Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 5 septembre 2012


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 5 septembre 2012

Morale de rattrapage – concertation – raisons d’ESPÉrer - Zones – Notes -

Morale de rattrapage
Libération y consacre trois pages et sa couverture avec un excellent titre “Redonner la morale à l’École ? ”. Selon ce journal, avec ce projet “ le ministre de l’Education nationale a hérissé la droite et s’est aventuré sur un terrain philosophique glissant.
Pas sur qu’il n’ait hérissé que la droite et on peut considérer que le débat n’est pas que philosophique. Certes, après les propos excessifs de Luc Chatel comparant son successeur à Pétain, il est devenu plus difficile de formuler une critique à l’égard de la proposition de Vincent Peillon. Pourtant le recul et l’analyse sont nécessaires.
Commençons par les critiques sur l’ aspect philosophique. Ainsi Ruwen Ogien, philosophe et directeur de recherche au CNRS réagit pour Libération au débat sur la morale laïque initié par Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, dans le Journal du dimanche . Pour lui, “C’est un projet autoritaire, complètement inadapté dans sa forme à l’évolution de nos sociétés, et confus du point de vue du contenu philosophique. ” Il formule une autre critique en qualifiant ce projet de conservateur. “En affirmant que la France a besoin d’un « redressement moral », avec des accents réactionnaires embarrassants pour tous ceux qui voudraient soutenir ce gouvernement, Vincent Peillon montre à quel point la pensée conservatrice est devenue hégémonique dans les esprits, même à gauche.”. Autre philosophe critique face à cette proposition, Henri Pena-Ruiz interviewé par le JDD . Pour lui “Il ne faut pas délaisser la question morale affirme t-il mais il faut développer l’autonomie de jugement. Il ne faut pas tant enseigner une morale, même laïque, que donner aux élèves la possibilité de penser par eux-mêmes. A aucun moment, ils ne doivent recevoir passivement les enseignements. Je ne suis pas sûr toutefois qu’il faille faire une discipline de morale au sein de leur emploi du temps : concernant les lycéens, le professeur de philosophie est sans doute à même de dispenser cet enseignement. ”.
On peut formuler aussi une critique pédagogique à plusieurs niveaux de ce projet. D’abord, comme nous l’écrivions lundi , parce que si la morale ce sont des valeurs, il vaut mieux les faire vivre que de se contenter de les dire. La question devient alors celle du fonctionnement des établissements scolaires et des classes elles-mêmes pour que ces valeurs de démocratie et de laïcité puissent se vivre au quotidien. Mais la critique peut porter aussi sur les finalités mêmes de cet enseignement et de l’École dans son ensemble. Car confier à une matière spécifique, l’inculcation de cette “morale”, c’est d’une certaine manière décharger (dans le secondaire) les autres disciplines de toute visée éducative. Or, on peut considérer que c’est de la responsabilité de toutes les matières de contribuer à former les citoyens. Paradoxalement, avec cette proposition, V. Peillon donne raison aux tenants d’une vision étroite des disciplines scolaires fondée sur un repli didactique et d’une forme de division du travail. Au détriment des pédagogues.
La dernière forme de critique vise la communication politique. Le thème du “retour” est un grand classique de la communication politique dans l’Éducation Nationale. On a eu droit au “retour aux fondamentaux”, au “retour de l’autorité” et (comme cela a déjà été souligné) plusieurs fois au “retour de la morale”… Ce type de discours est séduisant pour une bonne partie de l’opinion et donne prise à une posture de déploration nostalgique d’une école d’autrefois mythifiée malheureusement assez répandue aussi au sein de l’École. Ce n’était pas la même chose lorsque V. Peillon déclarait dans son discours du 5 juillet lors de la séance inaugurale de la concertation à la Sorbonne que “refondation n’est pas restauration”.
Toujours sur le plan de la communication politique, ce type d’annonce au moment de la rentrée peut être analysée par un bon nombre d’enseignants, qui ont été habitués à les décrypter ainsi sous l’ère Sarkozy, comme un “écran de fumée” destiné à détourner l’attention d’autres informations. La droite qui l’a pourtant abondamment utilisé elle même s’empare d’ailleurs de cette thématique et dénonce la diversion du ministre.
On peut d’ailleurs, pour conclure, se demander si Vincent Peillon ne va pas contre son propre intérêt. Car, en effet, plutôt que de faire cette annonce, il aurait pu se saisir de cette fenêtre de tir communicationnelle qu’est la rentrée pour sensibiliser l’opinion publique à la refondation de l’École et à la concertation. “il ne faut pas courir deux lièvres à la fois”, “qui trop embrasse, mal étreint”, “on peut faire les pires choses avec les meilleures intentions” voilà une série de morales (même pas laïques) pour cette histoire…
Le SAV de la Concertation
Le Monde propose sur son site un dossier intitulé “Comment refonder l’école républicaine . On y trouve un grand nombre de tribunes rédigées par des personnalités diverses. Tous les textes sont intéressants (plus ou moins) mais j’en isolerai surtout deux.
Il y a d’abord un document à lire avec beaucoup d’attention et d’une certaine manière, entre les lignes. Car celle qui s’exprime dans ce texte est Nathalie Mons. Elle est membre du comité de pilotage de la "concertation pour la refondation de l’École" et en est la principale cheville ouvrière. Nul doute que c’est elle qui écrira l’essentiel du rapport qui sera remis à Vincent Peillon à la mi-octobre.
Dans cette tribune, elle plaide pour la concertation comme “un nouvel art de gouverner”. Car cette concertation est, selon elle, “ une étape première dans la phase décisionnelle qui produira la réforme, elle s’inscrit en éclaireur et en complémentarité des modes de gouvernance traditionnels, la démocratie représentative et la négociation sociale (relations entre l’Etat et les syndicats), pour les dynamiser.”. Elle y voit aussi un instrument à produire du consensus. “La concertation écrit-elle produit bien la réaffirmation de normes et de valeurs qui permettent de dessiner un nouveau modèle scolaire, au-delà de l’expression des intérêts particuliers. Les participants ont montré une forte adhésion aux valeurs de l’école républicaine, qui se trouvent revisitées dans leur contenu et leur hiérarchie, pour s’adapter aux évolutions sociétales et pour que principes généraux et réalité soient davantage en adéquation. ”. Elle note “des changements dans les positions des acteurs de la concertation qui évoluent vers des consensus difficilement imaginables au début de la concertation”. Elle fixe comme mission à ces réunions qui se poursuivent jusqu’à la fin septembre un objectif très ambitieux : “ chaque mesure préconisée par la concertation doit être mise en lien avec les missions générales de l’école mais elle doit aussi s’incarner dans des scénarios précis de mise en application à la fois en termes de calendrier, de moyens mais aussi d’analyse des effets pervers potentiels de la réforme.
En tant que participant de cette concertation (mais obligé maintenant de laisser ma place pour cause de cours au lycée et à l’IUFM), je partage un bon nombre des constats de Nathalie Mons. J’ai d’ailleurs déjà écrit à propos de ce sujet sur mon blog Mais il faut cependant introduire des nuances à l’analyse optimiste de Nathalie Mons. Si les valeurs sont partagées pour l’essentiel, tout le monde n’y met pas la même chose derrière. Et le consensus n’est pas toujours là (par exemple sur l’objectif démocratique du socle commun). L’affirmation de Nathalie Mons relève un peu de la prophétie qu’elle espère auto-réalisatrice. Comme je l‘écrivais dans la précédente revue de presse , il y a un moment où il faudra arbitrer entre des positions divergentes. Par ailleurs, il me semble illusoire de penser que l’on parviendra, dans le cadre de la concertation, à des préconisations très précises. A moins d’un changement important dans les modalités de la concertation permettant de sortir des déclarations générales et des discours convenus. Je rajouterais enfin un ressenti personnel à ce que dit Nathalie Mons sur la concertation. Une proximité se crée entre les intervenants, on prend le temps de s’écouter et de dépasser les stéréotypes. Je me suis retrouvé à plusieurs reprises d’accord avec des gens que je ne connaissais pas ou pour lesquels j’avais des a-priori négatifs. Peut-être que cela aura un effet sur la mise en oeuvre des mesures et permettra de dépasser certains clivages.
Un dernier mot : l’enjeu des prochaines semaines sera aussi de sortir la “refondation de l’École" du cercle (assez large mais restreint quand même) des participants à ces ateliers pour en faire la publicité auprès des personnels et en faire un enjeu national pour la société civile. Y a du boulot...
Des raisons d’ESPÉrer… ?
Le deuxième texte que je voudrais isoler de ce dossier du Monde est un texte écrit par Patrick Demougin, président de la conférence des directeurs d’IUFM. Former les enseignants : éviter la confusion, clarifier les conditions du changement , le titre donne l’ambition de cette tribune. Il s’agit de “cadrer” ce que pourrait-être une réforme de la formation et le passage aux Écoles Supérieures du Professorat et de l’Éducation destinées à remplacer les IUFM. Je signale au passage que j’ai produit sur mon blog un texte sur ce sujet.
Parmi les confusions que Patrick Demougin appelle à dépasser, il y a “une identification trop rapide entre professionnalisation et expérience professionnelle, cette dernière étant souvent associée exclusivement au stage.”. Pour l’auteur qui prône une formation alternée et conjointe, il faut sortir des “vieux couples inusables, théorie/pratique, académique/pédagogique, universitaire/professionnel, disciplinaire/ didactique, républicains/pédagogistes ”. Et il définit alors la formation par cette formule englobante : “Professionnaliser c’est d’abord permettre l’acquisition de savoirs, d’éléments du savoir, de connaissances et de capacités réflexives qui prendront sens et se modifieront dans le cours d’une expérience professionnelle dont la formation initiale pose les fondements. ”. C’est dans ce cadre qu’il place la réflexion pédagogique et la recherche : “Former ce professionnel, cela suppose d’étendre le champ de l’activité de formation et de recherche au-delà des seules sciences de l’éducation, comme référent théorique, et de la relation pédagogique, comme champ d’application pratique. C’est clairement indiquer que la recherche doit porter sur les savoirs, leur épistémologie et leur didactique, sur les multiples aspects qui conditionnent l’exercice du métier, dans le champ des sciences humaines et sociales, et sur la pédagogie elle-même considérée comme un domaine propre de théorisation des apprentissages. ”.
La tribune de P. Demougin semble refléter la position de l’ensemble des directeurs d’IUFM. Ceux ci craignent aussi que les groupes de pression à l’œuvre aboutissent à ce que tout change pour que rien ne change. Parmi ces groupes de pression, il faut compter avec les président(e)s d’université. Car une des questions posées est celle de l’autonomie de ces nouvelles structures. Les universités qui ont intégré les IUFM (et en ont “dépecé” certains) ne veulent pas voir sortir de leur giron un tel magot. Il y a donc un nouvel équilibre à trouver et là aussi des arbitrages à faire. Au delà du consensus apparent.
Zones
Vincent Peillon, invité de BFMTV-RMC, ce mercredi 5 septembre, a déclaré que la question du zonage des vacances d’été allait être examinée avec "avec sérieux et intérêt". Il s’agit en fait d’une proposition de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, (UMIH). Vincent Peillon rappelle aussi qu’il n’est "pas défavorable à l’allongement d’une ou deux semaines de l’année scolaire". Tous les éléments sont liés : répartition des jours d’école dans la semaine, longueur des journées de travail et durée des vacances. Rappelons qu’en France , les élèves du primaire travaillent 140 jours par an. C’est nettement moins que les Espagnols (175 jours), les Finlandais (190 jours) ou les Allemands (entre 188 et 208 jours). Si l’on veut alléger les journées d’école cela pourrait se faire avec, pour contrepartie, un raccourcissement des vacances d’été. Y aura t-il consensus là dessus ? L’intérêt des enfants parviendra t-il à exister entre les intérêts divergents des autres parties prenantes (les collectivités locales, l’industrie du tourisme et aussi les parents ?
Pour Marie Duru Bellat sociologue de l’Éducation interrogée par le Nouvel ObsIl ne faut pas être dupe du pseudo consensus sur l’école. Dès qu’il faut faire des arbitrages, les groupes sociaux défendent avant tout leurs intérêts propres et divergents. Les parents aisés souhaitent préserver leur week-end, tout comme les enseignants d’ailleurs. Leurs syndicats se sont longtemps opposés au samedi matin, pour avoir eux aussi leur week-end. Et puis il y a le primat de Paris, centre de la vie politique où se prennent les décisions, sur la province où l’on se pose beaucoup moins la question du week-end… Sans parler de l’impact de la durée des vacances sur des secteurs économiques importants comme le tourisme, l’hôtellerie restauration, etc.
Quoi qu’il en soit, le ministère de l’Education nationale précise que de nouveaux changements de calendrier n’interviendraient pas avant l’année scolaire 2013-2014. La réforme des rythmes scolaires est l’un des thèmes actuellement dans la concertation qui s’achèvera le 1er octobre et sera suivie, d’ici la fin 2012, d’une loi d’orientation et de programmation. Avec là aussi des arbitrages à faire…
Notes
Finissons cette revue de presse en revenant sur la question des notes.
Sur le site EducPros, on pourra lire une interview de Claude Vidon proviseur du lycée professionnel Corbon à Paris (15ème).
Cet établissement expérimente un premier semestre sans note pour les élèves de seconde. Claude Vidon explique : “Nous sommes partis d’un constat : nombre d’élèves de seconde arrivent au lycée en étant cassés, en souffrance. A tel point qu’ils ne nous entendent plus, ne nous écoutent plus et ne s’écoutent plus. C’est un refus de l’école qui concerne de plus en plus d’élèves et qui est de plus en plus fréquent. […] De là s’est imposée l’idée qu’il fallait tenter quelque chose de nouveau pour qu’ils soient mieux accueillis, pour qu’ils trouvent du sens à l’école, pour que l’on sorte d’un rapport de sanctions. Car la note fait rentrer dans un système de compétition où nos élèves sont déjà stigmatisés. Nous faisons le pari que la suspension de la note est une chance qu’ils vont saisir. ” Il a obtenu l’accord et l’adhésion des enseignants même s’il a fallu convaincre “Il faut juste expliquer et montrer qu’abandonner les notes ce n’est pas perdre du pouvoir.”. Il précise aussi l’importance du collectif : “C’est indispensable. Si l’élève sent qu’il y a une équipe en face ça marche. ”.
On retiendra surtout de cet entretien, l’analyse qu’il fait de la note et de l’évaluation : “Si on enlève la note, il reste l’essentiel : la réponse à la question "qu’est-ce que je suis venu faire pendant une heure dans une classe" ? Ou encore qu’est-ce que j’ai appris ? A utiliser un dictionnaire, à établir une facture, à répondre au téléphone, à conjuguer un verbe au passé simple, à dire une phrase en anglais, etc. Enlever la note c’est libérer la compétence. Car la note est juste une traduction décimologique de la compétence.
Bonne Lecture...


Libération.fr du 05/09/12(certains articles payants)

Peillon veut faire la morale à l’école
En annonçant, dimanche, vouloir introduire des cours de « morale laïque », le ministre de l’Education nationale a hérissé la droite et s’est aventuré sur un terrain philosophique glissant.
Lire la suite de l’article

Critique Par SYLVAIN BOURMEAU
Professeur de philosophie, directeur de recherche au CNRS, auteur d’importants ouvrages académiques, Vincent Peillon est l’un des trop rares intellectuels de notre paysage politique. Lorsqu’il s’exprime sur ses objets d’études et de prédilection - la République, l’école et la laïcité -, il sait de quoi il parle. C’est à cette aune que son annonce d’un « retour de la morale jusqu’à la terminale » doit être interrogée.
Lire la suite de l’article

Repères. Morale à l’école
« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur. »
Nicolas Sarkozy le 20 décembre 2007 au Vatican
Lire la suite de l’article

« C’est un projet autoritaire, totalement inadapté »
Ruwen Ogien, philosophe et directeur de recherche au CNRS, critique la proposition du ministre
Lire la suite de l’article

La morale, ni lieux ni maître Par ROBERT MAGGIORI
N’existant que dans l’acte de « faire le bien », le concept vanté par Peillon ne peut se réduire à des valeurs.
Lire la suite de l’article

L’instruction civique fête ses 130 ans
Des cours de morale chers à Jules Ferry à l’éducation à la citoyenneté, la discipline n’a jamais déserté l’école.
Lire la suite de l’article

Peillon confirme que la morale sera une matière à part entière
Il faudra toutefois repenser la formation des enseignants et les programmes, précise-t-il.
Lire la suite de l’article

Une rentrée des classes sous contrôle parental
La promesse de refondation de l’école a ranimé les espoirs des parents d’élèves. « Libération » est allé à leur rencontre pour connaître leurs attentes.
Lire la suite de l’article

Hollande et Ayrault jouent les bons élèves
La rentrée des profs pour l’un, celle des élèves pour l’autre… L’exécutif n’a pas voulu manquer l’école.
Lire la suite de l’article

Peillon promet plus de stages aux jeunes profs
Le ministre de l’Education veut améliorer la formation des enseignants débutants, mise à mal par le précédent gouvernement.
Lire la suite de l’article

Ayrault : « Au cœur du redressement, il y a l’éducation »
En visite dans une école de l’Eure, le Premier ministre a continué l’opération séduction du gouvernement envers les enseignants.
Lire la suite de l’article

« 50 % des profs contractuels en lettres et histoire n’ont pas de poste »
Ils sont près de 120 000 précaires à travailler pour l’Education nationale, en CDD ou en CDI, mais sans disposer du statut protecteur de fonctionnaire. Parmi eux, environ 23 000 enseignants et conseillers principaux d’éducation (CPE). A la veille de la rentrée des classes, ils sont encore nombreux à ne pas avoir signé de contrat.
Lire la suite de l’article

Douze millions d’élèves reprennent le chemin de l’école
Cette rentrée scolaire est l’occasion de quelques nouveautés, comme l’entrée en vigueur de la réforme du lycée.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 05/09/12 (certains articles payants)

Des coups de feu dans la cour d’une école en Gironde
Deux hommes armés d’un fusil à pompe se sont introduits mardi dans l’enceinte d’une école de la banlieue de Bordeaux, à la poursuite du père d’une élève. Deux coups de feu ont été tirés, personne n’a été blessé.
Lire la suite de l’article

Prof vendéenne : le point de vue d’un psychiatre
Pour le Dr Paul Bensussan, psychiatre et expert à la Cour de cassation, une relation sexuelle entre une femme de 33 ans et un préadolescent de 12 ans implique « indubitablement un ascendant de l’adulte ».
Lire la suite de l’article

Le « péché mortel » d’une enseignante vendéenne
Elle a été condamnée pour « atteinte sexuelle sur mineur » de 12 ans.
Lire la suite de l’article

Carte scolaire : Vincent Peillon rouvre le dossier
Entre nécessaire régulation des flux d’élèves et libre choix des parents, le sujet promet de faire débat.
Lire la suite de l’article

École, la fin des tabous ?
Boris Cyrulnik, Marie Desplechin, Cyril Lignac, Axel Kahn… Six personnalités s’expriment sur la réforme de l’école, commentée par Vincent Peillon
Lire la suite de l’article


Le Monde.fr (certains articles payants) du 05/09/12

Les Hongkongais mobilisés contre l’éducation patriotique chinoise
A Hong Kong,depuis le 30 août, collégiens et étudiants, parents et professeurs ont planté leurs tentes place Tamar, dans les beaux quartiers à l’appel du mouvement Scholarism. Ce mouvement proteste contre l’introduction de cours d’"éducation morale et nationale" s’inspirant d’un manuel intitulé Le Modèle chinois.
Lire la suite de l’article

Concertation : un nouvel art de gouverner par Nathalie Mons
Il faut entamer un dialogue entre le professionnels de l’éducation et la société civile.
Lire la suite de l’article

Former les enseignants : éviter la confusion, clarifier les conditions du changement par Patrick Demougin, président de la conférence des directeurs d’IUFM
Comment surmonter les trois confusions
Lire la suite de l’article

Construisons une formation des maîtres de bon sens
Alain Bentolila, professeur de linguistique à l’Université René Descartes

Il faut permettre ainsi à chacun d’exceller dans sa zone de compétences plutôt que de mal faire le métier des autres.
Lire la suite de l’article

Carte scolaire et mixité sociale à l’école : un peu d’audace et de courage !
Mahfou Diouf, responsable de la mission éducative d’aide et action France

Les indicateurs sont au rouge...
Lire la suite de l’article

Gare à la morale abstraite
Fabienne Brugère, Guillaume le Blanc, philosophes

Développons l’esprit critique
Lire la suite de l’article

La réussite scolaire ou les rythmes scolaires ?
Daniel Le Bret, ancien secrétariat général de la Fédération syndicale unitaire (FSU)

Traiter dans le même mouvement des solutions éducatives pour améliorer la réussite scolaire et l’organisation du temps scolaire
Lire la suite de l’article

Rendre sa copie
Gaël Gratet, professeur de français-philosophie en classes préparatoires

Comment aider les élèves à décoller leur copie plutôt que les coller pour triche ?
Lire la suite de l’article

Adapter localement les rythmes scolaires
Bruno Suchaut, Directeur de l’Unité de recherche pour le pilotage des systèmes pédagogiques (URSP) à Lausanne

Ruraux et urbains ont des besoins différents
Lire la suite de l’article

Evaluons aussi la réussite
François Durpaire, historien, Béatrice Mabilon-Bonfils, sociologue, université de Cergy-Pontoise

Rétablir la confiance scolaire
Lire la suite de l’article

Non pas plus de profs, mais de meilleurs enseignants !
Jean-Baptiste de Froment, agrégé de philosophie, ex-conseiller (2007-2012) de Nicolas Sarkozy chargé de l’éducation nationale

Ce n’est pas en multipliant le nombre d’adultes dans les écoles que l’on instruit ni que l’on éduque.
Lire la suite de l’article

Education : morale laïque ou formule magique ?
Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale − ou plutôt nationalisée... par les syndicats ? − vient d’ouvrir la boîte de Pandore en lançant la bataille de la morale laïque.
Lire la suite de l’article

Rentrée des villes pour Hollande, rentrée des champs pour Ayrault
Après la rentrée des villes, la rentrée des champs. Le chef de l’Etat a opté lundi matin pour une visite en collège urbain difficile. Le chef du gouvernement, lui emboitant le pas, a préféré ce mardi matin, humer les premières brumes de l’Eure en passant la matinée dans une petite école presque rurale dans la ville d’Aubevoye.

Lire la suite de l’article

Privé-public, ces parents qui choisissent les deux écoles
Avant, il y avait le poids des idéologies. La France scolaire se partageait en deux camps : les "publics" et les "privés". Ceux qui jamais n’auraient frappé à la porte d’un établissement privé, et ceux qui n’auraient pas pensé que leurs enfants puissent, un jour, étudier à l’école publique.
Lire la suite de l’article

Morale laïque :"Un cours ne remplace pas le vécu dans la classe, dans la cour"
Le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, a annoncé lors de sa conférence de rentrée, mercredi 29 août, qu’il souhaitait développer l’enseignement de la morale laïque "du plus jeune âge au lycée". A la suite d’un appel à témoignages lancé sur lemonde.fr, des enseignants nous ont fait part de leur expérience en classe. Pour nombre d’entre eux, l’enseignement de la morale fait déjà partie du quotidien.
Lire la suite de l’article

Une enseignante condamnée pour une liaison avec un élève de 12 ans
Une enseignante d’un établissement catholique traditionaliste de Vendée a été condamnée lundi par le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon à six mois de prison ferme pour avoir eu des relations sexuelles avec un élève âgé de 12 ans.
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 05/09/12

Morale laïque : monsieur Chatel, lisez Jean Jaurès
La morale laïque existe bien. Et depuis bien longtemps. N’en déplaise à Luc Chatel, ancien ministre de l’Education qui fustige encore ce mardi l’expression utilisée par son successeur socialiste Vincent Peillon, la morale laïque fut définie (entre autres) par Jean Jaurès dans un texte resté fameux, Pour la Laïque, que Chatel ne connaît visiblement et malheureusement pas. L’Humanité.fr a décidé de lui venir en aide.
Lire la suite de l’article

Pour la laïque, par Jean Jaurès (1892)
« La morale laïque, c’est-à-dire indépendante de toute croyance religieuse préalable, et fondée sur la pure idée du devoir, existe ; nous n’avons point à la créer. Elle n’est pas seulement une doctrine philosophique ; elle est devenue, depuis la Révolution française, une réalité historique, un fait social, car la Révolution, en affirmant les droits et les devoirs de l’homme, ne les a mis sous la sauvegarde d’aucun dogme. Elle n’a pas dit à l’homme : Que crois-tu ? Elle lui a dit : Voilà ce que tu vaux et ce que tu dois ; et, depuis lors, c’est la seule conscience humaine, la liberté réglée par le devoir, qui est le fondement de l’ordre social tout entier.
Lire la suite de l’article

Pour Pierre Laurent, l’école publique n’a pas d’avenir dans l’austérité budgétaire
Pierre Laurent assistait ce mardi matin à la rentrée scolaire des élèves de l’école Eugénie Cotton à Bonneuil-sur-Marne (94). L’occasion pour le secrétaire national du PCF de rappeler que la refondation de l’école publique nécessite de poursuivre dans la voie des réformes et exige le rejet de l’austérité budgétaire.
Lire la suite de l’article

Rentrée scolaire : une priorité respectée (PS)
Les conditions de la rentrée scolaire de septembre 2012 ont été largement préparées, et donc préemptées, par l’ancienne majorité, au début de cette année. Les objectifs et les orientations affichés, alors, étaient dangereux pour l’école. Il s’agissait de la baisse revendiquée des postes, de nouvelles fermetures de classes, de la diminution des moyens, de la fragilisation des ambitions, de la mise en concurrence des établissements scolaires.
Lire la suite de l’article

Ce mardi dans l’Humanité : L’école en chantier
Le legs désastreux de Luc Chatel perturbe la communauté scolaire. Reportage à Vitry-sur-Seine. Les premières mesures de Vincent Peillon et les priorités de Bernadette Groisson, secrétaire générale de la FSU. Pour Maurice Ulrich, qui signe l’éditorial : "Il n’y a pas d’école de la justice et de l’égalité dans un océan d’inégalités".
Lire la suite de l’article


Le Parisien (certains articles payants) du 05/09/12

Papa poule : même JoeyStarr fait la rentrée des classes
Ce mardi, 12 millions d’élèves ont repris le chemin de l’école, encadrés par 850 000 enseignants. Un jour d’émotion pour les bambins qui rempilent dans la joie de retrouver leurs copains ou dans la nostalgie des grandes vacances.
Lire la suite de l’article

Nantes : le prof a changé de sexe
Gwenola, 43 ans, a pu faire sa rentrée hier normalement. Elle a retrouvé ses deux classes de cours préparatoires aux grandes écoles au sein de l’établissement nantais privé Saint-Stanislas. Cette rentrée n’était pourtant pas banale. Car, à la fin de l’année dernière, ce professeur était encore un homme.
Lire la suite de l’article


La Croix du 05/09/12

Jean-Luc Aubert : « Il faudrait donner aux enfants toutes leurs chances dès la maternelle »
Dans son dernier livre « Comprendre l’enfant, comprendre l’élève, de la psychologie à la pédagogie » qui sort mardi 4 septembre, Jean-Luc Aubert, psychologue clinicien à Nancy, s’intéresse tout particulièrement aux élèves de maternelle. Il déplore que les enseignants ne soient pas formés à la psychologie de l’enfant pour mieux déceler et comprendre leurs difficultés.
Lire la suite de l’article

Faut-il enseigner une morale laïque à l’école ?
Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale, a annoncé l’instauration d’un enseignement de morale laïque dès la rentrée 2013. Pour le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la conférence des évêques de France, cette décision est positive si cela permet d’éduquer la liberté des jeunes pour qu’ils apprennent à choisir ce qui est bien pour eux.
Lire la suite de l’article

Clémentine Rappaport : « Moins un enfant est angoissé, mieux il va travailler »
Alors que les écoles rouvrent, le docteur Clémentine Rappaport, pédopsychiatre, responsable de l’unité Petite enfance à l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-bois, délivre quelques conseils pour aborder cette nouvelle année.
Lire la suite de l’article


Les échos (certains articles payants) du 05/09/12

Zone A, B et C pour les vacances d’été : la réflexion est lancée
Instaurer un zonage des vacances scolaires d’été entraînerait leur écourtement sans pénaliser trop fortement le secteur du tourisme, selon le ministre de l’Education nationale.
Lire la suite de l’article

Sortir de l’école du chiffre
L’école de la République a décidément la religion du chiffre. Cette rentrée 2012 en donne une nouvelle démonstration. En attendant rien de moins qu’une « refondation » de notre système éducatif, 12 millions d’élèves et leurs parents sont invités, en ce jour de retour en classe, à lire les prémices d’un changement radical dans le renfort de 1.280 enseignants supplémentaires, dont un millier dans le primaire, où le flux d’écoliers recommence à augmenter. Bien sûr, cela permet ici d’alléger un effectif, là de rouvrir une classe. Et voilà tranquillisé le parent qui sommeille en chaque contribuable. Ne lui rabâche-t-on pas que, dans la compétition mondiale des économies de la connaissance, l’éducation, à l’égale de la santé, a un coût mais pas de prix ? Et qu’elle vaut bien quelques investissements en hommes et femmes de savoir ?
Lire la suite de l’article

Ce qui se prépare pour l’an prochain
Le grand défi de la rentrée 2013 sera de réussir à recruter autant de professeurs que de postes offerts. Pas moins de 22.100 postes (dont 9.000 pour le primaire) ont été inscrits au concours externe pour l’année prochaine, soit le double de cette année. Et 10.000 créations de postes supplémentaires devraient s’y rajouter. Pour renflouer les viviers de futurs enseignants, le gouvernement a prévu d’attribuer entre 2013 et 2015 6.000 emplois d’avenir chaque année pour des étudiants boursiers en deuxième année de licence. Ces étudiants seront rémunérés autour de 900 euros par mois et effectueront des tâches de surveillance ou d’aide aux devoirs mais n’auront pas la responsabilité d’une classe.
Lire la suite de l’article

Rentrée scolaire : seulement l’amorce du changement
Le discours a changé et un cap est donné. Mais, pour cette rentrée 2012, les nouveautés restent encore modestes au regard du défi que s’est lancé le chef de l’Etat de « refonder l’école ». Certaines mesures viennent cependant conforter le personnel enseignant.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 05/09/12

Rythmes scolaires : Peillon "n’écarte pas" un zonage des vacances d’été
Vincent Peillon a indiqué mercredi qu’il "n’écartait pas la possibilité" d’instaurer un zonage des vacances scolaires d’été, une idée qui réjouit les professionnels du tourisme mais inquiète enseignants et parents d’élèves.
Lire la suite de l’article

Gironde : Faute d’assistants, des élèves handicapés sont privés de rentrée
Une trentaine de parents d’élèves handicapés et de chefs d’établissements de l’enseignement catholique de Gironde ont manifesté ce mercredi à Bordeaux contre le non renouvellement de contrats d’EVS et AVS, privant pour l’instant de scolarisation une centaine d’élèves handicapés.
Lire la suite de l’article

La Thaïlande aux prises avec la violence des gangs à l’école
Sous le soleil écrasant d’un camp d’entraînement militaire du centre de la Thaïlande, des étudiants font des pompes en cadence. Formation des jeunes recrues ? Non, encadrement musclé pour jeunes voyous.
Lire la suite de l’article


Rue89 du 05/09/12

Cécile, l’autre « super prof » que l’Education « ne respecte pas »
Nous avons reçu un e-mail de Cécile le 31 août, un jour après la publication du témoignage de Monia Baup, la « prof passionnée » que l’Education ne « respecte pas ». Objet énigmatique : « Déshabiller Paul pour habiller Pierre. »
Lire la suite de l’article

L’informatique revient au lycée : trois raisons d’enseigner le code
A partir de ce mardi, certains élèves de terminale vont suivre des cours d’informatique. Spécialité de la filière scientifique, c’est une des nouveautés de cette rentrée 2012.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 05/09/12

Vacances d’été. Le zonage en trois questions
Après les déclarations de Vincent Peillon qui n’écarte pas la possibilité d’instaurer un zonage des vacances scolaires d’été, les réactions sont nombreuses. La question fait débat et mérite quelques éclaircissements.
Lire la suite de l’article

Le village s’est construit une école sur mesure
L’école toute neuve de Saint-Ganton, 450 âmes, en Ille-et-Vilaine, a déjà une histoire. Voulue par les élus et les parents, construite par des artisans locaux et des bénévoles... elle a accueilli hier 64 enfants.
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 05/09/12

Zonage des vacances d’été : Peillon donne le sourire à l’industrie du tourisme
Vincent Peillon, invité de BFMTV-RMC, mercredi matin, a déclaré que la question du zonage des vacances d’été allait être examinée avec "avec sérieux et intérêt". Contacté par leJDD.fr, Roland Héguy, président confédéral de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, (UMIH), à l’origine de la proposition, se félicite des déclarations du ministre de l’Education nationale.
Lire la suite de l’article

Tableau d’honneur pour Fellag
Côté cinéma, il incarne dans Monsieur Lazhar un instituteur généreux. Côté scène, avec ses Petits chocs des civilisations, il brocarde les préjugés identitaires.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 05/09/12

Vers un zonage des vacances d’été ? Peillon n’exclut rien
Le ministre envisage aussi de raccourcir les grandes vacances "d’une ou deux semaines".
Lire la suite de l’article

Rythmes scolaires : une affaire de classes... sociales
"Il ne faut pas être dupe du pseudo consensus sur l’école", prévient la sociologue de l’éducation Marie Duru-Bellat. Interview.
Lire la suite de l’article

La semaine de 4 jours et demi : comment ça marche ?
La rentrée 2012 sera sans doute la dernière de la semaine de quatre jours, avant de passer en 2013 à la semaine de quatre jours et demi. Un vrai changement !
Lire la suite de l’article

Le calendrier scolaire fait tousser les professionnels du tourisme
La perspective d’un raccourcissement des vacances d’été inquiète un secteur déjà frappé par la crise.
Lire la suite de l’article

Les "mauvais profs" placardisés à la documentation ? Mon métier n’est pas une poubelle
Le 30 août 2012, Rue89 publiait un article consacré aux "mauvais profs", et posait l’épineuse question de ce qu’on pouvait en faire, et comment les réaffecter. Une des alternatives mentionnées était de les affecter à des postes de documentaliste, en CDI. Affirmation qui a suscité de vives réactions sur internet. Eleusie, professeur documentaliste, fait le point sur un métier injustement décrié.
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 05/09/12

Ils ont quitté le privé pour enseigner
Chaque année, quelques centaines de salariés en quête de sens ou de stabilité quittent le privé pour une reconversion dans l’enseignement. L’Education nationale s’adapte peu à peu à ces nouveaux venus.
Lire la suite de l’article

« Bonjour, et bienvenue dans ma classe » (L’instit’humeurs)
Voilà, c’est reparti. Dans quelques minutes, les nouveaux élèves de ma nouvelle classe se rangeront devant l’arbre qui leur est dévolu dans la cour, lèveront vers moi un regard plein d’interrogation, teinté d’inquiétude. Je fais en général ce qu’il faut l’année précédente, durant les récrés (gros yeux et tutti quanti) pour qu’ils me redoutent au départ : leur inspirer une légère crainte n’est pas inutile pour installer les règles, le cadre, mon autorité. Ils auront tout le temps de voir que je suis un gentil maître, qu’on rigole bien dans ma classe aussi.
Lire la suite de l’article

Rentrée scolaire 2012 : “Les journées de classe sont trop chargées”
Alors que les élèves retrouvent le chemin de l’école, Lucien Marboeuf, instituteur blogueur, a répondu à vos questions sur les rythmes scolaires et l’enseignement de demain.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 05/09/12

Rentrée : J.-.P Huchon accueille les lycéens à Gennevilliers
Surprise pour les élèves de seconde du lycée Galilée de Gennevilliers. Le 4 septembre, c’est le président du conseil régional d’Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, qui fait la rentrée, accompagné de la vice-présidente en charge des lycées, Henriette Zoughebi, de la conseillère régionale locale , Françoise Diehlmann, du maire de Gennevilliers, Jacques Bourgoin et du recteur, Alain Boissinot. Un établissement bien choisi par sa qualité architecturale, l’engagement pédagogique des enseignants mais aussi le lien très fort entre formation initiale et développement économique local.
Lire la suite de l’article

Dix conseils pour....Asseoir son autorité par Jacques Nimier
Comme tout enseignant, je reste sensible actuellement, à tout un ensemble de symptômes qui tournent autour de "l’autorité". Nous savons bien que le problème de l’autorité est permanent dans une classe. Pour cela d’ailleurs, beaucoup aimeraient avoir des "recettes", connaître les "bonnes pratiques", les "gestes professionnels" qui assurent l’autorité indispensable à qui veut se faire entendre sans avoir à passer une partie importante de son temps à « faire de la discipline »...
Lire la suite de l’article


Touteduc (accès payant) du 05/09/12

"Nous ne sommes pas impatients, mais exigeants". Th Cadart (SGEN-CFDT) fait le point sur la concertation
"Nous ne sommes pas impatients, mais exigeants, et il y aurait danger si la loi [d’orientation et de programmation, ndlr] n’est pas ambitieuse, si elle n’engage pas le système éducatif dans sa transformation", déclare Thierry Cadart, secrétaire général du SGEN-CFDT qui tenait ce 5 septembre sa conférence de presse de rentrée. Celle-ci a surtout été l’occasion de lister les points de clivage et de consensus, ou de convergence, qui apparaissent au cours de la concertation en cours.
Lire la suite de l’article

Enfants Roms : un collectif exige leur scolarisation
Pour le "Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation", ce droit "n’est pas négociable". Il rappelle que "la France a ratifié la Convention internationale des droits de l’Enfant" et qu’elle "doit scolariser tous les enfants vivant sur son sol, sans distinction d’origine, quel que soit leur lieu de vie". Il rencontre à ce sujet George Pau-Langevin, ministre déléguée en charge de la réussite éducative, le 11 septembre prochain.
Lire la suite de l’article


Éducavox du 05/09/12

Numérique éducatif : une nouvelle gouvernance à construire ?
Les collectivités territoriales étaient cette année représentées à l’Université d’été de Ludovia au plus haut niveau : François BONNEAU, Président de la Région Centre est Président de la commission Education de l’Association des Régions de France, Claudie LEBRETON, Président du Conseil général des Côtes d’Armor est Président de l’Assemblée des Départements de France, Pascale LUCIANI BOYER maire adjointe de St Maur des Fossés, représentait l’Association des Maires de France. François Bonneau, membre du comité de pilotage de la concertation lancée par le ministre de l’Education nationale pour refonder l’école, s’est réjoui que pour la première fois les responsables des collectivités participent à la préparation d’une loi d’orientation et de programmation dans l’Education.
Lire la suite de l’article


Médiapart (accès payant) du 05/09/12

Rentrée scolaire : le changement, ce n’est pas maintenant
Vincent Peillon a eu beau décréter que cette rentrée scolaire serait «  la première rentrée du changement  », le « changement » sera peu visible pour les 12 millions d’élèves qui reprennent mardi le chemin de l’école tant cette rentrée reste celle de son prédécesseur, Luc Chatel.
Lire la suite de l’article


Slate.fr du 05/09/12

Les ados ne peuvent pas se coucher tôt
Dur dur de se lever les premiers jours de classe. Le Glens Falls High School dans le nord de l’Etat de New York a trouvé la solution pour rendre les réveils moins difficiles : commencer les cours non pas à 7h45 mais à 8h30.
Lire la suite de l’article


Huffington Post du 05/09/12

Vacances scolaires d’été : Vincent Peillon réfléchit à instaurer des zones
Et si le cliché de la rentrée scolaire début septembre pour toutes les petites têtes blondes de l’hexagone n’était plus qu’un souvenir ? Les vacances scolaires d’été, comme les vacances de Noël ou celles de la Toussaint, sont "dézonées" : leurs dates de début et de fin sont les mêmes pour tous, au contraire des vacances d’hiver et de printemps, qui sont décalées d’une ou deux semaines suivant les académies (zones A, B ou C).
Lire la suite de l’article

5 bonnes idées pour aider les parents à l’école
Présenté le lundi 3 septembre à la Ministre déléguée à la famille Dominique Bertinotti, le rapport du Centre d’analyse stratégique (CAS) présente plusieurs pistes pour "aider les parents à être parents".
Lire la suite de l’article


ÉducPros du 05/09/12

Claude Vidon (proviseur du lycée Corbon à Paris) : "Abandonner les notes, ce n’est pas perdre du pouvoir"
A la rentrée, le lycée professionnel Corbon à Paris (15ème) expérimente un premier semestre sans note pour les élèves de seconde. Une petite "révolution copernicienne", que nous explique Claude Vidon, le proviseur de cet établissement parisien, toujours à l’affût d’une innovation pédagogique qui met les élèves au cœur de leur apprentissage.
Lire la suite de l’article

La désaffection pour les études scientifiques se confirme
S’ils poursuivent quasiment tous leurs études, les bacheliers scientifiques sont aujourd’hui une minorité à se diriger vers une formation scientifique. Parallèlement, le domaine de la santé continue de les attirer de plus en plus.
Lire la suite de l’article


VousNousIls du 05/09/12

A quoi vont ressembler les cours de "morale laïque" ?
Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon veut mettre en place dès la rentrée 2013 des cours de "morale laïque" du primaire jusqu’au lycée. Cet enseignement obligatoire visera à "émanciper les élèves" de tous les déterminismes.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre…
Lisez et achetez des journaux !