Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 18 novembre 2011


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 18 novembre 2011

Chatel : le prince des mots tordus – L’uniforme on s’en fout ! Évaluation des profs – Enseignants en Europe -

Chatel : Le prince des mots tordus
Le premier point à l’ordre du jour est l’entretien de Luc Chatel dans Les Échos . Il s’agit presque d’une interview “programmatique" de Luc Chatel dans Les Échos. Avec une affirmation choc : "Je pense que si l’on fait des réformes d’organisation et de structures du système éducatif, oui, il sera possible de réduire encore le nombre de postes " qui en constitue le titre et l’accroche. Mais il évoque aussi la carte scolaire, l’autonomie des établissements, les décrocheurs, la formation des enseignants, l’enseignement professionnel...
Commençons par la phrase d’accroche. Il s’agit ici de se positionner face au candidat François Hollande qu’il juge “irresponsable ”. “D’abord de l’irresponsabilité du Parti socialiste sur la question des finances publiques, dit-il au moment où le Portugal licencie les enseignants, l’Espagne baisse leur rémunération. Elle est ensuite révélatrice du décalage entre les besoins réels de l’école aujourd’hui et les propositions du PS. Les problèmes de l’école ne sont pas des problèmes de moyens.”. Et il ajoute “François Hollande ne dit pas la réalité aux enseignants. Ils savent que s’ils sont à l’avenir plus nombreux, ils seront moins bien payés. Or on a besoin de revaloriser les enseignants. C’est le choix que nous avons fait, en ne remplaçant pas la moitié des enseignants partant à la retraite, mais en augmentant de 10 % leur salaire en début de carrière. ” Ce qui l’amène à l’affirmation qu’il est encore possible de réduire le nombre de postes. Ce qui est jugé comme une "provocation de plus" pour le Parti socialiste.
Mais comme nous le disions plus haut, cette interview est plus que cela. Elle prend l’allure d’une sorte de “feuille de route” et de traduction du programme de l’UMP. En d’autres termes, Chatel nous dit “Ce que nous n’avons pas réussi ou pas encore fait en cinq ans, vous l’aurez dans les cinq ans qui viennent”. Sur le statut de l’enseignant ? “Il faut un temps global de présence réparti entre l’instruction, le soutien personnalisé, le travail pédagogique.” L’évaluation ? “Les parents attendent de la transparence. Mais il faut pour cela mettre en place des outils totalement objectifs. ”. La formation des enseignants ? Tout va bien ! “Je crois que nous sommes sur la bonne voie : un niveau de formation élevé correspondant aux enjeux de l’école, un métier qui commence à s’apprendre dès l’université, une première année d’exercice en vraie grandeur, mais accompagnée par des tuteurs confirmés et complétée par des temps de formation pédagogique. Un sondage : interrogés à la fin de leur première année d’exercice, les professeurs stagiaires de la première promotion dressent, à près de 70%,un bilan assez positif de leur 1ère année .”.
A lire cette interview de Luc Chatel qui manie la communication plus que tout autre ministre avant lui, ou à lire le programme de l’UMP , on se dit que les mots n’ont plus leur sens et sont tordus dans le sens souhaité. Le beau mot d’ “autonomie” devient sous la plume de l’UMP un repoussoir agrégeant toutes les angoisses de l’arbitraire et de la concurrence entre tous. Les compétences au lieu d’être un outil au service des apprentissages deviennent des indicateurs de mesure de la performance générant des “usines à cases”. La formation des enseignants devient une épreuve sans fin où seuls les plus solides et les plus conformistes survivent. Et l’on pourrait continuer ainsi avec tous les sujets…
Cette manière de détourner les “belles idées” et de cultiver la nostalgie d’une école élitiste est au coeur du programme de l’UMP. C’est ce que dit aussi la chercheuse Nathalie Mons dans son billet sur Rue des Écoles l’émission de France Culture (repris par EducPros. Elle y analyse ce programme de l’UMP dont le discours de L.Chatel est la traduction. On le présente comme une “rupture” et même une “révolution”. Mais ce terme interpelle la chercheuse qui se livre à un cruel travail d’exégèse des textes. Et elle montre que tout était déjà énoncé très clairement dans le programme de 2007 et elle conclut que “ les citoyens – qui sont aussi, pour partie, des parents et des usagers – peuvent se rendre compte par eux-mêmes, parfois dans la douleur et souvent dans la frustration, qu’un programme électoral est encore et toujours du marketing politique.”
Si l’on veut un vrai débat sur l’école, il faudra sortir de la communication, des “mots tordus” et du seul débat sur les moyens et voir comment la pédagogie peut évoluer au service d’une école plus juste et efficace.
L’uniforme on s’en fout !
Puisqu’on en est à ce sujet de la communication, mettons un coup de projecteur sur un très bon texte de Pascal Riché. Le fondateur et rédacteur en chef de Rue89 s’exclame en titre de son éditorial :“L’uniforme, on s’en fout ! Quelle sera l’école de demain ? ”. Et on saurait mieux dire…
Le débat politique sur l’école parviendra-t-il à sortir de ce paradis perdu, rassurant et réactionnaire ? A écouter les différents candidats, tous défendent l’école d’hier, aucun ne défend l’école de demain. On « recentre l’école sur les fondamentaux ». On fustige les « pédagogues ». On ne trouve personne pour pleurer la disparition des IUFM... qui n’ont pourtant été remplacés par rien.
Et il en profite aussi pour dénoncer les gros sabots de la communication ministérielle. “L’UMP vient ainsi d’annoncer une « expérimentation » sur « un vêtement commun ». Enorme ficelle ! […] L’argument avancé par les partisans de l’uniforme est la nécessité de « gommer les inégalités ». C’est d’une tartufferie sans nom. Couvrez ce sweat-shirt Abercrombie que je ne saurais voir ! Comment croire une seconde que des inégalités puissent disparaître sous une veste commune ? ”. Mais la gauche en prend aussi pour son grade avec “la démagogie des 60 000 postes”. Pour Pascal Riché, “ce chiffre n’a aucun sens. Même les profs ont été atterrés : ce n’est pas ce genre de promesse qu’ils attendent, c’est une vision de ce que doit être l’école aujourd’hui, et ce que doit devenir leur métier. Mais la gauche se contente de dévoiler de futures largesses budgétaires – qui seront, parions, réduites quand la bise sera venue.”.
Alors à quand un vrai débat sur l’éducation ? demande t-il “L’éducation est au cœur de l’économie, au cœur de toute stratégie pour le pays. Elle ne mérite pas ce débat aussi médiocre. Car de quoi parle-t-on essentiellement : blouse ou pas ? Méthode globale ou pas ? La classe politique serait plus inspirée de se plonger dans les vraies questions : comment redonner du sens à l’école, comment la faire aimer des enfants, comment aider les élèves les plus fragiles et avancer sur la pédagogie différenciée, comment redonner enthousiasme et motivation aux enseignants, comment mieux impliquer les parents...
Merci Monsieur Riché.
Évaluation des profs
Il faut évidemment revenir aussi sur l’évaluation des enseignants. Le thème agite le monde enseignant et la presse continue à s’y intéresser
Josette Théophile, DRH au ministère de l’Education répond à une interview dans Libération où elle veut rassurer et notamment les inspecteurs : “cela ne signifie pas que l’évaluation soit désormais le seul fait du chef d’établissement, ni qu’il devienne le souverain absolu en la matière. Nous maintenons un regard croisé, avec un rôle pour les inspecteurs […] Ils décident toujours de la titularisation [des jeunes profs], un rôle important. Ils participeront aussi au processus d’autoévaluation des enseignants, qui vont analyser leurs propres pratiques, noter leurs difficultés, etc. ”.
Pour Thierry Cadart, secrétaire général du SGEN-CFDT toujours dans Libération, les dérives potentielles du système sont nombreuses : “Le pouvoir donné aux chefs d’établissement est un problème. La plupart ne sont pas des potentats, mais cela peut arriver. De plus, c’est la porte ouverte à l’arbitraire, même si je reconnais qu’il n’est pas absent du système actuel, avec des coteries qui se forment autour de l’inspecteur ”. Et il avance les propositions du SGEN-CFDT : “Nous proposons que, d’un côté, tout le monde avance au même rythme dans la carrière et que, d’un autre côté, il y ait des systèmes pour reconnaître et encourager les enseignants qui s’investissent davantage que les autres. Il existe déjà des primes pour les professeurs principaux. On pourrait imaginer que ceux qui s’investissent aient par exemple un allégement de service [les heures de cours]. En plus, cela répondrait à ce que veulent les parents - avant tout des enseignants motivés. Mais pour nous, il faut absolument séparer l’évaluation des pratiques des professeurs - très utile car nos collègues ont besoin d’être aidés - de l’avancement et des sanctions financières.”.
Aujourd’hui comment se fait l’évaluation administrative ? Laurence Debril de L’Express est allée poser la question à un principal de collège qui a accepté de raconter la manière dont il procède et les contraintes qui sont les siennes. Entre langue de bois et péréquation des notes. On attend un reportage identique auprès d’un inspecteur pédagogique. Revenons à Josette Théophile et ses propositions : “ Nous introduisons quatre critères d’évaluation, deux sur l’enseignant dans sa classe, deux en dehors - sa contribution au maintien de la discipline entre élèves et le travail interdisciplinaire. Cela correspond à ce qu’on lui demande aujourd’hui avec la priorité donnée à la personnalisation de l’enseignement.”. Pour le SNES En confiant tout au chef d’établissement, on relègue au second plan ce qui fait le cœur de notre métier ” selon Frédérique Rolet, co-secrétaire de ce syndicat. C’est-à-dire, selon ce syndicat, ce qui relève de la transmission et rien d’autre. Et le syndicat majoritaire de convoquer les autres syndicats à une intersyndicale (tenue jeudi soir) sur ce sujet.
Et les journaux annoncent déjà une grève intersyndicale le 15 décembre. Mais les choses semblent plus complexes. S’agit-il de faire grève pour maintenir le système actuel et préserver les inspections individuelles qui ne satisfont personne ? Ou faut-il surtout réclamer un véritable dialogue social plutôt qu’un simulacre ? Et s’interroger collectivement sur les questions de gouvernance et d’évaluation ? Cette grève ne risque t-elle pas d’avoir l’effet inverse de celui annoncé en donnant l’image d’une profession rétive à tout changement ?
Pas sûr que tous les syndicats soient sur la même ligne sur toutes ces questions et que l’unanimisme apparent résultant de la communication actuelle résiste longtemps à une réflexion plus approfondie.
Enseignants en Europe
Professeurs et étudiants ont manifesté jeudi à Madrid et Barcelone contre les coupes budgétaires qui frappent l’éducation, sans illusion sur l’issue des législatives de dimanche qui devraient donner la victoire à la droite et être suivies de nouvelles mesures de rigueur nous apprennent Les Échos.
Cette information est l’occasion de nous intéresser à la situation des enseignants dans les pays voisins. Et nous permet de signaler une très intéressante série sur le site myeurop.info de portraits d’enseignants en Europe à l’heure de l’austérité”. Pour l’instant on peut découvrir sur ce site très riche, trois portraits. D’abord celui de Ruben, qui devait certainement manifester jeudi dernier puisqu’il est prof intérimaire à Madrid. Il explique : “L’an dernier, j’ai subi de plein fouet les premières mesures d’austérité. Au lieu de faire courir mon contrat de septembre à septembre, comme il se doit puisque les examens des élèves ont lieu jusqu’en septembre, j’ai dû laisser mon poste fin juin et j’ai été réembauché début septembre. Cela évite à la région de payer mon salaire en été. ” Il nous explique qu’il fait partie de ceux qui ont passé avec succès les examens "d’Oposición" (l’équivalent du CAPES) mais n’ont pas de poste fixe."Contrairement à ce que dit la conseillère en Education du Gouvernement de Madrid, nous, intérimaires, avons réussi les examens d’accès au professorat. La seule différence avec les professeurs titulaires, c’est que nous n’avons pas de poste fixe". Il gagne 980 euros par mois.
Autre pays voisin : l’Italie. Maria a 54 ans et elle est institutrice à Rome. Heureusement pour elle, elle est propriétaire de son appartement dans la capitale italienne. Car elle gagne 1400 euros par mois. La situation en Italie a un air de déjà vu (mais en pire) : “Le gouvernement veut éliminer 130.000 enseignants de l’Education nationale italienne afin d’économiser 8 milliard d’euros. Les heures de cours ont été réduites et le nombre d’élèves par classe a augmenté, à tel point que les normes de sécurité minimum ne sont souvent plus respectées. Enfin, le temps consacré au soutien scolaire des élèves en difficulté a été revu à la baisse. ”. Autre précision étonnante : “Les professeurs italiens doivent ponctuellement suivre des cours de "remise à niveau". Mais désormais, ils doivent désormais les payer de leur propre poche. Certains peuvent coûter jusqu’à 1000 euros. "En ce moment, je suis un cours de mathématiques car j’étais un peu rouillée de ce coté là. Cela me coute 200 euros par an pour 4 heures de cours par mois, mais je ne peux pas en faire d’autre, c’est trop cher.
Le troisième portrait nous emmène au Portugal. Miguel , 33 ans est lui aussi prof de philo . Il touche 1100 euros par mois. Mais son emploi est lui aussi précaire bien qu’il ait passé les concours et lorsqu’il est au chômage il touche 900 euros. Sa compagne qui est infirmière touche 800 euros.“Les progressions sont bloquées, les salaires aussi. L’an prochain, on nous supprime les primes de vacances et de Noël (l’équivalent des 13 et 14eme mois). Nous on va perdre au bas mot 3 000 euros de revenus, c’est beaucoup”. On espère que cette série va se poursuivre avec d’autres portraits d’enseignants. C’est aussi un moyen de donner un peu de chair aux comparaisons internationales sur les salaires des enseignants qui sont souvent austères !.
Puisque nous sommes dans une approche comparative, restons y encore en nous rendant aux Pays Bas et en revenant par la même occasion sur le sujet de l’évaluation des enseignants. Une expérience pilote visant à récompenser les enseignants "excellents", a été lancée aujourd’hui aux Pays-Bas, a annoncé le ministère néerlandais de l’Enseignement . Celle-ci, d’une durée de six mois à un an, concerne plus de 1600 enseignants dans la région d’Amsterdam et la province de Zélande (sud des Pays-Bas). Une enveloppe de 10 millions d’euros pour 2012 a été allouée au projet. Les enseignants seront évalués notamment sur leur capacité à "tirer l’élève vers le haut", "améliorer leur professionnalisme" ou "travailler en collaboration avec leurs collègues". Les écoles participant aux projets recevront jusqu’à 1.700 euros par an pour chaque équivalent temps plein participant au projet. "Il n’existe pas de montant fixe par enseignant", a t-on cru bon de préciser au ministère. En accord avec les superviseurs de l’expérience, qui sont extérieurs au ministère de l’Enseignement, les directeurs d’établissements scolaires décideront alors de la récompense appropriée : des primes, un voyage de classe, du matériel supplémentaire… Mais ce que ne dit pas l’article du Figaro c’est comment se mesure cette “excellence”...
L’ “excellence” ou même l’ “efficacité, voilà des concepts à ajouter à la liste des “mots tordus”...
Bonne Lecture...



Libération.fr du 18/11/11(certains articles payants)

Des profs bientôt sous contrôle
La réforme de l’évaluation des enseignants envisagée par le gouvernement donne au chef d’établissement un rôle clé dénoncé par les syndicats.
Lire la suite de l’article

« Le chef d’établissement n’évaluera pas seul »
INTERVIEW : Josette Théophile, DRH au ministère de l’Education.
Lire la suite de l’article

« C’est la porte ouverte à l’arbitraire »
Thierry Cadart, le secrétaire général du Sgen-CFDT, a été reçu mardi au ministère de l’Education nationale dans le cadre des discussions engagées avec les syndicats pour faire passer la réforme de l’évaluation des enseignants, et qui doivent se conclure à la fin de l’année.
Lire la suite de l’article

Evaluation des enseignants
Les trois façons actuelles d’avoir une promotion
Lire la suite de l’article

Une intelligence gaspillée PAR DANIÈLE BLONDEL PROFESSEUR ÉMÉRITE À L’UNIVERSITÉ PARIS-DAUPHINE

Tout le monde savait le gouvernement court-termiste et moins sensible aux valeurs culturelles qu’à la cote des marchés boursiers. Mais la dernière initiative du ministre de l’Intérieur à l’égard des diplômés étrangers fait déborder le vase.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 18/11/11

Pays-Bas : prime pour profs "excellents"
Une expérience pilote visant à récompenser les enseignants "excellents", notamment par des primes salariales, a été lancée aujourd’hui aux Pays-Bas, a annoncé le ministère néerlandais de l’Enseignement. "Les directeurs d’école peuvent à partir d’aujourd’hui demander à participer à l’expérience de récompense de prestations", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Lire la suite de l’article

Un lycéen en garde à vue 
après la disparition d’une ado
Un élève de première est auditionné par les gendarmes depuis jeudi. Il s’agirait d’un camarade d’Agnès, 14 ans, dont la disparition au Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire est jugée « inquiétante » par les autorités. Ses parents en appellent à tout témoin.
Lire la suite de l’article

Être parent : un rôle difficile selon 56 % des Français
Un sondage commandé par le secrétariat d’Etat à la Famille pointe les difficultés de la parentalité. Ce que craignent avant tout les parents pour leurs enfants : des agressions physiques ou du racket.
Lire la suite de l’article

Un site pour aider les lycéens à décrocher des stages
Le ministère lance jeudi matin un site pour rapprocher les lycéens des entreprises. Il veut aider les jeunes à décrocher des stages au sein d’un univers qu’ils ont du mal à approcher.
Lire la suite de l’article

Les banques vont apprendre l’argent aux petits
La Société générale lance le premier site d’éducation financière destiné aux enfants. Les campagnes publicitaires vont cibler les 6-10 ans.
Lire la suite de l’article

L’uniforme pourrait-il faire son retour à l’école ?
L’UMP propose d’expérimenter le port d’un « vêtement commun », afin de « gommer les inégalités sociales ».
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 18/11/11

L’enseignement au cœur de la campagne
Aujourd’hui, petit interlude avec quelques strips sur l’Education publiés ou recalés pour la newsletter "La Toile de l’Education" que les abonnés du monde.fr reçoivent tous les mercredis.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 18/11/11

L’UMP rêve d’école en bon uniforme
Alors que 
les inégalités scolaires
et sociales 
ne cessent de 
se creuser, l’UMP ressort de son chapeau l’idée d’un «  vêtement commun  » pour les élèves.
Lire la suite de l’article

Evaluation des enseignants : vers une grève le 15 décembre
Une grève intersyndicale contre la réforme de l’évaluation et de l’avancement des enseignants devrait avoir lieu le 15 décembre dans les collèges et lycées mais aussi dans les écoles primaires.
Lire la suite de l’article

Luc Chatel dévalue l’évaluation
Selon le projet de décret transmis aux syndicats, lundi soir, l’évaluation des enseignants du secondaire serait confiée à la seule responsabilité des chefs d’établissement. Tollé.
Lire la suite de l’article

Je twitte, tu twittes, ils twittent…
Les membres du jury "Stop aux clichés sur les jeunes" donnent leur point de vue sur les Assises internationales du journalisme, qui se sont déroulées à Poitiers les 8, 9 et 10 novembre, pour Libres échanges.
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 18/11/11

Enseignants : grève le 15 décembre contre la réforme de l’évaluation
Les enseignants des collèges et lycées, mais aussi des écoles primaires, sont appelés à une grève intersyndicale le 15 décembre contre la réforme de leurs modes d’évaluation et d’avancement.
Lire la suite de l’article

Clichy : la star du reggae mobilise les écoliers
Le chanteur de reggae ivoirien Tiken Jah Fakoly est allé à la rencontre des enfants de Clichy, la ville où il a élu domicile. Demain, il se produira en concert pour financer une école en Afrique.
Lire la suite de l’article


France Soir du 18/11/11

Éducation : Chatel juge possible de supprimer plus de postes
Luc Chatel a jugé "possible" de supprimer davantage de postes dans l’Education nationale. Une "provocation de plus" pour le Parti socialiste.
Lire la suite de l’article


La Croix du 18/11/11

Rien vu...


Les échos (certains articles payants) du 18/11/11

Luc Chatel : « Les problèmes de l’école ne sont pas des problèmes de moyens »
En pleine polémique sur l’évaluation des enseignants et une semaine après la convention UMP sur l’éducation, Luc Chatel s’explique dans « Les Echos » sur le cap envisagé pour 2012.
Lire la suite de l’article

Chatel juge « possible » avec des réformes de réduire encore le nombre de postes dans l’Education
En pleine polémique sur l’évaluation des enseignants et une semaine après la convention UMP sur l’éducation, Luc Chatel, le ministre de l’Education nationale, s’explique dans « Les Echos » sur le cap envisagé pour 2012.
Lire la suite de l’article

Sans illusions, professeurs et étudiants manifestent à Madrid et Barcelone
Professeurs et étudiants ont manifesté jeudi à Madrid et Barcelone contre les coupes budgétaires qui frappent l’éducation, sans illusion sur l’issue des législatives de dimanche qui devraient donner la victoire à la droite et être suivies de nouvelles mesures de rigueur.
Lire la suite de l’article

Evaluation des enseignants : principe d’une grève intersyndicale le 15 décembre
Une grève intersyndicale contre la réforme de l’évaluation et de l’avancement des enseignants aura lieu le 15 décembre dans les collèges et lycées mais aussi dans les écoles primaires, a-t-on appris vendredi de sources syndicales concordantes.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 18/11/11

Inquiétante crise de vocation des médecins scolaires selon un rapport
La médecine scolaire est en "crise", notamment du fait de la chute du nombre de vocations, due à des salaires très bas mais pas seulement, selon un rapport parlementaire rendu public jeudi et qui propose plusieurs solutions pour répondre à ce "manque d’attractivité".
Lire la suite de l’article

Enseignement : Le principe d’une grève intersyndicale pour le 15 décembre arrêté
Une grève intersyndicale contre la réforme de l’évaluation et de l’avancement des enseignants aura lieu le 15 décembre dans les collèges et lycées mais aussi dans les écoles primaires, a-t-on appris ce vendredi de sources syndicales concordantes. Certains syndicats doivent encore « consulter leurs instances », mais le principe d’une grève le 15 décembre a été arrêté jeudi lors d’une réunion intersyndicale où toutes les organisations du secondaire étaient présentes, selon ces sources.
Lire la suite de l’article

Débat - L’uniforme à l’école « est plus économique » vs. « c’est le conformisme à l’état pur »
Les lecteurs de 20minutes donnent leur avis sur le retour de l’uniforme à l’école…
Lire la suite de l’article


Rue89 du 18/11/11

Education : l’UMP prépare une école de malheur
Les trente propositions de l’UMP publiées dans un document intitulé « Du savoir pour tous à la réussite de chacun » définissent le projet d’une autre école... une école de malheur.
Lire la suite de l’article

L’uniforme, on s’en fout ! Quelle sera l’école de demain ?
Regardez ce tableau signé d’Henri Geoffroy. Il représente une classe de l’époque des « hussards noirs », avec des gosses au crâne rasé (bonne méthode contre les poux), aux blouses grises et bien repassées, aux pupitres bien rangés. Et une maîtresse parfaite, douceur et chignon soigné. Il ne manque plus que le tableau noir et la règle de fer pour que l’image soit parfaite
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 18/11/11

Judo et jeu du foulard : des parents alertent
Depuis dix ans, presqu’une centaine d’enfants seraient morts étranglés par la ceinture de leur kimono. Un couple de Quimper demande une meilleure prévention auprès des jeunes. Les fédérations réagissent.
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 18/11/11

Education : Chatel juge possible de supprimer plus de postes
Le ministre de l’Education nationale a jugé "possible" de poursuivre la réduction du nombre de postes d’enseignants après 2012, dans un entretien publié jeudi par le site internet des Echos. Le Parti socialiste -dont le candidat propose lui d’embaucher quelque 60.000 personnes dans le secteur- a vivement réagi. "Une provocation de plus du cancre Chatel", tance Vincent Peillon, chargé de l’Education dans l’équipe de campagne de François Hollande.
Lire la suite de l’article

Des collèges suppriment... les notes
Dix établissements de Charente-Maritime ont mis en place des classes sans notes.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 18/11/11

Propos de Guéant sur l’intégration : "comment veut-il qu’on le prenne bien ?"
Le discours du ministre de l’Intérieur, jeudi matin à Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, fait grincer des dents les habitants.
Lire la suite de l’article

Education : de "possibles" nouvelles suppressions de postes
Vincent Peillon, chargé de l’Education dans l’équipe de campagne de François Hollande, dénonce "une provocation de plus du cancre Chatel".
Lire la suite de l’article

Vers un retour de l’uniforme à l’école ?
L’idée figure parmi les 15 propositions de l’UMP sur le pacte républicain et la nation, destinées à alimenter le projet de Nicolas Sarkozy pour 2012.
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 18/11/11

Dans les coulisses des évaluations : le témoignage d’un chef d’établissement
Actuellement, les chefs d’établissements donnent une note administrative aux membres de leurs équipes. Elle ne vaut que pour 40% de la note globale – les autres 60% étant attribués par les inspecteurs pédagogiques. Face aux questions et aux craintes des enseignants, un principal de collège a accepté de me raconter la manière dont se déroulent aujourd’hui les évaluations.
Lire la suite de l’article

"Sur Internet, les enfants sont des victimes, mais aussi des agresseurs"
Le gouvernement vient de lancer une série de mesures pour aider les parents à protégers leurs enfants des "périls du Web". A quoi sont-ils confrontés ? Le danger est-il réel ? Comment s’en prémunir ? Interview de Justine Atlan, directrice de l’association E-enfance.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 18/11/11

Evaluation des enseignants : Vers une grève unitaire le 15 décembre
L’intersyndicale du second degré s’est réunie le 17 novembre. Elle se reverra le 21 au même moment qu’une réunion de l’intersyndicale du premier degré. On s’achemine bien vers une grève unitaire.
Lire la suite de l’article

La stratégie de la réforme dans l’éducation nationale
La période actuelle est l’occasion de réfléchir à ce qui peut assurer au-delà des critiques et des blocages, la pérennité d’une réforme. Y-a-t-il une stratégie de la mise en œuvre des réformes du système éducatif qui permette d’éviter l’enlisement ou l’abandon d’une réforme ? Deux exemples me semblent de nature à faire avancer la question : La mise en place du socle commun de connaissances et de compétences en école élémentaire et en collège et l’actuelle réforme du lycée.
Lire la suite de l’article


Touteduc (accès payant) du 18/11/11

Deux jeunes sur trois savent "assez mal" comment s’inscrire sur les listes électorales
Deux jeunes sur trois savent "assez mal" comment s’inscrire sur les listes électorales, et 30 % d’entre eux pensent qu’ils pourront le faire dans les semaines qui prédéderont l’élection présidentielle. Près d’un sur deux s’intéresse "peu" ou "pas du tout" à cette échéance.
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 18/11/11

Education : Hollande, 60.000 épines dans le pied
La proposition du candidat socialiste de recréer sur cinq ans 60.000 postes dans l’Education nationale essuie les tirs nourris de la majorité. Ses atermoiements sur le financement de la mesure ont plombé son début de campagne. Aujourd’hui, c’est la capacité même de recruter si largement qui pose question. L’équipe de Hollande cherche des pistes pour sortir de l’impasse.
Lire la suite de l’article


Slate.fr du 18/11/11

Présidentielle 2012 : l’équipe de campagne de François Hollande
Le directeur de campagne de François Hollande pour l’élection présidentielle, Pierre Moscovici, a dévoilé, mercredi 16 novembre, l’équipe de campagne du candidat, dont Le Monde avait auparavant révélé la composition.
Lire la suite de l’article


ÉducPros du 18/11/11

Marketing politique et éducation : la chronique de Nathalie Mons
Dans le cadre de notre partenariat avec l’émission Rue des écoles sur France Culture, EducPros vous propose le texte de la chronique de Nathalie Mons. Cette semaine, la chercheuse en éducation met en perspective les 30 propositions de l’UMP pour l’éducation en les comparant avec le programme que le parti avait présenté pour les élections présidentielles en 2007.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 18/11/11

Snesup : des universités mises sous tutelle du fait de crédits insuffisants
Le Snesup-FSU, premier syndicat d’enseignants dans le supérieur, critique un budget de l’enseignement supérieur "en berne" poussant les comptes des universités à "virer au rouge", dans un courrier adressé vendredi au ministre Laurent Wauquiez.
Lire la suite de l’article

Evaluation des enseignants : grève intersyndicale le 15 décembre
Une grève inter­syndicale contre la réforme de l’évaluation et de l’avancement des enseignants aura lieu le 15 décembre dans les collèges et lycées mais aussi dans les écoles primaires, a-t-on appris vendredi de sources syndicales concordantes.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !