Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 21 juin 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 21 juin 2019

Vrac mais pas inintéressant

Petite erreur hier, c’est bien celle-ci la dernière de la semaine, et ce sera un peu de vrac ! A secouer sans ménagement.


Vrac mais pas inintéressant

Polémique autour du "job dating" de l’Education nationale à Poitiers

Les nouveaux territoires de l’Ecole
L’espace est-il une dimension importante pour l’Ecole ? On a souvent analysé l’Ecole dans une optique sociologique. Administration & Education, la revue de l’AFAE (n°162) jette un nouveau regard en lisant l’Ecole dans une optique spatiale et en jouant sur les échelles. Il est question des micro espaces, ceux de la classe et de l’école et de leur rapport avec les nouvelles politiques, comme la réforme des rythmes scolaires. Il est question aussi de la réforme territoriale de l’Education nationale et de ses rapports avec la réforme régionale. Entre ces deux échelles, la revue relit les politiques nationales là où elles s’appliquent. Poser la question des territoires de l’Ecole c’est finalement interroger les inégalités et les politiques menées, ou non, pour les réduire.”

[Fact checking] Le baccalauréat, c’est mieux ailleurs ? par Marie Guitton
Comment se passe le bac dans les autres pays de l’UE ? Est-il vrai que les Italiens passent un "grand oral" ? Qu’il n’y a que du contrôle continu en Suède et en Espagne ? Que les Britanniques passent des épreuves à la carte ? Que les Danois peuvent utiliser internet ? Quelle est la place de la philo chez nos voisins ? Et au fait, combien gagnent les professeurs de Terminale ?

« Le SNU est l’héritier d’une pensée magique née dans les années 1960 » Tribune Le Monde par Bénédicte Chéron historienne
Justifié par un discours d’intégration, le service national universel (SNU), qui vient de débuter, est bercé par la nostalgie d’un service national disparu. Le rendre obligatoire le condamnerait à la même issue, estime l’historienne Bénédicte Chéron dans une tribune au « Monde ».”

Le service national universel, « un retour au nationalisme banal » par Faïza Zerouala pour Médiapart
Aussitôt lancé, le service national universel a suscité de vives critiques, après la diffusion des premières images des volontaires en uniforme, assistant au lever du drapeau, parfois sous un grand soleil. Historiens et sociologues dénoncent une « coquille vide nationaliste ».”

Hérault : 6 des 7 Centres d’Information et d’Orientation vont fermer
Des enseignants et des personnels de l’Education nationale ont manifesté à l’appel du syndicat SNEP/FSU à Montpellier. Parmi eux, des salariés des CIO, les Centres d’Information et d’Orientation de l’Hérault. Face à la fermeture annoncée de 6 des 7 centres, ils s’inquiètent.” Le principe un seul CIO par département semble bien se généraliser partout en France.

"Plutôt que de critiquer Parcoursup, mieux vaut revoir l’orientation des élèves" par Pauline Bluteau
À l’occasion d’une conférence de presse organisée par l’Ajéduc (Association des journalistes éducation-recherche) le 18 juin 2019, trois chercheurs ont donné leur avis sur la procédure d’admission postbac, Parcoursup. D’après eux, ce n’est pas la plate-forme qui est à revoir mais bien le processus d’orientation des élèves.”
D’après les spécialistes, il serait possible d’éviter tous ces dysfonctionnements en repensant entièrement le processus d’orientation plutôt qu’en critiquant la plate-forme. Parmi les principaux reproches : la sélection des élèves. "On ne peut pas dire que Parcoursup soit plus sélectif, c’est notre système scolaire qui est comme ça", affirme Even Loarer. Tout commence avec la publication des attendus sur Parcoursup qui a de quoi dissuader le choix des candidats. "Le bac est le premier diplôme de l’enseignement supérieur et pourtant, on a l’impression que ce n’est plus suffisant pour entrer en licence où il faut avoir plein de connaissances dans le domaine", critique Paul Lehner.
Toutes ces informations, bien que nécessaires pour les élèves, ne permettent pas de compenser la nécessité d’orienter les élèves en amont. "On confond souvent information et orientation, estime Even Loarer. Or, il devient urgent d’investir dans l’éducation à l’orientation."

Construction de soi et construction du parcours par Bernard Desclaux et Annick Soubaï
Poursuivons encore une fois la question de la liberté du choix en orientation. La question se résout-elle à permettre le choix de son parcours au lycée afin de mieux construire son choix de formation postbac ? Dans ce questionnement il y a en fait un emboîtement de choix, ceux concernant les spécialités et ceux concernant la formation postbac. Mais selon quelle temporalité ? Le choix des spécialités permet le choix « final » des formations, ou bien est-ce ce choix des formations post-bacs qui détermine celui des spécialités ? Cette interrogation animait la question à l’Assemblée nationale de M. Jean-Christophe Lagarde. Après avoir analysé la réponse apportée par le Premier ministre (Edouard Philippe) dans un post précédent nous allons nous centrer sur la question.”

Réformes de l’éducation. La voie de la technocratie 2. Des données mal interprétées par Romuald NORMAND
Dans l’industrie, les preuves de la qualité semblent souvent évidentes. Un composant s’adapte ou ne s’adapte pas. Les mesures sont correctes ou non. Cependant, même dans ce cas, les raisons du défaut ne sont pas toujours évidentes.
Est-ce que c’est un problème avec les matières premières et la chaîne d’approvisionnement ? L’exécution est-elle déficiente ? La main-d’œuvre est-elle ou non qualifiée, mal encadrée ou même activement impliquée dans un sabotage ? Si oui, pourquoi ? Lorsque les données indiquent des déficits, les bons gestionnaires n’en tirent pas trop vite des conclusions et ne réagissent pas de façon impulsive.
Au lieu de cela, ils se demandent « pourquoi » et incluent d’autres personnes dans l’enquête avec eux. Mais qu’en est-il de la médecine – l’étalon-or de l’amélioration fondée sur des données probantes ?

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 552 - Les dys dans la classe
Dossier coordonné par Nicole Bouin et Émilie Pradel
mars 2019
L’accueil des élèves présentant des troubles des apprentissages, dont les «  dys  », ne va pas sans difficultés au quotidien pour les enseignants. Notre dossier propose des éclairages de chercheurs sur ces troubles et donne la parole aux praticiens de terrain, aux parents, aux anciens élèves dys, aux médecins, aux associations…

N° 551 - Expliciter en classe
Dossier coordonné par Andreea Capitanescu Benetti et Sylvie Grau
février 2019
L’enseignement explicite, de quoi s’agit-il exactement ? Le projet de ce dossier est de faire le point sur ce que disent les chercheurs, les formateurs, mais surtout d’aller explorer ce qui se passe dans les classes. Qui explicite ? Quoi ? Quand et comment ?