Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 19 mai 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 19 mai 2017

Déclarations — Réactions — Divers —

La préoccupation médiatique concernant l’éducation intègre maintenant l’existence du nouveau ministre, et c’est normal, mais ça chauffe pour les deux !


Déclarations

Le ministre débute ses déclarations.
Et sur lui-même pour commencer : Le ministre de l’Éducation Blanquer juge « caricatural » de le présenter en homme de droite. “« Le portrait est totalement dénaturé » quand on le présente de droite, martèle-t-il. « C’est totalement caricatural quand on dit ça. Je ne me suis jamais engagé politiquement, je n’ai jamais été dans aucun parti, j’ai été sous plusieurs gouvernements, y compris six mois avec Vincent Peillon (ministre PS de l’Education entre 2012 et 2014, NDLR) », insiste Blanquer, tout en admettant que « bien entendu, (il) a plus servi sous des gouvernements de droite ».”

Jean Michel Blanquer : "Besoin d’une réforme qui tourne autour de l’essentiel". "Jean Michel Blanquer, ancien directeur général de l’enseignement scolaire au ministère de l’Éducation nationale, intervient sur le plateau du Grand Soir 3 pour donner son avis sur la réforme du collège prônée par le gouvernement."

Rythmes scolaires : il faut de la "concertation" locale pour Blanquer. “"C’est de la concertation" avec "pragmatisme. Les rythmes scolaires, ce n’est pas quelque chose qui se décrète depuis la rue de Grenelle, c’est quelque chose qui se discute localement", pour "voir ce qu’il y a de mieux pour les enfants", a-t-il poursuivi.”

VIDEO. "Il faut aimer son pays", estime le nouveau ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer-[connexe] ]. “Interrogé sur l’enseignement du roman national, thème de la droite lors de la campagne présidentielle, l’ancien directeur de l’Essec plaide pour un enseignement chronologique de l’Histoire et pour enseigner "des sentiments positifs".”

Un ministre de l’Education pour défendre la langue française ?Jean Michel Blanquer nommé ministre de l’Education nationale a souvent défendu la langue française... "La langue est ce qui nous soutient. Et c’est nous qui soutenons notre langue. Elle est notre ossature, notre véhicule. Elle nous habite, nous traverse, nous influence. Elle est notre trésor.", écrivait-il dans un article du journal Le Point…


Réactions

Les réactions se poursuivent et s’amplifient...

« Douze élèves par classe », une mesure survendue ?Notre président de la République l’a inscrit à l’ordre de ses priorités : diviser par deux les effectifs des classes de CP qui concentrent les plus grandes difficultés scolaires (REP et REP+) dès la rentrée de septembre. Un projet ambitieux qui fait craindre aux syndicats la disparition du dispositif « Plus de maîtres que de classes ».”

Enseignants, qu’attendez-vous d’Emmanuel Macron ?Découvrez les attentes des enseignants sur le programme éducatif du nouveau président de la République. Second volet de notre enquête auprès des enseignants, qui nous font part de leurs attentes vis-à-vis du nouveau président.”

Maitres + et rythmes : Le Snuipp contre les projets Macron. “Les deux points principaux du programme éducatif d’Emmanuel Macron sont en train de se retourner contre lui. Le 17 mai, le Snuipp Fsu saisit le nouveau ministre à propos de la suppression des maitres surnuméraires (maitres +) et de la réforme des rythmes scolaires.”

Pourquoi les rythmes scolaires à la sauce Macron risquent de tourner au casse-tête. “C’est l’un des premiers dossiers épineux que va devoir gérer le nouveau ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer. Retoucher la réforme des rythmes scolaires, mise en place sous le quinquennat Hollande, pour « laisser aux communes, en lien étroit avec les écoles de leur territoire, le soin d’organiser le temps périscolaire sans contrainte », selon le programme électoral d’Emmanuel Macron. Lors de son discours de passation des pouvoirs ce mercredi, Jean-Michel Blanquer a indiqué qu’il voulait « redonner de la liberté aux acteurs ». Un décret le permettant devrait être publié cet été.”

Snpden : Des "assouplissements" pour appliquer les mesures Macron. “Dans un courrier adressé le 18 mai à JM Blanquer, le premier syndicat de personnels de direction, le Snpden, demande l’ouverture de trois chantiers. D’abord celui de la réforme du collège pour lequel le Snpden veut des simplifications administratives. Ensuite, celui de la réforme du lycée :le syndicat veut de nouveaux programme et une réforme du bac pour en faire un vrai diplôme d’entrée dans le supérieur.”

Et Sud-Education : Ni banquier ni Blanquer ! "Leur projet pour l’école est néolibéral et réactionnaire. Ne les laissons pas faire !" Diffusion d’un affichage.

La Fcpe 75 sceptique après la nomination de JM Blanquer. “" L’éducation « en marche », mais dans quel sens ?", interroge la Fcpe de Paris après la nomination de JM Blanquer. " Pour lui, la création des 60000 postes sous le quinquennat Hollande aurait même été une “erreur”, estimant que « dans l’ensemble, la création de postes pose plus de problèmes qu’elle n’en résout ». Ce postulat de départ — une logique de redéploiement et non d’investissement — ne peut manquer d’inquiéter très fortement notre fédération de parents d’élèves qui se bat depuis des années pour que soient mêlés efficacement les considérants qualitatifs et quantitatifs au cœur de la Refondation de l’Ecole. La FCPE Paris espère que le nouveau ministre — responsable à son tour — s’attaquera à prolonger les efforts en matière de budget de l’éducation et qu’il ouvrira de nouveaux chantiers plutôt que de défaire ce qui a été fait".”

"Jean-Michel Blanquer a été associé à des politiques extrêmement régressives sur l’école". REPLAY - INVITÉE RTL - Francette Popineau, secrétaire général du SNUipp-FSU, réagit à la nomination de Jean-Michel Blanquer au ministère de l’Éducation nationale.

Lettre ouverte au nouveau ministre de l’Éducation nationale. Par Jean-Paul Mongin. “« L’échec n’est plus une option », rappelle Jean Paul Mongin, délégué général de SOS éducation, qui se réjouit de la vision de l’école pragmatique et enracinée du nouveau ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer.”

Dépité ? PY Duwoye ferme son blog. “"J’ai ouvert ce Blog au sortir de ma fonction de recteur pendant le temps de la campagne au moment où il était intéressant de mettre au débat des analyses et de faire des propositions", nous dit Pierre Yves Duwoye. Nous avions souligné la qualité de ce blog qui apportait à la fois des informations sur la naissance de la Refondation et des réflexions sur l’évolution de l’Ecole. Nous avons été surpris de constater sa fermeture. "Le temps est venu maintenant de l’action pour le nouveau ministre qui est un homme remarquable. Ce que j’ai écrit appartient d’autant plus au passé que je n’ai pas l’intention de commenter son action", explique PY Duwoye.”

Vincent Lindon aimerait être ministre de l’Éducation Nationale. “Si l’on devait confier un seul ministère à Vincent Lindon, ce serait celui de l’Éducation Nationale. « Je trouve qu’il n’y a rien de plus intéressant que de prendre les enfants en bas âge et de faire des propositions dont on ne verra peut-être pas les résultats tout de suite mais beaucoup plus tard, et de former dès le départ un nouveau monde », déclare le comédien avec une certaine émotion dans la voix.
Vincent Lindon reprend alors exalté : « Je pense que c’est en classe de maternelle, en CP, en CM1, CM2 que ça se passe. On peut leur montrer des films, leur faire lire des livres, leur apprendre des choses, c’est l’une des choses les plus passionnantes que je connaisse. » L’acteur et militant a également exprimé son attachement au droit de vote car pour lui « des personnes sont mortes pour obtenir ce droit. »

En cachette, la sulfureuse association SOS Education efface tous ses liens avec le nouveau ministre de l’Education nationale.


Divers

Quels débuts pour les enseignants ?La massification de l’enseignement a-t-elle fondamentalement modifié le métier enseignant et par suite l’entrée dans le métier ? Est-on en train de passer de la vocation à un métier comme u autre ? Comment éviter les démissions et encourager le maintien dans le métier ? Ces questions sont abordées dans le dernier numéro (74) de la Revue de Sèvres coordonné par Patrick Rayou et Jean-Pierre Véran, un IPR honoraire. Mais à la façon particulière de cette revue : c’est à dire à travers des étude cas dans une dizaine de pays aussi différents que la France, la Suisse, le Niger, la Mauritanie ou l’Argentine et la Chine. Si quelques traits communs se dégagent, la revue n’en tire pas de conclusion sur ce que cela signifie en terme de management des enseignants. Et c’est dommage.”

Frédérique Vidal : "Je regarderai avec bienveillance les expérimentations". “Frédérique Vidal, la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a profité de la passation des pouvoirs avec Thierry Mandon, jeudi 18 mai 2017, pour exposer sa vision. La nomination de cette ancienne présidente d’université à la tête d’un ministère de plein exercice suscite de fortes attentes au sein de la communauté.”

Thierry Coulhon doit rejoindre l’Élysée comme conseiller enseignement supérieur et recherche. D’après Educpros, "Certains le voyaient déjà ministre mais c’est à l’Élysée que Thierry Coulhon doit être nommé dans les prochains jours. L’actuel président de la Comue PSL (Paris Sciences et Lettres) doit ainsi devenir le conseiller enseignement supérieur et recherche d’Emmanuel Macron."

Bon week-end à toutes et tous
Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 537 - Classes inversées

Dossier coordonné par Françoise Colsaët et Héloïse Dufour
mai 2017

La classe inversée, on en parle beaucoup, des partisans enthousiastes et des opposants décidés s’opposent. Est-ce une mode passagère, un gadget pédagogique, ou l’amorce d’un changement de fond ? Au-delà des définitions (trop) simples, ce dossier s’attache à mieux cerner ce qu’est la classe inversée.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.

Et aussi, peuvent être utiles par les temps qui courent...

N° 532 - Justice et injustices à l’école
Dossier coordonné par Marie-Christine Chycki et Émilie Pradel
novembre 2016

L’école est traversée par tous les débats qui agitent la société. La question de la justice y est particulièrement vive et le sentiment d’injustice très prégnant chez tous les acteurs aux prises avec l’institution. Entre la subjectivité du sentiment et les conditions objectives des injustices vécues à l’école, quelles réponses pouvons-nous apporter ?

N° 530 - Former les futurs citoyens

Dossier coordonné par Laurent Fillion et Pascal Thomas
juin 2016

Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?