Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse lundi 8 juillet 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse lundi 8 juillet 2019

Baccalauréat — Divers

Pour finir ou en finir avec le bac, cette avant dernière revue de presse.


Baccalauréat

Baccalauréat : le « chaos » a été évité selon Blanquer
Près de 562.000 lycéens, soit 77,7 % des candidats, ont obtenu cette année leur baccalauréat à l’issue du premier groupe d’épreuves. Ce dernier a été marqué par une rétention de certaines copies par des enseignants hostiles à la réforme du lycée.” pour abonnés

Au BOEN ; Préparation, déroulement et suivi des épreuves NOR : MENE1209348C circulaire n° 2012-059 du 3-4-2012 MEN - DGESCO-MPE
L’incident sans précédent qui a entaché la session 2011 du baccalauréat a fait apparaître que des risques nouveaux remettaient en cause les précautions traditionnellement prises pour assurer la sécurité de l’examen ; ces risques résultent, en particulier, des moyens techniques et des réseaux de communication développés ces dernières années. Il importe que l’ensemble des autorités chargées de l’organisation du baccalauréat tirent toutes les conséquences des fragilités ainsi révélées afin de restaurer la confiance des candidats concernés.”

Bac : Traumatisme pour l’Ecole
Après les révélations de ces derniers jours sur la façon dont les résultats du bac ont été obtenus, de nombreux enseignants, des présidents de jury, des chefs de centre manifestent leur dégout. Des notes ont été attribuées de façon non réglementaire. La volonté des jurys n’a pas été respectée dans plusieurs cas. Alors que toutes les copies sont en train d’être rendues, les jurys se trouvent à partir du lundi 8 juillet à valider ou pas des notes fictives et à prendre des décisions d’admission ou pas. JM Blanquer s’en lave les mains : "Je ne suis pas derrière chaque jury" a-t-il déclaré sur TF1 le 5 juillet laissant les jurys seuls face à l’illégalité éventuelle de leurs actes. La fracture morale avec la profession et ses valeurs semble acquise.”

Baccalauréat 2019 : l’histoire d’un fiasco Par Faïza Zerouala
Les oraux de rattrapage des épreuves du bac débutent lundi dans la désorganisation la plus totale. Des enseignants ont même dû se résoudre à « inventer » des notes provisoires à l’écrit. Ce chaos inédit est la conséquence de l’incapacité du ministre à dialoguer avec ceux qui estiment depuis des mois que les moyens et l’organisation sont insuffisants pour la réforme du bac proposée.” réservé aux abonnés

Bac : Les réactions, de Macron au Snes
Sans surprise, si E Macron soutient le ministre de l’éducation nationale, le PS fustige le ministre. L’Unsa Education envoie dos à dos ministre et grévistes... Le Snes propose aux jurys du 8 juillet une motion.”

Macron sur le bac : « On ne peut pas prendre nos jeunes et leurs familles en otage » Par Le Figaro avec AFP

Les profs n’apprécient pas que Macron parle de « prise d’otage » à propos des retenues de copies du bac

Bac et bashing par Jean-Michel Zakhartchouk sur son blog
Un psychodrame national qui a donné du piment au marronnier actuel : le moment du bac. A côté des images sempiternelles de jeunes exultant à la vue de leur inscription sur la liste des reçus, des sujets de philo traités par divers intellectuels ou journalistes, ou des non moins sempiternelles évocations de triches et de fuites, on a eu droit au feuilleton de la rétention de copies. A ma gauche, les proclamations enflammées : « on n’a pas eu d’autre choix pour se faire entendre », « on a fait notre travail, on a juste retenu les notes, car jamais, ô grand jamais nous ne léserons nos chers élèves à qui nous pensons tous les jours et eux aussi victimes de la surdité (on n’ose plus dire « autisme » et c’est heureux) du ministre. Et de protester contre la réforme du bac, qui n’est-ce pas va aggraver les inégalités et introduire des différences, en oubliant combien elles sont régnantes aujourd’hui. A ma droite, le ministre droit dans ses bottes, avec en appui la porte-parole du gouvernement fustigeant les profs « non élus au suffrage populaire » et la presse à droite, voire très à droite ravie de l’aubaine pour taper sur les profs qui ne respectent pas les devoirs du fonctionnaire.
Et avec ça, des raisonnements absurdes : le contrôle continu va léser les élèves qui misaient tout sur l’examen et n’avaient guère travaillé dans l’année, ce qui d’une certaine façon montre bien l’écart qui existe entre obtenir l’examen, le diplôme et ce qui devrait être l’objectif du lycée : maitriser des connaissances et compétences. Et les pinaillages juridiques, l’incitation à porter devant la justice quelque chose qui finalement va concerner si peu d’élèves au pire, un sur cinq qui n’a pas le bac du premier coup, et ceux qui ne l’auront pas ensuite au rattrapage
.”

Les protagonistes des turbulences du bac devraient aller jusqu’au bout Par Claude Lelièvre sur son Blog : Histoire et politiques scolaires
Blanquer devrait instaurer un vrai contrôle continu (sans ’’examens’’ ad hoc local) et ses opposants devraient s’opposer à tout recrutement sur dossier (’’maison’’) en classes prépa et en BTS. Au moins ce serait clair.”

Notes provisoires au bac : des parents veulent saisir la justice pour "rupture d’égalité" Par Plana Radenovic
Alors qu’à la veille des oraux de rattrapage du baccalauréat toutes les notes définitives ne sont pas connues, un rattrapage sous tension se profile. Face à la grève des correcteurs, Jean-Michel Blanquer a demandé de choisir, provisoirement, la moyenne du contrôle continu. Mais des professeurs et des familles dénoncent une "rupture d’égalité".”

Résultats du Baccalauréat : les notes attestent-elles du niveau des bacheliers ? Par Aziza Belouas
Avec un taux de réussite de 65,55% le baccalauréat aura été, cette année encore, un bon cru. Malgré ces résultats, la situation de l’enseignement national incite à s’interroger sur le niveau des bacheliers. Des enseignants se prononcent…” Au Maroc...

Hayat El Adraoui, Professeur : « La question est de savoir si le bac favorise réellement l’apprentissage » Par Aziza Belouas
Les enseignements font plutôt du « teaching to the test », ils adaptent leurs enseignements aux épreuves attendues du baccalauréat… ». De bonnes notes n’ouvrent pas forcément les portes des grandes écoles.” Toujours au Maroc...


Divers

Formation des enseignants : la réforme n’est pas à la hauteur des enjeux Par Pierre Merle, agrégé de sciences économiques et sociales (Espe de Bretagne)
Réduire la crise de recrutement et les difficultés pédagogiques des jeunes professeurs : les objectifs sont louables, mais les mesures adoptées par le Parlement risquent d’aggraver les difficultés.”

Le ministre de l’Enseignement supérieur Tayeb Bouzid : « Le français ne peut vous mener nulle part ! »
"Pour le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique Tayeb Bouzid, la question du remplacement de la langue française par la langue anglaise dans l’enseignement à l’université est tranchée définitivement."

Pourquoi il faut se préparer aux métiers numériques de demain
"Si nous ne faisons rien pour que ces emplois soient correctement desservis, les conséquences seront dramatiques pour l’économie belge. Il faut s’y préparer, notamment en créant de meilleures structures de formation continue. Une opinion de Pascale Van Damme, Vice-présidente et directrice générale de Dell Technologies Belux et présidente du comité ICT d’Agoria."

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 554 - L’économie à l’école
Dossier coordonné par Florence Rebeschini Aulanier et Monique Royer
juin 2019
L’économie, c’est à la fois un enseignement et un environnement. Comment les faire découvrir aux élèves ? Par quels moyens déconstruire leurs représentations du monde économique et leur faire prendre conscience de leur rôle d’acteurs économiques, de lecteurs critiques de l’information économique et donc de citoyens ?

N° 553 - Pédagogie de l’oral
Dossier coordonné par Peggy Colcanap et Hélène Eveleigh
mai 2019
L’oral a le vent en poupe ! Quels outils utiliser pour aider les élèves à apprendre par ce biais ? Comment provoquer la prise de parole en classe ? Quid du bavardage ? Au-delà de ces pratiques, notre dossier aborde la question de l’évaluation de l’oral, de son rapport à l’écrit et des inégalités qu’il peut mettre en exergue.

Hors-série numérique n° 50 - Le bac, hier et aujourd’hui

septembre 2018
Dans le contexte de la réforme du baccalauréat et de la mise en place des nouvelles procédures d’accès aux études supérieures, ce hors-série revient sur de nombreuses tentatives de réformes plus ou moins fructueuses. Bac + 3, bac - 3, orientation, bac pro… quels leviers pour offrir une école plus démocratique ?