Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 22 décembre 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 22 décembre 2017

Secondaire — Apprentissage — supérieur

Dernière revue de cette année 2017 avec un tour d’horizon sur le secondaire, les débats de la réforme de l’apprentissage, et sur le supérieur.
Toute l’équipe de votre revue de presse vous souhaite de belles fêtes et un peu de repos si possible.


Secondaire

Commençons par une bonne nouvelle, il n’y en a pas beaucoup...
Le Climat scolaire : ça s’améliore. ""Cherchez des entreprises où les relations sont aussi bonnes !" Pour Fabienne Rosenwald, directrice de la Depp (division des études du ministère de l’éducation nationale), les résultats de l’enquête de climat scolaire sont vraiment bons. Qu’on en juge : 94% des collégiens se sentent bien dans leur établissement. 87% déclarent avoir de bonnes relations avec leurs enseignants, 90% estiment qu’on apprend bien dans leur collège. Un vrai referendum qui prend à rebrousse poil l’image donnée fréquemment des collèges. Des résultats qui s’améliorent, preuve que la prise de conscience initiée par Eric Debarbieux est réelle dans l’Education nationale. Mais il reste des progrès à faire notamment pour le bien être des enseignants."

Une perspective historique rappelée par Claude Lelièvre : La grande tradition républicaine du libre choix des manuels mise en cause par Blanquer. “A la suite des résultats de l’enquête internationale »PIRLS » sur la lecture, le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé qu’il y aurait dans un avenir proche des « recommandations pour choisir entre des manuels qui ne se valent pas tous », en affirmant tout de go que « la liberté pédagogique n’est pas l’anarchie pédagogique » et que la « liberté éditoriale ne doit pas être une anarchie éditoriale ». Bigre ! Cela annoncerait-il le retour à des pratiques qui ont eu cours sous la Restauration ou durant les deux Empires ? En tout cas, il convient de prendre la mesure de la rupture qui s’opérerait avec la grande tradition républicaine, pièces à conviction historiques à l’appui.”

Sandrine Babinet, convertie à l’Education nationale et au 4.0. Deuxième portrait de la série « Le numérique a changé mon métier ». “Dans le débat qui oppose parfois pro et anti-numérique au sein de l’Education nationale, Sandrine Babinet fait clairement partie des professeurs 4.0. Ancienne chef de produit dans le secteur médical pendant dix ans, Sandrine s’est reconvertie dans l’enseignement il y a cinq ans. D’abord professeure des écoles en maternelle, elle s’est ensuite spécialisée pour travailler en section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa) qui accueille des élèves en graves difficultés scolaires. Elle enseigne actuellement différentes matières dans un collège REP (réseau d’éducation prioritaire), situé en région parisienne, dans des classes à petits effectifs (entre 6 et 15 élèves).”

Harcèlement sexuel dans les collèges et lycées, un phénomène difficile à appréhender pour les enseignants. “Selon des données du ministère de l’éducation, un peu moins de 5 % de collégiens disent avoir subi des baisers forcés et 6 % des caresses forcées.”

Harcèlement sexuel : la révolte des lycéennes. “A Pontoise (Val-d’Oise), environ 300 élèves se sont mobilisés jeudi pour dénoncer le harcèlement sexuel dont sont victimes certaines jeunes filles dans les établissements scolaires. Une première.”

Roland Goigoux, chercheur de Clermont-Ferrand : « Les élèves ne sont pas formés à la compréhension en lecture ». “Pourquoi les petits Français sont-ils de moins en moins bons lecteurs ? Pourquoi sont-ils nettement distancés par rapport à la moyenne des pays européens ? Les explications de Roland Goigoux, professeur à l’université de Clermont-Ferrand et spécialiste de l’enseignement de la lecture, après la publication de l’enquête Pirls.”

« La France est l’un des pays de l’OCDE qui dépense le moins pour son école primaire ». "Le chercheur au CNRS Thibault Gajdos analyse, dans sa chronique, le programme du ministre de l’éducation pour lutter contre les problèmes d’apprentissage de la lecture en primaire à l’aune d’interventions similaires ayant ­démontré leur efficacité.
Politiques publiques. Les derniers résultats de l’étude du Programme international de recherche en lecture scolaire sur la France sont inquiétants : non seulement les élèves de CM1 ont des compétences médiocres en lecture, mais celles-ci se sont dégradées depuis quinze ans. Cette ­dégradation est nettement plus ­marquée pour les exercices nécessitant de mobiliser des processus ­complexes de compréhension et ­d’inférence. En d’autres termes, les élèves comprennent de moins en moins bien ce qu’ils lisent.
Il n’en fallait pas davantage pour que le ministre de l’éducation nationale annonce des mesures énergiques. La plus spectaculaire (mais sans doute pas la moins démagogique) est l’instauration d’une dictée quotidienne à l’école. La liste des autres mesures donne le tournis
."

La priorité au primaire s’affiche dans les créations de postes pour 2018. “Le ministère de l’éducation nationale a présenté la répartition des postes par académie. Collèges et lycées risquent d’être placés sous tension, selon les syndicats.”

La dernière déclaration avant la Noël de Jean-Michel Blanquer : "Demain, on dira peut-être que je suis un disrupteur" par Philippe Mabille . “Professeur agrégé de droit public, ancien recteur d’académie (Guyane, Créteil), ancien directeur général de l’enseignement scolaire, ancien directeur général de l’Essec : rarement ministre de l’Éducation nationale n’aura été à ce point en phase avec son parcours personnel. Invité par La Tribune à une « Matinale de la disruption » le 19 décembre à la CCI Paris Île-de-France, le ministre fait le point sur sa vision des défis de l’éducation au XXIe siècle, ses réformes, l’apport des neurosciences et ses projets pour 2018. Propos recueillis par Philippe Mabille.”

Et l’on a un bel exemple : Les pistes pour réformer le bac pro. “Une députée et un chef cuisinier ont été missionnés pour transformer l’enseignement professionnel. Un tiers des lycéens sont concernés.” Pour disrupter, ça disrupte !


Apprentissage

Confier l’apprentissage aux branches professionnelles n’en permet pas le développement. Par Michel Abhervé Professeur associé à l’université de Paris Est Marne la Vallée, il y enseigne l’économie sociale et les politiques publiques dans une licence professionnelle "Management des organisations de l’économie sociale". “... confier l’apprentissage aux branches pose deux redoutables questions, les dysfonctionnements de certaine (s) branche (e) et le développement là où l’apprentissage ne bénéficie pas d’une tradition structurante.”

Région : budget voté, apprentissage en suspens. “Malgré une perte de 19 millions d’euros (-33%) décidée par le gouvernement (450 millions pour l’ensemble des régions), le budget du Conseil régional a été adopté jeudi 21 décembre. 1,431 milliard d’euros au total, dont 320 millions d’investissements. Le FN a voté contre, l’UDC (Union de la droite du centre) s’est abstenu. Mais des nuages sombres planent aussi à l’horizon, concernant l’apprentissage, compétence des régions depuis 1983. Il pourrait être versé au patronat et aux branches professionnelles. L’enjeu n’est pas que politique, il est aussi financier : les régions perçoivent 51 % de la taxe d’apprentissage, soit 1,6 milliard d’euros par an.”

Apprentissage : les régions engagent un bras de fer avec l’exécutif

La réforme de l’apprentissage, nouvelle fracture entre Macron et les régions. “ Emmanuel Macron veut "donner beaucoup plus de place aux branches professionnelles" dans la gestion de l’apprentissage. Une proposition dénoncée par les régions qui y voient une forme de privatisation de ce secteur.”

Et il y a d’autres interrogations sur l’efficacité.
L’apprentissage, voie royale vers le plein emploi en Europe ?

Emploi : quels sont les freins à l’embauche ?Le principal obstacle à l’embauche est le manque de main-d’oeuvre compétente selon les chefs d’entreprise interrogés par l’Insee. Cette pénurie, qui aggrave le problème du chômage, concerne particulièrement le secteur du bâtiment.”


Supérieur

Plan étudiants : Déjà des ombres sur le succès...Qu’est ce qui peut faire échouer le plan étudiants et la sélection imaginée par le ministère ? L’éventuelle réaction des lycéens bien sur. Mais déjà des réactions inattendues d’universitaires montrent que ce ne sera pas simple. Le Sgen Cfdt, plutôt favorable à la réforme, dénonce aussi dès maintenant sa trahison.”

Parcoursup : à quoi va ressembler la fiche avenir ?Appréciation des professeurs, notes de l’élève, cohérence du projet... La fiche dite "avenir" est un des éléments qui sera pris en compte dans l’examen de votre dossier de candidature sur Parcoursup. Voici à quoi elle pourrait ressembler.”

Universités : fusion en janvier 2019 de Paris-5 et Paris-7. “Les conseils d’administration des universités Diderot (Paris-7) et Descartes (Paris-5) ont donné leur accord cette semaine à un projet de fusion pour janvier 2019 afin de renforcer leur poids en France et à l’international, notamment dans le secteur de la santé et des sciences.”

« Attention aux promesses mensongères de certaines écoles de commerce ». “Les écoles de commerce communiquent parfois de façon à se mettre le plus en valeur possible. Dominique Torres, de Médiacom, explique les pièges à éviter.”

CNNUM, L’enfer est souvent pavé de bonnes intentions, par Benjamin Grange. “On doit se féliciter, bien sûr, que Marie Ekeland, qui en avait été désignée Présidente, ait souhaité élargir le périmètre de réflexion du Conseil, qu’il ne se cantonne pas aux « grands classiques » (neutralité du net, couverture très haut débit…) pour se saisir des enjeux sociétaux multiples que la société numérique fait émerger.” “... ne pas se limiter à la dimension technologique du numérique ne dispense pas, pour conduire une réflexion pertinente, de s’y être préalablement frotté, afin de la maîtriser et de ne pas se borner à un pur discours incantatoire.
C’est bien sur cet aspect que la composition proposée par Marie Ekeland conduisait à s’interroger. Faire d’une absence totale de « passé numérique » un gage de nomination pour un bon tiers de ses membres aurait conduit le Conseil dans une impasse
.”

La fin de la neutralité du Net aux États-Unis doit-elle effrayer l’enseignement supérieur ? "REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. Votée le 14 décembre 2017, la fin de la neutralité du Net aux États-Unis fait craindre à certains le déclin de l’accès à l’éducation pour tous, rapporte l’hebdomadaire "The Chronicle of Higher education". Des inquiétudes que d’autres tentent de tempérer.
Avec trois votes favorables contre deux, la Commission fédérale des communications (FCC), agence gouvernementale régulant les télécommunications, les contenus des émissions de radio, de télévision et d’Internet aux États-Unis, a entériné l’abrogation de la neutralité du net le 14 décembre 2017.
Présidée par le Républicain Ajit Pai, nommé par Donald Trump, la FCC met ainsi fin au principe garantissant que tous les contenus mis en ligne soient traités sans discrimination pour leurs créateurs et leurs consommateurs. Désormais, les fournisseurs d’accès pourront appliquer des tarifs proportionnels au volume de données et de bande passante utilisées
."

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017

Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.

N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en
cours

Dossier coordonné par Sabine Coste et Nicole Priou
novembre 2017

La rénovation de la voie professionnelle engagée en 2009 a modifié les représentations sur les études initiales et la façon d’envisager les inégalités scolaires. Les caractéristiques sociales des jeunes scolarisés dans la voie professionnelle se sont, elles aussi, modifiées. Entre «  diplôme bradé  » et «  émancipation sociale  », quel état des lieux ?