Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 22 janvier


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 22 janvier

Enseignement des langues — L’école pour tous — Numérique — Complot —


L’actualité éducative est dominée par la carte des langues qui vient d’être publiée dans le contexte tendu de la réforme du collège. Il sera aussi question de l’égalité scolaire et du numérique dans l’enseignement. On terminera par les théories du complot qui ont le vent en poupe parmi nos élèves.


Enseignement des langues

Rétropédalage ? Après l’annonce de leur suppression dans le cadre de la réforme du collège, on assiste à un retour des bilangues. "une partie des sections bilangues devraient être maintenues à la rentrée 2016 – jusqu’à 70 %, avancent les syndicats d’enseignants, tout en pointant de « très fortes disparités d’un rectorat à l’autre »" (Le Monde)
"Après plusieurs mois de polémique autour de la disparition des classes bilangues au collège et des menaces qui pesaient sur l’enseignement de l’allemand, Paris et Berlin enterrent la hache de guerre. La ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, et le ministre allemand plénipotentiaire en charge des Affaires culturelles, Olaf Scholz, visiteront ensemble, ce vendredi, une école élémentaire et un lycée professionnel parisiens sur le thème de l’enseignement de l’allemand." (Les Echos)
Ce retour en arrière n’est pas exempt de critiques : "Katrin Goldmann, de l’Adeaf, s’interroge quand même : « Qu’on ne nous parle pas d’égalité quand on voit les disparités territoriales ainsi créées : Paris maintient 100% de ces classes bilangues, alors que l’académie de Caen n’en garde que 3 ! » " (Libération) C’est pourquoi l’Express estime qu’il vaut mieux déménager à Paris si l’on veut étudier en classe bilangue.

Dans la foulée "Najat Vallaud-Belkacem annonce l’apprentissage de la première langue dès le cours préparatoire, la deuxième langue obligatoire dès la cinquième au collège, ainsi que le développement de l’enseignement de l’allemand à l’école et au collège. " (RTL)


L’école pour tous

Cet objectif n’est pas encore atteint.
Les inégalités sont d’abord géographiques. Une étude de Clément Dherbécourt montre que "d’un département à l’autre, les chances d’ascension sociale des enfants d’origine populaire varient du simple au double." "On en a l’illustration avec le portail APB, où la priorité est accordée aux jeunes du secteur. Ces barrières académiques à l’entrée dans l’enseignement supérieur constituent un frein à la réduction des inégalités entre territoires." (interview à lire dans L’Etudiant)
La lutte contre le décrochage scolaire n’est pas efficace. C’est la Cour des Comptes qui le dit dans un rapport. "l’Etat dépense beaucoup mais l’émiettement des dispositifs et le manque de coordination entre les acteurs rendent les efforts inefficaces.” (Le Café pédagogique)
Le Figaro rappelle que "environ 100.000 élèves sortent chaque année du système scolaire sans aucune qualification. Au total, près de 500.000 jeunes dans le pays se retrouvent ainsi sur le marché du travail sans le moindre diplôme."

L’école pour tous, c’est aussi l’inclusion des enfants handicapés. La secrétaire d’Etat à la Famille, Laurence Rossignol, affirme qu’il y a 126% d’élèves handicapés en plus dans les écoles depuis 2006. Mais un décryptage de France Info montre que selon la DEPP, le taux est de 68%. Et "D’après un récent rapport du Sénat, plus de 8 personnes handicapées sur 10 arrivent sur le marché du travail avec un niveau égal ou inférieur au CAP ou au BEP."


Numérique

Dans le contexte de l’attente du Plan numérique (dont on attend des nouvelles, notamment de l’annonce de François Hollande de doter tous les élèves de 5e à la rentrée 2016 d’un outil informatique) la DEPP publie les résultats d’une enquête sur les collèges connectés. Rien de révolutionnaire : " la proportion d’enseignants qui font utiliser les outils numériques par leurs élèves est plus développée qu’ailleurs. Cette utilisation est liée, dans la plupart des disciplines, à des pratiques pédagogiques qui incitent les élèves à être acteurs de leurs apprentissages. En revanche, l’utilisation du numérique par l’enseignant seul, plus fréquente dans les collèges témoins, semble aller de pair avec des pratiques plus traditionnelles." Ce qui est logique dans le cadre d’une plus importante dotation en matériel, notamment en matériel nomade comme les tablettes.

Pour Jean-Louis Durpaire, qui publie un livre (Enseigner les mathématiques à l’aide du numérique), "le numérique n’est pas un jeu", même s’il peut être ludique. " Enseigner à l’ère du numérique, ce n’est pas qu’une question de savoir utiliser un tableau interactif ou des tablettes numériques. C’est faire comprendre la place de l’informatique en société. Mais il reste des fondamentaux pour l’apprentissage comme la mémorisation. Savoir par cœur ses tables de multiplication est incontournable. Mettre en mémoire des techniques de calcul est essentiel."

Pourtant aux Etats-Unis, Microsoft va lancer « Minecraft : Education Edition » cet été… "Minecraft, le jeu vidéo aux 100 millions d’utilisateurs - et quasiment autant de fans accros aux cubes pixélisés, signature de la franchise - pourrait faire son entrée dans les salles de classe américaines. C’est en tout cas ce qu’espère Microsoft, propriétaire du jeu depuis l’achat du studio de ses créateurs en 2014, avec la sortie cet été de Minecraft : Education Edition."


Complot

Les attentats de 2015 ont fait prendre conscience à beaucoup d’un phénomène que les professeurs, en particulier les professeurs d’histoire, connaissent très bien et depuis un certain nombre d’années, la propagation des théories du complot. "« Les attentats de Charlie commandités par le Mossad », « Un ordre mondial gouverné par la société secrète des Illuminati », « Le sida, une invention des compagnies pharmaceutiques ». À l’heure de la révolution numérique, les thèses conspirationnistes fleurissent comme bourgeons sur la Toile, se partagent en un clic sur les réseaux sociaux et font l’objet d’infatigables exégèses sur des forums dédiés." Remarquons que la plupart des jeunes partis faire le jihad sont passés par ces vidéos complotistes. Les enseignants, les journalistes, les chercheurs se mobilisent. « Tout est prétexte à devenir un complot », renchérit Emmanuelle Daviet, chef du service société à France Inter. « Il nous faut plus que jamais produire une information fiable et rigoureuse. »
A voir : Les clés des médias.

JPEG - 121 ko
La théorie du complot, par JiMo

Géraldine Duboz


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseigner les langues vivantes avec le Cadre européen

Hors-série n°18 - avril 2010
Le Cadre européen commun de références en langues favorise-t-il la qualité de l’enseignement des langues, sa démocratisation ? Dans ce dossier, des points de vue contrastés, complémentaires souvent, parfois contradictoires, reflets d’un débat bien réel dans la profession

Inclure tous les élèves


Revue n°526 - janvier 2016
Pour les élèves à besoins éducatifs particuliers, l’écart est parfois grand entre ce qui est prescrit et la réalité de leur scolarisation. Ce dossier vise à en pointer les freins et à proposer des leviers à même de faire vivre l’école inclusive refondée.