Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 20 janvier 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 20 janvier 2017

Présidentielle - Orientation - Formation professionnelle

Toujours la présidentielle mais qui donne l’occasion à JiMo d’un comeback qui ne nous rate pas ! Un peu d’orientation et de formation professionnelle compèteront cette revue de fin de semaine.


Présidentielle

Programmes peu ou pas néo-libéraux pour l’enseignement supérieur et la recherche. Michel DELARCHE analyse ce qu’en pense le groupe JP Vernant qui “termine sa revue des programmes électoraux par ceux des candidats esquissant une approche plus ou moins critique de la politique néo-libérale suivie sous Sarkozy et Hollande. Les détails de la revue sont ici."
Le groupe JP Vernant conclut provisoirement son analyse ainsi : L’intérêt des principaux candidats pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche est très variable. Quatre candidats proposent une vision articulée et des perspectives claires, déclinées en propositions de politiques publiques qu’il est raisonnablement possible de mettre en œuvre : M. Mélenchon, M. Montebourg, M. Peillon et M. Fillon. Ils proposent une gradation entre un programme de rupture et un programme de prolongation par continuité de la politique suivie depuis 10 ans.”

En visite à Florange, Mélenchon en défenseur de l’enseignement professionnel. “"50% de la jeunesse scolarisée est dans l’enseignement professionnel, technique. La moitié de la jeunesse de France. On n’en parle jamais. C’est comme les salariés : c’est les plus nombreux, et on n’en parle nulle part", a ajouté le candidat avant de présenter son plan de "filière polytechnique". Il ajoute "On pourra aller du CAP jusqu’au bac professionnel. Et après on arrive à brevet de technicien supérieur, et quand on aura fini, ça peut être qu’on pourra passer une licence professionnelle. C’est moi qui l’ai créée, je sais comment ça marche !".” J’ai un doute, c’est Claude ALLÈGRE qui avait signé l’ARRÊTÉ DU 17-11-1999 qui crée cette forme de licence dans le cadre de la mise en oeuvre du LMD en France.

Primaire à gauche : l’amnésie de Benoît Hamon sur les ABCD de l’égalité à l’école. “L’ex-ministre de l’éducation s’est fait reprendre, plutôt à raison, par son prédécesseur Vincent Peillon au cours du troisième débat. Explications.”

Vousnousils poursuit ses interview, aujourd’hui, Interviews Hamon/Peillon : leurs visions de l’éducation. “Vousnousils a interrogé les principaux candidats à la primaire de la gauche sur leur vision de l’éducation. Focus sur Benoît Hamon et Vincent Peillon, qui ont été ministres de l’Éducation nationale lors du dernier quinquennat.”

Présidentielle 2017 : le programme éducatif de François Fillon. “François Fillon, Yannick Jadot, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon… Dans les semaines à venir, les protagonistes tenteront de convaincre les électeurs de leur confier les rênes du pays à l’occasion de l’élection Présidentielle qui se tiendra les 23 avril et 7 mai 2017. L’occasion pour Tonavenir.net de commenter les programmes des principaux candidats en matière d’Education et plus précisément leurs propositions concernant l’amélioration du processus d’orientation scolaire et des moyens alloués à cette mission.
Pour ce faire, nous avons sollicité deux personnes susceptibles d’éclairer ces projets à l’aune de leurs expériences et sensibilités respectives : Yves Destribats et Bernard Desclaux

JPEG - 181.9 ko
Fillon et l’éducation dessin de JiMo

Orientation

En cette période d’inscriptions des voeux dans APB, les salons et les conseils, les articles “alarmes” fleurissent dans la presse.
APB : « Les jeunes doivent faire attention au calendrier et suivre scrupuleusement les règles ». “INTERVIEW - Martine Vanhamme-Vinck, directrice du Centre d’Information et d’Orientation Médiacom, donne ses conseils pour réussir son inscription sur la plate-forme APB.”

Francetvinfo titre : Admissions post-bac : le casse-tête des bacheliers.

Et l’Etudiant, Lycéens ZEP à Marseille : "Il est plus compliqué pour nous de viser les grandes écoles"

« Les conseils d’orientation donnés aux élèves varient selon leur milieu », propos recueillis par Séverin Graveleau pour Le Monde. “Ce vendredi 20 janvier marque l’ouverture des inscriptions sur le portail Admission post-bac (APB 2017), qui permet chaque année à quelque 800 000 élèves et étudiants en réorientation de faire leurs vœux d’études dans le supérieur. Quelles informations reçoivent les élèves au moment de faire leur choix d’orientation ? C’est la question que se pose depuis 2013 la sociologue Agnès van Zanten dans le cadre de plusieurs travaux sur les politiques d’orientation scolaire, les prescripteurs et les lieux d’orientation. Selon elle, les conseils donnés par les équipes éducatives au moment où les élèves doivent faire ce choix diffèrent du tout au tout, selon que l’on soit dans un lycée favorisé ou non. Un biais qui vient accentuer les inégalités sociales et scolaires. Entretien.”

APB : les erreurs d’orientation post-bac coûtent un demi milliard d’euros par an par Marie-Christine Corbier pour Les EchosPrès de quatre étudiants sur dix se réorientent entre la première et la deuxième année d’études supérieures, selon France Stratégie. L’organisme propose, entre autres, de réformer le bac.”

Et pendant ce temps, Inquiétude pour l’avenir des CIO haut-rhinois. “La fermeture de trois des 14 Centres d’information et d’orientation (CIO) alsaciens devrait être officialisée en mars prochain. Tous les CIO visés se trouvent dans le Haut-Rhin. Pessimistes, les principaux syndicats enseignants tâchent toutefois de mobiliser.”


Formation professionnelle

Quel avenir pour le lycée professionnel ?Souvent décrit uniquement en terme de relégation, le lycée professionnel est maintenant compris comme un univers mal connu et vécu de façon beaucoup plus nuancée. C’est aussi ainsi que le montre "Le lycée professionnel : relégué et avant gardiste ?", un petit livre issu des entretiens Ferdinand Buisson et publié par l’Ifé. Regroupant plusieurs travaux de spécialistes, l’ouvrage interroge surtout l’avenir du lycée professionnel et sa nécessaire réorientation.”

Bruno Devauchelle : Numérique : Qu’a-t-on appris de l’enseignement professionnel ?Au début des années 1980 les enseignants des disciplines techniques des Lycées Professionnels et Techniques (devenus ensuite Technologiques) ont dû s’adapter à la réalité professionnelle à laquelle ils préparaient leurs élèves. Ce fut particulièrement le cas de la nécessaire adaptation liée au développement de l’informatique aussi bien dans le tertiaire que dans l’industriel. Rappelons ici quelques exemples : la bureautique, les logiciels professionnels de comptabilité, les machines à commande numérique ou encore les systèmes de découpe assistée par ordinateur, sans oublier la célèbre CAO-DAO (conception et dessins assisté par ordinateur). Ce qui est impressionnant, avec le recul, c’est de constater que loin d’être ridicules, les établissements et les équipes enseignantes ont su mettre en place les moyens adaptés pour que leurs élèves sachent s’insérer dans les nouveaux contextes professionnels. Qu’a t-on fait de leur expérience ?

Et justement Didier Cozin, ingénieur de formation professionnelle réfléchit sur Formation et éducation, les illusions numériques. “À chaque saut technologique depuis les années 70 (le minitel, puis le PC et enfin Internet), de jeunes pousses ou de vieux briscards proclament la fin de l’éducation en salle, la révélation d’un monde éducatif enfin parfait : lisse, propre, bon marché, réplicable à l’infini. Le numérique serait à même de résoudre nos immenses défis éducatifs.”

Je vous souhaite un beau week-end.
Bernard Desclaux


***/


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Enseigner les langues aujourd’hui
N° 534 - Enseigner les langues aujourd’hui
Dossier coordonné par Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh
janvier 2017
Apprendre une langue étrangère, c’est à la fois une évidence pour tous et une difficulté pour chacun. Et les études internationales ne font que confirmer que les Français seraient mauvais en langues. Quelles sont les pratiques qui permettent à l’apprentissage des langues vivantes d’être bénéfique pour nos élèves ?

N° 533 - Créer et expérimenter en sciences et technologie

Dossier coordonné par Évelyne Chevigny et Roseline Ndiaye
décembre 2016
L’enseignement des sciences expérimentales s’est considérablement renouvelé. Ces changements ont visé à mettre l’élève au centre, en prenant en compte les travaux de la didactique ainsi que les réflexions sur le bagage intellectuel de base pour tout citoyen du XXIe siècle, au cœur d’une société basée sur les sciences et les technologies.