Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 8 janvier 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 8 janvier 2014

Décrochage scolaire — Divers — La Tunisie vote sa Constitution— Et pour sourire


Aujourd’hui séminaire national de lutte contre le décrochage en France. Ce sera le point essentiel avec quelques infos diverses, Mais je vous propose également un petit écart vers la Tunisie où se joue une étape vers la démocratie. Et un petit sourire pour la route avec un petit coup d’œil dans le rétroviseur.

Décrochage scolaire

Hier, Emmanuel Davidenkoff annonçait le séminaire national de lutte contre le décrochage d’aujourd’hui dans son émission Question d’éducation par le titre Comment diviser par deux le nombre de décrocheurs scolaires ?

A la question "Que fait-on en amont ?", Davidenkoff signale deux réponses : « La première c’est la lutte contre l’absentéisme, qui est le signa avant-coureur le plus manifeste du décrochage. Les mots-clés sont les mêmes : analyser la raison pour laquelle un élève s’absente pour adapter la réponse – comme le décrochage, l’absentéisme est multifactoriel - ; et réactivité : là aussi, la vitesse de réaction est fondamentale. Côté outils, la plupart des réponses passent par un travail de soutien aux parents, mis en œuvre là encore en réseau, avec les Conseils généraux puisqu’on parle ici avant tout des années collège.
Second ordre de réponse, il est plus large, c’est faire de l’école un lieu plus accueillant, plus attentif à l’élève, tout ce qui tourne autour de la notion " d’inclusion ".
 »
Aujourd’hui, l’Expresso du 08 janvier 2014 ouvre également sur ce thème ce que va dire Vincent Peillon à l’occasion de ce séminaire. Propose une interview de C. Blaya : "Il n’existe pas un seul type de décrocheur" « Il ne s’agit pas de dire que "c’est la faute à l’école".. mais de montrer que dans ce phénomène hyper complexe il faut tenir compte aussi bien des facteurs exogènes que endogènes. , et un témoignage de la lutte contre le décrochage en région Ile-de-France

JPEG - 53.1 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Sur le portail du gouvernement la page : Mobilisation contre le décrochage scolaire : bilan de l’action entreprise sur l’année 2013 et perspectives pour l’année 2014 est installée. Elle propose les données, des outils, des ressources.

On trouvera dans le presse de province quelques témoignages de cette lutte sur le terrain. Ainsi Près de Lille, des élèves décrocheurs renouent avec l’école avec succès, et Environ 70 jeunes du Libournais, âgés de 16 à 18 ans, en froid avec l’Éducation nationale, bénéficient de dispositifs destinés à les raccrocher au système scolaire.

De son côté le CEREQ signale une étude : Rupture de scolarité : les leçons d’une expérimentation alliant éducation et santé. « Le renforcement du partenariat entre l’Éducation nationale et les différentes institutions liées à la politique de la ville ont marqué une inflexion dans la lutte contre le décrochage scolaire. Quand le partenariat s’étend aux professions de la santé, cette inflexion est encore plus sensible. L’utilité sociale d’un tel dispositif amène à recenser les conditions qui permettraient de reprendre ailleurs ce type d’actions, en bénéficiant des enseignements de l’évaluation. »

Divers

Le Figaro interviewe Antoine Compagnon, professeur de littérature française au Collège de France dans un article intitulé : « Professeur, un métier sans évolution ». Il y déclare que la déconsidération serait due à la massification de l’enseignement, à la féminisation massive (elle aussi). Elle entrainerait à son tour une perte de l’autorité des enseignants.
Et Vousnousils indique que Les profs devraient être moins payés, selon les Français (enquête) selon une enquête de la fondation Varkey Gems, mais en plus « Invités à choisir la profession qu’ils jugeaient la plus similaire à celle d’enseignant (entre médecin, bibliothécaire, travailleur social, infirmier ou cadre de la fonction publique), les Français ont majoritaire¬ment répondu "bibliothécaire." Cela indiquerait que les enseignants sont "considérés comme de simples administratifs qui remplissent leur tâche de façon formelle", explique la fondation Varkey Gems, citée par le Figaro. "Travailleur social" est la seconde réponse plébiscitée par les Français. ». Il faut préciser que l’enquête a été menée auprès de 1 000 personnes dans chacun des 21 pays, via un questionnaire en ligne.

L’Etudiant donne quelques indications sur l’évolution de l’Université : à quoi va ressembler la nouvelle licence 2014 ? : simplification, passage à 45 licences, mais les parcours recomplexifient le système. Spécialisation progressive, réorientation et socle commun chercheraient à assouplir la circulation des étudiants dans ce système, où chaque formation cherche à garder sa spécificité… Les tuyaux contre les modules.

Et en Israël : Abrogation des tests psychométriques ! pour l’entrée en université.

La Tunisie vote sa Constitution

Le Monde International titrait hier : Tunisie : le gouvernement tourne le dos à la charia

« La liberté de conscience est inscrite dans la future Constitution tunisienne. Adopté le 4 janvier à une large majorité, toutes sensibilités confondues, de 149 députés et rejeté seulement par 23 élus, l’article stipule que « L’Etat est le gardien de la religion. Il garantit la liberté de conscience et de croyance et le libre exercice du culte ». Une disposition exceptionnelle dans le monde arabe, votée qui plus est dans une Assemblée dominée par des islamistes représentés par le parti Ennahda, issu des Frères musulmans. »
Les inquiétudes restent bien présentent même si la charia n’est plus indiquée.
Yadh Ben Achour : « Ce 7 janvier est un jour noir dans l’histoire de la politique tunisienne » ! : « …article 38, fraîchement adopté par l’ANC qui stipule que « l’Etat garantit le droit à un enseignement public et gratuit dans tous ses cycles et veille à fournir les moyens nécessaires pour réaliser la qualité de l’enseignement, de l’éducation et de la formation ; agit pour l’enracinement de son identité arabo-musulmane ainsi que l’ancrage et le soutien de la langue arabe et la généralisation de son utilisation ». Les députés de l’Assemblée nationale Constituante l’ont approuvé avec 141 voix.
Un article qui, selon Yadh Ben Achour demeure « un danger pour l’éducation, la culture et la scolarité pour les générations futures… un principe omnidirectionnel qui bafoue des principes comme le modernisme ». Le qualifiant « d’obscurantiste et conservateur », l’article 38 ne fait aucun rapport avec la technologie, la science, les langues étrangères… et adopte des principes acquis pour tout Tunisien et qui « repousse toute ouverture sur autrui et sur le monde
 ».
Le Huffingtonpostmaghreb titre :Tunisie - Constitution : L’identité arabo-musulmane renforcée à l’école... Rejet de l’égalité des chances
Vous trouverez les articles 26 à 41 qui viennent d’être votés sur la page :
Constitution : Obligation de l’enseignement et consécration de l’arabe.

Et pour sourire

Sur Educpros, Isabelle Barth propose Le « néonormal » en 2013 : courtes réflexions sur la normalité. « Ce qui était normal hier, ne l’est plus aujourd’hui et le sera encore moins demain … Et mieux, ce qui était vécu comme « anormal » devient une sorte d’évidence avec un degré d’accoutumance de plus en plus court. La péremption guette toute chose.  ».

Quelques exemples prélevés
Inscrire le mot pédagogie devant celui de recherche dans les axes stratégiques de l’ enseignement supérieur.
Ne plus penser uniquement au commandant Cousteau ou au Père Noël à la vue d’un bonnet rouge.
Inscrire le mot pédagogie devant celui de recherche dans les axes stratégiques de l’ enseignement supérieur.
Ne plus penser à la capitale de l’Italie quand on entend le mot « Rom ».
Demander à un homme des nouvelles de son mari.
Dire « allo » partout sauf au téléphone.

Et demain, Ostiane Mathon vous proposera sa revue.
Bernard Desclaux

JPEG - 59.9 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Décrocheurs : comment raccrocher ?

Enseignant : quel métier ! Coordonné par Michèle Amiel et Patrice Bride