Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du vendredi 13 février 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du vendredi 13 février 2015

Évaluation et notation - Divers


On y parle de la mise au panier de la mesure la plus ambitieuse portée par le rapport du Jury de la Conférence nationale sur l’évaluation des élèves, alors qu’elle avait été votée à une large majorité des membres du jury.
Et de quelques autres choses aussi.

La première proposition du rapport du jury sur l’Évaluation des élèves

"Un rapport remis cet après-midi à Najat Vallaud Belkacem par le jury de la Conférence nationale sur l’évaluation des élèves préconise la suppression des notes chiffrées jusqu’en 6e et la refonte du brevet des collèges. L’entourage de la ministre de l’Éducation nationale a d’ores et déjà annoncé qu’elle ne suivra pas la première recommandation."
C’est ainsi que NousVousIls nous annonce que la mesure la plus ambitieuse portée par ce rapport vient d’être purement et simplement mise au panier alors qu’elle avait été votée à une large majorité des membres du jury.
L’auteure de cette revue a beaucoup de mal à cacher son immense déception.

C’est le sujet-phare de la presse éducative du jour.
Le Monde affirme que "le sujet divise les parents, irrite les enseignants et s’avère politiquement risqué." C’est peut-être juger un peu rapidement les attentes du corps professoral qui est loin d’avoir un avis uniforme sur la question...
Et qu’en est-il de l’efficacité pédagogique ? De l’intérêt des élèves ?

JPEG - 81.4 ko
Le dessin du jour par JiMo

Comme le souligne Aurélie Collas dans son article, la suppression des notes fait peut-être les frais du "timing politique" : " L’heure est à la fermeté. Lors de ses vœux au monde éducatif, le 21 janvier, le chef de l’État a défendu le renforcement de « l’autorité » du maître. Sur l’évaluation des élèves, il a estimé que « l’école [devait] continuer à noter ».
De là à conclure que "ne pas noter" équivaut à "être laxiste", il n’y a qu’un pas. Qui fait bondir les enseignants déjà nombreux qui se sont engagés dans d’autres modes d’évaluation.
Toujours dans cet article, Nathalie Mons, sociologue et présidente du Conseil national d’évaluation du système scolaire, souligne une certaine incohérence : [le système éducatif français] «  hésite entre deux modèles et les superpose. C’est cet assemblage, à ce jour hétéroclite, d’ancien et de nouveau qu’il faut mettre en cohérence à l’avenir  ».

Dans L’Obs, si "Les notes à l’école ne seront pas supprimées", on peut légitimement s’interroger sur la manière dont se concrétisera le projet du jury, présidé par le physicien Étienne Klein, qui était "d’aboutir à une évaluation "plus fine, plus exigeante" mais qui "ne décourage pas" les élèves."
La plupart des titres de la presse quotidienne nationale ou régionale reprend la même dépêche AFP. Le temps n’est pas encore aux analyses mais cela ne saurait tarder. Les décisions ministérielles quant à elles ne seront prises qu’au printemps.

Les autres propositions du rapport

Le Monde fait la liste des "Sept pistes pour réformer l’évaluation des élèves".
Concernant le brevet des collèges, "Le jury de la conférence a repris pour partie les propositions du CSP sur le brevet des collèges : le limiter à une épreuve finale – au lieu des quatre actuelles, qui renverrait à plusieurs disciplines. En sus, deux projets personnels, l’un conduit en 4e, l’autre en 3e, seraient présentés à l’oral, ainsi qu’une épreuve orale de langue. Seraient également pris en compte, dans le brevet, les évaluations « certificatives » organisées en 5e, 4e et 3e, dont les résultats seraient compilés dans un « livret de compétences du cycle 4 »."
Le reste du rapport fait des propositions concernant la formation des enseignants, sur la relation aux familles et sur l’orientation.

Divers

La zone A profite de ses vacances d’hiver, la zone B les commence ce week-end, l’éducation n’est pas un sujet de premier plan. Quelques infos tout de même, en vrac.

Le Monde rappelait dans son édition d’hier que « Tout le monde peut partir avec Erasmus +, mais tout le monde ne le sait pas »
"Erasmus + peut concerner aussi bien les étudiants que les apprentis, les personnes à la recherche d’un emploi, les jeunes actifs, les professeurs... tout le monde peut postuler. Seulement, tout le monde ne le sait pas », regrette Antoine Godbert, directeur de l’Agence Erasmus +. C’est pour cette raison que l’organisme public diffuse, à partir de jeudi 12 février, une mini-websérie dont chaque épisode vante avec humour une branche d’Erasmus +, auprès de ses bénéficiaires potentiels, qui ont jusqu’au 4 mars pour se porter candidat à l’édition 2015".

Inégalités scolaires : « en France, nous avons des filières extrêmement prestigieuses et des filières de relégation ». VousNousIls donne la parole à Séverine Depoilly-Najar, maître de conférences en sociologie à l’ESPE (École supérieure du professorat et de l’éducation) de Paris, spécialiste des questions d’égalité filles-garçons. Pour elle, "Il faudrait que les élèves français puissent trouver dans leur parcours scolaire, quel qu’il soit, les outils pour se valoriser et ainsi accéder à une véritable estime d’eux-mêmes. C’est ce qui fait cruellement défaut aux élèves des filières les plus dévalorisées".

Mathématiques : apprendre la géométrie avec une Kinect
Et si l’École, en particulier dans les disciplines académiques, développait l’intelligence kinesthésique des jeunes pour gagner en efficacité ? C’est une piste trop négligée si l’on en croit l’étude d’une enseignante-chercheuse américaine, citée par VousNousIls, qui démontre que "les élèves de l’école primaire apprennent mieux la géométrie grâce aux mouvements corporels, notamment en utilisant une caméra de réalité virtuelle Kinect. (...) "Pour Carmen Petrick Smith, “résoudre un problème en utilisant son corps pour trouver la réponse” serait ainsi une façon plus efficace d’apprendre la géométrie qu’en “restant assis sur une chaise, face à un enseignant”.

Le sujet est un peu moins d’actualité mais ce n’est certainement qu’une accalmie. Sur la question des rythmes scolaires, on lira avec intérêt le témoignage d’Adrien Guinemer sur son blog, enseignant au lycée franco-allemand de Sarrebruck où l’on fonctionne "un peu différemment, ni tout à fait comme en Allemagne, pas du tout comme en France."

Bonne lecture et bon week-end en compagnie du bloc-note de Philippe Watrelot.

Mila Saint Anne


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

L’évaluation, plus juste et plus efficace : comment faire ?
Ouvrage - juin 2014
Florence Castincaud et Jean-Michel Zakhartchouk - Collection Repères pour agir, Canopé CRDP d’Amiens - CRAP-Cahiers pédagogiques, juin 2014. Un ouvrage pour faire évoluer les pratiques en terme d’évaluation des élèves. Entre retours d’expérience et analyse profonde du sujet, une lecture stimulante et salutaire pour aborder cette question d’actualité difficile.

L’évaluation des élèves
Revue n°438 - décembre 2005
L’évaluation peut être au premier chef un facteur d’aggravation des inégalités scolaires, produisant sélection et tri. Elle peut aussi être autre chose, essentiellement formative : reconsidérer l’erreur, utiliser des outils comme les « ceintures », se mettre au portfolio né de l’enseignement des langues vivantes, évaluer des tâches complexes sans les réduire à des listes d’items.