Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 19 avril 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 19 avril 2019

Inégalités - Région parisienne - Parcoursup - Ressources

Beaucoup d’actualités concernent les inégalités : à l’école, dans les maths, dans l’orientation et les études. Il se passe aussi beaucoup de choses dans la région parisienne, surtout dans le cadre des résistances à la loi Blanquer. Parcoursup continue à faire réagir. Quelques ressources pour terminer.


Inégalités

La réussite en maths se joue bien avant l’école primaire
« Quelles sont les principales compétences qui déterminent la réussite en maths des élèves ? Une équipe internationale de chercheurs, dont fait partie la professeure de l’Unifr Valérie Camos, a testé des enfants de 5 et 7 ans.
« De toute façon, les maths, ça sert à rien ! » Cette phrase, qui ne l’a pas prononcée, enfant, alors que ses parents pâlissaient en découvrant le mauvais résultat à un examen ? Ou ne l’a entendu sortir de la bouche de sa propre progéniture ? « Bien au contraire !, répond Valérie Camos. Nous vivons dans un monde où la pertinence et la compréhension des mathématiques sont de plus en plus importantes ». Et la numérisation galopante ne fera qu’amplifier cette importance à l’avenir, ajoute la professeure de psychologie du développement à l’Université de Fribourg. »

Le syndicat SNES-FSU a réalisé une enquête sur les choix d’options pour le nouveau lycée. En fait rien ne change !
« Les "hiérarchies de prestige" entre formations sont toujours à l’œuvre dans les choix des spécialités, selon le syndicat, malgré la prochaine mise en place de la réforme Blanquer.”
“Pour le SNES, la réforme Blanquer ne "modifie donc pas les déséquilibres dans les choix d’orientation entre parcours". Un constat qui n’est pas du tout partagé du côté de l’Education nationale. "Ce n’est pas du tout la tendance que l’on observe", affirme Jean-Marc Huart, le Directeur général de l’Enseignement scolaire.
Selon lui, "ce qu’on nous dit, c’est que les élèves utilisent véritablement la liberté qui leur est donnée de choisir parmi l’ensemble des onze ou douze spécialités, affirme Jean-Marc Huart. C’est la première année où les élèves s’interrogent sur ce que seront les matières l’année prochaine. Ils regardent les programmes des différentes matières pour faire un choix éclairé et c’est ressenti de manière extrêmement positive", conclut-il. »
Puisqu’on vous le dit !
A lire aussi dans Ouest France et Libération : La réforme du lycée change-t-elle les comportements des élèves ?

« La lutte des classes » : la rude rencontre du scolaire et du social par Charles Hadji
Professeur honoraire (Sciences de l’éducation), Université Grenoble Alpes
Un commentaire très intéressant du film.
« L’école publique est-elle menacée de disparition dans les quartiers « sensibles » ? La question est soulevée par le dernier film de Michel Leclerc, intelligemment intitulé La lutte des classes. Un long-métrage qui devrait intéresser aussi bien les enseignants que les parents d’élèves.
Le film met en scène la difficulté de faire les bons arbitrages, quand est en cause le choix d’un établissement scolaire. Car comment armer au mieux ses enfants pour la compétition sociale, dont la compétition scolaire est l’un des premiers « actes », et, sans doute, l’un des plus décisifs ? »

Éducation : les élèves français trop peu entraînés à travailler ensemble ?
“La France se situe entre le 19e et le 23e rang dans le classement des 32 pays de l’OCDE qui ont participé à l’évaluation des capacités des élèves à résoudre les problèmes de manière collaborative. L’étude est menée dans le cadre du programme Pisa.”


Région parisienne

Les collégiens franciliens, futures recrues pour les JO 2024
« Depuis lundi 15 avril, 150 élèves de troisième visitent plusieurs hauts lieux sportifs et touristiques implantés en Île-de-France. Pour les organisateurs, ces jeunes représentent des potentiels bénévoles pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. »

Pourquoi la loi Blanquer est particulièrement contestée à Paris
« Le ministère aussi a noté que Paris est surmobilisé. Dans Le Figaro, l’entourage de Jean-Michel Blanquer, qui ne dramatise pas sa récente chute de popularité, a récemment dénoncé une fronde téléguidée en pointant une responsable de la FCPE qui aurait des envies politiques. Mais pour l’ensemble des personnes mobilisées que Le HuffPost a pu interroger, les raisons de la colère sont plus profondes.
Elles sont à chercher autant dans la loi qui arrivera au Sénat mi-mai que dans l’ensemble des réformes lancées par la révélation gouvernementale de ce début de quinquennat. “Cette loi a structuré tous les malaises de l’Éducation nationale”, constate Rodrigo Arenas, le président de la FCPE qui refuse d’opposer la région parisienne et le reste du territoire. “Cette exaspération qui se manifeste à Paris est dénoncée depuis plus longtemps ailleurs”, estime-t-il, évoquant par exemple les manques de moyens et de personnel. Jérôme Lambert confirme en évoquant “un ras-le-bol généralisé, notamment sur les conditions de travail”. Et d’ajouter une problématique parisienne : “Quand, à Paris, on gagne seulement 70 euros de plus que dans la Creuse alors que le coût de la vie est plus élevé, un rien peut faire exploser la colère qui est sous-jacente”, déplore l’enseignant. »

Val-de-Marne : 250 directeurs d’école contre la loi Blanquer
« L’appel a été lancé au lendemain de l’opération de communication du ministre de l’Education début avril. Jean-Michel Blanquer n’aura pas su convaincre les directeurs d’école qui craignent d’être dépossédé de leur statut au profit des principaux de collège, qui chapoteront les futurs « établissements territoriaux des savoirs fondamentaux ». »

Histoire d’une rumeur antiroms nourrie par les réseaux sociaux
18 AVRIL 2019 PAR FAÏZA ZEROUALA
« En Seine-Saint-Denis, une rumeur persistante d’enlèvements d’enfants par des membres de la communauté rom a abondamment circulé. Trois semaines plus tard, parents, enfants et enseignants expliquent que ce bruit a laissé des traces dans les villes concernées. »


Parcoursup

Parcoursup : les vœux 2019 d’orientation vers l’enseignement supérieur
Communiqué de presse - Jean-Michel Blanquer - Frédérique Vidal - 18/04/2019
“La seconde étape de la procédure Parcoursup 2019 s’est achevée mercredi 3 avril à 23h59 : les candidats ont confirmé leurs vœux pour accéder aux formations du premier cycle de l’enseignement supérieur. Depuis le 5 avril, les formations ont ainsi pu engager l’examen des vœux, préalable à la phase d’admission qui débutera le 15 mai 2019.”

Parcoursup : cette année, les candidats ont formulé près de 7 millions de vœux
“Selon les chiffres publiés par le ministère de l’Enseignement supérieur, 650 946 lycéens se sont inscrits sur Parcoursup. 68 % des candidats ont effectué au moins un vœu en licence.”


Ressources

Une ressource des Décodeurs du Monde :
Six techniques pour vérifier une information sur un réseau social
“Applications, matériel, utilisation des réseaux sociaux… Un vendredi sur deux, « La Matinale » vous accompagne et vous conseille dans votre vie connectée.” Très utile en EMI pour la lutte contre les fakenews.

Les nouvelles épreuves du Bac 2021

Notre-Dame, une émotion patrimoniale
"Nathalie Heinich est sociologue, directrice de recherche au CNRS. Ses travaux portent sur la sociologie de l’art, des valeurs et du patrimoine. Elle a notamment publié, sur ce sujet, La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère (Paris, 2009).
“Les flammes, la stupeur et l’effroi. Une cathédrale brûle et des larmes coulent. Mais pourquoi le patrimoine et sa disparition nous émeuvent-ils autant ? Éléments de réponse avec la sociologue Nathalie Heinich.”

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 552 - Les dys dans la classe
Dossier coordonné par Nicole Bouin et Émilie Pradel
mars 2019
L’accueil des élèves présentant des troubles des apprentissages, dont les «  dys  », ne va pas sans difficultés au quotidien pour les enseignants. Notre dossier propose des éclairages de chercheurs sur ces troubles et donne la parole aux praticiens de terrain, aux parents, aux anciens élèves dys, aux médecins, aux associations…

N° 551 - Expliciter en classe
Dossier coordonné par Andreea Capitanescu Benetti et Sylvie Grau
février 2019
L’enseignement explicite, de quoi s’agit-il exactement ? Le projet de ce dossier est de faire le point sur ce que disent les chercheurs, les formateurs, mais surtout d’aller explorer ce qui se passe dans les classes. Qui explicite ? Quoi ? Quand et comment ?