Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 3 février 2006


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 3 février 2006

« Des solutions rustines et idéologiquement rustiques  ». C’est Claude Lelièvre, historien de l’éducation et ancien membre de la commission Thélot qui s’exprime en ces termes dans L’Humanité. Il fustige la politique du ministre De Robien (et au delà de l’ensemble du gouvernement) en montrant combien elle est régressive et réactionnaire.. Claude Lelièvre est un des signataires de l’Appel « Ecole non au renoncement » initié par Meirieu, Rochex et Joshua .
Pour lui la situation est grave et mérite une action forte et unie ; « Il y a près de dix ans, nous avions lancé, avec deux autres chercheurs, un appel pour « défendre et transformer l’école pour tous » ; aujourd’hui, on parle de résister. Ce n’est pas le même niveau d’action. En outre, cela signifie que c’est l’autre qui est le plus puissant. Momentanément, du moins... »

Le Monde s’intéresse au droit de retrait. Dans la plupart des cas, celui-ci, lorsqu’il est invoqué par les enseignants, est considéré par leur hiérarchie comme non réglementaire. Les professeurs sont alors considérés comme grévistes et ont donc des retenues de salaire. Malgré cela, de plus en plus d’enseignants d’établissements difficiles voient dans ce droit le seul recours possible pour alerter leurs autorités sur leur situation. "Le droit de retrait est un cri d’alerte envers la hiérarchie", considère un syndicaliste.
Dans une précédente chronique, qui m’avait valu plusieurs commentaires, je m’étais interrogé sur le message que l’on adressait aux élèves de l’établissement avec l’usage du droit de retrait. Cette disposition du droit du travail stipule en effet que des salariés peuvent se retirer d’une “ situation de travail dont ils avaient un motif raisonnable de penser qu’elle présentait un danger grave et imminent pour la vie ou la santé de chacun d’eux“. Je comprends que dans des situations critiques, il soit nécessaire de faire le point et symboliquement de marquer le coup (sans mauvais jeu de mots...). La décision du Proviseur du lycée professionnel Alfred-Costes à Bobigny, il y a quelques jours, de suspendre les cours et de renvoyer chez eux les 490 élèves de ce lycée technique pour "calmer la tension" me semble une bonne solution. Mais je continue de penser que dire aux élèves qu’ils sont un « danger potentiel » est encore plus dangereux à long terme.

Terminons par une info donnée par Le Monde et qui circulait déjà depuis quelques jours. Le chercheur Roland Goigoux, professeur à L’IUFM d’Auvergne, s’est vu interdire de conférence sur la lecture auprès de l’Ecole Supérieure de l’Éducation Nationale qui forme les inspecteurs et autres cadres de l’Éducation Nationale. Il se trouve qu’il est aussi un des signataires d’une pétition critiquant la position ministérielle sur la lecture. Y aurait-il un lien entre ces deux décisions ? On n’ose le croire...

La revue de presse prend un rythme beaucoup plus aléatoire pendant les vacances d’hiver de la Zone C. Bonnes vacances pour ceux qui sont dans ce cas et bon courage pour les autres !

Bonne Lecture...


Libération du 03/02/06

Dans la rue, les enseignants se préparent à la journée du 7
« Zep en colère, ministère au Kärcher ! » Les enseignants de la Seine-Saint-Denis ont pris la tête de la manifestation des fonctionnaires défilant hier à Paris, à l’appel de six fédérations de la fonction publique (CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU et Unsa) et de SUD. Pour ces enseignants, la priorité n’est pas le pouvoir d’achat et les salaires, revendications retenues pour cette journée syndicale. Non, pour eux, ce sont les « attaques répétées » du gouvernement Villepin. Depuis la grève du jeudi 26 janvier en Seine-Saint-Denis, ces enseignants ont le sentiment d’avoir « lancé un mouvement ». A raison peut-être, leur département faisant office de baromètre du climat scolaire.
Lire la suite de l’article

Une faible mobilisation
Officiellement, c’est pour défendre leurs salaires que les fonctionnaires manifestaient hier dans toute la France. La participation a été relativement faible, très loin des chiffres de mars 2005.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 03/02/06

Les députés adoptent l’apprentissage à 14 ans
Les députés ont approuvé jeudi la mise en place d’un système de « formation d’apprenti junior », dans le cadre du projet de loi sur l’égalité des chances.
Lire la suite de l’article

Le difficile accueil des enfants handicapés
L’inspection d’académie a un mois pour se prononcer sur le sort d’une maîtresse d’école de Seine-et-Marne, après la plainte des parents d’un enfant handicapé auditif qui l’accusent de « harcèlement psychologique ». L’administration envisage une mutation d’office. « Il avait sans cesse besoin de ma présence alors que je devais m’occuper d’une classe à double niveau », se défend l’enseignante, Brigitte Guigui, qui regrette de ne pas avoir été formée à l’accueil d’un enfant handicapé. D’autres plaintes de parents ont été déposées dans la Loire et les Côtes-d’Armor.
Lire la suite de l’article

Les fonctionnaires dans la rue pour défendre leurs salaires
Le ministère de l’Education faisait état à la mi-journée de 28% de grévistes dans les écoles primaires, 29% dans les collèges, 21% dans les lycées professionnels, 22% dans les lycées d’enseignement général et technologique et 20% chez les personnels Atos (non enseignants). Selon le Snes-FSU, principal syndicat du secondaire, « la participation à la grève est en moyenne de 41%, et de 45% en collège et 32,5% en lycée ».
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 02/02/06 (un jour de retard)

Résistance face à l’école trop étriquée de Robien
ZEP rétrécies, postes aux concours moins nombreux, apprentissage à quatorze ans, parents « déficients » punis : l’école du ministre Robien n’a plus aucune ambition.
Lire la suite de l’article

« Des solutions rustines et idéologiquement rustiques »
Jamais un gouvernement ne sera allé aussi loin dans le renoncement aux ambitions pour l’école, estime Claude Lelièvre.
Lire la suite de l’article

« Brisons ce silence trop longtemps maintenu »
Le Mémorial de Caen a organisé, vendredi 27 janvier, son 9e concours lycéen sur les droits de l’homme. Ce jour-là, vingt-neuf d’entre eux, venus de toute la France, des DOM et de lycées français à l’étranger, ont défendu comme de vrais avocats des cas réels d’atteintes aux droits de l’homme. Le jury, présidé par le professeur Alain Deloche, a choisi la plaidoirie d’Aurélie Bayimbi, du lycée Pernock-du-Lorrain, en Martinique, que nous reproduisons ci-dessous.
Lire la suite de l’article

Nuit de dialogue à Saint-Denis
Mardi, une vingtaine de collèges de Seine-Saint-Denis étaient occupés pour protester contre les politiques éducatives. Reportage au collège Iqbal-Masih.
Lire la suite de l’article

Les principales mesures depuis décembre
Récapitualatif des annonces et mesures “de Robien“proposé par l’Humanité
Lire la suite de l’article

Handicap. Les exclus de l’école
La loi handicap a été votée sans prévoir de calendrier pour les décrets d’application ni de perspectives financières.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 03/02/06 ( payant)

Contrat première embauche
Villepin plaide sur Internet

C’ETAIT une première pour Dominique de Villepin. Pas très porté sur les nouvelles technologies, le Premier ministre a dialogué pendant près d’une heure, hier soir, avec des internautes soigneusement triés sur le volet. Au total, une vingtaine de...
Lire la suite de l’article


La Croix du 03/02/06

Adoption de l’apprentissage à 14 ans
Les députés ont approuvé dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 février la mise en place d’un système d’apprentissage à partir de 14 ans prévue dans le projet de loi sur l’égalité des chances
Lire la suite de l’article


20 minutes du 03/02/06

Les cours toujours perturbés à l’Erea Jean-Jaurès
Un conflit dans l’impasse. Depuis le 23 janvier, une moitié des enseignants de l’établissement régional d’enseignement adapté (Erea) Jean-Jaurès (19e) n’a pas repris le travail. Les professeurs exercent leur « droit de retrait » face à un « danger grave et imminent ». Les cours devraient reprendre aujourd’hui mais ils pourraient de nouveau être interrompus à la rentrée des vacances de février.
Lire la suite de l’article

Le CPE s’invite aux manifs
Pour la défense des salaires, mais surtout contre la précarité. Entre 73 000 et 109 000 personnes ont défilé hier en France, et 18,46 % des agents de l’Etat ont fait grève pour protester contre la revalorisation des salaires.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 03/02/06

Fonctionnaires : une petite mobilisation
Pas vraiment un flop, mais pas un tabac non plus. La journée de grève et de manifestation des fonctionnaires, hier, a surtout mobilisé les enseignants, nombreux dans les rues. Pas de quoi faire bouger le gouvernement sur les fiches de paie ?
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 04/02/06

Un chercheur s’estime empêché de faire cours
Les sceptiques de la méthode syllabique d’apprentissage de la lecture prônée par le ministre de l’éducation nationale, Gilles de Robien, ont-ils encore voix au chapitre ?
Le doute est permis pour Roland Goigoux professeur en sciences de l’éducation à l’université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand-II) et spécialiste reconnu de l’apprentissage de la lecture. Jeudi 26 janvier, l’universitaire apprend que le module de formation sur les questions de lecture dont il est chargé depuis dix ans à l’Ecole supérieure de l’éducation nationale (ESEN) est supprimé.[...]
"Est-ce que c’est le fait que je montre qu’il n’y a pas de méthode idéale qui gêne ? A-t-on peur que mes prises de position personnelles dans un débat citoyen biaise mon enseignement ?", interroge M. Goigoux.
Ce chercheur est, en effet, à l’origine, avec d’autres personnalités du monde éducatif, d’une pétition, qu’ils ont publiée dans Le Monde du 11 janvier. Pétition qui critique la position du ministre de l’éducation nationale. Pour M. Goigoux, au-delà de la suspicion sur la qualité de son travail, cette décision nie "tout esprit critique des inspecteurs qui pourraient suivre ce module et pose la question de la place de l’université dans la formation des cadres de l’éducation nationale".
Lire la suite de l’article

Le texte sur l’apprentissage à 14 ans a été adopté
Premier article adopté du projet de loi après plus de deux jours de débats, l’apprentissage à 14 ans fait partie des mesures annoncées par le premier ministre, Dominique de Villepin, lors de la crise des banlieues. La "formation d’apprenti junior" comprendra deux phases, "l’apprentissage junior initial" avec initiation aux métiers à partir de 14 ans et "l’apprentissage junior confirmé" avec un contrat d’apprentissage à partir de 15 ans. Le texte offre aux apprentis la possibilité d’interrompre leur formation et de réintégrer le collège. Les députés ont adopté un amendement de la commission des affaires culturelles, instaurant un tutorat chargé du suivi de l’élève en apprentissage.
Lire la suite de l’article

Les députés légalisent le travail de nuit avant l’âge de 16 ans
Il est minuit passé lorsqu’Alain Vidalies (PS, Landes) propose un amendement précisant que les dérogations à l’interdiction du travail de nuit pour les jeunes ne s’appliqueront pas aux moins de 16 ans. Un décret paru au Journal officiel du 14 janvier énumère en effet les secteurs dans lesquels peut être accordée une dérogation à cette interdiction pour des jeunes de moins de 18 ans : boulangerie, pâtisserie, restauration, hôtellerie, spectacles et courses hippiques.
"Le droit applicable au travail des mineurs est suffisamment protecteur", estime le rapporteur, Laurent Hénart (UMP, Meurthe-et-Moselle). "Les dispositions que nous avons prises sont plus protectrices que celles qui existaient avant", renchérit M. Larcher. "Les dérogations accordées pour les moins de 18 ans vont-elles s’appliquer entre 15 et 16 ans ?", redemande M. Vidalies. "Nous avons répondu", répète M. Larcher. "Non, vous vous contentez d’effets de manche. La question est simple, intervient Henri Emmanuelli (PS, Landes). Est-ce que, oui ou non, le travail de nuit sera possible pour les jeunes de 15 ans ?" "La réponse est oui, O-U-I", concède M. Hénart. L’amendement du PS est repoussé. L’article 1er est adopté. La discussion reprendra mardi.
Lire la suite de l’article

Le droit de retrait, "cri d’alerte" des enseignants
Depuis l’agression d’une enseignante à Etampes (Essonne), le 16 décembre, frappée de plusieurs coups de couteau en plein cours, plusieurs faits de violence graves se sont produits, le plus souvent dans des lycées professionnels.
Face à ces agressions, les professeurs, désemparés, invoquent de plus en plus souvent leur "droit de retrait". Inscrit dans le code du travail, celui-ci permet à un agent de cesser le travail s’il a "un motif raisonnable de penser que sa situation de travail présente un danger grave et imminent pour sa vie ou pour sa santé".
Dans l’académie de Créteil, selon nos recensements, des enseignants d’au moins six établissements ont invoqué, en janvier, le droit de retrait à la suite de violences, le plus souvent en Seine-Saint-Denis.
Lire la suite de l’article

Les agressions physiques en baisse
En novembre et en décembre 2005, les statistiques du ministère de l’éducation nationale, comparées à celles de 2004 pour la même période, font état d’une baisse de 3 % des violences physiques avec arme, de 6 % des insultes et menaces graves, et de 8 % des vols et tentatives de vol dans les établissements scolaires du second degré.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 03/02/06

Les députés ont adopté l’apprentissage à 14 ans
Ils ont approuvé cette nuit la mise en place de l’"apprentissage junior". A gauche, on dénonce la remise en cause de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans.
Lire la suite de l’article


L’Express quotidien du 03/02/06

Le 93 toujours sous tension
Mercredi, un professeur du lycée professionnel Alfred-Costes de Bobigny a été agressé en plein cours par un élève, une semaine à peine après la grève des enseignants du département qui dénonçaient le climat d’insécurité dans lequel ils exercent
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 03/02/06

Robien juge "sans fondement" le faire-part de décès des ZEP du Snes-FSU
Le ministre de l’Education nationale, Gilles de Robien, a estimé jeudi "sans fondement" le faire-part de décès de "Madame Zone d’éducation prioritaire" rédigé par les professeurs du collège Jean-Vigo d’Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) et envoyé à la presse par le Snes-FSU.
Lire la suite de l’article

Faire manger des fruits aux enfants : une commune relève le défi
Faire manger des fruits aux enfants, quotidiennement et en quantité, est souvent un casse-tête pour les parents mais c’est le défi relevé avec succès à Le Bosc, une petite commune du sud de la France qui distribue gratuitement des fruits aux écoliers.
Tous les jours, à l’heure de la récréation, les enfants ont le choix entre deux fruits le matin et deux autres l’après-midi : "fruits de saison et aussi fruits exotiques pour faire découvrir des goûts différents", explique Daniel Guibal, maire de Le Bosc, une commune de 750 habitants située à 50 km de Montpellier.[...] "Pour les 116 enfants, cela représente 10.000 euros. C’est le prix d’un seul feu d’artifice et c’est une bien meilleure utilisation de l’argent public pour un bienfait quotidien", se félicite-t-il.
Lire la suite de l’article

Education sans frontières s’adresse au ministre des Affaires étrangères
Le Réseau éducation sans frontières (RESF) a rendu publique vendredi une lettre ouverte au ministre des Affaires étrangères lui demandant de faire connaître sa condamnation de la politique française vis-à-vis de l’immigration.
Lire la suite de l’article


Pour en savoir plus

Le site de VousNousIls (Rubrique dépêches de l’éducation AFP)

Les dépêches AFP sur lesite Voila.fr

Le site Yahoo Actualités, rubrique éducation

La maison des enseignants

L’indispensable café pédagogique