Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 20 mars 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 20 mars 2015

Eclairages - Laicité - En vrac


En début de semaine, on perdait (un peu) son latin, hier l’alignement des astres éclipsait (un peu) les autres thématiques. Aujourd’hui : c’est le printemps !
Dans cette revue de presse, je vais forcément vous reparler de l’éclipse mais aussi de laïcité et enfin, de quelques infos relevées en vrac.

Eclipse : soyons "éclairés"

Donc chez moi, "din’l nord", ce matin, le ciel était tellement gris que point d’éclipse à observer.
Je reviens quand même un peu sur cette histoire d’éclipse déjà largement abordée hier par Emilie Kochert. Depuis plusieurs jours, les boites de réception des établissements scolaires (mais aussi les boites personnelles) ont été abondamment arrosées d’infos et d’injonctions pour nous préparer à cette fameuse éclipse.
On pouvait lire, hier soir, vers 19H00, sur Liberation.fr que le ministère assouplissait les consignes pour la matinée : "Après avoir conseillé aux écoles et collèges de cloîtrer leurs élèves en classe vendredi matin, l’Éducation nationale décide à la dernière minute d’assouplir ses consignes, et d’encourager les classes à observer le phénomène astronomique."
Effectivement, vers 18H, le ministère a publié un communiqué de presse sur son site. En plus des rappels nécessaires concernant les mesures de protection pour profiter de ce spectacle naturel, un paragraphe est venu "éclairer" les chefs d’établissements et les équipes sur les possibilités pédagogiques offertes par une telle occasion : "Dans le cadre de leurs activités pédagogiques, les écoles et les établissements peuvent organiser l’observation de ce phénomène astronomique exceptionnel en mettant à la disposition des élèves des lunettes portant le marquage CE de conformité ou en utilisant des dispositifs simples et appropriés (sténopés, solarscopes, etc.). Ces initiatives sont vivement encouragées." ... vivement encouragées après avoir été quand même (un peu) découragées, donc.
Pour être vraiment objectif, il faut préciser que l’on pouvait effectivement, depuis une semaine, avoir accès à plusieurs ressources sur Eduscol (comme le rappelle notamment Florence Robine, directrice générale de l’Enseignement Scolaire sur son compte twitter).
Nos voisins du Café pédagogique, par la voix de François Jarraud, ironisent sur le sujet avec un article au titre humoristique : "Eclipse : La France sera prête en 2081". Il y rappelle notamment que "les enseignants sont pris entre les invitations ministérielles sur Eduscol et des instructions de confinement des élèves transmises par la hiérarchie. Le communiqué ministériel s’ajoute aux ordres contradictoires. Les enseignants n’ont toujours aucun moyen matériel d’observation mis à la disposition des élèves et la majorité d’entre eux ne devraient garder de cette journée que le souvenir d’une récréation perdue".
Plusieurs autres réactions ne sont pas tendres avec l’Éducation nationale. On pourra lire par exemple celle de Christian Combaz sur Figarovox qui "voit dans l’impréparation de l’Éducation nationale à l’éclipse, une métaphore d’un certain aveuglement devant l’essentiel".
Gageons que les chefs d’établissement et les enseignants auront eu à cœur de s’emparer des aspects pédagogiques de cette éclipse tout en garantissant la sécurité des enfants.
Et puis finalement, comme annoncé, la météo est bien venue protéger les yeux de nos enfants en de nombreux endroits en empêchant tout simplement la lumière de passer au travers d’une épaisse grisaille. La déception s’exprime dans différents médias comme Leparisien.fr (qui propose quelques belles images tout de même) ou encore comme sur le site de l’Express.fr

JPEG - 99.1 ko
Sommeil et éclipse - Le dessin de Geneviève Brassaud

Laïcité

Rappelons que ce vendredi marque la (presque) fin d’une semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme programmée du 16 au 21 mars 2015.
Parmi les sujets qui restent très présents dans l’actualité, on reparle de laïcité. Ce terme est parfois associé, à tort (mais aussi à travers), à diverses discriminations.
Sandrine Chesnel revient pour l’Express sur les "deux "polémiques" du moment liées à la laïcité : les repas sans porc à la cantine, et le port du voile à l’université" et interroge Nicolas Cadène, rapporteur de l’Observatoire de la laïcité. Il rappelle notamment "que la meilleure chose à faire pour respecter la laïcité dans les cantines scolaires, c’est de proposer aux élèves un choix de deux plats, avec viande, et sans viande. C’est une solution en accord avec la loi de 1905, qui ne répond pas à une injonction religieuse, mais qui permet à tous les enfants croyants ou non, végétariens ou non, de pouvoir manger à la cantine. Par ailleurs, il est important qu’ils mangent ensemble, sur les mêmes tables, quel que soit le menu". L’Humanité publie à ce propos un communiqué de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) qui va dans le même sens : "Une fois de plus, c’est la laïcité qui a été invoquée afin d’introduire une nouvelle discrimination à l’égard des élèves musulmans et, moins nombreux, des élèves juifs".
Concernant le voile, Nicolas Cadène fait la distinction entre le secondaire et le supérieur et reprécise les principes de la laïcité : "à l’école, les enfants sont dans une période où ils se construisent, ils sont là pour acquérir des connaissances qui leur permettront de faire ensuite leurs choix librement. C’est pourquoi il existe cette obligation de neutralité religieuse, pour les enseignants, et pour les élèves jusqu’à la fin du lycée. Mais à l’université, la situation est différente. Les étudiants sont des adultes, des citoyens majeurs, et nous n’avons pas à contrarier leur liberté d’expression, à condition qu’il n’y ait pas de prosélytisme. Interdire le voile à l’université reviendrait à changer le sens de la loi qui n’impose la neutralité qu’aux agents de l’Etat."
Qu’en est-il pour les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) ?
"Le 22 janvier, à la demande des directeurs d’ESPE le ministère de l’Education nationale avait adressé une note juridique précisant le statut un peu particulier de ces étudiants. Lauréats du concours, à partir de la 2e année, ils sont considérés comme fonctionnaires stagiaires. A ce titre, ils ne doivent porter de signes religieux que ce soit lorsqu’ils interviennent dans les classes, ou lorsqu’ils sont dans les murs de l’ESPE" peut-on lire sur leparisien.fr. On y apprend aussi que "l’interdiction de porter des signes religieux pour les futurs profs ne sera pas inscrite au règlement intérieur de l’ESPE de Créteil".
Toujours sur cette question de la laïcité, l’Express publie une contribution "vérifiée" d’un collégien de 13 ans scolarisé en quatrième sur l’apprentissage de cette "non-matière".


En vrac ...

Parmi les différentes publications du ministère, on trouvera une note d’information intéressante concernant le diplôme national du brevet 2014. En 2014, 85 % des candidats obtiennent le diplôme national du brevet (DNB) : "Sur dix élèves qui présentent cet examen, neuf maîtrisent les compétences du socle exigibles en fin de collège. Cependant, les résultats à l’examen sont moins favorables : près des deux tiers des élèves obtiennent moins de 10/20 à l’épreuve finale de mathématiques. Les candidats avec de faibles résultats au contrôle continu arrivent très rarement à combler leur retard pour obtenir le brevet".
Une infographie présente ces résultats du diplôme national du brevet selon l’origine sociale des candidats à la session 2014 : "les différences sociales sont fortement visibles dans les résultats au DNB : 96 % des enfants de familles très favorisées réussissent leur examen pour seulement 76 % des enfants de familles défavorisées". A ce propos, les professeurs des écoles et instituteurs appartiennent à la catégorie "très favorisée". C’est en tout cas, ce qu’on peut lire dans l’encadré en page 4.

Sur l’espace "Campus" du Monde.fr, Cinq préjugés sur les études supérieures sont passés au crible. Dans la même rubrique, on trouvera des conseils pour bien se préparer au test de logique du concours des écoles de commerce. Il est même possible de se tester sur la plateforme collaborative du site.

L’Association Française des Acteurs de l’Education (AFAE) publie l’édition 2015 du "Système éducatif français et son administration". Cet ouvrage est "un outil indispensable pour la préparation des concours de l’Éducation nationale et une connaissance approfondie du système éducatif français, de son administration, de ses acteurs et de ses enjeux. L’ édition 2015, actualisée et augmentée, associe description du système et analyse prospective". J’en recommande fortement la lecture à celles et ceux qui se présentent au concours de personnel de direction (l’oral approche !).

Ce week-end, vous retrouverez la semaine en dessins de la revue de presse et probablement le bloc-notes du taulier des cahiers pédagogiques.

Pascal Thomas


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Nos offres spéciales

Nos formules d’abonnements

Adhérez au CRAP