Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue du vendredi 18 septembre


JPEG - 26.3 ko

Revue du vendredi 18 septembre

Grève - Nouveaux programmes - Une dictée quotidienne - Enseignement supérieur - Divers


Quelques échos de la grève d’hier, éclipsés par la sortie des nouveaux programmes et la volonté de la ministre de voir les enfants faire une dictée quotidienne à l’école. L’enseignement supérieur est aussi dans l’actualité.


Grève

La grève d’hier n’a pas beaucoup mobilisé.
"La mobilisation n’a pourtant pas vidé les classes. Comme si la détermination de la ministre avait eu raison de la désapprobation des profs. Entre 15,8 %, selon le ministère, et 35 % d’entre-eux, selon les organisations syndicales, étaient grévistes dans les collèges publics, À Paris, 1 500 personnes ont défilé, mais les rassemblements en province étaient fournis d’à peine quelques centaines, voire dizaines, de manifestants." Le Dauphiné
"C’est donc un échec pour les principaux syndicats qui avaient appelé à ce mouvement afin de protester contre la réforme portée par la ministre Najat Vallaud-Belkacem, qui doit entrer en vigueur en septembre prochain." 20Minutes
C’est pourquoi "les nouveaux programmes, présentés aujourd’hui, seront à peine retouchés et entreront en vigueur en 2016." DNA ou LeProgrès.


Nouveaux programmes

Le CSP a donc publié ses nouveaux programmes, "programmes corrigés pour prendre en compte les critiques" selon Le Point qui publie la vidéo de l’interview de la ministre sur Europe1 ce matin. La présentation semble cependant vouloir rassurer les enseignants qui battaient le pavé hier. "Les textes en vigueur, conçus en 2008, étaient décriés par les enseignants qui les jugeaient encyclopédiques, impossibles à mener à bout dans les temps et conçus sans réelle cohérence entre les matières." Dommage que cela reste le cas pour l’histoire... (voir à ce sujet la réaction d’aggiornamento).
Mme Vallaud-Belkacem a d’ailleurs démenti la disparition de la notation sur 20. Il s’agirait d’y ajouter une évaluation du socle. "Selon les premières propositions mises sur la table, il serait donc question d’instaurer une échelle dite « de progrès » ou « de positionnement » de 1 à 4 du CP à la 6e. Puis de 1 à 5 au collège." Cependant "Le gouvernement, qui aimerait aujourd’hui éviter un « procès en laxisme », est obligé d’avancer : on ne peut mettre en place des programmes par cycle (sur trois ans) et par compétences, sans repenser la manière dont on évalue les acquis des élèves. Ira-t-il jusqu’au bout ? « Après la réforme du collège, après celle des rythmes scolaires, il prend le risque d’enflammer l’opinion à trois mois des élections régionales », murmure-t-on dans les cercles syndicaux." Le Monde. A lire aussi dans France-Soir ou dans l’Express.
Pour Claude Lelièvre, "La conjonction des réformes est une bonne chose sur le fond"." L’organisation en cycles, qui constitue le grand changement, fait que le cycle 3 (CM1, CM2, 6e ) est à cheval sur le primaire et le collège. Cet ensemble offrira une cohérence forte." Le Bien Public
Michel Lussault est soulagé : "« Aucun programme n’a été aussi cohérent depuis au moins 30 ans », se félicite Michel Lussault, entamant déjà le « service après-vente » comme il dit." Le Monde revient sur les coulisses de la fabrique des programmes scolaires, les polémiques engendrées et les pressions exercées par les divers lobbies.


Une dictée quotidienne

Les journaux ont surtout retenu aujourd’hui une annonce assez peu réformatrice : "un retour aux fondamentaux, avec du calcul mental, de la dictée, et de la lecture à voix haute quotidiens pour les élèves du primaire." et surtout une dictée quotidienne. Libération.
Najat Vallaud-Belkacem veut « des dictées quotidiennes à l’école » titre Le Monde sur la tribune de la ministre.

JPEG - 271.6 ko
La dictée revient et évolue par JiMo

Enseignement supérieur

"La "stratégie" du gouvernement "est soutenue par un objectif majeur que je prends pour ce qui me concerne comme un objectif qui doit être celui de la Nation : amener 60% d’une classe d’âge à un niveau d’enseignement supérieur", a déclaré le chef de l’Etat à l’occasion de la rentrée universitaire." Challenges
A l’occasion de cette rentrée universitaire, Julien Gonzalez analyse dans Le Figaro les conséquences de la démocratisation de l’enseignement supérieur : "Derrière le traditionnel débat sur la sélection à l’université couve un enjeu majeur, pour l’instant relativement méconnu : l’explosion du nombre de titulaires d’un master 2, sans commune mesure avec ce que le marché du travail est en mesure d’absorber."


Divers

Selon la Cour des Comptes, l’Education nationale est trop coûteuse. Sont visés notamment dans le rapport Canopé et le Cned, ainsi que les recteurs. Des explications en image sur France2.
Et si l’erreur faisait partie du processus d’apprentissage ?
"Comment offrir aux élèves la possibilité d’apprendre de leurs erreurs plutôt que de tenter de les éviter à tout prix ? Comment l’évaluation pourrait-elle permettre de concevoir l’erreur comme une étape normale du processus d’apprentissage ?"

JPEG - 130 ko
L’apprentissage par l’erreur par Geneviève Brassaud

Géraldine Duboz
Vous avez rendez-vous ce weekend avec le taulier !


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 521 - Croiser des disciplines, partager des savoirs
Coordonné par Francis Blanquart et Céline Walkowiak
avril 2015

Les pratiques communes, croisées, mises en synergie et en résonance, aident-elles les élèves à entrer dans la complexité des savoirs scolaires et dans les différentes cultures à construire à l’école ? Ce dossier montre à travers différentes pratiques de dispositifs comment entrer dans l’interdisciplinarité sans sacrifier aucunement les disciplines.

L’évaluation en classe
Dossier coordonné par Richard Étienne et Raoul Pantanella

Une plongée dans les archives des Cahiers pédagogiques, où l’on trouve des textes passionnants sur l’évaluation et où l’on voit que les débats d’hier sont encore bien vivants aujourd’hui ! Le débat est loin d’être enterré et ne se résume pas à « note ou pas note ? ».