Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 7 mars 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 7 mars 2018

Cantine — Blanqueries — Supérieur — Ressources

Petite actualité aujourd’hui : problèmes de cantine et les dernières blanqueries, et du côté du sup, les critiques de Parcoursup se multiplient.


Cantines

Hauts-de-Seine : bientôt fini les repas beurk à la cantine du collège ?Qualité médiocre, quantités jugées insuffisantes… Face aux critiques sur les assiettes des élèves, le département prend de nouveaux engagements. Le prestataire sera renouvelé à la rentrée. Dans les collèges des Hauts-de-Seine, la cantine n’a pas franchement la cote auprès des élèves… Ni de leurs parents, qui se battent depuis plusieurs années pour du changement.”


Blanqueries

Carte scolaire : « On n’a jamais été aussi attentif au monde rural », assure Jean-Michel Blanquer. “Quand on sollicite un ministère pour des questions techniques et que le ministre en personne décroche son téléphone pour faire le point, c’est la preuve que le sujet, politiquement, est brûlant. Mardi, oubliant son habituel ton professoral, Jean-Michel Blanquer a répondu au « Parisien » - « Aujourd’hui en France » avec une colère non dissimulée contre la tournure selon lui « scandaleuse » du débat actuel sur la carte scolaire.” Je ne savais pas que le “Parisien” était distribué dans nos campagnes...

Fermeture de classes en milieu rural : l’offensive contre Blanquer monte. “Lundi, Jean-Michel Blanquer a ainsi confirmé au micro de France Inter qu’environ « 200 à 300 classes, grand maximum » seront supprimées à la rentrée de septembre, notamment en raison de la baisse démographique dans ces zones.”

Harcèlement scolaire : « Et à quoi servent les enseignants, M. Blanquer ? » Par Barbara Lefebvre. “Barbara Lefebvre commente pour FigaroVox la visite de Jean-Michel Blanquer et Brigitte Macron à Dijon, pour parler du harcèlement scolaire. Selon l’enseignante, cette question relève d’abord de la compétence des enseignants, n’en déplaise aux « pédagogistes ».” Mais que viennent faire les pédagogistes dans cette histoire ???


Supérieur

Parcoursup : Adoption par le Cneser au prix d’un pas en arrière. “Parcourssup rejeté unanimement au CSE a été adopté le 6 mars au Cneser d’une courte tête. Des votes contradictoires qui résultent d’un retrait tactique du gouvernement sur un point jugé scandaleux par tous les syndicats. Mais qui illustrent aussi le renversement de pouvoir que vite le système éducatif au profit de l’enseignement supérieur et au détriment des jeunes."

Parcoursup : attention aux arnaques du conseil à l’orientation. “Plus qu’une semaine pour formuler ses voeux d’orientation dans Parcoursup. Les lycéens, perdus, se tournent vers des conseillers en orientation en tous genres. Le ministère de l’Enseignement supérieur met en garde contre les acteurs peu scrupuleux et distribue un label aux "bons élèves".”

Parcoursup n’atténue pas l’angoisse des lycéens, sommés de se décider avant le 13 mars. “Lancé au pas de course, Parcoursup, changement le plus emblématique de la réforme de l’accès à l’université, va-t-il avantageusement remplacer le logiciel APB, qui a mis sur le carreau de nombreux bacheliers l’été dernier ? La parole à la conseillère en orientation Valérie Wasson et à la psychologue Anne Samson.”

Concertation à haut risque sur l’arrêté licence par Laura Taillandier. “Le ministère de l’Enseignement supérieur ouvre la page délicate des discussions sur l’arrêté licence. Des négociations sensibles qui doivent permettre d’inscrire dans ce texte la modularité des parcours promise par le Plan étudiants. Et qui imposent de penser ses conséquences en termes d’organisation des cours, de compensation des notes ou encore de contrôle continu.”

Après l’entrée à l’université, le chantier de la réforme de la licence est lancé. “Le ministère de l’enseignement supérieur se donne trois mois pour aboutir. Le système de compensation des notes et des semestres à l’université va-t-il disparaître ? Que vont devenir les sessions de rattrapage destinées aux étudiants qui échouent aux partiels ? Derrière ces questions d’apparence technique, c’est un dossier particulièrement sensible que le gouvernement s’apprête à ouvrir : celui des règles qui vont s’appliquer, dès la prochaine rentrée, dans les formations de licence. Elles seront, à coup sûr, scrutées de près par le million d’étudiants inscrits en premier cycle universitaire.”

Le jury de l’ENA décrit des candidats moutonniers, incapables de penser par eux-mêmes par Hadrien Mathoux. “Dans son rapport sur le concours d’entrée 2017, la prestigieuse ENA, école des haut fonctionnaires régulièrement critiquée pour perpétuer une forme de pensée unique, s’inquiète de manière particulièrement appuyée de l’incapacité des aspirants énarques à produire une réflexion originale, voire à penser par eux-même…


Ressources

L’Innovation et Education Lab diffuse et partage des connaissances scientifiques et professionnelles dans le domaine de l’innovation en éducation. L’ouverture et la comparaison internationale sont des ressources utiles pour mettre en évidence les changements de l’école et aider les professionnels à mieux les comprendre.”

Test PISA : quels sont les secrets des pays qui réussissent ? par Yannick Kiervel dans Veille et informations. “Lucy Crehan est une enseignante, une exploratrice de l’éducation, une auteure et une consultante en éducation internationale. Elle a enseigné la science et la psychologie dans une école secondaire de Londres.
Cette enseignante anglaise a pris le temps de faire un tour du monde des pays qui réussissent le mieux, à en juger par le test de l’OCDE, et le livre qu’elle en a rapporté, « cleverlands » , mêlant anecdotes, analyses et données scientifiques permet de comprendre comment et à quel prix la Finlande, le Japon, Singapour, Shanghai et le Canada se sont hissés aux premières places des « pays intelligents »
.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 543 - Enseigner par cycles
Dossier coordonné par Maëliss Rousseau et Céline Walkowiak
février 2018
La réécriture des programmes de l’école obligatoire réaffirme de façon explicite la notion de cycle dans le parcours de l’élève, mise en place dès la loi d’orientation de 1989. Cela change vraiment les objectifs et les conceptions des enseignements et donc interpelle les enseignants au cœur de leur pratique de classe.

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.