Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 29 janvier 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 29 janvier 2014

Théorie du genre, masturbation et éducation sexuelle - Rapport "Education pour tous" - Gratuité de l’enseignement supérieur


L’équipe de la revue de presse est heureuse d’accueillir deux nouveaux rédacteurs : Guillaume Caron et Géraldine Duboz. Et c’est Guillaume Caron qui rédige pour vous la revue du jour.
Christine Vallin,
Rédactrice en chef


La polémique sur la théorie du genre à l’école a occupé l’essentiel de l’actualité éducation. Elle s’est même invitée en bonne place des JT nationaux.
Il est également question d’égalité des chances avec la publication du rapport "Education pour tous" de l’UNESCO et la crainte sur la fin de la "gratuité" des études supérieures.


Théorie du genre, masturbation et éducation sexuelle

L’ampleur médiatique de « l’évènement » est à la hauteur de son invraisemblance. La campagne incitant les parents à ne pas mettre leurs enfants à l’école pour protester contre un enseignement de la théorie du genre à l’école a fait l’objet d’une large couverture médiatique. Non, vos enfants ne devront pas se masturber à la maternelle ! Ouf ! Nous voilà donc rassurés par Liberation qui dénonce en Une des « élucubrations réacs sur l’école ». De nombreux médias proposent des articles démontant la rumeur.
Le Monde consacre un argumentaire détaillé sur Cinq intox sur la théorie du genre, démontant la rumeur qualifiée de « dernier « coup » des opposants à la supposée « théorie » du genre  ». Les racines de cette fronde ne laissent guère de doute : « Suivant les recommandations de Farida Belghoul, ancienne figure de la lutte des « Beurs » des années 1980, devenue proche du militant d’extrême droite Alain Soral des dizaines de parents ont retiré, lundi 27 janvier, leurs enfants de l’école ».
Cette mascarade semble tellement irréelle qu’il faut se plonger dans le Huffington Postun directeur raconte ce qu’il s’est passé dans son établissement pour se rendre compte de l’impact sur le terrain. « Jeudi dernier, j’ai été alerté par de nombreux parents qui avaient reçu un message leur disant de ne pas mettre leur enfant à l’école le vendredi, raconte-t-il. Trois sont venus me voir et j’ai reçu une vingtaine de coups de téléphone. Ils m’ont montré le SMS qu’ils avaient reçus dans lequel il était écrit de retirer leur enfant de l’école en les renvoyant vers un site internet, celui de Farida Belghoul. Mais les parents étaient incapables de me dire d’où venait ce message."Ce qui a le plus effaré le directeur c’est la teneur du discours tenu par les parents. "J’ai vraiment tout entendu. Que nous allions recevoir des intervenants gays et lesbiens qui viendraient expliquer aux enfants comment on s’embrasse, que des associations juives viendraient voir le sexe des enfants et leur dire qu’ils pourraient changer de sexe s’il ne leur convenait pas, que l’école diffuserait des films porno. »« Résultat, vendredi dernier, 80 enfants, soit un tiers des effectifs manquaient à l’appel ».
Vincent Peillon a dû éteindre l’incendie. Il dément l’enseignement de la théorie du genre à l’école, indique Le Parisien. « Il n’y a pas d’enseignement de la théorie du genre à l’école mais une « éducation à l’égalité fille-garçon », a déclaré mardi le ministre de l’Education nationale  ».
L’Express nous propose une petite analyse du dispositif à l’origine de la polémique. Sandrine Chesnel titre sur L’ABCD de l’égalité, pas du genre à plaire à tous les parents, mais précise que « la simple consultation des ressources pédagogiques mises à disposition des enseignants permet de constater qu’il n’est pas prévu de donner des cours d’éducation sexuelle dans le cadre du dispositif ABCD de l’égalité.  »


Rapport "Education pour tous"

L’Unesco rend son rapport de suivi des objectifs du plan mondial "Education pour tous".
129 milliards de dollars perdus dans une éducation de mauvaise qualité relaie Le Point, comme d’autres titres, belges, suisses ou québécois.

« Un dixième des dépenses mondiales pour l’école primaire (129 milliards de dollars), se perdent dans une éducation de mauvaise qualité, déplore mercredi un rapport de l’Unesco, prônant que les "meilleurs enseignants" soient affectés aux élèves qui en ont le plus besoin. »
Le rapport souligne qu’ "au cours des dix années écoulées, les personnes vivant dans les groupes les plus marginalisés ont continué à être privées de chances d’éducation. »
« Dans les pays pauvres, "un jeune sur quatre est incapable de lire une seule phrase". C’est aussi le cas pour un tiers des jeunes femmes en Asie du Sud et de l’Ouest. »
Mais le rapport nous rappelle que les pays plus aisés ne sont pas épargnés. La France en tête, confirmant une nouvelle fois l’inégalité de notre système scolaire. « Même dans les pays à revenus élevés, "les systèmes éducatifs ne parviennent pas à répondre aux besoins de minorités importantes". En France, "moins de 60% des immigrés ont atteint le niveau minimum en lecture". »
Quelles solutions ?
"Les enseignants doivent recevoir une formation initiale qui "concilie la connaissance des matières à enseigner et la connaissance des méthodes d’enseignement", ainsi qu’une formation continue sur "les moyens de concentrer l’aide sur les enfants défavorisés".
En pleine refondation et au cœur d’une fronde d’étudiants d’ESPE sur la qualité de cette formation initiale, la question est fondamentale dans la lutte pour l’égalité des chances.

JPEG - 68.9 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Gratuité de l’enseignement supérieur

D’égalité des chances, il en est aussi question dans Le Monde. La réussite de tous passe par des études supérieures accessibles. Enseignement supérieur : qui doit payer ? « La quasi-gratuité de l’enseignement supérieur est-elle en voie d’être discrètement abandonnée ? »
« D’un côté, le financement public stagne ; de l’autre, les besoins augmentent à mesure que la compétition internationale s’aiguise. », avec à la clé, la crainte de l’augmentation significative des frais d’inscription.
« A la veille de Noël, le ministère du redressement productif a adopté deux arrêtés qui portent les droits de scolarité de neuf des écoles d’ingénieurs de l’Institut Mines-Télécom de 850 à 1 850 euros. »

Demain, place à Laurent Fillion.

Guillaume Caron


JPEG - 59.9 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

[Offre spéciale : Questions sensibles, sujets tabous et actualité du monde dans la classe

Revue n° 477 – Questions sensibles et sujets tabous (Support papier)
Revue n° 434 – L’actualité du monde de la classe - (Minidossier : L’école en Angleterre) (Support papier)

Questions sensibles et sujets tabous
Revue n°477 - decembre 2009

Problèmes existentiels longtemps tabous à l’école, contestation de certains sujets « sensibles », comportements sexistes, racistes, homophobes : comment réagir ?

L’actualité du monde et la classe
Revue n°434 - mai 2005

Ce dossier interroge toutes les facettes de la problématique en donnant la parole aussi bien à des théoriciens de l’image qu’à des enseignants qui analysent comment ils prennent en compte l’actualité dans la classe. Également dans ce numéro, un minidossier sur L’école en Angleterre.