Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 3 mai 2017


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 3 mai 2017

Programme infaisable - Métier - Brèves

En ce mercredi, on continue dans une petite actualité éducative à évoquer le programme d’une candidate, tandis que les spécificités du métier sont un peu évoquées et quelques brèves enrichissent à peine une actualité qui retient son souffle.


Programme infaisable

Dans la presse, on questionne la faisabilité du programme du FN pour l’éducation. Et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’est pas très réfléchi.
Le journal Le Monde qualifié ce programme de “L’école réactionnaire de Marine Le Pen” en insistant sur “le champ lexical du programme du FN traduit le rejet de l’ordre actuel et la volonté d’un retour en arrière.”. Ah l’école de grand-papa (qui n’y est pas tellement allé, mais ça ne cadre pas avec la nostalgie d’une époque idéalisée...)
Le Bondyblog est encore plus direct et annonce que “Marine Le Pen est un danger absolu pour l’école républicaine”. “Rétablir l’autorité et le respect du maître” est la proposition qui revient le plus souvent dans les propos de Marine Le Pen concernant l’éducation. A l’entendre martelé à chaque meeting, on pourrait s’attendre à ce que ce slogan creux soit appuyé par des mesures concrètes. Il n’en est rien. Dans Pour que Vive la France (2012), Marine Le Pen nous explique naïvement que cela passe par des geste simples : “se lever quand le professeur entre en classe” et “bannir le tutoiement par l’élève de l’enseignant”.
Le pire serait-il dans ce nouvel enseignement décrypté par Les Échos ? “Le FN veut en effet créer un nouvel enseignement « civisme et droit », pour tous les élèves, « à tous les niveaux de scolarité ». Cette « discipline à part entière » serait dispensée dès l’école primaire « à dose homéopathique » puis à raison de trois heures par semaine au collège et au lycée, pour toutes les filières. La discipline donnerait lieu à la création d’un CAPES de droit et au recrutement d’enseignants.
Combien de postes faudrait-il pour cet enseignement ? « Nous n’avons pas chiffré le détail », répond Alain Avello, le conseiller éducation de Marine Le Pen

Pour la journaliste des Échos, le calcul est pourtant simple : si on prend en compte les 236.000 classes actuelles de la 6e à la terminale, un enseignement de 3 heures par semaine mobiliserait près de 40.000 postes, soit plus que les 28.000 professeurs d’histoire-géographie. « Je ne suis pas un homme de chiffres, s’excuse Alain Avello. Il est possible que nous nous heurtions à des contraintes budgétaires qui nous conduiront à revoir au rabais certains choses. »”... ils n’auraient donc pas prévu de mettre en place ce programme ou est-ce une phobie du coût des emplois ? Quant à parler de civisme comme d’une discipline... non rien...


Métier

Libération s’inquiète deslycéens et la progression du FN” mais surtout de l’attitude des enseignants à ce sujet.
La volonté d’expliquer peut donner l’impression d’un relativisme peu satisfaisant, contribuant à banaliser les extrêmes. Nos hiérarchies sont prudemment silencieuses sur le sujet. Les profs se débrouillent comme ils peuvent. Certains oublient leur devoir de réserve, d’autres font des efforts pour le contourner plus ou moins subtilement. D’autres encore, peut-être naïvement pensent que le FN a mangé son pain blanc.
Les mêmes présentent une méthode d’enseignement “En Corse, des élèves sans cahier ni photocopie”. “Tous les quinze jours, « Libération » met en avant des initiatives d’enseignants motivés. Aujourd’hui, Emmanuelle Mariini, professeure de musique en Corse, qui embarque ses élèves dans « l’écoute active ».
Vousnousils rend compte des résultats d’une enquête malheureusement pas surprenante “Les enseignants font partie des professionnels les plus victimes d’injures, de menaces ou de violence durant l’exercice du métier, selon une note de l’ONDRP basée sur les données de l’enquête « Cadre de vie et sécurité » 2007-2016 (Insee-ONDRP- SSM-SI).


Brèves

Des brèves très politiques aujourd’hui
Libération laisse la parole à la ministreNajat Vallaud-Belkacem : « Ne jouons pas la démocratie à la roulette russe »

Les Échos annoncentC’est l’une des mesures phares du programme d’Emmanuel Macron pour l’école : mettre douze élèves par classe dans les CP et les CE1 des établissements qui concentrent les plus grandes difficultés scolaires. Cela sera fait dès septembre, a promis le candidat d’En marche, indiquant qu’il faudrait pour cela 12.000 postes d’enseignant.
Mais est-ce faisable dès la rentrée prochaine ?
Marie Christine Corbier va au fond de cette mesure et montre dans cet article les contraintes qui pèsent sur ce simple dispositif, tant au niveau des postes d’enseignants que des locaux à créer.
Pas si simple…. Décidément, les programmes sur l’éducation semblent difficiles à chiffrer...

Emilie Kochert (avec la récolte d’une grande partie de l’équipe)


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 536 - Éduquer aux médias et à l’information

Dossier coordonné par Émilie Kochert
mars 2017

Nous sommes inondés d’informations. L’actualité a remplacé l’information dans une culture du buzz où souvent on ne prend pas le temps de vérifier. Est-il simple de déceler le vrai du faux ou de sélectionner l’information dans le divertissement ? Éduquer aux médias et à l’information relève des missions des enseignants.

N° 535 - Arts et culture : quels parcours ?

Dossier coordonné par Jean-Charles Léon

Février 2017
Pour donner aux jeunes un égal accès à l’art et à la culture, les derniers textes officiels concernant l’Éducation artistique et culturelle mettent l’accent sur la notion de «  parcours  », qui doit permettre à l’élève de se constituer une culture personnelle, développer son habileté artistique et rencontrer des artistes, des œuvres, des lieux.

N° 530 - Former les futurs citoyens

Dossier coordonné par Laurent Fillion et Pascal Thomas
juin 2016

Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?