Aller voir ailleurs, baguenauder, ne plus se laisser guider par les haleurs, quitter les fleuves impassibles pour le grand large : ce n’est pourtant pas frivole, ce sont des exercices salutaires.

Accompagner les élèves pour explorer le monde, c’est la définition même de la pédagogie. On ne s’enferme pas dans une salle de classe pour se couper de l’extérieur, mais pour mieux l’appréhender. L’école joue pleinement son rôle pour les élèves quand elle leur donne des outils pour comprendre leur environnement, y agir, individuellement et collectivement. Et c’est incontestablement mieux d’aller voir sur place ! Pour profiter de la sortie, il faut être préparé à observer, ouvert à l’inattendu, guidé dans l’analyse de ce qu’on a vécu. Il faut maitriser des concepts, des méthodes, des références culturelles, ou les construire à cette occasion. Une sortie scolaire, c’est l’école en miniature.

En ces temps de refondation de l’école, on peut penser que se confronter à l’altérité est bien utile également aux enseignants. Non pas que l’herbe soit nécessairement plus verte ailleurs, non pas que ce soit forcément mieux de faire autrement. Mais sortir de l’école pour aller voir fonctionner d’autres services publics, des associations, des institutions culturelles pourrait contribuer à relativiser les difficultés de nos métiers, à imaginer d’autres fonctionnements, à élaborer d’autres pratiques. Ce peut être aussi l’opportunité de mieux comprendre nos élèves, leur environnement, leur attitude dans des contextes différents. C’est prendre la mesure de savoirs et de compétences qui leur sont utiles au présent, dans l’avenir.

On ne refondera pas l’école seulement de l’intérieur. Méthodes pédagogiques, contenus d’enseignement, organisation du travail : on a tout à gagner à sortir des fonctionnements établis pour rechercher d’autres perspectives. La société peut-elle contribuer à changer l’école ?