Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 30 mai 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 30 mai 2018

Et ça cause — Enspro — Sup — Et puis

Le plan com se poursuit, après le livre, les longues interviews et interventions se poursuivent. Les critiques se développent à propos du projet de réforme de l’enseignement professionnel. Du côté de Parcoursup c’est le verre aux deux tiers plein ou... et beaucoup de questions qui se posent. Mais tout, tout va bien !


Et ça cause

L’invité des Matins de France Culture par Guillaume Emer, qui est-ce ? Jean-Michel Blanquer : juge d’Instruction. “Présentée par Emmanuel Macron comme la mère de toutes les réformes, la refondation de l’école française avance depuis un an. Il est rejoint en seconde partie d’émission par Nathalie Mons, sociologue, spécialiste de l’analyse des politiques éducatives françaises et étrangères.”

Quelle éducation face à un monde en profonde mutation ? L’école de demain selon Jean-Michel Blanquer : les Rencontres Capitales ouvrent le débat. “C’est avec le débat sur l’éducation que s’ouvrirent les Rencontres Capitales 2018 consacrées à « mémoire et mutations » à l’initiative de Catherine Bréchignac, Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences, initiatrice de l’événement.” “Dans un contexte de profonde mutation, entre digitalisation de la société et arrivée de l’intelligence artificielle, le système scolaire peut-il faire l’économie d’une transformation de ses pratiques pédagogiques ? Les sciences de l’apprentissage, de même que les nouvelles technologies, doivent-elles être intégrées aux formations existantes à l’attention des enseignants ? Selon Jean-Michel Blanquer, le Ministre de l’Education nationale, la réponse est oui… mais sans faire table rase du passé : « Si on veut se projeter dans le futur, la première des réponses, c’est de savoir d’où nous venons – de connaître nos racines, notre histoire, notre langue, c’est avec cela que nous pouvons avancer. Il faut être bien ancrés pour entrer dans le nouveau monde qui se préfigure et y préparer nos enfants ».”

La députée Catherine Fabre décrypte le projet de loi sur l’orientation. “Catherine Fabre est députée de la 2e circonscription, territoire à cheval sur la rive gauche et la rive droite de Bordeaux, et membre de la LREM (La République en Marche). A l’Assemblée Nationale, elle est rapporteure du volet formation professionnelle et apprentissage du projet de loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel.”
Lagardère ira à toi ! “La loi, si elle est votée, va leur permettre de mieux s’investir auprès des élèves. Au sein des établissements, ils seront en proximité avec eux. Ils viendront à leur public. Ce ne sera plus aux élèves d’aller dans les centres d’information et d’orientation.” Et ces gens-là veulent réformer un travail qu’ils ne connaissent pas ! Mais le plus intéressant, sans doute, c’est la rapporteure de la loi qui ne sait pas que l’on ne parle nulle part des CIO dans son projet de loi !

Les députés veulent amender, un peu, le projet de loi avenir professionnel par Manon Malhère. Le mot sans doute important dans ce titre : “un peu”. article réservé aux abonnés.


EnsPro

Enseignement professionnel : que contient la réforme ? Sur Public Sénat. “Ce lundi, le ministre de l’Éducation nationale a présenté la réforme de l’enseignement professionnel. Afin d’améliorer l’insertion sur le marché de l’emploi des jeunes ayant suivi ce parcours, Jean-Michel Blanquer entend donner à cette formation « toute son attractivité, son prestige et son efficacité au service des élèves ».”

La réforme de l’enseignement professionnel fait déjà débat. “Généralisation de l’apprentissage, classes de seconde conçues autour de coeurs de métiers : pour le Snuep-Fsu, le projet de Jean-Michel Blanquer ne tient compte ni des réalités du terrain, ni de la fragilité des élèves.”

Jean-Michel Blanquer prône un "esprit de coopération" entre CFA, lycées professionnels et régions. “Après l’élémentaire, le baccalauréat général et technique, Jean-Michel Blanquer s’attaque au lycée professionnel. Le ministre de l’Education nationale a annoncé le 28 mai 2018 la transformation du lycée professionnel pour former les talents de demain. Une réforme qui implique étroitement les régions.”

Filière professionnelle. Ce qui va changer pour les lycéens dans Le Télégramme. “Insérer les lycées professionnels au sein de campus ou de réseaux, revoir la liste des bacs pro et rendre leur intitulé plus compréhensible, remanier les trois années du lycée : avec ces trois axes annoncés, ce lundi, le ministre de l’Éducation entend revaloriser la voie professionnelle à l’école.”

Les régions saluent la réforme du lycée professionnel par Michèle Foin. “Après la déconfiture de la réforme de l’apprentissage, les régions reprennent du galon avec celle du lycée professionnel. Refonte de la carte des formations, désignation et renforcement de campus des métiers « nouvelle génération »… l’Education nationale compte sur les régions pour revaloriser la voie professionnelle.” Et au travers des campus notamment, elles (ainsi que l’état) reprennent la main sur l’apprentissage...

La réforme du lycée professionnel valorise surtout l’apprentissage par Faïza Zerouala sur Mediapart, réservé aux abonnés. “Le ministre de l’éducation a présenté le 28 mai sa réforme de l’enseignement professionnel, sa « deuxième priorité » après le primaire. Il espère rendre cet enseignement plus lisible et attractif. Mais la volonté appuyée de rapprochement avec l’apprentissage fait craindre à plusieurs acteurs du secteur une transformation qui manque d’envergure.”


Sup

Parcoursup, la plateforme d’admission dans l’enseignement supérieur. “Une semaine après le début des admissions sur Parcoursup, plus des 2/3 des candidats ont reçu au moins une proposition d’admission.”

Et l’euphorie ministérielle s’empare également des médias...
Parcoursup : plus de deux tiers des élèves ont déjà reçu au moins une proposition par Wally Bordas. “Dans un communiqué de presse, le ministère de l’Enseignement supérieur vient d’informer qu’une semaine après le début des admissions sur Parcoursup, plus de deux tiers des candidats ont reçu au moins une proposition d’admission.”

Parcoursup 2018 : 68 % des candidats ont reçu au moins une proposition d’admission postbac. "Les deux tiers des lycéens et des étudiants ont reçu une réponse positive ou plus à leurs vœux d’orientation. Ils n’étaient qu’une moitié à l’ouverture de la phase d’admission, le 22 mai."

Parcoursup : le système se débloque plus rapidement que prévu, un premier bilan positif pour le gouvernement. “Une semaine après les tous premiers résultats, plus de 551 274 élèves sur les 812 056 candidats inscrits ont obtenu au moins un "oui" sur la plateforme Parcoursup, ce qui constitue, selon le gouvernement, un premier bilan positif."

Pour Vousnousils, c’est le verre…. Parcoursup : un tiers de candidats encore sans réponse. “Selon le ministère de l’Enseignement supérieur, 68 % des candidats inscrits sur Parcoursup avaient obtenu au moins une proposition le 29 mai.”

Les critiques se poursuivent...
Parcoursup et loi ORE : normalienne condescendance par Luc Bentz. "« Pour Normale, la sélection est anormale » : sous ce titre accrocheur, le quotidien Libération a publié le 21 mai 2018 une tribune d’« étudiant·e·s, professeur·e·s et personnel » des écoles normales supérieures de la rue d’Ulm (Paris), Lyon, Cachan et Rennes. Disons-le d’emblée, cette tribune, plus qu’incongrue, est indécente et participe au concours de postures du grand bal des hypocrites. C’est pourquoi elle a provoqué, chez l’auteur de ces lignes, une profonde colère que j’entends expliciter ici.”

Parcoursup : la procédure avance au prix du stress des lycéens par Laura Taillandier. “Réussite ou fiasco ? Une semaine après le lancement de Parcoursup, le bilan d’étape diverge radicalement selon les acteurs. Si le jeu de chaises musicales fonctionne, le manque de fluidité n’aura pas manqué de stresser les lycéens. Qui, au-delà des chiffres communiqués au compte-gouttes sur la plate-forme, sont dans l’expectative juste avant le bac.”

Parcoursup. Un élu de Seine-Saint-Denis dénonce son opacité. “Stéphane Troussel, président PS du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, a publié une lettre ouverte à la ministre de l’Enseignement supérieur. Il accuse des établissements d’avoir choisi les élèves selon leur lycée, et donc leur quartier.”

Parcoursup : Le gouvernement sommé de rendre publiques les données locales. “Les élèves des quartiers populaires sont-ils discriminés dans Parcoursup ? C’est la question que pose avec force S Troussel, président de la Seine Saint-Denis. Il demande la publication des algorithmes locaux et des statistiques académiques.”

Parcoursup. Des « inégalités » de traitement entre élèves, selon cet économiste. “Vincent Iehlé, professeur d’économie et spécialiste des processus d’affectation dans l’enseignement supérieur, pointe du doigt les défauts de Parcoursup, la plateforme d’entrée aux études supérieures. Selon lui, les bons candidats ont des réponses positives en premier et les élèves moyens passent après, créant une inégalité dans les classes.”

A propos de la distinction...

Universités. Que valent les classements internationaux ?Les classements les plus réputés ne permettent pas d’évaluer la qualité de l’enseignement, souligne The Economist. Ils orientent pourtant dans le monde entier les politiques mises en œuvre en matière d’éducation supérieure.”

Classes prépa : les mirages du mérite. “Les classes préparatoires sont un enseignement d’excellence qui allient exigence et pluridisciplinarité. Elle sont pourtant critiquées du fait de leur caractère profondément élitiste, puisant une grande majorité de leurs étudiants chez les "héritiers" de la République.”


Et puis

Le décret d’application de la loi Gatel publié. “Le Journal officiel du 30 mai publie le décret d’application de la loi Gatel sur l’ouverture des établissements privés hors contrat. Le décret précise la procédure du guichet unique qui confère à l’autorité de l’Etat compétente en matière d’éducation la responsabilité de recevoir le dossier de déclaration d’ouverture de tout établissement d’enseignement scolaire privé hors contrat. Les conditions à remplir pour pouvoir, sans autorisation préalable, ouvrir un établissement d’enseignement scolaire privé hors contrat ou y exercer des fonctions de direction comme d’enseignement sont détaillées.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 545 - Accompagner en pratiques
Dossier coordonné par Rachel Harent et Xavier Dejemeppe
mai 2018
Qu’est-ce qu’accompagner au sein et hors de la classe ? Qu’en est-il de l’accompagnement personnalisé ? Comment l’accompagnement vise-t-il à construire l’autonomie de l’élève ? Ce dossier interroge le sens donné aujourd’hui à l’accompagnement de tous les élèves par les enseignants et aussi par les coéducateurs.

N° 544 - Les écrits de travail des élèves
Dossier coordonné par Jacques Crinon et Hélène Eveleigh
mars-avril 2018
À l’école, on n’écrit pas toujours beaucoup, car on est trop souvent dans la logique de production d’un écrit bien fait, qui sera évalué ou communiqué. Or, le langage écrit est aussi un instrument intellectuel, au service du travail quotidien des élèves. Comment les faire écrire davantage ?