Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 1er juin 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 1er juin 2018

Petits problèmes — Laïcité — Supérieur — Ressources

Une actualité riche en cette fin de semaine. Pas mal de "petits problèmes", Blanquer remets le couvert sur la laïcité, et le scandale Parcoursup se poursuit. Quelques ressources pour occuper votre week-end...


Petits problèmes

Formation des futurs enseignants à Rouen : le ministre Blanquer s’exprime pour la première fois. “Lors d’une visite à Rouen, jeudi 31 mai, le ministre de l’Éducation nationale a confirmé la volonté de réorganiser la formation des professeurs en Normandie à l’échelle régionale.” A l’échelle régionale ou à l’échelle académique ?

Seine-Saint-Denis : un rapport accable la stratégie Macron par par Manuel Jardinaud. “Deux députés, des Républicains et de La République en marche, ont dévoilé le 31 mai un rapport sur les politiques publiques dans le département le plus pauvre de France. Le constat, désespérant, est un plaidoyer en creux pour une autre politique que celle prônée par le président de la République.” Réservé aux abonnés, mais des extraits sur le blog Vivement l’école !

Côté CIO...

Le centre d’information et d’orientation en sursis ?L’inquiétude a gagné le personnel du Centre d’information et d’orientation (CIO) d’Issoudun, et ce dernier est bien décidé à la partager. C’est pour cette raison que les quatre psychologues, la secrétaire, la coordinatrice de la Mission locale contre le décrochage scolaire et la directrice ont décidé de battre le terrain, ce samedi, sur le marché d’Issoudun, afin d’expliquer l’importance de leur mission.”

Table ronde. Orientation scolaire, tri patronal ou service public ? La revue de presse. Entretiens croisés réalisés par Jérôme Skalski. “rappel des faits Lieu d’accueil pour tous les jeunes, scolarisés ou non, et les adultes, les centres d’information et d’orientation (CIO) sont menacés par le projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». Vincent Bernaud Secrétaire national du Sgen-CFDT Pierre Dharréville Député PCF des Bouches-du-Rhône Catherine Remermier PsyEN du collectif national du Snes-FSU.” Mais pour les abonnés.

Et je me suis permis un petit décryptage d’un article signalé avant hier. "Le 30 mai 2018, sur CNEWS, Laurie Bosdecher publiait un article intitulé : La députée Catherine Fabre décrypte le projet de loi sur l’orientation. Laurie Bosdecher est laRédactrice en chef de CNEWS Bordeaux7 et diplômée de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille. Catherine Fabre, députée LREM, est rapporteure du volet formation professionnelle et apprentissage du projet de loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel[1] dont nous avons déjà parlé ici[2]. Deux personnes très compétentes, pour des raisons diverses, pour décrypter ce projet. Examinons les questions et surtout les réponses."

Et pour continuer sur le repérage de l’incompétence, Quand les députés réinventent l’existant. “"Au cours de la dernière année de scolarité au collège, les élèves volontaires peuvent suivre une classe intitulée troisième « prépa-métiers ». Cette classe vise à préparer l’orientation des élèves, en particulier vers la voie professionnelle et l’apprentissage... Elle permet de renforcer la découverte des métiers, notamment par des stages en milieu professionnel, et prépare à l’apprentissage". La Commission de l’éducation de l’Assemblée nationale a adopté le 29 mai cet amendement de la députée LREM Sylvie Charrière à la loi sur la formation. Outre le fait que cela encourage une orientation précoce dont on sait qu’elle est nuisible, il a échappé à la Commission que ces troisièmes existent déjà dans le "collège unique". Ce sont les 3ème prépa pro…


Laïcité

Un nouveau vade-mecum de la laïcité à l’école par Denis Peiron. “À partir du 30 mai, le ministère de l’éducation distribue un livret d’environ 80 pages qui vient rappeler aux équipes les attitudes à adopter en cas de manquement aux principes de laïcité.”

Une réponse laïque à la contestation de l’Evolution ou de l’histoire à l’école par Rachel Mulot.

Un « vade-mecum laïcité » envoyé aux enseignants. “Jean-Michel Blanquer a envoyé aux enseignants et aux chefs d’établissements un “vade-medum laïcité”, qui remplace le livret de 2015 distribué par prédécesseure et constitue un “référentiel de situations pour les équipes académiques”, avec des fiches pratiques.”

Sur le site de Solidarité laïque vous trouverez : Éduquer à la citoyenneté, à quoi ça sert ?Pour lancer le débat de l’Assemblée Générale de Solidarité Laïque, le 14 juin 2018, le pédagogue Philippe Meirieu fait le point, en trois questions, sur l’éducation à la citoyenneté. Un entretien éclairé et humaniste qui porte l’apprentissage des valeurs de citoyenneté comme instrument d’émancipation et du vivre ensemble.”


Supérieur

Et toujours à l’honneur Parcoursup ! Tout va bien, puisqu’on vous le dit !

Parcoursup La ministre répond à sa façon sur les inégalités territoriales. “Sommée par le président du conseil départemental de Seine Saint-Denis de donner des chiffres sur les résultats de Parcoursup dans le département, Frédérique Vidal, ministre de l’enseignement supérieure, ne s’est pas exécutée. Mais elle répond dans une longue lettre ouverte à celle de S Troussel.”

Parcoursup. « Plus de deux semaines d’avance » sur les réponses, se félicite Vidal. “Les deux tiers des candidats ont reçu au moins une réponse sur Parcoursup, s’est félicitée la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, à l’occasion d’une visite dans une commission d’accès à l’enseignement supérieur, ce jeudi 31 mai. Un objectif que le ministère voulait atteindre avant le bac.”

Parcoursup : tout comprendre sur son algorithme qui "fonctionne bien", assure la ministre de l’Enseignement supérieur

ENTRETIEN. Blanquer : « Parcoursup, c’est une amélioration ! »Parcoursup : échec ou réussite ? "C’est incontestablement une amélioration ! Tout n’est pas encore fait, mais il ne faut pas oublier que l’an dernier, à la même époque, personne n’avait de réponse. Là, près de 70 % des élèves ont déjà reçu au moins une réponse positive et 200 000 ont confirmé leurs vœux. Le système a été au rendez-vous d’un point de vue technique, mais surtout il est plus humain, plus rationnel…
La logique n’est plus celle du tirage au sort, et l’accompagnement des élèves est bien meilleur, avec deux professeurs principaux dédiés à leur orientation en terminale. Enfin, un accompagnement spécifique est mis en place actuellement pour les élèves qui n’ont choisi que des filières sélectives et pour lesquelles aucun choix n’a abouti. À la fin du processus, tout élève bachelier qui le souhaite aura une place dans l’enseignement supérieur.”
"

Parcoursup est "discriminatoire" et porte "préjudice aux lycéens du 93 et des départements les plus défavorisés". “Le lycée Paul Eluard de Saint-Denis est bloqué, jeudi 31 mai, par des élèves qui protestent contre l’attribution des propositions de Parcoursup, rapporte France Bleu Paris. Les syndicats s’inquiètent du caractère "discriminatoire" de la plateforme.”

Parcoursup, la réponse à vos choix est « non » quels recours ? par Daniel Roucous. “Les lycéens, étudiants et apprentis dont les vœux exprimés sur la plateforme Parcoursup.fr sont refusés disposent de plusieurs recours. Tout particulièrement le droit d’assistance du CRAAES.”

Parcoursup : « Les établissements sont devenus les principaux acteurs de la sélection ». “Pour l’avocat de l’association Droits des lycéens, Me Merlet-Bonnan, la plate-forme d’accès à l’enseignement supérieur Parcoursup est beaucoup plus encadrée juridiquement que ne l’était Admission post-bac (APB), mais elle manque encore de transparence.”

Tribune : « Parcoursup, c’est l’idéologie des premiers de cordée appliquée aux étudiants ». “En réponse aux premiers chiffres d’admissions des futurs bacheliers à l’Université de Strasbourg, les élus d’opposition de la liste « Alternative » regrettent l’application des algorithmes de Parcoursup. Ils estiment que certains choix politiques locaux détournent l’argent de l’enseignement, qui permettrait d’éviter la sélection.”

Le Parcoursup des filles. Classe et genre à l’université par Fanny Bugeja-Bloch & Marie-Paule Couto. “La plateforme Parcoursup régule désormais l’orientation vers les études supérieures. Loin d’être uniforme, ce dispositif va produire des effets d’exclusion sur les publics les plus sensibles aux verdicts scolaires : les filles, et plus encore celles issues de milieux populaires."

« Nous lançons un appel à bâtir les nouvelles universités que l’Etat refuse de créer ! ». “Un collectif d’étudiants, d’universitaires et de politiques, parmi lesquels Nicolas Offenstadt, Elsa Faucillon et Frédéric Lordon, propose dans une tribune au « Monde » de construire symboliquement de nouveaux établissements pour lutter contre la politique actuelle.”

Sciences Po veut changer la méthode d’enseignement de l’économie par Héloïse de Neuville pour abonnés. “Aride, ennuyeux, hors-sol... Selon l’aveu-même d’une centaine de chercheurs et d’enseignants en économie du monde entier, l’enseignement doit être révolutionné pour ne pas mourir. C’est l’objectif des cours en ligne CORE, déjà expérimentés dans 186 pays, et portés en France par Sciences Po Paris.”


Ressources

Un dossier spécial, Expérimentation en CP dédoublés

Eric Debarbieux : L’oppression viriliste et la violence scolaire. "Il va être question dans ce texte de violence en milieu scolaire, et principalement des violences sexistes, des violences qu’y subissent les filles, mais aussi les garçons qui n’entrent pas dans les normes virilistes, machistes. Il y sera question de la manière dont le « refus du féminin » construit l’inégalité entre les sexes, entre les genres". Dans un nouveau rapport de l’Observatoire européen de la violence à l’école, Eric Debarbieux met en évidence "l’oppression viriliste" qui s’exerce à l’école et qui pour lui est à l’origine de toutes les formes de violence scolaire. Dans un entretien, il interroge le rapport au genre à l’école et met en évidence la détresse des homosexuel.le.s et des bons élèves dans le système éducatif. Appuyée sur des statistiques et une enquête auprès de 47 000 élèves, son travail interroge l’Ecole et invite les équipes à agir."

Espaces et architectures scolaires, coordonné par Nadine Coussy-Clavaud et Cathy Marret. "Depuis quelques années déjà, s’amorce sur une vraie réflexion sur le lien entre apprentissages et espaces scolaires. Au-delà de la question du climat scolaire, l’architecture des établissements et des salles de classe interroge le bien-être et le mieux apprendre. Comment faire dialoguer espace et pédagogie ? Que transformer ?

Sur ARTE Radio QUE SONT-ILS DEVENUS ?Ancienne prof dans une banlieue difficile, Delphine Saltel retrouve les élèves qu’elle avait enregistrés au collège et confronte leur voix d’enfant à leur parcours d’adulte. 12 ou 15 ans après leur troisième, que sont devenus les petits caïds et les premiers de la classe ? Inattendu, drôle et parfois dérangeant, un podcast documentaire sensible sur l’école, la banlieue et la diversité des destins.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 545 - Accompagner en pratiques
Dossier coordonné par Rachel Harent et Xavier Dejemeppe
mai 2018
Qu’est-ce qu’accompagner au sein et hors de la classe ? Qu’en est-il de l’accompagnement personnalisé ? Comment l’accompagnement vise-t-il à construire l’autonomie de l’élève ? Ce dossier interroge le sens donné aujourd’hui à l’accompagnement de tous les élèves par les enseignants et aussi par les coéducateurs.

N° 544 - Les écrits de travail des élèves
Dossier coordonné par Jacques Crinon et Hélène Eveleigh
mars-avril 2018
À l’école, on n’écrit pas toujours beaucoup, car on est trop souvent dans la logique de production d’un écrit bien fait, qui sera évalué ou communiqué. Or, le langage écrit est aussi un instrument intellectuel, au service du travail quotidien des élèves. Comment les faire écrire davantage ?