Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > S’il te plait...


L’actualité éducative du n° 499 - septembre-octobre 2012

S’il te plait...


— S’il te plait, dessine-moi une éducation.

Alors j’ai dessiné.
— Regarde l’éducation prioritaire, petit garçon… Regarde les enfants dans les cours d’école, ou les ados sur les bancs, Éclair ou ordinaires. Découvre dans ce dossier comme elle est fière, l’éducation prioritaire. Traversée par les ouragans et brulée par les soleils. Nourrie par les torrents et fleurie par les roses des avant.

— S’il te plait, dessine-moi une concertation.

Alors j’ai dessiné.
— Regarde la concertation, petit garçon… Regarde tous ces gens, l’été réunis, tournés vers le printemps. Lis entre les lignes comme elle est brave. Portée par l’espoir des recommencements et observée comme une perle noire. Attendue par le cercle de famille et gorgée de paroles.

— S’il te plait, dessine-moi une innovation.

Alors j’ai dessiné.
— Regarde l’innovation, petit garçon… Regarde dans les classes les élèves penchés sur un trésor, ou les enseignants pensant à plusieurs. Regarde dans les articles comme elle est brillante, l’innovation. Bravant les renoncements et chevauchant les éléments. Soufflant sur les désirs et cristallisant les collectifs.

— S’il te plait, dessine-moi une publication.

Alors j’ai dessiné.
— Tiens, pousse la porte de la rédaction et regarde un peu, petit garçon… Le numéro 500 des Cahiers pédagogiques. Comme on s’affaire autour de lui ! Comme ses atours sont colorés. Comme chacun a donné de la voix, de l’image, pour le faire chanter… La fête sera belle et on en entendra parler. Parce qu’elle le mérite. Parce que c’était juste la fin de la guerre et que c’est là que tout a commencé. Parce que depuis, des centaines d’auteurs, enseignants et chercheurs, rédacteurs en chef, directeurs de publication se sont relayés pour qu’il voie le jour, ce numéro  500. Course de fond avec sauts d’obstacles. Marathon de détermination et renforts de conviction. Le voici presque prêt…
Mais il est tard, petit garçon. Fermons les pages de ce Cahier.
Donne-moi ta main. Et rentrons à la maison.

Christine Vallin