Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 17 avril 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 17 avril 2015

Caricatures - réforme - racisme - positif


Depuis les annonces concernant la réforme du collège, chaque jour nous réserve son lot d’articles caricaturaux. Vous trouverez quelques modèles du jour dans cette revue de presse qui évoque également les annonces de Manuel Valls contre le racisme et l’antisémitisme. L’actu éducation, peu variée ces temps-ci laisse tout de même de la place à quelques articles positifs.


Caricatures

Dans Le Figaro, Marie-Estelle Pech, que Laurent Fillion avait déjà égratigné dans sa revue de presse cette semaine, continue de servir la soupe aux réactionnaires de tout poil. Au menu du jour, une recette bien connue : se gausser d’un langage pédago. Si on peut reconnaître quelques termes mal choisis, nous aurions préféré une analyse qualitative des nouveaux programmes mais la “journaliste” a choisi de s’amuser de quelques expressions relevées dans les documents publiés par le CSP. Seul le début de l’article est en accès libre et c’est bien assez.
Comme si cela ne suffisait pas, ce même Figaro en remet une couche dans l’editorial d’Yves Thréard. La première phrase donne le ton “Les humoristes devraient se régaler à la lecture du rapport que vient de remettre le Conseil supérieur des programmes à la ministre de l’Éducation.” En attendant, c’est bien le Figaro qui nous fait rire…

On continue dans la caricature dans Les echos avec Roger-Pol Droit qui qualifie le futur collège de “garderie. Tout en nuances, il affirme que “les principes idéologico-pédagogique de cet énième remaniement demeurent les mêmes. Ces conceptions ont contribué, ces dernières décennies, à la faillite dramatique du système. Parce qu’elles sont fausses. La principale erreur est de supposer les collégiens autonomes, de proclamer qu’il suffirait de les aider à « se chercher, se construire » par eux-mêmes. Surtout ne rien leur inculquer, ni leur imposer, ni vraiment leur apprendre - écarter par principe tout ce qu’un apprentissage implique de contraintes, d’efforts, d’inévitable ennui.” Sans souffrances, point de salut vous dit-on !
Une petite dernière pour la route sur le site d’Atlantico. Réforme du collège : enfumage et matraquage, les deux mamelles de l’Éducation nationale.

JPEG - 58.3 ko
Les langues, dessin de Geneviève Brassaud

Le dessin de Geneviève Brassaud

Enfin, l’obs illustre le débat actuel par ce titre : Le Gaffiot contre l’Ipad, opposant la ministre de l’éducation nationale à Regis Debrey, qualifié ici de “prophète de la décadence”.

En attendant, peu d’articles parlent des élèves en difficulté ou exclus du système. L’article de Kahina Mekdem sur Bondy Blog peut, en tout cas, alimenter la réflexion. Elle y livre le récit d’un conseil de discipline. Ceux qui en ont déjà vécu y trouveront le sentiment de malaise qui caractérise cette instance, synonyme d’échec.


Réforme

Dans le Café pédagogique du jour, François Jarraud explique "comment le système plante ses réformes” à la lumière de “l’exemple de l’accompagnement personnalisé.”
Généralisé par la réforme du lycée du jour au lendemain, l’accompagnement personnalisé (AP) ne va pas de soi pour des enseignants dont l’identité professionnelle est le plus souvent disciplinaire.
Julie Blanc et Christian Germier se sont attachés à observer les obstacles à la mise en oeuvre de l’AP. Ils constatent que les contraintes temporelles empêchent très souvent la mise en place de pédagogie de projet dans l’AP. Des contraintes de postes s’opposent également à la bonne mise en marche de la réforme. Pour les auteurs, les enseignants "sont pris dans des problématiques logistiques aux dépens d’une réflexion plus pédagogique".”Face aux difficultés, directions et enseignants se recalent sur des dispositifs connus, centrés sur un professeur, une discipline, là où il faudrait changer de pratiques.
On pourrait tout de même remarquer que les équipes sur le terrain sont les acteurs de cet accompagnement et ont le champs libre sur le plan organisationnel et pédagogique. Il y a d’ailleurs des établissements où ça marche.

Sur son blog, Jean-Michel Zakhartchouk nous donne ses dix bonnes raisons de saluer les projets de programmes d’école et collège. "Les projets de nouveaux programmes de « l’école du socle commun », c’est-à-dire des trois cycles qui vont du CP à la classe de troisième sont désormais en ligne. J’ai participé activement et de façon passionnante à leur élaboration (pour le cycle 4) et je me réjouis globalement de leur teneur."

20 minutes revient sur la réforme du calendrier scolaire paru au journal officiel.
L’article évoque le décalage de la rentrée qui ne satisfait pas encore tout le monde.
Ainsi, pour l’année scolaire 2015-16, la pré-rentrée des enseignants a été repoussée au lundi 31 août au lieu du vendredi 28 août initialement prévu, et la rentrée des élèves a été reportée d’une journée au mardi 1er septembre. Le syndicat d’enseignants Snalc, minoritaire, a déposé un préavis de grève pour le jour de la pré-rentrée, invitant « l’ensemble de la profession à refuser de rentrer en août ».
La grogne principale reste celle autour des vacances de printemps décalées “en réponse aux doléances du secteur touristique des zones de montagne”.
ToutEduc relate également cette parution au Journal Officiel qui comporte également un volet sur le baccalauréat.


Racisme

Le Monde relate le lancement du plan contre le racisme et l’antisémitisme que Manuel Valls a choisi de présenter dans un lycée.
C’est à Créteil, ville où les importantes communautés juive et musulmane coexistent plutôt bien et cultivent leurs relations de bon voisinage, que Manuel Valls a choisi d’annoncer, vendredi 17 avril, un plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Six membres du gouvernement, dont Bernard Cazeneuve, le ministre de l’intérieur, et Najat Vallaud-Belkacem, sa collègue de l’éducation nationale, devaient témoigner à ses côtés de l’engagement du gouvernement dans cette voie.
L’Express détaille le plan présenté par le premier ministre. Il se décline en 4 chapitres, dont l’école. “"À la racine du préjugé se trouve l’ignorance. Le savoir, la culture, l’éducation au sens large restent les meilleurs remparts contre les discours de haine." Dès lors, l’Ecole et la formation au sens large, seront "au coeur de ce combat".

JPEG - 105.9 ko
Marion Maréchal-Le Pen en visite - Le dessin de Jimo

Le dessin de Jimo


Positif

Cette semaine, Les Cahiers Pédagogiques proposent un portrait de celle qui vous livre chaque jeudi les portraits des autres : Monique Royer.
Ce qui la touche à chaque fois ? La confiance qui s’installe, les personnes qui racontent, à bâtons rompus, leurs années de cheminement professionnel, leurs doutes, leurs enthousiasmes aussi. Il n’est jamais facile de parler ainsi de soi, pas toujours bien vu de se montrer, et de se montrer différent. Différent... C’est bien pourtant ce qui intéresse le plus Monique Royer : elle cherche à montrer en quoi la singularité permet à la communauté enseignante de grandir.

VousNousIls relate dans un reportage vidéo une expérience numérique dans un collège REP+. “Au collège François Truffaut de Strasbourg, les élèves et les enseignants font un usage quotidien du numérique. Dans la classe de Marie Garrec, professeure de français, de nombreux élèves sont dyslexiques. Ils travaillent avec des « tablettes hybrides », dans un dispositif de pédagogie inversée.

Guillaume Caron


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Questions aux programmes
Revue n°507 - Septembre 2013
Coordonné par Françoise Colsaët et Jean-Pierre Fournier

Qui donc fait les programmes scolaires, qui devrait les faire, selon quels critères ? Les programmes pour quoi faire dans le quotidien des classes ? Il y a ce qu’on choisit de ne pas faire, ou bien de faire en plus, sans parler de ce que l’on n’arrive pas à faire. Et voilà maintenant le socle commun au programme des enseignants…

Le décrochage scolaire, des pistes pédagogiques pour agir
Ouvrage - novembre 2012
Philippe Goémé, Marie-Anne Hugon et Philippe Taburet

Chaque année, 120 000 jeunes sortent du système scolaire sans diplôme ni qualification. Ce phénomène interpelle l’ensemble des acteurs de l’éducation.
Au sein de structures dédiées à ces « décrocheurs » et de certains établissements publics innovants, des équipes pédagogiques expérimentent chaque jour de nouvelles approches éducatives, didactiques et organisationnelles susceptibles de prévenir le décrochage et de favoriser le retour dans un parcours de formation.
Dans cet ouvrage, deux enseignants d’une structure de raccrochage, le pôle innovant lycéen, et une chercheuse universitaire analysent ces pratiques et proposent des pistes de travail autour de l’orientation, de la relation avec l’élève et sa famille ou encore de la pédagogie de la classe, pistes qu’il est possible de mettre en œuvre dans tout établissement.