Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 20 juin 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 20 juin 2014

Encore les rythmes — Le Bac — Sexe et politique — Enseignement supérieur — En vrac


Question rythmes, la fanfare reprend son refrain, et pour le bac on cherche toujours qui a fuité. Question plus sérieuse pour l’avenir, celle du maintien ou non de l’ABCD pour l’égalité. Quelques infos sur des évolutions dans l’enseignement supérieur, et un beau vrac où vous trouverez je l’espère votre bonheur.


Encore les rythmes

A Angers, par exemple, Les enseignants reconduisent la grève. Tandis que Tandis que Paris demande des moyens supplémentaires à l’Etat. A Lyon, on s’interroge : Rythmes scolaires : des magouilles sur les votes ?.
Et dans le Loir-et-Cher et bien c’est pas si calme, même si Michel Delpech disait : “Ces gens-là ne font pas de manières. Ils passent tout l’automne à creuser des sillons, A retourner des hectares de terre.Rythmes scolaires : une rentrée sous tension ?Il s’avère en effet difficile, dans plusieurs endroits, de conjuguer des intérêts divergents. Les maires pensent à leurs finances, les parents à leur organisation familiale et les maîtres refusent de voir s’allonger leur temps de présence à l’école alors que leurs rémunérations sont, comme celles des autres fonctionnaires, actuellement gelées.


Le Bac

A qui la fuite ? Jérémie Pham-Lê, publie dans l’Express le 19/06/2014 à 16:11, mis à jour à 16:59, l’article : Bac 2014 : non, il n’y a pas eu de fuites. “D’après l’enquête menée par la gendarmerie, les sujets de philosophie n’ont pas été divulgués avant le début de l’épreuve. La jeune fille qui les a tweetés entre 8 heures et 8 heures 30 a seulement relayé les informations d’un site spécialisé.” “"Blandus" était soupçonnée d’être à l’origine des fuites des sujets de philosophie des séries ES et L. Elle les a en réalité tweetés peu après le début de l’épreuve lundi, entre 8 heures et 8 heures 30. En revanche, il n’y a pas eu de message posté la veille à 23 heures 31, comme l’indiquait une journaliste du Monde. "C’est lié à un problème de ’timestamp’ [indication horaire ndlr]. L’heure affichée était celle des Etats-Unis. Il n’y a eu aucune divulgation des sujets avant le début des épreuves", confirme ce jeudi une source proche de l’enquête à L’Express.” Et à 20h09, sur O1Net.fr, l’article Fuites des sujets du bac : une enseignante soupçonnée précise : “Les sujets auraient été divulgués par une enseignante chargée de la surveillance d’une salle d’examen. Une jeune fille s’était déjà dénoncée il y a deux jours.”. “Les suspects ne manquent pas. Après une jeune fille qui s’accusait d’avoir tweeté les sujets du bac philo, c’est au tour d’une enseignante d’être soupçonnée d’avoir envoyé par SMS les sujets alors qu’elle surveillait une salle d’examen, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Bac 2014 : une pétition contre l’épreuve de maths récolte plus de 26 000 signatures
Les sujets de la série S ont été jugés trop difficiles par certains.

Le Café pédagogique nous fait prendre un peu de distance et propose de s’intéresser à Comment passe-t-on le bac ailleurs ?Dans tous les pays de l’Union européenne un certificat est délivré aux étudiants qui terminent l’enseignement secondaire supérieur général et qui ont satisfait aux exigences requises.” “Dans de nombreux pays, l’obtention du certificat est liée à la fois aux résultats de l’épreuve finale et au travail de la (des) dernière(s) année(s).” Les modalités d’évaluation, de notation semblent bien différentes : “Selon le pays, la note finale est attribuée soit par un jury ou par des personnes extérieures à l’établissement, soit par les enseignants de l’établissement qui décident de la note attribuée et de la délivrance du certificat.” A côté de ces divergences, il y a un phénomène commun : “Dans tous les pays européens, les filles sont plus nombreuses que les garçons à se voir délivrer un diplôme de l’enseignement secondaire général

Et si vous aimez les chiffres, vous serez heureux de vous plonger dans les Séries chronologiques Education : les résultats et les diplômes. Ce jeu de données provient d’un service public certifié, publié le 18 juin 2014 par Education Nationale


Sexe et politique

Dans l’Express, Libie Cousteau propose un article particulièrement fouillé et documenté : Comment Farida Belghoul a eu la peau des ABCD de l’égalité. A lire d’urgence. Curieux, le titre a été remplacé l’après-midi par “Benoît Hamon va enterrer les ABCD de l’égalité”. Et dans la presse du jour on trouve un bel exemple à Nantes. Large front contre l’idéologie du genre à l’école.
Des appels au contraire pour maintenir l’ABCD de l’égalité sont adressés à M. Hamon. Dans Le Monde, un “Collectif Collectif” lui demande : M. Hamon, généralisez les ABCD de l’égalité. “Nous, associations de promotion de l’égalité femmes-hommes, association de parents d’élèves, syndicats des personnels de l’Éducation nationale, d’étudiant-es et de lycéen-nes, attendons de pied ferme l’annonce de la généralisation du dispositif des « ABCD de l’égalité », à la veille des déclarations de Benoît Hamon sur le sujet.” Parmi les très nombreux arguments présentés : “Nous voulons la généralisation des ABCD parce que nous attendons depuis trop longtemps une légitimité institutionnelle et perdons patience ! Nous portons tant bien que mal et à bout de bras l’égalité depuis des décennies. Chacun à notre niveau, nous organisons des journées de l’égalité par-ci, des réunions de sensibilisation par là. Sans moyen humain ou financier à hauteur de cet enjeu. Portés par notre volonté de construire un monde sans discrimination sexiste. Nous avons aujourd’hui besoin d’un appui, de poser les fondamentaux qui nous permettent de poursuivre notre action.”.
Même le journal Elle s’interroge : Vers l’abandon des ABCD de l’égalité ?Certes, il y a eu des manifestations de quelques réactionnaires et intégristes, mais ce n’est pas une raison de reculer sur ce dispositif », nous explique Anne-Cécile Mailfert, porte-parole d’Osez le féminisme, une des associations signataires. « Je comprends que le gouvernement veuille apaiser les choses, mais quand on veut changer la société, ça dérange forcément les réactionnaires. Il faut assumer la volonté de progrès », ajoute-t-elle.”.
Claude Lelièvre comme d’habitude donne un peu de perspective historique à la question sur son blog de Médiapart, un titre qui résume bien la situation : Le sexe dangereux. Et ça fait du bien ! “L’Education nationale navigue entre les ’’dangers d’une éducation sexuelle’’ à l’Ecole ( difficultés pour les enseignants d’assumer ce rôle, interrogations sur la légitimité de l’Ecole en la matière, difficultés de savoir jusqu’où aller, risques de ’’vagues’’) et le sentiment que l’Ecole doit contribuer à faire face aux ’’dangers du sexe’’ (maladies sexuellement transmissibles, Sida, grossesses non désirées, sexisme, homophobie qui peuvent avoir des conséquences dramatiques pour certains jeunes).” Et il rappelle “les ’’valses hésitations’’ dans les applications effectives et les rebondissements actuels… depuis 68.

JPEG - 89.4 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Mais il n’y a pas qu’en France que cette question se pose, ainsi au Canada, et Monique Crépault sur son blogue déclare : Le retour de l’éducation sexuelle à l’école : vite, ça urge.Pourquoi je suis pour le retour de l’éducation sexuelle dans nos écoles, et vite ?
Parce que je rêve d’une société sans perversions sexuelles, sans pédophiles, sans viols, sans misogynie et sans violence.”
Et quand je dis obligatoire, ça veut dire obligatoire pour tous et toutes, sans dispenses ou accommodements pour cause de religions, de genres ou de races. Parce que les jeunes de tous les horizons méritent l’estime de soi. Parce que tout le monde mérite de sortir du moyen-âge et de l’obscurantisme.
Si vous êtes d’accord, et je le souhaite, allez sur cette page pour signer la pétition qui demande au gouvernement du Québec et au ministère de l’Éducation d’instaurer les cours d’éducation sexuelle dans nos écoles
". J’ai cru un instant qu’elle était française...

En passant, je vous signale la parution d’un numéro hors-série, Les maîtres penseurs, au Point : Michel Foucault. Celui-ci avait écrit il y a plus de trente ans une histoire de la sexualité, entre autre.


Enseignement supérieur

Entrepreneuriat étudiant : un statut et un diplôme dès la rentrée 2014. “Objectif de ce plan ? Permettre la création ou la reprise de 20.000 entreprises par des jeunes issus de l’enseignement supérieur en 4 ans. Aujourd’hui, seuls 3 % des créateurs d’entreprise sont des étudiants, selon les dernières données de l’APCE (Agence pour la création d’entreprise).

Virginie Bertereau sur Educpros annonce :Vers la création d’une licence santé ?. “À l’occasion de la présentation du projet de loi de santé jeudi 19 juin 2014, Geneviève Fioraso a énoncé ses pistes de travail pour la formation des professionnels du secteur. Avec en ligne de mire la généralisation des expérimentations en PACES et la création d’une licence santé.


En vrac

Du vrac, mais du beau, et qui peu vous intéresser.
4 concepts émergents en éducation : apprentissages nomades, mooc, biens communs, data par Brigitte Pierrat, Professeur documentaliste - experte disciplinaire sur Ministère de l’éducation nationale - DGESCO A3-2 on Feb 19, 2014

Décrochage scolaire : Benoît Hamon veut impliquer aussi les entreprises par Marie-Christine Corbier dans Les Echos. “C’est un sujet cher au ministre de l’Education qui sera au menu de la conférence sociale des 7 et 8 juillet et dont celui-ci compte faire une « grande cause nationale ». Chaque année, 140.000 élèves de 16 à 25 ans sortent du système éducatif sans avoir obtenu un diplôme professionnel ou le bac. Et, depuis près de dix ans, ce flux annuel de « décrocheurs » ne diminue pas, s’alarme-t-on au cabinet de Benoît Hamon.

SavoirCDI a publié un gros dossier sur La curation en établissement scolaire. “La curation, aujourd’hui, devient une notion incontournable dans le paysage des sciences de l’information et de la communication. De très nombreux articles, depuis deux-trois ans, y sont consacrés. Un tel foisonnement sur le sujet aurait dû nous faciliter la tâche pour élaborer ce dossier mais c’est sans compter les divergences de points de vue des acteurs desdits articles.

Interview de Danielle Hérin : « Ne ratons pas le virage numérique » qui se trouve sur un nouveau poste celui de l’enseignement supérieur, l’innovation et le numérique à Carcassonne.

Et pour finir, encore une affaire de d’jeunes : Des jeunes patrons ivres perturbent un trajet en TGV

Bon week-end à toutes et à tous. Mila vous bichonnera votre revue de lundi. Patience.
Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Les portraits de Monique Royer


Hors-série numérique 35
Ils enseignent en classe d’accueil, au Liban, à des élèves handicapés. Ils utilisent un blog, de la couleur ou les volcans. Ils sont enseignants, chef d’établissement, journalistes. Ce sont dix-neuf portraits d’enseignants et d’acteurs de l’école que l’on découvre dans ce dossier

Quelle éducation laïque à la morale ?
N° 513 Coordonné par Élisabeth Bussienne et Michel Tozzi, mai 2014

Que s’agit-il d’enseigner, pour ce qui ne peut se réduire à une discipline scolaire ? Dans quel objectif, entre pacification des relations et formation du jugement moral ? Qui pour le faire, dans quel cadre ? Bien des questions, et ce dossier ose dès maintenant des réponses, dans la conviction que nous touchons là à un rôle fondamental de l’école.