Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 3 avril 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 3 avril 2015

Petit tour au Canada — Pédagogie — Orientation — Numérique — Enseignement supérieur


Pour une autre perspective, nous ferons un petit tour au Canada avant d’entamer un survol de la presse française. Il y sera question de pédagogie, d’orientation, de numérique et d’enseignement supérieur.


Un petit tour au Canada

Et commençons toutde suite par un vilain mot... Un collège axé sur l’entreprenariat ouvrira ses portes en septembre. “... cet établissement reposera essentiellement sur une pédagogie à visée entrepreneuriale et intégrée à l’ensemble des matières, une première dans l’enseignement secondaire.
« Tous les élèves reçoivent la formation de l’école québécoise, mais, en plus, on intègre des approches pédagogiques par de la matière complémentaire pour passer de l’idée à l’action, ce qui teint toute notre pédagogie », laisse savoir Myriam Stephens, directrice générale du Collège.
” "Passer de l’idée à l’action" ... intéressant non ? et sans rapport nécessairement avec l’entreprise !

Renée Larochelle, à propos du thème “Jeunes et religions” annonce Une nouvelle chaire de leadership en enseignement voit le jour. “Au chapitre des retombées, cette nouvelle chaire de leadership en enseignement devrait permettre à la Faculté d’assurer, à travers tout le Québec, la formation de personnes désireuses d’intervenir dans le domaine de la formation spirituelle et religieuses des jeunes. Elle rendra aussi possible la mise en oeuvre d’approches novatrices, notamment des stages d’observation et d’intervention et des recherches inédites sur l’univers spirituel et religieux des jeunes.”
Et à propos de l’autisme, la formation s’organise : Nouvelle formation en ligne relative aux troubles du spectre de l’autisme. “Un nouveau programme de formation en ligne sur les troubles du spectre de l’autisme (TSA) a été lancé, aujourd’hui, à l’intention des professionnels de l’enseignement du système scolaire public du Nouveau-Brunswick et des autres provinces de l’Atlantique.” A remarquer, "un nouveau programme"... il y en avait donc déjà !

Et chez nous, en Corse, Corse net info annonce : Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme : Une session de formation pour les enseignants. "Le 4 avril sera la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Dans cette approche, le CRDP de la Corse a proposé ce mardi, une formation destinée aux enseignants, afin de mieux comprendre la problématique de l’enseignement aux enfants atteints de troubles autistiques.

JPEG - 97 ko
Formation sur l’autisme en Corse, par Jean-Marie Olaya

Pédagogie

La Finlande délaisse les maths et la physique-chimie dans les écoles. “Le pays, souvent présenté comme un modèle en matière d’éducation, veut délaisser les mathématiques et la chimie au profit d’« enseignements spécialisés ».” Et cet article se termine par une déclaration de Jean-Paul Brighelli qui “met cependant en garde contre un système que l’on érige un peu trop vite en modèle : « On ne parle du "miracle" finlandais qu’au niveau primaire et collège. Parce qu’après, c’est beaucoup plus sauvage : un tiers des élèves passent en voie générale. Le reste va en lycée professionnel ». L’essayiste rappelle un autre triste palmarès du pays scandinave, dont le niveau d’alcoolisme et de suicide chez les jeunes est le plus haut d’Europe.

Et justement, le dossier de veille de l’IFÉ n° 100, mars 2015 a pour titre :
Éduquer au-delà des frontières disciplinaires. Il est rédigé par Catherine Reverdy, chargée d’études et de recherche à l’unité Veille et Analyses - IFÉ. Son résumé pour vous allécher : “Les années 1970 ont apporté les « 10 % pédagogiques » et la possibilité de réaliser des projets souvent interdisciplinaires avec les élèves, pour insuffler de l’innovation dans les pratiques pédagogiques françaises ; les années 2010 sont en passe de (ré-)introduire au collège des « enseignements pratiques interdisciplinaires » et 20 % du temps d’enseignement laissé au libre choix pédagogique des établissements. Cette réforme semble cristalliser depuis son annonce de nombreuses tensions autour des territoires disciplinaires des enseignants. Pourquoi l’interdisciplinarité est-elle si difficile à appliquer en France ? Qu’en est-il dans les autres pays ? Des problèmes au niveau de la collaboration entre enseignants, au niveau pratique, ou au niveau des traditions disciplinaires sont soulevés.
En parallèle, depuis les années 1990, l’éducation à la santé, à la citoyenneté, au développement durable, aux médias, à l’information, au patrimoine… sont autant de demandes faites par la société à l’école pour former les futurs citoyens. Leur caractère particulièrement complexe, du point de vue des concepts étudiés mais aussi du point de vue de la « transmission » d’un certain engagement citoyen à tous les élèves, en fait des objets difficiles à enseigner. Selon les curriculums des différents pays, ces « éducations à » sont tantôt traitées comme des matières séparées, tantôt intégrées à une ou plusieurs matières.
Ce centième Dossier de veille aborde les questions concernant ces contenus transversaux qui sont encore et toujours au cœur de l’actualité éducative et des discussions sur les finalités éducatives de l’enseignement secondaire : comment éduquer les élèves pour en faire des citoyens responsables dans un système surtout centré sur les disciplines scolaires, et qui ne permet donc pas facilement d’embrasser d’un même regard les questions complexes, forcément interdisciplinaires ?

Le Café pédagogique propose une autre ressource important, l’article de Philippe Meirieu : Former les enseignants en établissement : Un impératif. Il fait état du séminaire sur le thème « Former les enseignants dans les établissements scolaires : vers une nouvelle aire de professionnalisation ? » qui s’est tenu dans le cadre de la chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIème siècle » animée par Luc Ria, les 26 et 27 mars qui se tenait à l’Institut Français de l’Éducation (IFÉ).

La pédagogie dépend sans doute de quelques contraintes architecturales, Toutéduc propose à ses abonnés L’architecture, est-ce le fond ou la forme ? "Habiter l’école", qu’elle soit belle ou non...(Revue Diversité). “Alice Giralté (chargée de mission à la mission ministérielle de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire) prévient, "l’architecture ne peut pas créer à elle seule un climat favorable (...) Elle peut y contribuer en étant un appui aux pratiques pédagogiques, aux projets, à la socialisation des élèves et des adultes, ou encore en s’intégrant parfaitement dans le paysage urbain ou rural. À l’inverse, elle peut être un frein ; mais, là aussi, elle ne peut jamais être la cause unique d’un climat scolaire dégradé."
Les élèves français devront savoir créer des applications simples. “Le ministère de l’Éducation nationale vient de définir les connaissances que chaque élève devra systématiquement avoir acquis à la fin de sa scolarité obligatoire, c’est-à-dire à 16 ans. La question de l’utilisation des outils numériques est ainsi au programme, de même que celles de la programmation informatique et de la « culture numérique ».”

Clisthène : une pédagogie sur mesure qui fait école. “L’annexe Clisthène au collège du Grand Parc à Bordeaux accueille ce vendredi le séminaire de la Fédération des établissements scolaires publics innovants (FESPI) qui fête ses dix ans. Cet établissement expérimental bordelais doublera l’année prochaine sa capacité d’accueil et jouera enfin dans la cour des grands.


Orientation

Dans la presse régionale on fait de plus en plus écho à la mise en place du SPRO (le service public régional de l’orientation. Ainsi à Chateaudun - Un service public régional pour l’orientation.
Une seule aiguille pour bien orienter. “Déléguée aux Régions depuis la loi du 5 mars 2014, l’orientation professionnelle n’est pas toujours aisée. Chaque Région a désormais les commandes de cette orientation, l’État ayant gardé à sa charge l’orientation des scolaires.
En Poitou-Charentes, la Région s’est emparée du dossier en décidant de créer un service public régional d’orientation. « Nous y travaillons depuis un an, explique Émile Brégeon, conseiller régional. Nous avons décidé de créer, à l’intention du public, un guichet unique, " Orientation Poitou-Charentes ", où chacun pourra trouver les informations dont il a besoin pour s’orienter en poussant au maximum deux portes. »
Mais cet objectif n’est pas si aisé que cela à atteindre. Car l’orientation professionnelle est le domaine de compétence de multiples acteurs. Avant de pouvoir offrir l’information utile et pertinente en moins de deux contacts, il faut que tout ce petit monde se connaisse étroitement.

Localtice.info, le quotidien d’informations en ligne des collectivités territoriales propose un article important : SPRO : les attentes des publics analysées par trois régions . “Trois régions (Bretagne, Centre et Pays de la Loire) ont mené une enquête interrégionale pour mieux comprendre les usages et attentes des publics en matière d’orientation, dans l’optique du service public régional de l’orientation (SPRO) qui a été généralisé début 2015. Principales conclusions : de fortes attentes de la part du public, une demande de complémentarité entre internet et l’accueil physique, et le souhait d’une coconstruction des projets professionnels.

Mais pendant ce temps … Les fermetures de CIO se poursuivent. Ainsi à Landerneau : Orientation. La ville risque de perdre un relais.

L’INJEP publie “Etudes et synthèses” n°24 - Parcours d’orientation et d’insertion : Les bénéfices de l’individualisation et de la coopération. L’enseignement principal de cette étude menée par l’INJEP : “L’enseignement principal : les acteurs et institutions concernés déploient des modes d’intervention qui privilégient avant tout l’individualisation des prises en charge en matière d’orientation. Ces expérimentations mettent en exergue deux évolutions majeures dans les pratiques de soutien à l’orientation et l’insertion professionnelle : elles impulsent une conception de l’accompagnement plus globale, transversale, qui vise à sécuriser les parcours, et elles plaident pour un rapport très étroit avec la réalité des formations et des métiers.

Jeunesse et Entreprises. Un pont entre deux mondes. “Depuis 23 ans, l’Association Jeunesse et Entreprises du Finistère (AJE29) oeuvre à rapprocher le monde de l’entreprise et celui de l’enseignement. Un point avec le président Jean-François Boyard, qui dirige l’usine Saupiquet de Quimper.


Numérique

Pierre-Etiennne Pommier, CEO & fondateur de Pythagora annonce, Une nouvelle ressource en ligne. et en profite pour poser une question, apparemment embarrassante : Quel budget pour France Télévisions éducation ? “Ce jeudi matin France Télévisions lançait en grande pompe à l’auditorium du Louvre la nouvelle version de sa plateforme numérique pour l’éducation dont la promesse est "cultivez l’envie d’apprendre".” Le Monde numérique en fait état également : Nouvelle plateforme Francetv éducation pour mieux cultiver l’envie d’apprendre.


Enseignement supérieur

Sur Educpros, Marie-Caroline Missir indique que L’Institut Montaigne veut supprimer le ministère de l’Enseignement supérieur. “Augmenter les droits d’inscription en licence à hauteur de 500 €, proposer des formations pluridisciplinaires et sélectives, et remplacer à terme le secrétariat d’État à l’Enseignement supérieur par deux agences indépendantes. Dans un rapport sans concession publié jeudi 2 avril, l’Institut Montaigne formule des propositions chocs pour faire évoluer l’université.

En vous souhaitant un bon week-end prolongé pour certains.
Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Réussir l’école du socle - En faisant dialoguer et coopérer les disciplines
Ouvrage - 2013
Francis Blanquart, Céline Walkowiak - ESF, 2013
Organisé de manière très concrète autour des pratiques scolaires de classe au collège et en 2de de lycée, cet ouvrage s’attache à tous les aspects de la pédagogie ouverte et innovante nécessaire à la réussite de « l’école du socle commun ».

Ce qui fait changer un établissement
Revue n°509 - decembre 2013

Le ministre réforme, les enseignants travaillent. Entre les deux, que se passe-t-il à l’échelle d’un établissement ? Quelle organisation, quelle répartition des rôles, quels leviers pour répondre aux prescriptions institutionnelles, pour favoriser les apprentissages des élèves, dans toutes leurs dimensions ?