Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 5 décembre


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 5 décembre

Lendemain d’élections - Education prioritaire - Ecole et antisémitisme


Il est surtout question des résultats aux élections professionnelles aujourd’hui. Mais l’on voit aussi passer l’éducation prioritaire, le handicap à l’école et la lutte contre les préjugés.


Lendemain d’élections

Les élections professionnelles qui se sont terminées hier laissent un paysage syndical changé. Pour Les Echos, c’est "la claque de la FSU et la percée de FO". Le Figaro est plus nuancé : "la FSU 1ère mais en baisse". Du côté du Parisien, c’est optimiste : "la FSU reste en tête dans l’Education". Pour le café pédagogique, c’est FO le grand vainqueur des élections, FO qui y voit "la progression des anti-réformes."

Mais comme le soulignent Les Echos "Un syndicat majoritaire (FSU) qui recule de 5 points ; un deuxième (UNSA Education), dit réformiste, qui progresse ; d’autres, présentés comme contestataires ou conservateurs (FO et le SNALC), qui font une percée… Au lendemain des premiers résultats des élections professionnelles dans l’Education nationale, l’interprétation s’avère bien délicate. Il serait trop simpliste de conclure à la victoire de tel ou tel camp, qu’il soit dit réformiste ou conservateur."

Il est à remarquer la hausse du vote : "Le taux de participation pour les élections au CTM s’est élevé à 41,73%, en hausse de 3,19 points par rapport à 2011 année d’introduction du vote électronique où la participation s’était effondrée de 20 points." (Le Parisien).
Les résultats sont à consulter sur le site du ministère.

JPEG - 132 ko

Toujours l’éducation prioritaire

La mobilisation ne faiblit pas, voire. En effet, on peut lire sur Le Monde que "si personne ne conteste une remise à plat des zones d’éducation prioritaire – dont le nombre a été multiplié par trois en trente ans, personne non plus, du côté des enseignants comme des parents d’élèves, ne saurait accepter d’être du jour au lendemain rayé de la carte, autrement dit privé des moyens supplémentaires qu’apporte la labellisation. On a beau parier, Rue de Grenelle, sur une « mobilisation circonscrite », rappeler que les « sorties » de ZEP seront compensées par autant d’« entrées », la liste des collèges en grève et des écoles occupées s’allonge de jour en jour."
Une nouvelle manière de calculer la difficulté des établissements, est en train de voir le jour, une "réforme explosive" selon le journal. "Actuellement, la répartition des moyens repose sur un critère dominant, territorial. Un critère « social », agrégat d’indicateurs (taux de chômage, catégories socioprofessionnelles…), permet de procéder à des « ajustements ». Dans le modèle qui se dessine, les deux critères auraient autant de poids l’un que l’autre. [...] Il est certain qu’en permettant une redistribution des moyens entre les académies, voire entre les établissements – favorisés et défavorisés –, la ministre prend un risque politique."


Ecole et antisémitisme

Aux lendemains d’une nouvelle agression antisémite en France, Michel Wieviorka rappelle dans une interview à L’Obs, le rôle primordial de l’école dans la lutte contre les préjugés.
"Chaque fois qu’une catégorie de la société est susceptible d’être sensible à ces stéréotypes, des explications doivent être apportées sur la vérité. Le but est d’éduquer les gens qui pourraient basculer dans le cliché, mais qui peuvent encore entendre des explications raisonnables. Et comme il est difficile de convaincre les plus convaincus, les efforts doivent être fournis au plus tôt, dès l’école. Après, c’est trop tard.

Mais s’il s’agit d’éduquer, il faut aussi préparer les enseignants, qui sont parfois confrontés à des situations qu’ils maîtrisent mal. Par exemple, un professeur d’Histoire qui parle de la naissance de l’Etat d’Israël, de l’antisémitisme et du nazisme, aura parfois des difficultés à faire cours devant des adolescents qui ont déjà des préjugés. Il est donc primordial de donner aux enseignants des outils pédagogiques qui leur permettent d’affronter des situations où les passions peuvent surgir."


Ecole inclusive

La ministre en déplacement à Lille défend dans La Voix du Nord le principe de l’école inclusive.
« Tout enfant doit recevoir une éducation et un enseignement. Mais il ne suffit pas d’ouvrir la porte de l’école, il faut aussi les accompagner avec un personnel qualifié. Près de 70 000 auxiliaires de vie scolaire assurent aujourd’hui cette mission. À la rentrée 2014, 350 emplois ont été créés et autant le seront pour la rentrée 2015. »
Elle annonce aussi l’amélioration du statut des accompagnants et la formation des enseignants. Espérons-le, les besoins sont importants.

Géraldine Duboz


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

L’école inclusive : un défi pour l’école. Repères pratiques pour la scolarisation des élèves handicapés.
Jadis pensée en termes d’«  éducation spéciale  », l’intégration de chaque élève dans l’institution scolaire – quelles que soient les difficultés rencontrées dans son histoire – doit être aujourd’hui conçue selon le principe de «  l’accessibilité universelle  ». C’est dire que nous devons quitter le registre de la «  remédiation compassionnelle  », abandonner la dérivation systématique vers des filières de relégation et rechercher obstinément comment multiplier les ressources de l’école pour qu’elle puisse accompagner tous les élèves dans des apprentissages exigeants… Tel est le projet de l’école inclusive.