Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 8 septembre 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 8 septembre 2017

Hommage — Macron — Bac pro — Analyses, oublis et mensonges — Ailleurs —

Pour clôturer la semaine, une revue bien triste en hommage à André de Peretti. Macron marche et promet le changement. Le bac pro est au centre d’un débat. Analyses, oublis et mensonges seront proposés et nous terminerons par un petit tour d’horizon ailleurs.


Hommage

André de Peretti est décédé à l’âge de 101 ans. Les Cahiers pédagogiques avait publié à l’occasion de son centenaire : « Le bien, le beau, le bon gagnent toujours ». "A travers ses livres, ses interventions, et son rapport de 1982 sur la formation continue qui donna naissance aux MAFPEN puis aux IUFM, André de Peretti, jamais découragé ni décourageant, a grandement marqué les défenseurs d’une pédagogie innovante. Il est aussi membre du comité de parrainage des Cahiers pédagogiques. Nous republions ici un entretien avec lui, publié dans notre numéro de septembre 2015."


Macron

Macron promet de "transformer l’Ecole comme jamais" et d‘aller “beaucoup plus loin” dans la lutte contre les inégalités et dans la préparation des élèves à la vie active.

Rentrée scolaire. « Transformer l’École » : la lettre de Macron aux enseignants

Blanquer déçoit aussi le Sgen-CFDT. “S’il restait encore un doute, il est levé : le ministre de l’Education nationale a raté sa rentrée auprès des enseignants. Après les syndicats de la FSU - le Snuipp pour le primaire, le Snes pour le secondaire - et après le SE-Unsa, le Sgen-CFDT a dressé le 7 septembre un bilan morose des premières mesures prises par Jean-Michel Blanquer, critiquant notamment la précipitation et un dialogue social à sens unique.”


Bac pro

Bac pro : Blanquer préfère l’insertion à la poursuite d’études, par Marie-Christine Corbier “L’objectif de 60% d’une classe d’âge diplômée de l’enseignement supérieur « n’est pas ce qui compte », selon le ministre de l’Education.
L’emploi ! L’emploi ! L’emploi ! Tel pourrait être le slogan du gouvernement pour les bacheliers professionnels
.”

Bacs pros : Abandon des objectifs de réussite. “L’objectif d’élever le niveau de qualification des jeunes français et d’atteindre 60% de diplômés du supérieur n’est plus à l’ordre du jour. Le gouvernement privilégie l’inclusion professionnelle, même à bas niveau, sur la poursuite d’études. C’est ce que l’on retient de la visite de Jean-Michel Blanquer et Muriel Pénicaud au lycée hôtelier Guillaume Tirel le 7 septembre. Alors que le gouvernement prépare la réforme de l’entrée dans le supérieur, cette double visite a matérialisé que le Travail l’emporte désormais sur l’Education. Une mauvaise nouvelle spécialement pour les bacheliers professionnels qui pourraient perdre les quelques garanties données par le gouvernement précédent.”

APB : 3 000 bacheliers demeurent sans affectation dans l’enseignement supérieur. “Il s’agit presque exclusivement de bacheliers professionnels et technologiques. La ministre de l’enseignement supérieur promet une « augmentation substantielle » du nombre de place en BTS et IUT à la rentrée 2018.”

Les bacheliers professionnels oubliés de l’enseignement supérieur. “La plateforme d’admission post-bac (APB), où s’inscrivent les élèves de Terminale de janvier à mars, a fait les gros titres de la presse cet été : à la fin de la procédure principale fin juillet, 65.000 jeunes n’avaient reçu aucune réponse positive à leurs voeux d’orientation, un chiffre descendu à un peu plus de 6.000 un mois plus tard.
Sur ce nombre, les trois quarts sont des bacheliers technologiques et surtout professionnels, selon le ministère de l’Enseignement supérieur. Dans l’académie de Paris, sur les 547 bacheliers encore sans réponse fin août, 447 étaient issus de filière pro
.”


Analyses, oublis et mensonges

Evaluations des élèves en CP : sur quoi portent les tests ?Les écoliers de CP doivent réaliser des tests « dans le courant du mois de septembre ». Ces évaluations voulues par le ministre de l’éducation portent sur le français et les mathématiques.”

La réforme des rythmes scolaires : examen d’une impopularité. “Jean‑Michel Blanquer a gagné le surnom de « ministre Ctrl-Z » en s’attaquant aux réformes du précédent quinquennat, avec une facilité qui ne manque pas de questionner. Ainsi, sur les rythmes scolaires, l’objectif initial ayant été globalement partagé (étaler les moments d’apprentissage pour que les enfants assimilent mieux, développer les activités périscolaires), l’échec actuel peut difficilement être imputé au contexte ou au seul Vincent Peillon. S’il a commis des erreurs, il reste l’un des ministres de l’Éducation nationale les mieux informés et préparés pour sa mission. De même, la pression des personnels, liée à la dégradation des conditions de travail, ne suffit pas à expliquer l’impopularité croissante de la réforme. Tentons une explication structurelle : une faille dans la méthode employée pour instaurer le projet sous-jacent à la réforme.”

Inlassablement, répondre aux mensonges et désinformations… Jean-Michel Zakhartchouk est en pleine forme en cette rentrée ! “La mode est aux fake news, on le sait. Mais aussi à la riposte à ceux-ci, de plus en plus importante dans les médias et sur internet. Pourtant, en matière éducative, on est loin du compte : trop peu de journalistes par exemple s’emploient à démasquer mensonges, contre-vérités et approximations venant soit de responsables institutionnels soit de plumitifs divers dont certains se prétendent « intellectuels » et ne le sont guère quand ils profèrent un peu n’importe quoi sur l’école et la pédagogie (mais pour certains comme les producteurs de livres à la chaîne Onfray ou Debray, c’est sur tous les sujets !)
Prenons ici dix exemples de ces entorses à la vérité, certaines étant de pures calomnies ou mensonges éhontés, d’autres des déformations à partir de généralisations abusives ou de distorsion d’une réalité souvent complexe. Dix exemples, mais on pourrait les multiplier
.”


Ailleurs

Financement Erasmus+ pour renforcer l’innovation pédagogique dans l’enseignement supérieur en Afrique subsaharienne. “Le projet REAMOOC a pour but de renforcer les innovations pédagogiques dans 3 universités du Cameroun (Douala, Ngaoundéré et Yaoundé 1) et dans 3 universités du Sénégal (Cheick Anta Diop de Dakar, Gaston Berger de Saint-Louis et Université virtuelle du Sénégal) par la conception et la production de MOOCs et leur utilisation au sein de dispositifs hybrides de formation.
Les Universités de Cergy-Pontoise (France), Mons (Belgique) et Patras (Grèce) sont également partenaires du projet, ainsi que la start-up française Milliweb
.”

L’Education A La Chinoise : Un Modèle Pour Une Prochaine Réforme De l’Enseignement Supérieur ?« L’Éducation de l’homme commence à sa naissance ». On se souvient des propos d’Emile ou de l’éducation. Une sentence que ne démentira guère l’Empire du Milieu. Célèbre marronnier de la pré-rentrée : le classement de l’Université de Shanghaï. Les universités françaises y figurent une nouvelle fois parmi les grandes absentes : seulement 3 dans le top 100. La Chine deviendrait-elle un espace normatif pour l’éducation ? D’où vient la légitimité internationale de ce classement ? L’occasion de revenir sur le rôle de l’éducation en Chine à l’heure où les enfants français s’apprêtent à redécouvrir cartables et cahiers.”

Les détenteurs d’un bachelier trouvent du travail plus rapidement, avec un taux d’insertion de 76,9% après six mois. C’est en Belgique.

Education nationale : une crise structurelle et des réformes stériles, selon le CESE. Mais c’est au Maroc que ça se passe.

Bernard Desclaux vous souhaite un bon week-end.


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 537 - Classes inversées

Dossier coordonné par Françoise Colsaët et Héloïse Dufour
mai 2017

La classe inversée, on en parle beaucoup, des partisans enthousiastes et des opposants décidés s’opposent. Est-ce une mode passagère, un gadget pédagogique, ou l’amorce d’un changement de fond ? Au-delà des définitions (trop) simples, ce dossier s’attache à mieux cerner ce qu’est la classe inversée.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.