Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 22 septembre 2006


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 22 septembre 2006

Est-on un pervers sexuel en puissance si on joue à touche-pipi à cinq ans ? . On peut lire un exposé des faits dans Le Figaro tels qu’ils se seraient produits dans une commune du Vaucluse, vendredi dernier. « Ce jour-là, quatre élèves de moyenne section ont imposé à une fillette des pressions, lui imposant des caresses sur les cuisses et mimant une scène qui peut être apparentée à une forme de violence. Aussitôt, l’équipe pédagogique est intervenue pour séparer les enfants et prendre en charge la victime. Enfin, nous avons renvoyé les garçons chez leurs parents afin qu’ils mènent une réflexion sans complaisance sur la portée de leurs actes. » déclare l’inspecteur d’académie. L’administration a saisi également le procureur de la République, qui a décidé de mener une enquête de personnalité sur les familles des quatre apprentis délinquants....
On se gardera bien de porter un jugement ici. D’abord parce que comme le dit un membre du parquet de Carpentras « Dans ce dossier, il n’y a pas vraiment de témoins : ni adultes ni enfants. Les gens s’affolent. On oublie qu’on a tous joué au docteur. »
Mais on pourra quand même réfléchir sur ce que ce type d’incident, nous apprend sur nous mêmes et l’état de notre société. On voit qu’ici le concept de “Tolérance zéro” a été poussé très loin et qu’à n’en pas douter si la loi de prévention sur la délinquance était votée, ces bambins seraient déjà fichés...On voit enfin que, dans le climat sécuritaire qui est le nôtre, la réponse la plus immédiate est la seule sanction

Pourtant, même si c’est nécessaire, Punir n’est pas la seule finalité. Ce n’est, bien sûr, pas sur le même sujet (quoique...) puisque cette déclaration est celle d’un magistrat de Bobigny à la suite des déclarations de Nicolas Sarkozy. Le magistrat le plus connu et qui est vraiment dans la ligne de mire du ministre candidat, Jean-Pierre Rosenczveig répond lui aussi dans 20 minutes : “Il faut nous donner les moyens d’appliquer la loi” et dénonce une manœuvre pour détourner l’attention des autres problèmes soulevés par la lettre du préfet.

D’autres sujets à signaler en vrac dans cette revue de presse. Le Figaro revient une nouvelle fois sur l’absentéisme des enseignants. Le journal estime que cela représente 12 millions d’heures de cours perdues sur 233 millions d’heures d’enseignement dis pensées chaque année par les 400 000 enseignants exerçant dans les collèges et les lycées de l’Hexagone. Heureusement, un spécialiste de ces questions relativise ces chiffres et montre que ce n’est pas plus qu’ailleurs dans le secteur privé. Et pourtant la technique du bouc émissaire est toujours à l’œuvre...
Libération s’intéresse à son tour au projet de préinscription à l’université pour les futurs bacheliers et se demande s’il ne s’agit pas d’une forme de sélection déguisée.

Finissons sur un énervement. Est-ce une provocation ? Un supposé chercheur en sciences sociales, propose dans Le Monde que l’affectation en collège ou en lycée se fasse sur concours. Les meilleurs auraient alors le choix et iraient dans les meilleurs collèges, les autres seraient regroupés dans les autres établissements. Le sommet est atteint avec cette phrase qui nie toutes les études menées sur ce sujet jusque là : “pour cela il faudrait en finir avec la théorie officielle, à laquelle personne ne croit intimement, qui affirme que le mélange d’élèves de niveaux très différents les hisse tous vers le haut”. Ce que l’on peut lire ici, ce n’est ni plus ni moins que la fin du collège pour tous et la mise en place d’une logique profondément inégalitaire sans qu’elle soit le moins du monde équitable...

Bonne Lecture...



Libération du 22/09/06

Dès février, le choix de l’amphi
Afin de laisser le temps aux universités de dissuader les jeunes visant une filière inadaptée à leur cursus, les futurs bacheliers pourraient se préinscrire dès l’hiver.
Lire la suite de l’article

Quatre gamins renvoyés de l’école pour « attouchements »
Quatre enfants de 5 ans ont été renvoyés de l’école maternelle Frédéric-Mistral, à Jonquières (Vaucluse), accusés d’avoir contraint une fillette de 4 ans à des attouchements durant la récréation
Lire la suite de l’article

« Il n’y a rien d’anormal à jouer à touche-pipi »
Quatre enfants de cinq ans ont été renvoyés d’une école maternelle du Vaucluse, accusés d’avoir contraint une fillette de quatre ans à des attouchements pendant la récréation (lire article). Françoise Geay, pédopsychiatre lyonnaise, réagit.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 22/09/06

Les parents de plus en plus préoccupés par l’absentéisme des professeurs
Des millions d’heures de cours sont perdues chaque année mais les remplacements sont mieux assurés qu’avant.
Lire la suite de l’article

La justice saisie de plusieurs plaintes
Preuve que les temps changent, il y a quelques mois, Jérôme Charasse, un étudiant en droit, neveu de Michel Charasse, avait saisi le tribunal administratif de Clermont-Ferrand pour fustiger les absences prolongées de son enseignant de philosophie. Le jeune homme accusait son enseignant d’être responsable de son 6 sur 20 en philosophie au bac.
Lire la suite de l’article

Quatre élèves exclus de maternelle pour des caresses déplacées
Véritable agression ou simple jeu enfantin : les avis divergent sur la gravité de l’incident intervenu dans une école du Vaucluse.
Lire la suite de l’article

Les Bouches-du-Rhône misent sur l’informatique au collège
Tous les élèves de 3e et de 4e reçoivent un ordinateur dès la rentrée. Mais les machines restent parfois dans un tiroir.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 21/09/06 (un jour de retard)

Biseauter la carte scolaire ?
La concertation sur la carte scolaire s’est engagée hier et semble confirmer une volonté du ministère de l’assouplir.
Lire la suite de l’article

« Un gamin en prison, c’est un échec »
Hélène Franco, juge des enfants au tribunal de Bobigny et vice-présidente du Syndicat de la magistrature, répond aux critiques du préfet.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 22/09/06 ( payant)

Mention très bien au bac et 30 fautes en dictée
Des élèves de première année d’IUT à Grenoble ont été soumis à une dictée. Les résultats sont navrants : en moyenne, dix à quinze fautes par copie avec des aberrations, y compris chez des bacheliers émérites.
Lire la suite de l’article

« Il faut vite rétablir les heures de français en primaire »
Les résultats de la dictée vous surprennent-ils ? Michel Buttet. Pas du tout. Il y a un an et demi, notre collectif avait soumis 2 300 élèves de seconde à une dictée du brevet 1988, en la notant avec les consignes de l’époque. Résultat, seuls 18 % des...
Lire la suite de l’article

Skyrock fait des vagues avec sa « Radio libre »
Déjà rappelée à l’ordre par le CSA, la radio jeune est menacée de sanctions pour des propos très crus tenus dans son émission de libre antenne. Les ados, eux, y trouvent une ouverture pour exprimer les doutes propres à leur âge.
Lire la suite de l’article

« La vulgarité permet d’exprimer un malaise »
LA DERNIERE FOIS que Skyrock a eu à plaider sa cause auprès du CSA, concernant « Radio libre », elle avait fait citer le pédopsychiatre Joseph Naouri. Ce dernier avait écouté les émissions mises en cause par le Conseil afin d’en dégager les dangers ou,...
Lire la suite de l’article

CE QU’ON ENTEND A L’ANTENNE
Afin que chacun puisse se faire une opinion, nous avons retranscrit les propos ci-dessous sans les atténuer. Paroles entendues dans « Radio libre » en 2005. Un animateur : « Moi, je pense que si j’étais une femme, je serais une grosse salope ! Moi, je...
Lire la suite de l’article


La Croix du 22/09/06

Rien vu...


20 minutes du 22/09/06

Jean-Pierre Rosenczveig : « Il faut nous donner les moyens d’appliquer la loi »
Dans sa lettre, le préfet parle de la grande pauvreté, des difficultés sociales, du communautarisme, des barbus, des forces de police. Et il exprime aussi un jugement sur la chaîne pénale. Mais la note date de juin et elle ne sort qu’aujourd’hui. Ce n’est pas un hasard. Sachant que les deux tiers de la lettre allaient les embêter, certains ont saisi un paragraphe sur le tribunal de Bobigny pour créer un écran de fumée. C’est un moyen de ne pas parler des autres problèmes.
Lire la suite de l’article

« Il faudrait qu’il vienne voir comment on bosse, Sarko »
Les couloirs du tribunal de Bobigny bruissent de rancoeurs et d’indignation : les propos du ministre de l’Intérieur ne laissent personne indifférent. « On fait le maximum au quotidien et voilà comment on nous traite, se désespère une procureure. Seulement, nous, on fait avec les moyens du bord. » Qui sont limités.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 22/09/06

Après l’étranger, l’étudiant se sent étrange
C’est devenu une (bonne) habitude. De plus en plus de jeunes Européens vont étudier ailleurs. C’est une joie de partir. Une « bizarrerie » de revenir.
Lire la suite de l’article

Délinquance : les hauts magistrats se rebiffent
Les propos de Nicolas Sarkozy sur « la démission » de la Justice face à la délinquance ne passent vraiment pas. Réplique des plus hauts magistrats.
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 23/09/06

Le collège sur concours
par Philippe Genestier chercheur en sciences sociales, Laboratoire RIVES, ENTPE-CNRS.

C’est un psychodrame français. La carte scolaire est au centre de tous les débats, de tous les programmes, de toutes les hypocrisies et illusions nationales. Ayons le courage de regarder la réalité en face : le jeu social est concurrentiel, à l’école comme ailleurs, et dans un pays comme la France, où le diplôme joue un rôle cardinal dans le destin social des individus, la réussite scolaire de leurs enfants est un enjeu majeur pour les familles. Plus encore pour les classes moyennes, dont l’ascension au cours des décennies passées s’est faite via l’accès aux études secondaires puis universitaires.
De sorte qu’il n’est pas surprenant, ni scandaleux en termes de morale personnelle, que, sur un enjeu aussi fort, les familles qui le peuvent contournent la carte scolaire, c’est-à-dire préfèrent être de meilleurs parents que de meilleurs citoyens.[...]
Pour résoudre ces trois problèmes à la fois, le système le plus cohérent serait le suivant : l’affectation dans un collège et dans un lycée se ferait sur la base d’un concours, organisé à l’échelle de chaque agglomération, que passeraient tous les élèves. Ceux-ci choisiraient en fonction de leur classement leur établissement, sur la base, tant de sa réputation, que de sa commodité d’accès pour chacun d’eux. Les choses seraient claires.
[...]Les meilleurs élèves se concentreraient dans les établissements les plus réputés pour y suivre des parcours d’excellence, cependant que les élèves en difficulté se verraient regroupés dans des établissements où ils bénéficieraient d’un réel appui. Mais pour cela il faudrait en finir avec la théorie officielle, à laquelle personne ne croit intimement, qui affirme que le mélange d’élèves de niveaux très différents les hisse tous vers le haut.[...]
Lire la suite de l’article

MM. Chirac, Canivet et Sarkozy tentent de désamorcer la crise
Jacques Chirac "a rappelé sa très grande exigence quant au respect de l’indépendance des magistrats et à la nécessaire sérénité qui doit présider à l’exercice de leur mission", indique un communiqué publié par l’Elysée après l’entretien de 45 minutes accordé par le président de la République au premier président de la Cour de cassation, Guy Canivet. Le chef de l’Etat demande que "toutes les énergies" soient "mobilisées" pour "prévenir et sanctionner les violences".
Lire la suite de l’article

Bobigny : le verdict de l’inspection
Un vaste audit du tribunal a été réalisé en 2005 par l’inspection générale des services judiciaires. Le Monde a pris connaissance de ses résultats en ce qui concerne les services du procureur, l’autorité chargée de poursuivre les délinquants. Ils montrent qu’à Bobigny, en dépit de ses difficultés, la justice est loin de démissionner, au contraire : les magistrats y affichent une productivité répressive extraordinaire. Chaque substitut du procureur traite plus de 1 500 dossiers par an, contre moitié moins pour ses collègues de Paris. A la permanence "flagrants délits et garde à vue", deux substituts reçoivent chacun 42 appels journaliers de la police, affaires qu’ils traitent en dix minutes. A la permanence des enquêtes préliminaires, ce sont 85 affaires par jour, cinq minutes pour chacune.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs permanent du 22/09/06

Un audit encense le travail des magistrats de Bobigny
Le document, daté de 2005, montre qu’"une réponse pénale est apportée à chaque acte de délinquance" et que les juges traitent plus de dossiers que la moyenne.
Lire la suite de l’article


L’Express Quotidien du 22/09/06

"Punir n’est pas la seule finalité"
Denis Salas, magistrat, auteur de La volonté de punir, essai sur le populisme pénal (Hachette, 2005), rappelle que la mission de la justice n’est pas la tolérance zéro. En vertu de la loi de 1945, elle doit donner la priorité aux solutions éducatives.
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 22/09/06

Rentrée universitaire morose pour étudiants et universités sans le sou
Après la victoire sur le CPE, des universités sans le sou et des étudiants en situation de plus en plus précaire effectuent une rentrée morose avec le sentiment d’être rendus seuls responsables des difficultés d’insertion professionnelle des jeunes.
Lire la suite de l’article

Meirieu aux présidentiables : l’Ecole a besoin de "courage politique"
Le pédagogue Philippe Meirieu a écrit une lettre ouverte aux probables futurs candidats à la présidentielle rendue publique vendredi et dans laquelle, partant du constat que "notre Ecole va mal", il les incite au "courage politique" en matière d’éducation.
Lire la suite de l’article

Elle avait giflé l’institutrice de son fils : six mois de psison avec sursis
Une mère de famille a été condamnée à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Strasbourg pour avoir giflé une enseignante qui avait puni son fils, a-t-on indiqué vendredi de source judiciaire à Strasbourg.
Lire la suite de l’article

Exclusion d’enfants pour "attouchements" : "démesurée" dit le Snuipp-FSU
Le secrétaire général du principal syndicat des écoles, le SNUipp-FSU a qualifié jeudi à l’AFP de "démesurée" l’exclusion de quatre enfants de 5 ans d’une école maternelle du Vaucluse pour avoir contraint une petite de 4 ans à des attouchements.
Lire la suite de l’article

Enfants exclus de maternelle pour "attouchements" : "surprise" de la FCPE
Le président des parents FCPE, Faride Hamana, s’est dit jeudi "surpris qu’on ait mis en place une procédure aussi lourde" à l’encontre de quatre enfants de 5 ans exclus d’une école maternelle du Vaucluse pour avoir contraint une petite de 4 ans à des attouchements.
Lire la suite de l’article

La Maison de l’ado, un concept qui fait école
La Maison de l’adolescent, un concept de prise en charge des jeunes en souffrance psychique expérimenté au Havre à partir de 1999, a fait depuis école en France où une douzaine de structures fonctionnent aujourd’hui sur ce modèle.
Lire la suite de l’article

Carte scolaire : l’Unaf pour une révision favorisant l’équité
L’Union nationale des associations familiales (Unaf) a plaidé jeudi pour "une révision" de la carte scolaire afin qu’elle favorise "une réelle équité" et tienne compte des "besoins des familles".
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre...
Lisez et achetez des journaux !