Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 15 juin 2012


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 15 juin 2012

.

Patience et impatience - Calendrier – J’aime pas le bac-

Patience et impatience
Patience ou impatience ? Prendre le temps ou avancer vite ? Ces questions sont au cœur de la réflexion sur la mise en œuvre des réformes et en particulier dans le domaine éducatif. Et ce qui se passe autour de Vincent Peillon, des rythmes scolaires et plus globalement de la préparation de la loi de programmation en est une très belle illustration.
Le dossier des rythmes scolaires est une véritable obsession pour Vincent Peillon. Il pense, à tort ou à raison, que c’est le dossier prioritaire. On peut aussi considérer qu’il y a d’autres aspects sur lesquels il y a urgence à réformer. Comme la formation ou encore le temps de service et les fonctions des enseignants. Mais il est vrai que le sujet des rythmes, comme les autres précités, sont des sujets systémiques : il suffit de tirer le fil de la pelote pour que tout le reste du système vienne avec…
Le ministre, qui a beaucoup consulté lorsqu’il était responsable du pôle éducation du candidat Hollande, a donc décidé d’agir dès maintenant. Même si l’essentiel de l’année 2012 a été préparé par le ministre précédent, il estime qu’il est possible d’agir à la marge. Mais le temps de la réforme n’est pas le même que le temps politique. (En bref, c’est une question de rythme…) L’annonce du ministre de sa volonté d’augmenter le temps des vacances de la Toussaint (et d’avancer la rentrée des élèves) est peut être en décalage avec le calendrier politique. D’abord parce que nous sommes encore en période électorale. Les français, si prompts à râler, pourront protester contre ce qui est présenté – à tort – comme une décision qui peut modifier leur organisation. Et puis, cette annonce rencontre aussi un contexte politique où l’on insiste tant sur la concertation. Et un premier ministre qui peut ainsi, à peu de frais, montrer son autorité. “Peillon se fait tirer les oreilles”, “recadrage”, la presse n’est pas tendre avec le ministre de l’éducation après l’intervention de Jean-Marc Ayraut qui a rappelé au ministre de l’éducation qu’il devait prendre le temps avant de faire des annonces intempestives.
On trouve un bon résumé de la situation dans le blog collectif du service éducation du Monde  : “ On sent le quiproquo. Le Premier ministre croit que Vincent Peillon a mûri dans son coin l’idée d’allonger ces vacances, alors que c’est le Conseil supérieur de l’éducation composée de 90 membres qui vont des syndicats, parents, patronat, collectivités, qui l’a proposé au ministre. En fait, ce dernier a répondu par voie de presse aux acteurs de l’école qu’il n’y était pas opposé. Il va présenter un nouveau calendrier avançant la rentrée des élèves au lundi 3 septembre 2012 (au lieu du 4) et la sortie le samedi 6 juillet 2013 (au lieu du 4). Le CSE votera le 28 juin et le ministre décidera puisque cet avis n’est que consultatif. Bref, là, c’est plutôt la communauté éducative qui a lancé une concertation auprès du ministre que le contraire !” Et l’auteur (inconnu) de ce billet ajoute “Mais la « concertation » est un mot sacré pour Jean-Marc Ayrault. Même si son entourage a ensuite minimisé la réprimande, expliquant qu’il ne s’agissait "pas d’un recadrage" de Vincent Peillon, ce qui est dit est dit. ”.
Dans un article de synthèse proposé par 20minutes, on trouve les positions d’un certain nombre d’acteurs de l’éducation qui mettent bien en perspective ce qui se joue en ce moment avec les rythmes mais aussi l’ensemble des réformes. Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat d’enseignants SNUipp-FSU, estime que “l’enjeu n’est pas de savoir ce qu’il faut faire, ça on le sait. C’est de savoir comment le faire”. Pour Jean-Jacques Hazan, de la FCPE : “Quand il y a l’unanimité sur quelque chose, il ne faut pas attendre. On ne peut pas tout faire tout de suite, mais si on peut commencer à mettre en places des petites améliorations, autant le faire.
Au delà de la question des rythmes qui occupe ce début de mandat ministériel, on sait que se profile la préparation de la concertation durant l’été devant aboutir à la mise en œuvre d’une loi de programmation – voire d’orientation – en “octobre-novembre”. Là aussi se pose la question de la patience (ou non) des différentes parties. Nous le disions, Peillon a beaucoup consulté avant les présidentielles. On ne peut donc pas dire que les partenaires sociaux sont pris de court. Mais l’accès aux responsabilités change la donne et rend presque caduques ces consultations qui n’étaient pas vraiment des négociations. D’autant plus que le ministre a aussi évoqué dans ses premières déclarations la nécessité d’un “grand débat” qui retarderait les prises de décisions et en diluerait la portée.
Car, au départ, l’idée était, me semble t-il, de prendre de court les réactions de la base en ayant cette phase de négociations pendant l’été. Comme le président Hollande a fait de l’École sa priorité, et que le temps du changement dans ce domaine est lent, il fallait, en plus, démarrer vite pour obtenir des résultats avant la fin du mandat. Lorsque l’École a bougé, ça a été souvent par l’injonction.
Tout cela plaide plutôt pour une certaine rapidité. Mais le danger réside aussi dans une trop grande précipitation. D’abord parce que le fameux “mammouth” est un animal lent et qu’il ne faut pas brusquer. Ensuite et surtout parce que cette rapidité donne une prime aux plus réactifs et organisés et qui jouent de leur influence. Et ceux-ci sont surtout dans une sorte de “camp du refus” alors que le “pôle réformiste” peine à se faire entendre et s’organiser. On voit aussi tout ce qui se joue autour de la rentrée 2012. Alors que celle-ci était déjà préparée par le ministre précédent et qu’il y a très peu de marge de manœuvre, on voit des revendications apparaître. D’où la difficulté du gouvernement à faire des annonces de faible ampleur en attendant d’avoir les moyens de faire mieux.
Nous parlions de patience et d’impatience au début de ce billet. C’est en effet ce qui va distinguer les vrais réformistes de ceux qui réclament tout tout de suite pour qu’au final rien ne change...
calendrier
Après ces considérations sur les modalités de l’action politique et le rythme des réformes, revenons aux annonces elles mêmes. Initialement prévues pour durer du samedi 27 octobre au jeudi 8 novembre, les vacances de la Toussaint devraient donc être prolongées jusqu’au lundi 12 novembre. "Je ne suis pas hostile à respecter l’avis du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) pour le calendrier 2012 et d’instituer deux semaines de vacances à la Toussaint", a déclaré le ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon dans un entretien à L’Est républicain. .
Dans la série "moi aussi, je peux faire des titres idiots pour faire mousser de la polémique inutile", signalons l’AFP (reprise tel quel par Les Échos et 20 minutes) qui fait très fort avec le titre “ Vincent Peillon allonge de 4 jours les vacances de Toussaint ”. Allonger les vacances de Toussaint ce n’est pas quatre jours mais seulement deux jours et demi... Depuis quand on compte le samedi et le dimanche ?
Pour compenser ces deux jours et demi, le ministre propose (au CSE de voir) de commencer l’année scolaire plus tôt et de la finir plus tard. Il note que les élèves commencent un mardi et qu’il serait plus logique de les faire commencer le lundi. Rappelons simplement que cela s’explique par le fait que la “pré-rentrée” des enseignants se fait le lundi. Si on veut faire commencer les élèves plus tôt, il faut aussi faire convoquer les enseignants plus tôt… Et par ricochet (systémique, je vous dis), cela va aussi “impacter” la formation des nouveaux enseignants. Car, il est prévu une semaine de formation avant que ceux ci ne rejoignent leurs établissements. Ça commence à devenir compliqué…
Si l’on veut prendre de la hauteur et du recul sur cette question des rythmes scolaires, on pourra lire une brève histoire des vacances scolaires dans le Figaro. Mais je conseille surtout à tous la lecture du billet de blog de Claude Lelièvre. L’historien de l’éducation nous rappelle les grandes étapes de l’évolution des vacances scolaires et des différentes tentatives de modification des rythmes. 
Et faire cette histoire là, c’est aussi faire celle des lobbys et autres groupes de pression qui ont joué de leur influence durant cette période. Et qui veulent, là aussi, que rien ne change…
J’aime pas le bac…
Non, décidément, j’aime pas le bac, ou plus précisément la période du bac…
Pas seulement parce que, pour le prof que je suis, cela se traduit par des surveillances, des corrections de copies et des réunions de jury. Non, c’est surtout parce que, en commentateur de l’actualité éducative, cette période est bien décevante et agaçante .
Dans l’année, en dehors de cas exceptionnels, il y a deux moments incontournables où on parle de l’école : la rentrée et le bac. Et pour ces deux “marronniers” selon le jargon des journalistes, on retrouve toujours les mêmes reportages, les mêmes papiers. Même si on essaye de varier les “angles”, on aura toujours droit au reportage sur le plus jeune ou le plus vieux candidat, sur la production et la sécurisation des sujets, sur les moyens de gérer le stress ou de booster la mémoire, on fera de l’épreuve de philo l’acmé de ce rite national. On demandera ce qu’ils pensent des sujets aux hommes et femmes politiques, on fera les mêmes images (on pourrait très bien ressortir celles de l’année dernière) des candidats sautant de joie ou en pleurs devant les panneaux d’affichage. Cette année on aura droit aussi aux inévitables enquêtes sur la triche au bac et sur les moyens d’y mettre fin. C’est lassant et pas très neuf. Non décidément, j’aime pas le bac…
Non seulement ces sujets légers ne sont pas originaux mais en plus (à de rares exceptions près) ils oublient bien souvent l’essentiel. Et si on rappelait d’abord que le bac a déjà commencé ? Si l’épreuve de philo marque un point de départ, c’est pour le bac général. Les épreuves du bac professionnel ont déjà commencé. Si, un jour, on rappelait cela, on permettrait peut-être aux détenteurs d’un bac professionnel ou technologique de se sentir un peu moins comme des bacheliers de seconde zone… On pourrait aussi en profiter, dans un système éducatif piloté par l’aval, pour s’interroger sur l’évaluation terminale des élèves et se demander pourquoi les épreuves n’ont pratiquement pas changé alors que le monde, lui, évolue et fait ressentir le besoin de nouvelles compétences. Pourquoi autant d’épreuves faisant la part belle à la récitation et la mémorisation, aux épreuves écrites, alors que la compétence orale devient si importante dans le monde du travail, pourquoi si peu de travaux de groupes faisant appel à l’autonomie sur des projets alors que c’est la clé de la réussite dans l’enseignement supérieur et la vie professionnelle ?
On peut aussi questionner les mythes sur lesquels reposent cette insititution. A commencer par le mythe de l’épreuve juste. Depuis les années 30, les travaux de docimologie s’intéressent aux biais qui affectent la notation. On sait que les notes données aux élèves peuvent varier considérablement d’un correcteur à l’autre en fonction d’un très grand nombre de variables. Autre mythe qui en découle, celui de la méritocratie et de l’égalité républicaine. Une même épreuve pour tous en serait la garantie. Mais on sait bien que l’essentiel des admissions en filières sélectives se fait avant le bac, sur dossier, et en tenant compte du lycée d’origine. Le bac n’est plus alors qu’une formalité. Il n’y a pas un bac, mais des bacs. Et beaucoup d’inégalités. Les mythes abusent et il faudrait vraiment remettre en cause cette “messe” un peu folle.
On me rétorquera, à juste titre, que le moment est l’occasion d’une sorte de communion nationale autour d’un rite de passage et qu’il ne faut pas y toucher. Il n’y en a plus beaucoup dans notre société en quête de repères. Mais cela ne m’empêche pas de penser que, malgré tout, on pourrait faire bien mieux et nous éviter tous ces lieux communs que pour ma part, je me garderai de répercuter dans ma revue de presse. Non, décidément, j’aime pas le bac…
Bonne Lecture...


Libération.fr du 15/06/12(certains articles payants)

Triche au bac : le gouvernement charge les smartphones
Après la fraude au bac S l’an dernier, le gouvernement annonce une série de mesures pour sécuriser davantage les épreuves.
Lire la suite de l’article

Triche au bac : « Détecter un portable, c’est facile. Savoir qui l’utilise, c’est plus compliqué »
Hier, le ministère de l’Education a annoncé que des détecteurs de portable seraient mis en place lors des examens du bac pour limiter les fraudes. Xavier Lagrange, professeur en réseaux, sécurité et multimédia, est sceptique.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 15/06/12 (certains articles payants)

L’histoire mouvementée des vacances scolaires
En annonçant un allongement de la durée des vacances de la Toussaint, le ministre de l’Éducation relance la réforme des rythmes scolaires. Retour sur l’histoire des vacances scolaires dans notre pays.
Lire la suite de l’article

Le tourisme pris de court par l’allongement de la Toussaint
Les professionnels du secteur regrettent que le ministre de l’Éducation nationale ait pris cette décision sans concertation. Ils craignent, en contrepartie, un rabotage des vacances d’été et des week-ends.
Lire la suite de l’article

L’allongement des vacances de la Toussaint est « une piste »
Le premier ministre a tenu à préciser que l’allongement de quatre jours des vacances scolaires de la Toussaint évoqué par Vincent Peillon n’était qu’une piste de réflexion au sein d’une concertation plus globale.
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 15/06/12

Le professeur Ayrault reprend une nouvelle fois l’élève Peillon
Un mois qu’il est rue de Grenelle et l’élève Peillon s’est déjà fait tirer deux fois les oreilles par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Y-aurait-il un souci entre le numéro 1 et le numéro 3 du gouvernement ? Ou un simple manque de communication ?
Lire la suite de l’article

Enseignement supérieur : la cour des comptes recense les trous budgétaires laissés par le précedent gouvernement
Comme l’avait suggéré Geneviève Fioraso, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, il manque des sous dans les caisses de l’Etat pour financer, en 2011 et en 2012, la « Mires », mission interministérielle de la recherche et de l’enseignement supérieur, dont le budget dépasse les 25 milliards d’euros. C’est ce que démontrent les magistrats de la Cour des comptes, dans leur rapport sur l’exécution du budget 2011 publié le 30 mai.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon veut avancer la rentrée scolaire d’un jour
Pour que les vacances de Toussaint puissent s’étaler sur deux semaines complètes en 2012 (du 27 octobre au 12 novembre), le ministre de l’éducation Vincent Peillon a proposé vendredi 15 juin sur France Info que la rentrée scolaire ait le lieu le lundi 3 septembre (au lieu du 4 septembre) et la sortie le samedi 6 juillet 2013 (au lieu du 4 juillet).
Lire la suite de l’article

Le serpent de mer des vacances de la Toussaint
Initialement prévues pour durer du samedi 27 octobre au jeudi 8 novembre, les vacances de la Toussaint devraient être prolongées jusqu’au lundi 12 novembre. "Je ne suis pas hostile à respecter l’avis du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) pour le calendrier 2012 et d’instituer deux semaines de vacances à la Toussaint", a déclaré le ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon dans un entretien à L’Est républicain.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 15/06/12

Vincent Peillon annonce 15 jours de vacances à la Toussaint
Pour la réforme très attendue et délicate des rythmes scolaires, Vincent Peillon veut aller vite. Le nouveau ministre de l’Education nationale annonce une première mise en oeuvre concrète : les vacances de la Toussaint dureront deux semaines pleines dès la rentrée prochaine.
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 15/06/12

Vacances de Toussaint : Ayrault recadre Peillon et parle de simple « piste »
Nouveau recadrage, après que le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé, ce jeudi, un allongement de quatre jours des vacances de la Toussaint. Comme il l’avait fait sur la semaine de cinq jours, le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault, a assuré dans l’après-midi, à Angers, qu’il ne s’agissait là que d’une « piste » et que la concertation « commençait ».
Lire la suite de l’article

Education : vers un retour de l’histoire-géo en terminale S
L’histoire-géo ne devait plus être qu’une option en terminale S l’an prochain, l’épreuve du bac étant anticipée dès la première S cette année. Mais le ministre veut faire marche arrière.
Lire la suite de l’article

Peillon propose d’avancer la prochaine rentrée scolaire d’un jour
Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a annoncé vendredi sur France Info qu’il proposerait au Conseil supérieur de l’éducation (CSE) d’avancer la rentrée scolaire de septembre 2012 d’un jour, et de retarder la fin de la prochaine année scolaire au vendredi soir ou au samedi midi.
Lire la suite de l’article

Faut-il prolonger les vacances de la Toussaint ?
Vincent Peillon, le ministre de l’Education, s’est dit favorable à instituer deux semaines de vacances à la Toussaint dès la rentrée 2012, soit quatre jours supplémentaires. Les vacances de la Toussaint 2012 commenceraient le samedi 27 octobre après la classe et se termineront le dimanche 11 novembre. Initialement, les cours devaient reprendre le jeudi 8 novembre.
Lire la suite de l’article


France Soir du 15/06/12

Education : Le retour de l’histoire-géo en terminale S
L’enseignement de l’histoire-géographie en terminale S sera rétabli à la prochaine rentrée en option, puis deviendra obligatoire dès la rentrée 2013, a annoncé ce jeudi le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon.
Lire la suite de l’article

Baccalauréat 2012 : La lutte contre la fraude en leitmotiv
La lutte contre la fraude est une priorité pour le bac 2012, après les fuites sur un sujet qui avaient ébranlé l’épreuve l’an dernier. Mais la série de mesures gouvernementales se heurtent aux innovations technologiques et aux limites légales.
Lire la suite de l’article


La Croix du 15/06/12

Vincent Peillon allonge de 4 jours les vacances de la Toussaint
Les mesures concernant la réforme des rythmes scolaires se concrétisent par l’allongement dès la rentrée 2012 de quatre jours des vacances de la Toussaint.
Lire la suite de l’article

Les organisateurs du baccalauréat mettent en garde les tricheurs
Dès lundi, 703 059 candidats au bac attaquent les premières épreuves écrites, en philosophie et en français.
Lire la suite de l’article


Les échos (certains articles payants) du 15/06/12

Vincent Peillon veut avancer la rentrée 2012 d’un jour
Le ministre de l’Education va demander au Conseil supérieur de l’éducation d’envisager une rentrée des classes le lundi 3 septembre 2012 au lieu du mardi 4, estimant que c’est « plus logique ».
Lire la suite de l’article

Peillon veut rallonger les vacances de la Toussaint, Ayrault temporise
C’est, pour Vincent Peillon, la « réforme centrale ». Après sa sortie, dès le lendemain de sa nomination, sur le retour à la rentrée 2013 de la semaine de quatre jours et demi dans le premier degré, Vincent Peillon revient à la charge. Dans un entretien hier à « L’Est républicain », le ministre de l’Education déclare qu’il « n’est pas hostile » à l’idée d’ « instituer deux semaines de vacances à la Toussaint » dès cette rentrée 2012. Le Premier ministre s’est empressé, une nouvelle fois, d’insister sur la méthode. C’est une « piste », a lancé Jean-Marc Ayrault, indiquant que la concertation prévue sur le sujet commençait mais qu’il « faut aussi annoncer quelques orientations ».
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon allonge de 4 jours les vacances de Toussaint
Le ministre de l’Education fait un premier pas sur la réforme des rythmes scolaires.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 15/06/12

La justice suspend une limitation d’accès à la cantine aux enfants de chômeurs
La justice, saisie en référé par un père de famille, a suspendu la décision du maire de Saint-Cyr-L’Ecole (Yvelines) de limiter l’accès à la cantine d’une enfant dont l’un des parents ne travaille pas et a enjoint la commune de ne plus se baser sur ce critère.
Lire la suite de l’article

Bac : le détecteur d’ondes, seule arme légale contre la fraude au smartphone
Pour lutter contre la fraude au smartphone lors du baccalauréat, grand chantier de l’édition 2012, le gouvernement ne peut utiliser le brouillage, interdit par la loi, mais pourrait se rabattre sur des détecteurs qui ne permettent cependant pas d’identifier l’émetteur.
Lire la suite de l’article

Le bac à l’épreuve de la triche
La vigilance est renforcée en amont et en aval des épreuves
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon propose d’avancer la prochaine rentrée d’un jour
La fin de l’année serait quant à elle retardée...
Lire la suite de l’article

Peillon rallonge les vacances de la Toussaint de quatre jours
Vincent Peillon veut instaurer ce changement dès la rentrée prochaine...
Lire la suite de l’article

Entre « plan d’urgence » et « grand débat », la réforme de l’école sera étalée sur deux rentrées
Une première série d’évolutions « d’urgence » devrait être appliquée dès la rentrée prochaine, en attendant une réforme plus profonde en 2013...
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : Adopter les mesures consensuelles sans attendre 2013
Consultés par « 20 Minutes », les acteurs de l’éducation approuvent majoritairement l’esprit des réformes proposées par Vincent Peillon, et ne s’opposent pas à leur application dès la rentrée 2012...
Lire la suite de l’article


Rue89 du 15/06/12

Rien vu...


Ouest-France du 15/06/12

Le détecteur d’ondes contre la fraude au smartphone
Comment lutter contre la fraude au smartphone lors du bac ? Le gouvernement ne peut utiliser le brouillage, interdit par la loi, mais pourrait se rabattre sur des détecteurs qui ne permettent cependant pas d’identifier l’émetteur.
Lire la suite de l’article

Rentrée scolaire 2012. Vincent Peillon propose de l’avancer d’un jour
Le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon a annoncé ce vendredi sur France Info qu’il proposerait au Conseil supérieur de l’éducation (CSE) d’avancer la rentrée scolaire de septembre 2012 d’un jour, et de retarder la fin de l’année au vendredi soir ou au samedi midi.
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 15/06/12

Rythme scolaire : Ayrault nuance (encore) Peillon
Quelques heures après l’annonce, par son ministre de l’Education, d’un allongement des vacances de la Toussaint dès la rentrée 2012, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a tempéré, jeudi soir. "On ébauche des pistes", a fait savoir le chef de gouvernement, nuançant une nouvelle fois Vincent Peillon. Il l’avait déjà fait sur le retour de la semaine à cinq jours, le mois dernier.
Lire la suite de l’article

Vacances scolaires : les chantiers de Vincent Peillon
A partir de la rentrée 2012, les vacances de la Toussaint seront prolongées quatre jours. La mesure, décidée jeudi par le ministre de l’Éducation nationale, est une "bonne chose" selon Yvan Touitou, chronobiologiste. "Un enfant met une semaine à reprendre pied. Il ne profite réellement qu’à partir de la deuxième semaine", explique le spécialiste contacté par leJDD.fr. Avec ce dispositif, il aura donc sept jours de "vraies vacances" contre trois jours auparavant.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 15/06/12

Vincent Peillon envisage d’avancer la rentrée de septembre
Tout juste recadré par Jean-Marc Ayrault, le ministre de l’Education propose une nouvelle modification du rythme scolaire.
Lire la suite de l’article

Le bac 2012 sous surveillance de détecteurs de portables
Un an après le scandale des fuites de sujets du bac S, le ministère de l’Education nationale durcit ses mesures contre la fraude.
Lire la suite de l’article

Qui osera toucher au bac ?
Cette grand messe nationale fait plus de mal que de bien. Tout le monde le sait, mais personne n’ose la remettre en cause.
Lire la suite de l’article

Passer son bac à 13 ans : des conséquences psychologiques pour ces jeunes "génies" ?
Avoir des années d’avance sur ses camarades de classe n’est pas toujours évident. Un enfant précoce est aussi souvent hypersensible et aura tendance à préférer la compagnie des adultes. Il faut faire attention à leur maturation psychique, prévient Angélique Cimelière, psychologue clinicienne.
Lire la suite de l’article

Vincent Peillon a raison : pour refonder l’école, la pédagogie doit être au centre
La pédagogie primera sur la gestion comptable, en "rupture radicale" avec les réformes engagées sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a souligné le ministre de l’Éducation nationale, Vincent Peillon. Béatrice Mabilon-Bonfils, co-auteur de l’ouvrage "Indignons-nous pour notre école", pense aussi que c’est avec un regard humain et social que l’on construira une école différente.
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 15/06/12

Cinq astuces alimentaires pour réussir son bac
Dernière ligne droite avant la philo. Des aliments stimulant la mémoire à ceux qui déstressent, nos astuces pour être bien préparé.
Lire la suite de l’article

Fraude au bac : le projet anti-triche du ministère
Pour éviter que des fraudes entachent à nouveau l’épreuve du baccalauréat, le gouvernement a présenté son projet de décret visant à durcir les procédures disciplinaires.
Lire la suite de l’article

Rate ton bac d’abord ! par Lucien Marboeuf
Peut-être faut-il réformer le bac après tout, je ne sais pas, je ne suis pas un spécialiste : je travaille en primaire. Et s’il faut le réformer, alors comment ? Comme l’a proposé Chatel, lundi ? Franchement, certaines choses dans l’annonce du ministre (bien joué Luc, pendant ce temps-là, on ne parle pas du bilan !) me laissent comme une âcreté dans le gosier…
Lire la suite de l’article

Education : Peillon veut quatre jours de vacances de plus à la Toussaint
Le ministre de l’Education veut repenser les durées de cours et de vacances pour la rentrée 2012 de l’Education nationale.
Lire la suite de l’article

Vacances : plus de jours à la Toussaint, mais pas sur l’année
Vincent Peillon a indiqué ce matin qu’il n’était pas hostile à l’institution de deux semaines de vacances à la Toussaint, dès cette année. Mais cette décision s’inscrit dans une réforme des rythmes scolaires plus globale.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 15/06/12

Rythmes scolaires : Peillon avance, Ayrault recadre...
Vincent Peillon a annoncé le 14 juin son intention d’augmenter de deux journées les vacances de la Toussaint sans augmenter le nombre de jours de congés. Cette annonce a fait réagir Matignon qui parle de simple "piste". Les acteurs concernés manifestent leurs réserves. Le dossier des rythmes scolaires est bien une question impossible.
Lire la suite de l’article

Futur en Seine : Serge Tisseron : « L’école, une chance pour le numérique »
La matinée de présentation de La Classe Numérique, en ouverture du Festival du Numérique « Futur en Scène », installé du 14 au 24 juin 2012 au Cent Quatre à Paris, donnait lieu jeudi matin à une rencontre débat entre Catherine Lucet, Présidente des éditions Nathan, Serge Tisseron, pédopsychiatre et psychanalyste, et François Jarraud, rédacteur en chef du Café pédagogique, sur le thème : Le numérique, une chance pour l’École ? Trois regards pour trois visions différentes de l’intérêt de l’usage des nouvelles technologies à l’école, mais un même souci de vigilance : ne pas confondre moyens et finalités, outils et pédagogie, équipements technologiques et usage intelligent du numérique.
Lire la suite de l’article

Entretien avec Serge Tisseron : L’école n’a pas à introduire les écrans, mais le bon recul
A l’occasion de Futur en Seine, Le psychiatre Serge Tisseron partage ses idées sur le numérique éducatif et les rapports que les enfants entretiennent avec les écrans.
Lire la suite de l’article


Touteduc (accès payant) du 15/06/12

Yves Fournel : les signataires de l’Appel de Bobigny s’adresseront aux ministres la semaine prochaine
Les signataires de l’Appel de Bobigny adresseront à la fin de la semaine prochaine, ou au début de la suivante un courrier au Premier ministre et à tous les ministres concernés pour préparer la nouvelle loi d’orientation pour l’école. Ils en ont débattu ce mercredi 13. Yves Fournel, adjoint à l’éducation et à la petite enfance à Lyon, et président du réseau des villes éducatrices, présidait la réunion. Il revient pour ToutEduc sur ce projet commun et commente la contribution de la FSU.
Lire la suite de l’article

La FSU pour une éducation qui vise l’épanouissement de l’individu. Elle n’est pas hostile aux PEL
La FSU réaffirme et précise son adhésion à "l’appel de Bobigny" et à une éducation qui vise l’épanouissement de l’individu avant la transmission de savoirs encyclopédiques. La première fédération syndicale de l’Education nationale est intervenue pour réaffirmer et préciser les termes de son adhésion à l’Appel de Bobigny qui rassemble depuis l’automne 2010 les syndicats CGT, CFDT, UNSA et FSU, la FCPE, la plupart des associations d’éducation populaire, ATD Quart Monde, et près d’une centaine de communes, dans un effort commun pour présenter au Gouvernement les grands axes d’une politique éducative qui fasse consensus. Les signataires se sont retrouvés hier 13 juin pour adresser une lettre commune à Vincent Peillon.
Lire la suite de l’article

Formation des enseignants : inquiétudes des IUFM qui demandent aux ministres de clarifier leurs discours
"Les grands projets se dessinent d’abord dans la gestion de l’ordinaire et dans des détails, dont il est d’usage de dire que le diable s’y glisse volontiers". Patrick Demougin, président de la CDIUFM (la conférence des directeurs d’IUFM) comprend bien que le Gouvernement doive se contenter "de mesures d’urgences pour la prochaine rentrée". Il considère toutefois que "le rappel des retraités [pour accompagner les enseignants stagiaires] sonne comme le retour d’un compagnonnage autrefois défendu par le ministre Darcos".
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 15/06/12

A Sciences-Po, la succession s’organise dans un climat pesant
Les candidats à la succession de Richard Descoings, décédé en avril, ont jusqu’au 15 juin pour se faire connaître. En interne, certains critiquent l’opacité et le verrouillage du mode de sélection.
Lire la suite de l’article

A Grenoble, une démarche inédite sur les discriminations à l’école
Quatre collèges et un lycée participent ici depuis trois ans à une démarche inédite sur les discriminations à l’école. Enseignants, CPE, éducateurs, interrogent leurs pratiques et tentent de cerner les inégalités de traitement.
Lire la suite de l’article

Des vacances de deux semaines
L’annonce par le ministre de l’Education nationale du retour éventuel des vacances de la Toussaint à une durée de deux semaines déclenche la polémique. Retour sur une vieille histoire et sur un passé ministériel souvent peu glorieux.

Lire la suite de l’article


Slate.fr du 15/06/12

Rien vu...


Huffington Post du 15/06/12

Rien vu...


ÉducPros du 15/06/12

Triche au bac : des détecteurs de portables rares mais dissuasifs ?
Pour lutter contre la triche au bac, figure une grande nouveauté dans le plan de sécurisation du ministère de l’Education nationale : les détecteurs de portables.

Lire la suite de l’article

"De la Suisse à la France, l’évaluation des élèves au cœur du débat public", une chronique de Nathalie Mons
Dans le cadre de notre partenariat avec l’émission de Louise Tourret Rue des écoles, sur France Culture, EducPros vous propose chaque semaine le texte de la chronique de Benoît Falaize ou de Nathalie Mons. Cette semaine, Nathalie Mons, professeur de sociologie à l’université de Cergy-Pontoise, revient sur la grève de l’évaluation lancée par des enseignants dans le canton de Genève (Suisse) et élargit sur cette question cruciale en France.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 15/06/12

Sciences-Po : clôture des candidatures pour la succession de Descoings
Les candidats à la succession du flamboyant directeur de Sciences-Po Richard Descoings, mort d’une crise cardiaque le 3 avril, avaient jusqu’à vendredi pour se déclarer, mais le suspense pourrait encore se prolonger jusqu’en octobre, selon l’institution.
Lire la suite de l’article

Bernadette Groison : la formation des enseignants est la première priorité
Le premier Conseil supérieur de l’éducation (CSE), sous l’ère Vincent Peillon, s’est réuni le 8 juin et les négociations sur l’avenir de l’école vont débuter avec les syndicats. Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, principale fédération de l’Education natio­nale, fait le point sur les enjeux des réformes à venir.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !