Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 9 janvier 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 9 janvier 2015


En ce deuxième jour de deuil national, l’actualité éducative est toujours aussi absente de la presse. Mais les enseignants sont dans leurs classes, et portent devant leurs élèves les valeurs de la République.
Ce week-end, de nombreux rassemblement auront lieu. Partout en province d’abord ce samedi, puis à Paris, dimanche à 15h place de la République.

Educpro se fait l’écho de l’émotion et de la solidarité de l’enseignement supérieur à la suite de cet épouvantable drame. Devant Sciences po Toulouse, où Bernard Maris avait été élève puis enseignant, le portrait de l’économiste est fleuri. En cette semaine d’examen, la minute de silence a été respectée, crayon brandi, même pendant les épreuves.
"Si la tragédie de Charlie Hebdo a touché la France entière, la communauté universitaire semble ainsi avoir été tout particulièrement affectée. Et attaquée dans ses fondements. "Nous sommes concernés comme citoyen, mais aussi comme universitaire, explique le président de l’université de Strasbourg, Alain Beretz. Sans liberté, il n’y a pas d’université. (...) Nous devons résister, comme l’ont fait les universitaires lors de la seconde guerre mondiale. C’est une résistance intellectuelle à la barbarie. Il s’agit de faire notre métier, en travaillant à dire la vérité, estime-t-il. D’autant plus quand les choses vont retomber, et que certaines récupérations vont avoir lieu."
Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a d’ailleurs recensé toutes les actions des étudiants signalées sur Twitter.
De même l’Étudiant nous offre un beau panorama d’une jeunesse très engagée.
On pourra aussi aller lire des témoignages de jeunes sur le blog Zone d’Expression prioritaire (ZEP) : récits, dessins...

JPEG - 92.9 ko

Quelles consignes de sécurité pour les écoles dans le contexte tragique actuel ? Comment parler des événements avec les élèves ? À lire dans VousNousIls une mise au point sur les conséquences de la réactivation du Plan Vigipirate dans les établissements. Des contraintes sommes toutes assez faciles à assumer sur le plan matériel, mais parfois un peu lourdes en termes psychologiques. « Elles instaurent un climat tendu, une angoisse permanente. Pour la surmonter, mieux vaut prendre du recul, et se répéter que c’est pour le bien de tous », », résume la directrice de l’école de Grandris près de Lyon (Rhône).

Le rôle des enseignants est essentiel en ces moments difficiles, on le sait. Mettre des mots sur les faits, rappeler le sens de ces mots. Écouter la parole des jeunes, apporter une écoute bienveillante et attentive. Entendre les peurs et les stéréotypes. Ne pas céder devant ses convictions. Un difficile équilibre qui se joue à chaque heure de cours depuis hier, un travail patient qu’il faudra poursuivre chacun des jours qui vont venir. Dans l’Obs, Georgina Compte, une enseignante témoigne de la difficulté de ces moments.
"Hier matin, j’avais peur de ne pas trouver les mots. En revenant, je suis fatiguée. Il reste beaucoup à faire pour amener nos élèves arc-en-ciel à développer leur esprit critique, mais un grand pas a été fait, leur conscience citoyenne s’est éveillée, il y a de l’espoir."

Mila Saint Anne

JPEG - 57.6 ko

Dessins de Geneviève Brassaud