Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 18 mai 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 18 mai 2018

En pleine promotion — Orientation et apprentissage — Supérieur — Ailleurs et avant

Notre ministre est pleine promotion, personnelle ? Orientation et apprentissage toujours en débats ainsi que le supérieur. Un petit tour ailleurs et il y a 50 ans.


En pleine promotion

En pleine promotion… Le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer en visite dans les écoles d’Alençon. « Dans le cadre de "Rencontres du gouvernement", le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer était en déplacement ce jeudi 17 mai 2018 à Alençon (Orne). » Hier !

Et sur FranceInter ce matin : Jean-Michel Blanquer : "Les sociétés qui ont confiance dans leur école ont une école qui va bien". « Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, publie Construisons ensemble l’École de la confiance (Odile Jacob). Il est l’invité de Nicolas Demorand à 8h20. »
« "L’objectif ", explique Jean-Michel Blanquer à l’égard de son livre, "c’est de montrer ce qui est cohérent depuis un an. Un an, c’est à la fois beaucoup et peu". Le ministre de l’Éducation nationale, qui se dit volontiers adepte de Kant, explique : "L’éducation est synonyme de liberté. Ouvrir les choix est le sens de la réforme du baccalauréat et du lycée." » Il prononce dans cet interview une phrase qui fera date : « Nous n’allons pas fermer les CIO, nous allons les remettre dans les établissements. » Les CIO n’ont jamais été dans les établissements, et il ne connait pas, tout comme Hervé Morin (voir plus bas), le nom des personnels !

Et le NouvelObs s’amuse : Jean-Michel Blanquer publie son propre bulletin de notes. « Le dernier livre du ministre de l’Éducation nationale, qui reprend la baseline Pour une école de la confiance, a tout d’un super dossier de presse. »

Louise Tourret s’interroge sur Slate.fr : Jean-Michel Blanquer a-t-il vaiment confiance en l’école ? "Dans son troisième ouvrage, le ministre de l’Éducation veut « parler directement » à ceux et celles qui font (et vont à) l’école. Mais pour leur dire quoi ?"

Pendant ce temps, La crise du recrutement s’aggrave dans le premier degré. « Les premiers résultats du concours externe de professeur des écoles sont sans appel. Les résultats des épreuves d’admissibilité disent dès maintenant que dans ces deux académies on n’aura pas un nombre d’enseignants permettant de couvrir le nombre de postes offerts. Pire, la crise du recrutement, présente d’abord dans l’académie de Créteil puis, depuis l’année dernière à Versailles, s’amplifie. Le déficit final se situera entre 600 et 700 professeurs. »

Profitons-en pour promouvoir le livre de Jean-Michel Zakhartchouk : Faire ses devoirs : quel accompagnement ?, un partenariat entre les Cahiers pédagogiques et Canopé, Collection Agir.


Orientation et apprentissage

Loire - Orientation : « Avec le nouveau projet de loi, les CIO n’ont plus de raison d’être ». « Les conseillers d’orientation manifestaient, mercredi, devant l’hôtel de ville de Saint-Étienne contre le projet de loi qui veut confier information et orientation à la Région. »

Apprentissage : Les régions et le Medef construisent un compromis. « Au terme d’un bras de fer qui a duré des mois, Régions de France et le Medef semblent avoir trouvé un compromis sur l’apprentissage et l’orientation. François Bonneau, Hervé Morin et Pierre Gattaz signent un communiqué commun qui scelle ce compromis. Une de ses retombées c’est de demander aux députés de donner toute l’orientation scolaire aux régions. »

Ne faiblissons pas sur la réforme de l’apprentissage. « Le Medef appelle les élus à voter sans faiblir la réforme de l’apprentissage proposée par le gouvernement. »

Réforme de l’apprentissage : Hervé Morin en croisade pour défendre le rôle des régions. « Alors que le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel doit être débattu au parlement dans les prochaines semaines, le président de Régions de France multiplie les interventions pour accroître le rôle des régions dans la future réforme. Et dans la dernière ligne droite, parvient même à rallier le Medef. » Morin, l’homme pour qui les PsyEN sont des « Hypen » ! Voir l’Audition de M. Hervé Morin, président de Régions de France, sur le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel(n° 904) à l’Assemblée nationale le 15 mai.

Formation professionnelle : pourquoi le projet de réforme est décevant, par l’équipe de la Fondation iFRAP. « Après l’apprentissage, le second pan du projet de loi “pour la liberté de choisir son avenir professionnel” est une réforme de la formation professionnelle. » La fondation qui porte bien son nom.

Une étude un peu sérieuse, celle du CEREQ : Apprentissage et discriminations. « En reléguant aux formations professionnelles scolarisées les populations les plus fragilisées face à l’emploi, l’apprentissage permet une insertion professionnelle qui est mécaniquement et sans grand effort supérieure à celle des jeunes issus des lycées professionnels. Une étude co-éditée par le Céreq et l’Injep. » Avec une infographie !

---------

Supérieur

Universités : qui décide de l’annulation des examens ? « "Les examens se tiendront, nous le devons aux étudiants", martelait la ministre de l’Enseignement supérieur en début de semaine. Mais en pratique, face aux blocages, plusieurs décisions d’annulation ont été prononcées. » Et un petit rappel : « "Le président de l’université est le représentant légal de l’entité juridique", explique à Europe 1 Robi Morder, président du Groupe d’études et de recherches sur les mouvements étudiants (Germe). Le statut de ce président est prévu par l’article 1712-2 du Code de l’éducation : élu par un conseil d’administration pour quatre ans, il est responsable du fonctionnement de son établissement, ainsi que "du maintien de l’ordre" et de la "sécurité" au sein de celui-ci. Sur le papier, la décision d’annuler un examen, évènement de nature pédagogique, appartient donc à ce seul président. "Mais dans les faits, il y a évidemment une consultation avec des professeurs, ou le doyen par exemple", souligne Robi Morder. »

Parcoursup, les enseignants face au classement par Carole Sauvage. « Les universités avaient jusqu’à ce vendredi 18 mai pour rendre les résultats d’affectation des lycéens via la nouvelle plate-forme de Parcoursup. Une phase d’examen qui, comme la loi Orientation et réussite des étudiants, a cristallisé des tensions dans le monde enseignant. »


Ailleurs et avant

Aux États-Unis, Grève des enseignants américains contre la « débrouille ». « En Caroline du Nord, comme dans d’autres États, le secteur éducatif est sinistré par dix ans de coupes budgétaires. »

Mai 68. Quels changements les mobilisations ont-elles engendré dans les facs ? « En Mai 68 a eu lieu un mouvement de protestation étudiante d’une ampleur inédite. Eric Alary, historien, revient sur les revendications des étudiants et leur impact aujourd’hui dans les universités. »

Dans la série « Mai 68, et après ? » des Cahiers pédagogiques, « Des équipes d’animateurs prendront bientôt la place du professeur. » par Yann Forestier. « Dès avant les événements de Mai 68, l’appel à un changement radical semble être une figure obligée de tout discours public sur l’école. Dans la presse des années soixante, l’heure est à l’ambition, à l’audace, et même à l’iconoclasme. »

Un excellent week-end !

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 545 - Accompagner en pratiques
Dossier coordonné par Rachel Harent et Xavier Dejemeppe
mai 2018
Qu’est-ce qu’accompagner au sein et hors de la classe ? Qu’en est-il de l’accompagnement personnalisé ? Comment l’accompagnement vise-t-il à construire l’autonomie de l’élève ? Ce dossier interroge le sens donné aujourd’hui à l’accompagnement de tous les élèves par les enseignants et aussi par les coéducateurs.

N° 544 - Les écrits de travail des élèves
Dossier coordonné par Jacques Crinon et Hélène Eveleigh
mars-avril 2018
À l’école, on n’écrit pas toujours beaucoup, car on est trop souvent dans la logique de production d’un écrit bien fait, qui sera évalué ou communiqué. Or, le langage écrit est aussi un instrument intellectuel, au service du travail quotidien des élèves. Comment les faire écrire davantage ?