Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 8 novembre 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 8 novembre 2017

Grammaire et orthographe - Contradiction numérique - Divers

On retrouve aujourd’hui les polémiques sur la place du féminin dans la langue française. On parle aussi du numérique et de diverses informations sur les cantines, la réforme du bac, etc.


Grammaire et orthographe

Le Monde revient sur la tribune d’hier de 314 enseignants qui ont décidé d’enseigner à leurs élèves que le masculin ne l’emporte pas sur le féminin.
"La lutte pour l’égalité entre les hommes et les femmes passe-t-elle par un changement des règles de la grammaire ? C’est en tout cas ce que défendent les 314 enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur qui, mardi 7 octobre, ont apposé leur signature en bas d’un « manifeste », dans lequel ils disent avoir cessé – ou s’apprêter à cesser – d’enseigner la règle de grammaire résumée en une petite formule connue de tout un chacun : « Le masculin l’emporte sur le féminin. » On n’écrirait donc plus « les hommes et les femmes sont beaux » mais « belles ». « Les hommes et les femmes sont contentes » plutôt que « contents ».

Le ministre a répondu sur Twitter.

Mais d’autres voix s’élèvent.
Si seulement mes enfants pouvaient ne pas apprendre « le masculin l’emporte toujours sur le féminin ». Parce qu’à travers cette règle grammaticale, c’est bien une vision du monde qui nous était offerte.
“Nous, ce qu’on voyait, c’était que la règle nous disait que les garçons l’emportaient. Et les garçons comprenaient exactement la même chose. Il nous a donc fallu apprendre par cœur et réciter « le masculin l’emporte toujours sur le féminin ». Ce n’était pas seulement une règle écrite. C’était une phrase qu’on devait dire à haute voix, plusieurs fois, devant toute la classe. Je me sentais assez humiliée de devoir faire ça. Mais j’étais une bonne élève, et je voulais avoir de bonnes notes. On a fait tous les exercices pour bien se rentrer dans le crâne que le masculin l’emporte toujours sur le féminin et qu’il s’agissait d’une règle qu’on ne devait pas questionner.”

Pas d’accord sur les accords ? « Le Bon usage » de Grévisse
"Genre, le cas spécial de l’accord de l’adjectif qualificatif quand il se rapporte à plusieurs noms ou pronoms coordonnés ou juxtaposés. Claude Lelièvre revient sur les accords selon le Grévisse."

Remise à niveau en orthographe : la faute à Voltaire ? "En France, le niveau en orthographe baisse ! Et cela représente un handicap social et professionnel majeur pour celles et ceux qui n’en maîtrisent pas les subtilités. Par exemple, un CV contenant des fautes a trois fois plus de chances d’être écarté. Présentée comme un remède à ce mal dont souffre la société française, la plate-forme de remise à niveau en orthographe Projet Voltaire a été lancée en 2008. Sur son site, elle fait état d’un prix pour son action en faveur de la francophonie remis dans l’enceinte du Sénat et du prix du meilleur service d’apprentissage en ligne. Elle mentionne également une étude du CNRS démontrant son efficacité. Mais quels sont les principes de sa méthode d’apprentissage et est-elle réellement efficace ?"


Numérique et contradiction

Un rapport de l’Inspection soutient les expérimentations numériques de terrain.
«  Plutôt que de fustiger les communautés d’enseignants qui essaient de réunir leurs efforts pour mettre en commun leurs pratiques et leurs intuitions pédagogiques, et de se moquer parfois de leur enthousiasme, il vaut sans doute mieux écouter et accompagner leur réflexion, en comprendre les besoins et les attentes implicites, saluer une démarche empirique qui ne cherche pas à s’imposer comme modèle, et les aider à inventer des solutions ». Le rapport de l’inspectrice générale Catherine Becchetti-Bizot « Repenser la forme scolaire à l’heure numérique », que le Café pédagogique s’est procuré, appelle à soutenir de multiples façons les expérimentations de terrain développés par des enseignants avec des outils numériques. Il s’intéresse et s’appuie sur une connaissance très étendue des pratiques développées par des enseignants. Surtout, il recommande directement qu’on les écoute et qu’on comprenne leurs attentes. Il invite à « libérer les initiatives » et notamment à « sensibiliser » les chefs d’établissement pour « faire évoluer la forme scolaire ».

Ce rapport entre donc totalement en contradiction avec ces députés qui veulent absolument la mise en place de la promesse de campagne interdisant les portables au collège.
"Le député Bruno Questel vient de transmettre une question écrite au ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, afin de lui demander de préciser « le calendrier et les modalités de mise en place » de l’interdiction des portables au collège (déjà prévue par le droit, mais pas toujours respectée). Cette « bonne mesure », selon l’élu LREM, « permettrait aux élèves de recouvrer distance et rationalité dans l’utilisation de leur téléphone dont ils sont équipés de plus en plus jeunes. De même, les personnels enseignants et encadrants seraient libérés d’un facteur important de tension tant en cours que dans les enceintes des établissements ». L’exécutif dispose théoriquement d’un délai d’un mois pour apporter une réponse au parlementaire."

Pourtant l’exécutif lui-même ne respecte pas cette interdiction. Le premier ministre lui-même a utilisé son portable dans une classe dans l’émission "Au Tableau !".


Divers

« Je suis en guerre contre la notation sur 20 »
Prof de maths, Stéphane Guyon évalue par compétences et pratique la classe inversée. Ces deux approches lui permettent de combiner remédiation et différenciation.

Cantines scolaires : plus la durée du repas est courte, moins les enfants mangent bien. "En restauration scolaire la durée réelle du repas est souvent trop courte. Or, moins les enfants passent de temps à table moins ils consomment d’entrée, de légumes et de fruits. Dans l’intérêt nutritionnel des enfants, ainsi que pour réduire les pertes alimentaires, il paraît judicieux de favoriser dans les écoles un temps effectif de repas supérieur à 25 minutes."

Pierre Mathiot, le nouveau M. Bac, un homme de gauche proche de Blanquer.
"À 51 ans, cet agrégé en sciences politiques, proche de Jean-Michel Blanquer, pilote la mission qui envisage la suppression des séries S, L et ES au baccalauréat. Son nom était dans les tuyaux depuis des semaines. Ne manquait que le feu vert de l’Elysée. Le ministre de l’Education a choisi Pierre Mathiot pour mener la délicate concertation de la réforme du baccalauréat. Originaire de Franche-Comté et issu d’un milieu modeste, cet universitaire de 51 ans a deux mois pour discuter avec l’ensemble de la communauté éducative et livrer un rapport à Jean-Michel Blanquer."

« Les élèves ne travaillent pas assez chez eux et c’est un gros problème »
"« Devoirs faits » a été officiellement lancé lundi dans les collèges, mais ce dispositif d’aide aux devoirs est en place depuis septembre au collège du Lazaro à Marcq-en-Barœul. Retour d’expérience sur cette réforme phare de la politique éducative du duo Blanquer - Macron."

Budget : 180 suppressions de postes dans les écoles françaises à l’étranger en 2018. "« Ceux qui fréquentent ces établissements ne sont pas tous de riches vedettes de cinéma », appuie Patrick Soldat qui prédit « un effet d’éviction ». « A Buenos Aires, c’est une catastrophe, regrette déjà Isabelle Tardée, déléguée générale de la FAPEE. Entre l’inflation galopante et les restrictions budgétaires annoncées, les frais de scolarité vont augmenter de 40 % ». Elle pointe aussi la concurrence d’autres écoles étrangères, car « il y a un véritable marché de l’éducation ». Au lycée français de Zürich, les parents d’élèves, très impliqués dans la gestion de l’établissement, s’attendent à une hausse de 340 euros par élève, et envisagent de mettre un terme à leur convention avec l’AEFE."

Comment supprimer les anciennes académies…
"Il suffit d’un décret d’une page pour mettre fin aux anciennes académies. Le ministre l’a fait et ce matin au J.O. légalise la pratique. Un décret publié le 8 novembre autorise un recteur de région académique à administrer les autres académies de la même région "par dérogation". Rappelons que c’est déjà le cas pour Rouen et Caen."

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 539 - Pouvoir d’agir et autonomie de l’école au lycée

Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre-octobre 2017

Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d’école, de l’IEN, du chef d’établissement ? Au bout du compte, l’augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c’est celle du chef ou celle des personnels.

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.