Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 18 mai 2012


Revue de presse du vendredi 18 mai 2012



Couac - le cul sur une chaise pendant des heures…- Concertation ou négociation ? -

Couac ?
Est-ce le premier “couac” gouvernemental comme se le demande Libération ? . Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, interviewé vendredi 18/05 sur France Inter a indiqué qu’une concertation avec les enseignants et les parents d’élèves sur la question des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours aurait lieu. Il a indiqué aussi qu’à l’issue de celle-ci un « arbitrage » sera rendu.
Ce que beaucoup ont interprété comme un recadrage faisait suite à la déclaration toujours sur France Inter la veille (jeudi 17/05) du nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, qui avait annoncé le retour à la semaine de cinq jours de classe en primaire « pour la rentrée 2013 », ajoutant que « ce n’est pas le plus simple, mais nous le ferons ».
Signalons qu’avant M. Ayraut Ségolène Royal avait elle aussi critiqué jeudi 17 mai cette annonce de M. Peillon. En revanche Jack Lang apporte son plein soutien à Vincent Peillon. De même Luc Ferry, “applaudit” la fin de la semaine de quatre jours qu’il qualifie de “décision insensée”.
Qu’en pensent les syndicats ? «  L’annonce de M. Ayrault que la question des rythmes donnerait lieu à une concertation est une décision qui était indispensable. Nous sommes demandeurs d’un processus de discussion transparent, cadré par un calendrier et des points d’étape  », a déclaré ce vendredi après-midi Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU. «  C’est incontournable pour la qualité et la sérénité du débat et des décisions qui en découleraient car il faut admettre que c’est un chantier complexe et difficile », a-t-il ajouté. Et il est vrai que c’est un sujet complexe et systémique : quand on tire le fil de la pelote, tout vient avec… Car la question des rythmes renvoie non seulement à l’organisation de la journée et donc au travail des enseignants, mais aussi aux questions du ramassage scolaire, à l’organisation des activités péri-scolaires, à l’organisation des parents, etc.
Le thème des rythmes scolaires n’est pas nouveau et a déjà été abondamment évoqué dans cette chronique. J’avais d’ailleurs écrit à plusieurs reprises sur mon blog, que ça n’était pas forcément la meilleure entrée pour réformer le système car elle risquait de cristalliser les débats tout en étant un sujet complexe à démêler. En revanche, dans ses déclarations, Vincent Peillon semblait obsédé par cette question et en faire une priorité. De fait, en l’annonçant dès sa première journée, il prend tout le monde de court et les met devant le fait accompli. Il pensait peut-être que c’était finalement le seul moyen de faire avancer ce dossier qui se serait sinon enlisé dans la confrontation des intérêts particuliers. Donc, dans cette logique, Vincent Peillon n’a pas vraiment gaffé… comme le dit Marie Caroline Missir dans l’Express
Car on peut aussi se dire que la concertation a déjà eu lieu. Deux rapports ont déjà été remis sur le sujet. Et l’an dernier, la Conférence nationale sur les rythmes scolaires était arrivée à la conclusion suivante  : " Ce fut un constat quasi unanime lors de la première phase de la conférence : la ’densité’ de la journée d’école a été fortement accentuée par la suppression d’une demi-journée de classe dans la semaine, mettant la France dans une situation atypique en Europe et à l’échelle internationale. Pourtant moins de 4 % des conseils d’école ont utilisé la procédure dérogatoire qui leur avait été offerte d’opter pour le maintien d’une demi-journée, fixée obligatoirement au mercredi. C’est pourquoi, pour alléger la charge supportée par les écoliers, nous proposons le retour à 9 demi-journées au moins, comme l’a d’ailleurs préconisé la récente mission parlementaire déjà citée. ". On ne peut pas dire non plus que cette annonce de Vincent Peillon est une surprise sur le plan politique puisque c’est l’engagement 38 du programme de François Hollande.
Comme le résume Marie-Caroline Missir dans L’ExpressLe vrai sujet de cette mini-polémique, est une question de forme. Vincent Peillon n’a guère changé de discours, mais sa parole, elle, a changé de statut. En devenant ministre, Vincent Peillon remet les compteurs à zero. Oubliées les discussions avec les syndicats, les scénarios de réformes. On efface tout, et on recommence : sa parole a désormais valeur d’annonce, alors qu’elle n’était que programmatique il y a encore quelques jours. Et ça change tout.
le cul sur une chaise pendant des heures…
Et si nous organisions mieux la journée de l’élève français au lieu ne raisonner qu’en quantité d’heures ? Car la question n’est pas seulement celle du rythme mais aussi celle des programmes et des méthodes d’apprentissage. C’est ce que disent, en substance, de nombreux blogueurs.
A commencer par des blogueurs qu’on n’attendait pas forcément sur ce sujet de la pédagogie, il s’agit du blog Éconoclaste. Stéphane Ménia, le co-tenancier du blog signe un billet intitulé “L’étonnante arithémtique scolaire”. Derrière ce titre, se cache une virulente interpellation résumée ainsi "soulignons que l’idée que poser le cul sur une chaise à des enfants ou adolescents pendant des heures et des heures chaque semaine les rend mieux formés est une connerie prodigieuse. Elle vient de l’idée que réussir à l’école implique de s’abrutir le cerveau et que, dans la compétition scolaire, plus d’heures de cours sont synonymes de meilleurs résultats.". Et l’économiste postule que “la corrélation entre nombre d’heures de cours et performances scolaires est loin d’être évidente...” et constate “une schizophrénie chez les parents. Cette idée (juste) qu’on malmène leurs enfants en leur imposant des horaires épuisants. Et cette autre croyance (fausse) que réduire le nombre d’heures de cours amputeraient les chances de leurs rejetons de réussir dans la vie. ”. Un billet de blog très stimulant. On apprécie quand l’économie rencontre la pédagogie !
Lucien Marboeuf, le blogueur de l’Express revient lui aussi , sur les rythmes scolaires, les fausses polémiques et les vrais enjeux. Pour lui, la question centrale est celle des programmes : "au moment de réfléchir une fois de plus aux rythmes scolaires, il faut absolument qu’on comprenne enfin que la réflexion doit être menée au regard de ce qui est imposé sur une année en termes de contenus. Partant de là, que soient précisément imaginées les conséquences concrètes sur ce que sera une journée de classe, sa densité, son épaisseur, sa charge de travail, que soient anticipées les répercussions sur l’organisation des apprentissages, les modalités d’enseignement ; bref, que soient parfaitement estimée l’adéquation entre les contenus programmatiques et le volume horaire annuel. L’inverse reviendrait à se demander quel moule choisir sans considérer la quantité de gâteau à faire cuire."

Même tonalité chez Philippe Szykulla dans le Plus du Nouvel Obs qui considère que “nous devons nous interroger autant sur les choix pédagogiques d’apprentissage que sur le temps passé sur les bancs de l’école. ”. Et tout en prônant la concertation, il affirme que "focaliser sur le temps de cours peut nous éloigner de l’essentiel qui est de trouver les bons contenus et les meilleures manières d’en transvaser la substance dans la tête des élèves.".
Un débat peut donc en cacher un autre. Derrière la question complexe des rythmes se cachent bien d’autres questions : celle des contenus enseignés mais aussi celle des formes d’apprentissage, et donc du rôle des enseignants.
Négociation ou concertation ?
Concertation ou négociation ? 
Car au delà de la question des rythmes scolaires qui la révèle, c’est finalement la question centrale : dans quel cadre, les syndicats et les autres partenaires seront-ils amenés à discuter ?
Selon Maryline Baumard dans le Monde  :“En matière d’éducation, la gauche n’arrive pas les mains vides. Le cabinet qui se met en place autour de Vincent Peillon a travaillé sur un programme qui a été au cœur de la campagne. Dans ce programme, tout n’est pas arrêté, mais la philosophie de l’école est déjà bien esquissée. Ce qui signifie sans doute que tous les sujets ne seront pas remis sur la table et que les partenaires de l’école discuteront à l’intérieur d’un cadre.
On assiste en effet aujourd’hui à des grandes manœuvres sur le plan syndical. Derrière l’unanimisme de façade devant la statue de Ferry, les clivages ressurgissent vite. Dans une lettre datée du 17 mai, la FSU s’adresse au ministre. Le café pédagogique parle d’ “exigences” ce qui est un peu excessif car le mot n’apparaît pas directement dans la lettre . En fait, il s’agit d’un rappel des engagements pris durant la campagne et notamment la nécessité d’un collectif budgétaire. Mais, nous dit Bernadette Groison avec nuance “ la FSU n’a cessé ces dernières années d’affirmer qu’il faut concilier le qualitatif et le quantitatif. ”. La puissante FSU est donc prête à bouger sur certains points en échange du rétablissement des moyens. Dans le même temps, le SNES, syndicat membre de la FSU, interrogé par le Café Pédagogique, est plus précis et rappelle qu’il refuse certaines évolutions et souhaite notamment la fin du livret personnel de compétences et du socle commun. On évoque aussi la revendication d’une revalorisation du pouvoir d’achat des enseignants à côté de la priorité du rétablissement des postes supprimés
De l’autre côté, les fédérations UNSA-Éducation et SGEN-CFDT semblent se positionner différemment. S’ils attendent eux aussi le collectif budgétaire, ils souhaitent aussi accompagner une réelle réforme du système éducatif et considèrent que l’ambition du socle commun doit accompagner cette reconstruction de l’école qu’ils souhaitent forte. Laurent Escure de l’UNSA-Éducation déclarait après le discours de François Hollande devant la statue de Jules Ferry espérer que “les cinq années du mandat présidentiel permettront de construire l’école de la justice et de l’égalité” De son côté, le secrétaire général du Sgen-CFDT Thierry Cadart relève que François Hollande semble être “dans une démarche de transformation du système et pas seulement dans le rétablissement de ce qui a pu être démoli” et il attend du prochain ministre de l’Éducation nationale “les précisions sur les objectifs et la méthode ” qui seront employés pour “ reconstruire le système éducatif, en mieux ”.
Du côté du ministère on sait que les prochains mois risquent d’être rudes. Même si on parie sur le sens de l’intérêt général et sur un constat partagé d’une nécessité de faire évoluer le système. Le mot clé, c’est celui de “contreparties”. Le rétablissement des moyens, signal fort de cette campagne appellera des contreparties. Comme le rappellent Maryline Baumard dans le Monde ou Emmanuel Davidenkoff sur France Info, il y a un traumatisme qu’ont en tête tous les socialistes qui ont suivi ces dossiers : c’est celui de la “revalo” de 1988-89. A l’époque Laurent Fabius suit les questions d’éducation au PS et il est promis au ministère de l’Education. Ses troupes négocient en amont avec la Fen, qui est alors le syndicat tout puissant de l’éducation. Mais c’est finalement Lionel Jospin qui est choisi et quand il arrive au ministère il rompt l’accord. Les syndicats mobilisent. A l’arrivée Lionel Jospin devra lâcher une revalorisation des salaires, sans rien obtenir en contrepartie.
On annonce une vaste consultation qui devrait permettre au futur gouvernement de propose dès septembre une loi d’orientation et de programmation. Cette fois ci va t-on refaire la même erreur qu’en 88 ou est-ce que ce sera “Donnant-Donnant” ?
Bonne Lecture...

Libération.fr du 18/05/12(certains articles payants)

Rythmes scolaires : le premier couac du gouvernement
En annonçant trop vite le retour à la semaine de cinq jours, le ministre de l’éducation Vincent Peillon a forcé Jean-Marc Ayrault à le recadrer et à promettre une « concertation ».
Lire la suite de l’article

Peillon sonne sa rentrée avec la semaine de cinq jours
« Nous reviendrons à la semaine de cinq jours. Ce n’est pas le plus simple, mais nous le ferons pour la rentrée 2013 » : à peine nommé à la tête de l’Education nationale, Vincent Peillon a démarré sur les chapeaux de roue. L’hostilité de François Hollande à la semaine de quatre jours était connue. Mais l’annonce abrupte de son abandon a pris de court les syndicats enseignants qui attendaient une concertation en bonne et due forme.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : la concertation est « indispensable » pour le SNUipp
La promesse du Premier ministre Jean-Marc Ayrault d’une « concertation » sur les rythmes scolaires et la semaine de cinq jours en primaire constitue « une décision qui était indispensable », a réagi vendredi Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : Ayrault corrige Peillon
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a promis vendredi sur France Inter une « concertation » avec enseignants et parents d’élèves sur la question des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours, à l’issue de laquelle un « arbitrage » sera rendu.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 18/05/12 (certains articles payants)

Le rythme hebdomadaire au primaire fait débat
Le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, a proposé jeudi de revenir à la semaine de 5 jours, supprimée en 2008 par Xavier Darcos. Un serpent de mer qui a toujours divisé la classe politique. Lefigaro.fr fait le point.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : Ayrault promet une « concertation »
Alors que le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon, s’est attiré les foudres de Ségolène Royal en annonçant le retour à la semaine de 5 jours au primaire, le premier ministre a tenté vendredi matin de minimiser la polémique, en affichant l’unité du gouvernement.
Lire la suite de l’article

École : un projet qui prendra corps à l’été
Un ministre de l’Éducation nationale numéro trois du gouvernement, le symbole se veut significatif de l’importance que revêtira l’école dans les mois à venir.
Lire la suite de l’article

Peillon annonce le retour de la semaine de 5 jours pour 2013
Le nouveau ministre de l’Éducation nationale souhaite laisser le choix entre le mercredi et le samedi matin aux collectivités locales.
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 18/05/12

Semaine de 5 jours : premier faux pas ou affichage du style Peillon ?
Vincent Peillon a-t-il fait son premier faux-pas ? En annonçant jeudi 17 mai sur France Inter que la semaine de classe repasserait à cinq jours pour les enfants du primaire dès la rentrée 2013, aurait-il manqué à sa promesse de concertation ? Jouerait-il déjà au ministre¨omnipotent ?
Lire la suite de l’article

Ayrault assure qu’il y aura une concertation avant toute décision sur les rythmes scolaires
Invité de France Inter, vendredi 18 mai, le premier ministre a promis qu’il y aurait une "concertation" entre le gouvernement, les enseignants et les parents d’élèves sur la question de la semaine de cinq jours.
Lire la suite de l’article

Semaine de cinq jours : Royal critique l’annonce de Peillon
Ségolène Royal a critiqué jeudi 17 mai l’annonce par le nouveau ministre de l’éducation, Vincent Peillon, du retour à la semaine de cinq jours dans le primaire, estimant qu’une telle décision demandait de la "concertation" et devait être "arbitrée" par le premier ministre.
Lire la suite de l’article

Les hommes de Vincent Peillon
Vincent Peillon, le nouveau ministre de l’éducation nationale, a choisi de se composer un cabinet de "connaisseurs". Il a panaché les approches, les âges et les talents pour constituer son équipe rapprochée. Un trio complémentaire qui inclut la connaissance des rouages de la maison, mais aussi l’esprit visionnaire. Est-ce que ce trio alliera assez de sagesse et d’imagination pour permettre au philosophe Vincent Peillon de refonder l’école sans se prendre les pieds dans le tapis ? L’avenir le dira.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 18/05/12

La FSU s’adresse à Vincent Peillon, Ministre de l’Education
L’Education a été au cœur des débats de ces derniers mois.
Notre système éducatif a subi des dégradations en profondeur ces dernières années, qui loin de la nécessaire démocratisation, ont aggravé les inégalités et le nombre de sorties d’élèves sans qualification reste trop important.
Or, notre société évolue, ses besoins se diversifient, les savoirs se complexifient, les élèves changent. L’Etat a la responsabilité de donner aux futures générations les outils d’émancipation pour faire face aux défis de demain.
Pour la FSU, cela nécessite de transformer le fonctionnement du système éducatif. Elle s’est largement exprimée sur l’idée d’un nouveau pacte éducatif et les propositions qu’il recouvre.
Le Président de la République fait de l’Education une priorité. La FSU, première fédération de l’Education nationale, ne peut que s’en féliciter.
Une loi d’orientation et de programmation est prévue ainsi que la création de 60 000 postes dans l’Education nationale durant les 5 années à venir. La FSU n’a cessé ces dernières années d’affirmer qu’il faut concilier le qualitatif et le quantitatif.
Les moyens qui seront mis en œuvre doivent donc l’être pour assurer la réussite d’une politique éducative ambitieuse.
De manière urgente, il faut assurer que la prochaine rentrée scolaire se fasse sous d’autres auspices.
Lire la suite de l’article

Ayrault annonce une "concertation" sur les rythmes scolaires
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a promis vendredi sur France Inter une "concertation" avec enseignants et parents d’élèves sur la question des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours, à l’issue de laquelle un "arbitrage" sera rendu.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon annonce le retour de la semaine de 5 jours en primaire
Le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé au micro de France Inter le retour à la semaine de cinq jours de classe en primaire "pour la rentrée 2013", ajoutant que "ce n’est pas le plus simple, mais nous le ferons".
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 18/05/12

Rythmes scolaires : « La méthode, c’est la concertation », rappelle Ayrault
« La méthode, c’est la concertation. » Alors que l’annonce du ministre de l’Education Vincent Peillon, la veille, du retour à la semaine de cinq jours en primaire « pour la rentrée 2013 » a fait grincer des dents jusque dans les rangs socialistes, le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault a mis les choses au clair, ce vendredi matin.
Lire la suite de l’article

Semaine de cinq jours à l’école : Royal critique Peillon
Première journée, première annonce. Invité jeudi matin de France Inter, le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé le retour à la semaine de cinq jours de classe en primaire « pour la rentrée 2013 », ajoutant que « ce n’est pas le plus simple, mais nous le ferons ».
Lire la suite de l’article


France Soir du 18/05/12

Semaine de 5 jours en primaire : Lang appuie Peillon et tance Royal
L’ancien ministre de l’Education nationale Jack Lang a appuyé ce vendredi le nouveau ministre Vincent Peillon dans sa remise en cause de la semaine de quatre jours à l’école, taclant au passage Ségolène Royal.
Lire la suite de l’article

Semaine de 5 jours en primaire : Les syndicats exigent le débat
La promesse du Premier ministre Jean-Marc Ayrault ce vendredi d’une "concertation" sur les rythmes scolaires et la semaine de cinq jours en primaire constitue "une décision qui était indispensable", a réagi Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire.
Lire la suite de l’article

École : Retour à la semaine de 5 jours pour le primaire en 2013
Le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé jeudi le retour à la semaine de cinq jours de classe en primaire pour la rentrée 2013.
Lire la suite de l’article


La Croix du 18/05/12

Un enfant de huit ans se suicide à Toulouse
Un garçon de huit ans s’est suicidé par pendaison, jeudi 17 mai, à Toulouse, après s’être disputé avec un membre de sa fratrie, a-t-on appris vendredi de source policière.
Lire la suite de l’article

Jean-Marc Ayrault promet une concertation sur les rythmes scolaires
Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a promis vendredi 18 mai sur France Inter une « concertation » sur la question des rythmes scolaires et de la semaine de cinq jours. «  Il y aura une concertation avec les enseignants, les parents d’élèves, les professionnels, tous ceux qui ont leur mot à dire et puis à la fin de cette concertation, il y aura un arbitrage, je le prendrai, pour que l’objectif principal soit respecté  » , a annoncé le chef du gouvernement.
Lire la suite de l’article

La semaine des cinq jours à l’école sera-t-elle facile à mettre en œuvre ?
Le 16 mai, le nouveau ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, a annoncé sur France Inter que les élèves du primaire auraient cours, dès la rentrée 2013, une demi-journée supplémentaire, le mercredi ou le samedi matin. Il revient ainsi sur une réforme décriée entrée en vigueur en 2008.
Lire la suite de l’article


Les échos (certains articles payants) du 18/05/12

Ecole Le défi de la Rentrée
Vincent Peillon prépare des « mesures d’urgence » pour une rentrée « difficile ». Avec de premiers recrutements et des efforts sur la formation.
Lire la suite de l’article

Priorités et feuilles de route des nouveaux ministres
Pierre Moscovici à l’Economie veut réorienter la construction européenne vers la croissance. Les priorités de Michel Sapin au Travail sont le Smic et les retraites. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, veut reconquérir des emplois.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 18/05/12

Rythmes scolaires : « Concertation » indispensable, estime le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire
« Nous sommes demandeurs d’un processus de discussion transparent », rappelle le secrétaire général du syndicat...
Lire la suite de l’article

Rythme scolaire : Ayrault promet une « concertation » avant le retour de la semaine de cinq jours
Le Premier ministre calme ainsi les ardeurs de son ministre de l’Education, qui avait annoncé dès jeudi la mise en place de la semaine de cinq jours...
Lire la suite de l’article

Peillon veut revenir à la semaine de cinq jours dans le primaire dès 2013
Les rythmes scolaires seront réformés dans le primaire dès la rentrée 2013, avec un retour à la semaine de cinq jours, abandonnée sous le mandat de Nicolas Sarkozy, a annoncé jeudi le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon.
Lire la suite de l’article


Rue89 du 18/05/12

Semaine de cinq jours : ce que la droite n’a pas su faire
Retour à la semaine de cinq jours pour les écoliers. C’est ce que Vincent Peillon a annoncé ce jeudi matin sur France Inter. Le nouveau ministre de l’Education en a profité pour tacler l’ancienne majorité : « [Cette réforme] prouve que François Hollande a beaucoup de courage, puisque personne n’a osé le faire avant.  »Il faut dire que malgré plusieurs rapports et un comité de réflexion sur les rythmes scolaires, pourtant initiés par Luc Chatel, la réforme tant attendue n’a jamais eu lieu. L’ancien ministre de l’Education a choisi de ne pas la mener.
Lire la suite de l’article

« On ne parle pas de l’influence positive des jeux vidéo »
Vanessa Lalo est psychologue clinicienne, spécialisée dans les addictions et les nouvelles technologies. Souvent accusée d’être à la botte des lobbies du jeu vidéo parce qu’elle récuse l’amalgame entre jeux vidéo violents et violence dans la société, elle est intervenue lors de la « Gamers Assembly », grand rendez-vous des joueurs, durant le week-end de Pâques.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 18/05/12

Semaine de cinq jours. Ségolène Royal critique Vincent Peillon
Le retour à la semaine de cinq jours, annoncé par Vincent Peillon, ne fait pas l’unanimité comme on a pu le constater dans les nombreuses réactions sur notre site. Jeudi, Ségolène Royal a émis quelques critiques, non pas sur le fond, mais plutôt sur la méthode, estimant qu’il fallait une concertation et que le sujet était surtout celui des rythmes scolaires.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon annonce un retour à la semaine de 5 jours en primaire
A la rentrée 2013, la semaine de 5 jours fera son retour dans les écoles primaires.
Lire la suite de l’article

Dans un mois, 650 000 élèves passeront le bac
650 000 candidats sont concernés cette année par les épreuvres du bac. Ils étaient 654 548 l’an dernier.
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 18/05/12

Education : la semaine de cinq jours, "un mauvais débat"
Après l’annonce de Vincent Peillon, jeudi, d’un possible retour à la semaine de cinq jours dans le primaire pour la rentrée 2013, les critiques sont nombreuses. Ségolène Royal a souligné que "la vraie question" était celle "des rythmes scolaires". Interrogée par leJDD.fr, Valérie Marty, présidente de la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (PEEP), abonde en ce sens.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 18/05/12

François Hollande : "Merci à toute la recherche !"
Investi aujourd’hui dans ses nouvelles fonctions, François Hollande a adressé ses « premiers mots de président » au monde de l’éducation et de la recherche. Il souhaite placer la science au sommet d’une « nouvelle hiérarchie des valeurs ». Une rupture marquée avec le quinquennat précédent.
Lire la suite de l’article

Semaine de 5 jours : la grande embrouille des rythmes scolaires Par Philippe Szykulla
Vincent Peillon, fraîchement nommé ministre de l’Education, a annoncé qu’il rétablirait la semaine de cinq jours dans le primaire. Une déclaration immédiatement modérée par Jean-Marc Ayrault, le Pemier ministre, qui prône la concertation. Retour sur l’éternel débat des rythmes scolaires avec Philippe Szykulla, enseignant, qui recommande le dialogue et la concertation.
Lire la suite de l’article

STATISTIQUES SUR L’ECOLE : VERS LA FIN DE LA CENSURE ?
Pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, les études, évaluations, en principe publiques, ne sortaient plus que sous la pression des parents, syndicats, journalistes...
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 18/05/12

Rythmes scolaires : Vincent Peillon a-t-il vraiment gaffé ?
Gaffe ou simple continuité des engagements de campagne ? En annonçant la fin de la semaine de quatre jours à l’école primaire, Vincent Peillon crée une mini polémique. Comme l’Education nationale les aime.
Lire la suite de l’article

Education : le dilemme de la semaine de cinq jours
Alors que le ministre de l’Education nationale a annoncé un retour à la semaine de cinq jours dans le primaire dès la rentrée 2013, le Premier ministre et la porte-parole du gouvernement ont nuancé ses propos. Explications.
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : et les programmes ???
Douze heures à peine après sa nomination, Vincent Peillon a fait sa première annonce en tant que ministre de l’Education Nationale, à la matinale de France Inter hier jeudi 17 mai : à la rentrée 2013, les 6,6 millions d’élèves de primaire vont travailler à nouveau 5 jours par semaine. La semaine de 4 jours, instaurée par Darcos en 2008, n’aura duré que l’espace d’un quinquennat.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 18/05/12

L’offensive FSU sur Vincent Peillon
Dans une lettre datée du 17 mai, la FSU pose des exigences et se rappelle au bon souvenir du ministre. La lettre reflète les débats internes au syndicat avec des exigences sur certains points et une volonté de discussion sur d’autres.
Lire la suite de l’article


Touteduc (accès payant) du 18/05/12

Valérie Fourneyron : un ministère des Sports élargi à la Jeunesse, la Vie associative et l’Education populaire
Pour Valérie Fourneyron, "ce ministère élargi s’impose comme une évidence". Lors de la passation de pouvoirs, la ministre des Sports, de la Jeunesse, de la Vie associative et de l’Education populaire, a consacré la majeure partie de son intervention (les trois quarts) aux questions sportives, avant d’affirmer qu’elle veut "une vie associative dynamique", qui participe à la "qualité de la vie sociale". L’association est, à côté de l’école, "un autre lieu éducatif" qui permet "à chaque jeune de se construire", de "conduire des projets, de s’engager, de s’intégrer, de se construire une identité".
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 18/05/12

La formidable grève des étudiants québécois par Christian Laval
Depuis plus de trois mois, les étudiants du Québec sont très massivement en grève contre le projet gouvernemental de hausse des droits d’inscription à l’université. Des manifestations considérables ont déstabilisé le gouvernement libéral, entraînant la démission de la ministre de l’éducation, Line Beauchamp. Le premier ministre Jean Charest ne trouve rien de mieux à faire en ce 17 mai que de faire passer une « loi spéciale » visant à rendre illégale la grève et à criminaliser les étudiants en lutte.
Lire la suite de l’article


Slate.fr du 18/05/12

Peillon et la semaine de cinq jours : les rythmes scolaires, ça donne quoi ailleurs ?
Le nouveau ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé lors de sa première journée à son nouveau poste, jeudi 17 mai sur France Inter, que la France reviendrait à la semaine de cinq jours dans les écoles primaires à la rentrée 2013, en laissant le choix aux collectivités entre le mercredi matin et le samedi matin. Nous republions à cette occasion un article de juin 2010 où nous décrivions les rythmes scolaires des principaux pays européens.
Lire la suite de l’article


Huffington Post du 18/05/12

Retour à la semaine de 5 jours, créations de postes : les premières mesures de Vincent Peillon à l’Éducation nationale
Lors de la passation de pouvoir au ministère de l’Éducation nationale, Vincent Peillon a insisté sur la "responsabilité particulière" que lui a confié le président de la République François Hollande. Faire de l’école est "une priorité", selon le nouveau ministre.
Le matin même sur France Inter, il a détaillé les premières mesures dans un calendrier d’urgence, que le successeur de Luc Chatel mettra en place dès lundi. "L’éducation, c’est la France de demain, c’est elle qui est pénalisée, nous vivons une crise d’avenir", a-t-il déclaré.
Lire la suite de l’article


ÉducPros du 18/05/12

Avec qui pourraient gouverner les nouveaux ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur ?
Vincent Peillon et Geneviève Fioraso viennent respectivement d’être nommés ministre de l’Éducation nationale et ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. George Pau-Langevin obtient un ministère délégué à la réussite éducative. L’éducation, la jeunesse, la connaissance font partie des priorités affichées par le président de la République François Hollande dès son entrée en fonction, et les nouveaux ministres vont devoir aller vite pour mettre leur marque sur la rentrée 2012, déjà préparée par l’ancien gouvernement. De qui vont s’entourer les nouveaux ministres pour mener à bien leur politique ? Quels vont être les conseillers qui comptent ? Y aura-t-il un renouvellement des générations ? Revue de détail des personnalités en vue.
Lire la suite de l’article

Institut Montaigne : réussir la réforme de l’école pour améliorer l’emploi des jeunes
Dans le cadre de notre partenariat avec l’Institut Montaigne, EducPros publie les bonnes feuilles de l’ouvrage que le think tank vient de publier Réformer par temps de crise. Ces pages donnent des pistes pour s’attaquer à l’emploi des jeunes en France. Il s’agit tout d’abord de réformer l’école mais aussi de réduire la différence de statut entre CDD et CDI, ou encore d’accompagner les jeunes vers l’emploi grâce au revenu de solidarité active. Extraits.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 18/05/12

"Le quinquennat a été une calamité pour l’enseignement supérieur et la recherche"
Stéphane Tassel est le secrétaire général du SNESUP-FSU, premier syndicat de l’enseignement supérieur. Il appelle le nouveau gouvernement à mettre en œuvre des réformes urgentes pour restaurer un secteur sinistré.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !