Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 2 mai 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 2 mai 2014

en direct du ministère - crise du recrutement - notes ou pas notes - ipad et éducation


L’annonce de la démission du numéro 2 du ministère fait couler beaucoup d’encre. La crise du recrutement des professeurs continue d’alimenter l’actualité. On s’interroge sur la suppression de l’évaluation chiffrée. Au Québec a lieu un sommet francophone sur l’utilisation des ipads dans l’éducation.


En direct du ministère

L’annonce de la démission de "Jean-Paul Delahaye, numéro deux du ministère de l’Education nationale et porteur du projet Peillon" s’annonce comme "un coup dur pour Benoît Hamon" selon Le Parisien. Le Figaro sous-entend que ce départ précipité aurait à voir avec le nouveau décret sur les rythmes : " Est-ce à dire que ce haut fonctionnaire est parti pour ne pas avoir à annoncer lui-même le détricotage partiel d’une réforme qu’il avait élaborée depuis dix-huit mois ?". Pour l’Express, "le départ de ce pédagogue convaincu, unanimement reconnu pour ses qualités humaines et professionnelles", souligne à quel point la nomination de Benoît Hamon "signe l’enterrement de la réforme des rythmes scolaires mise en place par Vincent Peillon".

JPEG - 56.7 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Toujours au sujet du ministère,L’Express aurait eu connaissance d’un dossier confidentiel destiné au nouveau ministre à sa prise de fonction. Selon ce dossier, les services de l’état sont conscients que la hausse des effectifs va absorber les nouveaux postes. Seulement 4% des communes seraient opposées à la réforme des rythmes. Un projet parle de créer des vacances à l’occasion du pont de l’Ascension et de décaler les examens. D’ailleurs ce rapport souligne le "poids" du baccalauréat : cela implique-t-il une éventuelle réforme vers un contrôle en cours de formation et la suppression des épreuves terminales ?


La crise du recrutement

Déjà abordée mercredi, la crise du recrutement continue d’alimenter les médias.Le Point parle même d’échec du recrutement. La session exceptionnelle n’a pas fait le plein, non seulement en mathématiques mais aussi en latin-grec." Pour le primaire, les résultats, mis en ligne par académie, sont tout aussi mauvais puisque seulement 10 % des postes de professeur des écoles ont été pourvus".
Pour le ministre, ces chiffres sont normaux, s’agissant de la deuxième session de l’année. Mais les syndicats s’inquiètent de voir les postes non pourvus occupés par des vacataires contractuels sans formation.


Notes ou pas notes ?

Le Café pédagogique le rappelle : la notation chiffrée est un sujet très disputé ces temps-ci. Faut-il la conserver ou pas ? Pierre Merle explique que le rapport à la note est très différent selon la matière, selon le niveau des élèves. Se pose souvent la question de l’équité de la note, de la partialité du professeur. Mais Pierre Merle n’y est pas opposé : "Une notation réellement pédagogique, conclut-il, s’inscrit dans une démarche explicite, capable de distinguer les moments d’exposé, de pratique dirigée, de pratique autonome et de consolidation des acquis, au terme de laquelle seulement l’évaluation peut intervenir avec profit et mesurer réellement les apprentissages."

Pour Anthony Lozach sur le blog de l’UNSA, ecolededemain, " les vrais enjeux d’une réforme de l’évaluation concernent tant l’acte pédagogique en lui-même, que les usages qu’on en fait (pédagogiques, institutionnels), et notamment, la communication aux familles."


ipad et éducation

Le site infobourg.com rend compte du 2e sommet francophone sur les usages de l’iPad en éducation et Colloque international sur les technologies en éducation, les 1er et 2 mai 2014 à Montréal. A cette occasion on peut lire un dossier intéressant sur l’intégration des tablettes en classe. Quelles sont les conditions nécessaires pour réussir cette intégration ? Le dossier souligne qu’il faut apprendre à travailler autrement.
Selon Le Soleil, une enquête montre que les avantages à l’utilisation des tablettes en classe éclipsent les inconvénients. L’inconvénient principal étant la distraction des élèves, "Comment empêcher les élèves de consulter leur compte Facebook ou de s’échanger des photos en classe ? « Plusieurs écoles travaillent sur la responsabilisation des élèves. Dès qu’on interdit quelque chose, les élèves ont souvent le réflexe de vouloir contourner l’interdiction, alors ce n’est pas nécessairement la solution. »". Un défi intéressant et à suivre, l’usage des tablettes se multipliant aussi en France.

Géraldine Duboz


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Nos offres spéciales

Nos formules d’abonnements