Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 3 mars


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 3 mars

Présidentielle - Public ou privé - Supérieur - Divers


Une actualité légère en ce dernier jour de vacances pour la zone A, encore marquée par le programme d’E. Macron.


Présidentielle

Selon le Café pédagogique, le programme d’E. Macron est peu cohérent. “Préféré des enseignants, Emmanuel Macron a présenté le 2 mars son programme. Difficile de dégager une logique dans un programme où les préconisations peuvent s’opposer. Le meilleur point, la baisse réelle du nombre d’élèves en éducation prioritaire au cycle 2, s’opposant a ce qui semble être le pire, la mise en concurrence ouverte des établissements et des écoles. E Macron promet de défaire en partie la politique menée depuis 2012. L’Ecole a-t-elle vraiment besoin d’un nouveau "stop and go" ?”

Le point de vue du Monde : "Entre la gauche et la droite. Le programme d’Emmanuel Macron sur l’éducation puise dans deux rhétoriques sur l’école. D’un côté, celle de François Hollande, de Vincent Peillon et de ses successeurs Rue de Grenelle : « investir », donner la « priorité » au primaire et aux zones d’éducation prioritaire (ZEP) pour lutter contre l’échec scolaire et les inégalités sociales. De l’autre, la promesse d’une autonomie accrue des établissements, y compris en matière de recrutement des enseignants. Et la remise en cause, plus ou moins partielle et implicite, de la réforme des rythmes scolaires et de celle du collège."


Public ou privé ?

Angleterre, Suède, Pays Bas : L’échec du New Public Management.
"Marqué par l’autonomie locale, la responsabilisation, l’individualisation des carrières, le haut niveau de formation des enseignants, le New Public Management (NPM) apparait en France comme le modèle à suivre pour beaucoup de candidats à l’Elysée et de nombreux thinktank."
"Alors que les idées d’autonomie, d’élévation du niveau de formation , de régionalisation, de contractualisation des relations établissement - Etat, de renégociation du statut et des conditions de travail des enseignants se banalisent dans le discours des politiques et des médias, le travail de Florence Lefresne et Robert Rakocevic nous montre que cette voie prometteuse mène à des impasses."

Claude Lelièvre quant à lui interroge la légitimation du financement public de l’enseignement privé à l’occasion de la conférence de presse donnée mardi dernier par Pascal Balmand, le secrétaire général de l’enseignement catholique.

Etrillée par un rapport d’inspection, l’école musulmane de Nanterre se défend
“« Nous sommes une jeune école, il y a sûrement des points à améliorer, mais de là à dire qu’on ne dispense pas le socle commun… » s’étrangle encore Sabbar Kachouri. Le rectorat a demandé à l’institut d’améliorer sa copie d’ici le mois de juin. Pour l’heure, il n’est pas question de fermeture, rassurent les services rectoraux.”


Supérieur

Vers une coopération renforcée entre les Régions et les établissements d’enseignement supérieur :
“Le 28 février dernier, à l’occasion du colloque annuel de la Conférence des présidents d’université (CPU), organisé à Reims, la CPU et Régions de France ont signé une convention-cadre de coopération destinée à renforcer leurs liens et à fixer de nouvelles bases de travail suite aux évolutions législatives des dernières années. En 2017, les axes de travail porteront sur quatre chantiers prioritaires : le patrimoine universitaire, la formation tout au long de la vie, l’intégration des formations paramédicales au sein des universités et les futurs programmes européens.”

La France accueille les chercheurs étrangers en situation d’urgence.
“La Fondation de France a lancé, jeudi 2 mars, un fonds de souscription pour abonder Pause, dispositif d’accueil de chercheurs étrangers en situation d’urgence dans l’enseignement supérieur et la recherche, lancé par le secrétaire d’État, Thierry Mandon le 16 janvier dernier. 25 chercheurs ont déjà été sélectionnés.”

Il est question aussi de concours d’éloquence dans l’enseignement supérieur français. “Certains diront peut-être que l’on forme des sophistes et que l’on initie la jeunesse à ce qui n’est qu’un art de tromper. Le débat n’est pas nouveau. Il fait rage, en réalité, depuis la naissance de la rhétorique, au Vᵉ siècle av. J.-C.
Pourtant, il serait réducteur de rejeter la rhétorique et de refuser de l’enseigner au prétexte qu’elle pourrait être mal utilisée par les futurs orateurs. Les discours délétères se portent bien en ces temps de populisme galopant : si les citoyens ne savent pas les analyser ou les réfuter, ils ne seront que plus dangereux.”


Divers

Plus de précisions aujourd’hui sur la suspension de l’enseignant accusé de prosélytisme.
"Le professeur a fait étudier à ses élèves de CM1-CM2 six pages tirées du livre de l’Exode, ainsi que plusieurs passages d’un ouvrage intitulé Le Christianisme par les textes, des textes que l’inspecteur a jugés « peu accessibles littérairement » et « moralisateurs ». Il s’est servi à trois reprises de ces documents pour des dictées. Il a projeté un film sur la vie de Moïse, ainsi que L’Évangile selon saint Matthieu, de Pier Paolo Pasolini.
Il a par ailleurs fait répéter – pour des raisons d’acoustique – la chorale de l’école au sein de l’église, avec un répertoire non religieux. Il a enfin travaillé sur l’étymologie en regroupant les élèves en « tribus » sur la base des origines – notamment bibliques – de leurs prénoms. Une « accumulation » que déplore l’éducation nationale, d’autant que depuis le début de l’année, l’enseignement de l’histoire, lui, n’a fait l’objet d’« aucune trace écrite ».”

Selon une étude du Cnesco dévoilée jeudi, un quart des élèves a déjà redoublé avant l’âge de 15 ans. "Un chiffre deux fois plus élevé que la moyenne des pays de l’OCDE. Le Cnesco propose des alternatives au redoublement : mettre en place des stages d’été pendant les vacances scolaires pour les élèves en difficulté. Il veut encourager la poursuite des dispositifs qui permettent de consacrer davantage de temps en classe aux élèves qui ont dû mal à suivre, comme l’opération "Plus de maîtres que de classes". Il recommande qu’un même enseignant suive les enfants du CP au CE2, pour permettre à chacun d’apprendre à son rythme. Enfin, le Conseil propose de scolariser les enfants dès 2 ans car les statistiques montrent que les redoublants sont souvent ceux qui ont passé seulement un an ou moins à l’école maternelle."

Géraldine Duboz (récolte de Bernard Desclaux)


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Arts et culture : quels parcours ?
février 2017
Pour donner aux jeunes un égal accès à l’art et à la culture, les derniers textes officiels concernant l’Éducation artistique et culturelle mettent l’accent sur la notion de «  parcours  », qui doit permettre à l’élève de se constituer une culture personnelle, développer son habileté artistique et rencontrer des artistes, des œuvres, des lieux.

Enseigner les langues aujourd’hui
N° 534 - Enseigner les langues aujourd’hui
Dossier coordonné par Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh
janvier 2017
Apprendre une langue étrangère, c’est à la fois une évidence pour tous et une difficulté pour chacun. Et les études internationales ne font que confirmer que les Français seraient mauvais en langues. Quelles sont les pratiques qui permettent à l’apprentissage des langues vivantes d’être bénéfique pour nos élèves ?