Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 3 octobre 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 3 octobre 2018

Réforme or not réforme — L’éducation — Ressources

Encore une courte revue de presse, l’actualité est calme, mais des questions fondamentales se posent.


Réforme or not réforme

Education prioritaire : Blanquer gèle la carte
"J’ai pris la décision de geler la modification de la carte de l’éducation prioritaire pour la rentrée 2019". Interrogé par la Commission de la culture et de l’éducation de l’Assemblée nationale le 2 octobre, JM Blanquer a fixé le cadre de la rénovation de l’éducation prioritaire et son calendrier dans des termes qui font penser au départ de Marc Bablet, le responsable de l’éducation prioritaire, du ministère."

Cnesco, autonomie des écoles et établissements : La réforme confirmée par Blanquer
"Il y aura une évolution du Cnesco", a annoncé JM Blanquer devant la Commission de la culture et de l’éducation de l’Assemblée nationale le 2 octobre, tout en la présentant comme "positive". Le ministre est aussi intervenu sur l’autonomie des établissements et des directions d’école.”

Collège : Le dispositif « Devoirs faits » va-t-il enfin décoller à cette rentrée ?
Après une première année un peu décevante, le dispositif « devoirs faits » va-t-il prendre son envol ? C’est ce que croit le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, qui a assisté ce mardi à une séquence de devoirs encadrés au collège Louis Armand de Nancy avec un groupe d’élèves de 6e. Lors de sa conférence de presse de rentrée, il avait affirmé : « "Devoirs faits" va atteindre sa maturité cette année ».”

Sur son blog Catherine Chabrun propose un beau texte de réflexions, d’histoire et d’analyse : Les devoirs, un travail au noir
“Les « devoirs faits », une mesure de Jean-Michel Blanquer pour le collège va s’appliquer en novembre. Une facilité de travail pour de nombreux élèves.
Mais la réflexion sur le pourquoi de ces « devoirs » n’est toujours pas au rendez-vous. Est-ce des compléments au cours (ce qu’on n’a pas eu le temps de faire) ? Est-ce des entraînements, des exercices ? Est-ce des recherches pour aller plus loin ?
Et je ne parle pas de la concertation entre les professeurs pour éviter les demandes cumulées et bien sûr le poids du cartable...
Cette mesure touche le collège, mais pas l’école élémentaire où les « devoirs » sont encore rois pour bon nombre de professeurs...
Repenser le travail personnel pour tous les enfants dès le primaire serait un beau projet !

Lycées professionnels : vers l’épreuve de force par Théo ROUMIER sur le blog : à celles et ceux qui luttent et qui résistent
Depuis le 28 mai dernier, le ministre Blanquer a annoncé un plan inédit de casse de l’enseignement professionnel. Des postes supprimés par milliers, des heures de cours disparaissant par centaines en Bac Pro comme en CAP : c’est l’austérité contre le service public. La grève du 27 septembre a été le premier jalon d’une épreuve de force qui sera déterminante.”


L’éducation

L’éducation populaire en question par Centre de Recherche et D’information pour le Développement
A l’occasion de l’#UEsolidaire (Grenoble – 22-26 août 2018), les associations NAJE, Starting Block et Attac ont proposé un cycle de quatre formations à l’éducation populaire. Parmi ces apprentissages, le premier est peut-être la nécessité d’éclaircir ce qu’est l’éducation populaire, telle que nous la comprenons.”

Lutte contre le terrorisme et l’immigration. On a oublié l’éducation par Francis Bensimon
Pour le président du Parlement européen, Antonio Tajani l’Union européenne fait face à trois problèmes majeurs, le terrorisme, l’immigration illégale et le chômage. Il l’avait déclaré mai 2017 lors d’une conférence de presse à Tallinn, la capitale estonienne. Si le chômage reste une affaire interne à l’UE, le terrorisme et l’immigration sont des phénomènes externes. Certes, mais cela ne veut pas dire pour autant que l’Europe peut négliger ces problèmes du moment qu’ils ont un impact immédiat sur l’économie et la société européennes.”

Education « Le combat du stylo et de l’écran » (III)
Les articles autour du « combat du stylo et de l’écran » le énième, sur les écrans, les ordinateurs, les tablettes, etc. qui seraient selon les uns l’avenir, selon les autres le diable et la perdition de nos âmes et de notre intellect, ont fini de me convaincre de vous proposer cette réflexion sur ces sujets.”


Ressources

LES ÉCOLES DU BONHEUR suivi de Cinq leçon pour apprendre à être heureux François Durpaire (dir.) Téraèdre Éclaboussements Education.

Retour sur le colloque de l’ESEN ESR : Penser les organisations éducatives à l’ère de la mobilité par Jean-François Cési
"Cet article constitue une suite (et fin) de la première partie : Mobilité éducative ... une question de repères ? : https://www.educavox.fr/accueil/reportages/mobilite-une-question-de-reperes

* École supérieure de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche

Dans cet article, je racontais l’étymologie du terme « mobilité » après avoir montré, via les chiffres de statcounter, que l’Internet est majoritairement utilisé en mobilité depuis octobre 2016, date de la bascule. Puis, était présenté la table ronde sur le thème « Mettre en œuvre les différentes formes de mobilité dans les apprentissages ». Enfin, pour éviter une forme trop « magistrale », cette table ronde était amplifiée par le numérique pour en augmenter la portée et l’interaction, via l’usage de la visioconférence, d’un robot de téléprésence et d’outils de communication, d’interaction et de rétroaction (Twitter, live-quiz…). La mobilité en éducation a donc aussi été démontrée, utilisée et expérimentée par l’auditoire."

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 547 - Des alternatives à l’école ?
Dossier coordonné par Richard Étienne et Jean-Pierre Fournier
septembre-octobre 2018
Qu’en est-il de ces expériences de classes et d’écoles alternatives, dans le système public comme à l’extérieur, voire à l’étranger ? Sur quels principes se fondent-elles ? Comment interroger ces principes ? Un dossier pour voir plus clair dans ce qui, au-delà d’une certaine mode, reste flou.

N° 546 - L’histoire à l’école : enjeux
juin 2018
Comment les élèves peuvent-ils construire un rapport apaisé, critique et intégrateur au passé de la société humaine et à l’Histoire ? Une histoire qui prenne en compte le récit, l’histoire politique, économique, sociale, les représentations, les enjeux de mémoire, qui éveille l’esprit et qui crée du « nous ».