Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 31 mars 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 31 mars 2017

Duvrac, mais du bon !

Bon, et bien pour ce dernier jour de la semaine, dernier jour de mars, et dernier avant les vacances pour certains, ce sera simple : il y aura du vrac, mais du bon !


Du vrac mais du bon !

Les missions des professeurs documentalistes redéfinies dans une circulaire. “Le métier de professeur documentaliste n’avait pas bougé depuis 1986. 31 ans et un capes plus tard, une circulaire très attendue, publiée au B.O. du 30 mars, définit les missions du professeur documentaliste en articulant le métier entre la culture de l’information et des médias , la mise en place d’une politique documentaire et l’ouverture de l’établissement sur son environnement culturel. Mieux : la circulaire rappelle que le professeur documentaliste peut effectuer des heures d’enseignement comptées double et qu’il peut recevoir des missions avec une IMP.”

Pourquoi lire des travaux de recherches sur l’éducation aux médias et à l’information ? se demande Claire Joubaire, Chargée d’études et de recherche, service Veille et analyse de l’Institut français de l’éducation (ENS de Lyon) dans l’actualité de la recherche du n° 536. “Pour mettre en œuvre l’enseignement de l’éducation aux médias et à l’information, pourquoi lire des travaux de recherches, alors que des ressources intéressantes sont d’ores et déjà à disposition et se multiplient ? Peut-être non seulement pour renforcer ses convictions ou s’assurer des bases scientifiques des scénarios pédagogiques que l’on pratique ou des méthodes que l’on envisage de mettre en œuvre, mais aussi, à contrario, pour prendre le risque de voir ses cadres de pensée troublés (comme c’est souvent le cas) par les apports des recherches menées ces dix dernières années, afin d’enrichir ses pratiques.”

Le feuilleton se poursuit. Discipline à l’école : "Le bavardage est devenu un fléau". “Du chahut et des élèves peu attentifs. La deuxième note du conseil scientifique de la FCPE publié en mars relève une mauvaise discipline dans les classes françaises. "En 2015, la France est le pays où ce climat de discipline est le plus dégradé", explique Denis Meuret, professeur émérite en sciences de l’éducation et auteur de cette note.” A lire en détail le point de vue de Denis Meuret.

Education : "La France est le pays où la discipline est la plus dégradée" parmi les pays de l’OCDE. Entretien avec Denis Meuret sur Francetvinfo.

Inégalités scolaires : au coeur d’une classe de CP (troisième épisode). “Comment des élèves apprennent-ils à lire ? Pour le savoir, nous suivons toute cette année une classe dans l’Eure. A l’heure où les vacances de Pâques s’annoncent, tous savent pratiquement déchiffrer les phrases de leurs livres.”

Le Café pédagogique signale L’appel du Snes pour un "lycée pour tous". “"Le SNES-FSU... revendique une scolarité obligatoire portée à 18 ans répondant à la demande sociale. Il s’agit de permettre à tous les jeunes d’accéder à de hauts niveaux de diplôme et de qualification, de partager les outils d’émancipation par l’accès à une culture commune nécessaire pour comprendre le monde agir en citoyen éclairé et permettre une insertion sociale et professionnelle réussie. Ce droit au « lycée pour toutes et tous » sera une nouvelle révolution progressiste de notre société, c’est pourquoi nous le revendiquons haut et fort ! " A l’issue de son colloque lycée, le Snes lance cet appel.”

Enseignement de l’histoire : clap de fin. “Depuis les années 1970, l’enseignement de l’histoire à l’école a subi de nombreuses attaques. Si la matière n’a pas encore disparu, les élèves n’en apprennent plus grand chose depuis bien longtemps. L’ouvrage « Enseignement de l’histoire », écrit par Joëlle Fontaine et Gisèle Jamet – deux enseignantes qui ont vécu les changements des programmes – nous montre comment et pourquoi c’est arrivé en suivant les évolutions de l’enseignement du fascisme.
Les programmes d’histoire actuellement en vigueur proposent aux élèves une histoire thématique. C’est-à-dire qu’au lieu de suivre l’ordre chronologique, ils se présentent comme une succession de thèmes organisés autour de concepts présentés comme des évidences : “Le siècle des totalitarismes”, “La Deuxième Guerre mondiale, une guerre d’anéantissement”… Plus que l’histoire, ce sont bel et bien ces concepts qui sont enseignés, comme des slogans facilement assimilables qui dictent aux élèves ce qu’il y a à voir et à comprendre de l’histoire. Ils sont pourtant tous contestés à des degrés divers par un certain nombre d’historiens
.” par Luc Toutpense sur le site Le comptoir.
Encore une vision apocalyptique de personnes qui ne vont pas voir le travail réalisé par les enseignants d’histoire dans leurs classes !

Désorienté par l’orientation de mes élèves. Le Témoignage de Jean-Riad Kechaou. “Fin mars, les professeurs principaux de troisième sont confrontés comme chaque année au difficile exercice de l’orientation des élèves qu’ils ont en charge. Avec l’aide de la conseillère d’orientation-psychologue et du chef d’établissement, l’enjeu est de trouver une orientation adaptée aux souhaits de l’élève en conformité avec son niveau scolaire. Un exercice qui s’avère parfois périlleux.”

Éducation : la rhétorique d’élèves de Seine-Saint-Denis à l’honneur dans un livre. Mathilde Levesque, agrégée de lettres modernes, enseigne dans un lycée de Seine-Saint-Denis et transmet à ses élèves l’amour de la rhétorique. Avec une vidéo-reportage.

Enseignement supérieur. Débat autour des « prérequis » Les universités face à l’échec. “L’instauration de prérequis à l’entrée de la fac fait son chemin. Comment concilier la volonté affichée d’accueillir le plus grand nombre et mettre un terme au massacre de 1re année ? Le débat est ouvert.” Réservé aux abonnés.

Les facs innovent pour réduire l’échec des étudiants. “Des étudiants qui collaborent à la conception de leur cursus, d’autres qui font du tutorat entre eux, un sas d’un an pour des bacheliers pro avant l’IUT : plusieurs innovations pédagogiques pour réduire l’échec dans le supérieur ont été présentées jeudi.”

Et puis une curiosité : Marine Le Pen déclare : "Le bac doit redevenir un diplôme de sélection et d’orientation". “Aux yeux de la présidente du Front national candidate à l’élection présidentielle, le mérite doit devenir un pilier de l’enseignement et de l’orientation. Dans une interview réalisée par écrit pour l’Etudiant, Marine Le Pen égrène ses propositions : supprimer le collège unique, instaurer une sélection à l’entrée de l’université... Nouveau volet de notre série d’entretiens avec les candidats à l’élection présidentielle, tous sollicités par notre rédaction.” Mais quand est-ce qu’il le fut ? Ah la rhétorique du “c’était mieux avant” !

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L’enseignement des sciences expérimentales s’est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l’élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d’une société basée sur les sciences et les technologies.