Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 28 mars 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 28 mars 2018

Maternelle — Supérieur — Techno

L’essentiel de l’actualité porte sur les débats à propos de la maternelle suite à la déclaration d’hier. Quelques rares infos concernant le supérieur. On en profitera pour récolter les infos du côté du développement technologique et en particulier les usages de l’IA.


Maternelle

Le Café pédagogique propose deux articles sur ce sujet.
Maternelle : Des Assises historiques ou pas ?"Moment historique", la formule est de JM Blanquer. Mais, ce 27 mars, que s’est il vraiment passé lors des Assises de la maternelle ? Certes, Emmanuel Macron a annoncé son intention d’avancer l’âge de la scolarité obligatoire à 3 ans dès la rentrée 2019. Mais qu’est ce que ça change alors que 98% des enfants de 3 ans sont déjà scolarisés en maternelle ? E Macron a-t-il fait un cadeau à l’enseignement privé ? Et que vont devenir les toutes petites sections de maternelle, celles qui accueillent des enfants de moins de 3 ans ? La mesure Macron fera-t-elle un ou deux enterrements ?

Maternelle : Les professionnels attendent du concret. “Quelles réactions aux mesures annoncées par Emmanuel Macron lors des Assises le 27 mars ? L’Ageem , association des professeurs de maternelle, y voit la reconnaissance qu’on est bien enseignant en maternelle. Le Snuipp souligne qu’aucun moyen n’est annoncé alors même que l’extension de la scolarité et l’accent mis sur le bien être des élèves l’exigent. Le Se Unsa salue l’extension de la scolarité obligatoire même si elle pose la question du financement du privé car ça consolide la maternelle. Pour le syndicat la crainte de voir une nouvelle structure imposée en lieu et place des TPS demeure. Le Sgen Cfdt ne voit dans l’extension de la scolarité obligatoire qu’une annonce tant qu’elle n’est pas accompagnée de financement. A défaut l’obligation n’apportera que des inconvénients. L’Andev et la Fcpe posent aussi la question des moyens.”

Avec l’école obligatoire à 3 ans, "on explique aux parents tout ce qu’on apporte aux enfants et on va agir sur l’assiduité", selon la députée LREM Anne Brugnera. Anne Brugnera, députée La République en marche du Rhône et membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, était l’invitée sur franceinfo mardi. Son interview sur FranceInfo.

Pourquoi je n’approuve pas la scolarité. Par Philips Michel, pédiatre. “Rendre la scolarité obligatoire dès 3 ans, c’est ne pas prendre vraiment en compte les besoins des enfants. Jusqu’à 3 ans (et souvent au delà), un enfant a besoin d’un environnement soutenant, adapté. La Maternelle ne répond pas toujours à ces besoins.”

Education : Pourquoi Macron et Blanquer pensent que tout se joue en maternelle. Par Héloïse de Neuville. Décryptage avec Eric Charbonnier, analyste à la Direction de l’Education de l’OCDE.

Libération répond à la question : Est-ce l’instruction ou l’école qui est obligatoire ? Et le résumé de la réponse est : “le gouvernement français a décidé d’abaisser, à partir de la rentrée 2019, l’âge d’instruction à trois ans au lieu de six. L’instruction correspond à l’enseignement des savoirs. Si des parents souhaitent ne pas placer leurs enfants dans une école maternelle, ils devront le déclarer à la mairie et au directeur académique de l’éducation nationale.”


Supérieur

« Prof en Fac » : quand Sorbonne Université accueille des professeurs de lycée…Depuis deux ans maintenant Sorbonne Université organise une rencontre, « Prof en Fac », entre les professeurs de lycées (spécialités chimie-physique et science de la vie et de la terre) et les enseignants de la faculté des Sciences et Ingénierie. Prof en Fac propose deux parcours, selon les disciplines, à la découverte de « l’université 2.0 ».”

Les universités européennes, pour "redonner un second souffle" au processus de Bologne par Laura Taillandier. “Réunis dans le cadre du colloque annuel de la CPU, les présidents d’université ont débattu des futures universités européennes, dont le premier appel à projets sera lancé à l’automne 2018 dans le cadre d’Erasmus +. Ce projet en construction ne sera pas une labellisation de structures existantes, prévient la ministre de l’Enseignement supérieur.”


Techno

Apple : comment la réalité augmentée sur les iPad va transformer l’enseignement. “C’étaient finalement les stars de la keynote d’Apple, qui a eu lieu hier à Chicago. Les applis en réalité augmentée ont attiré l’attention des journalistes à l’issue de l’événement où était présenté un iPad plus abordable.”

Intelligence artificielle : « Il faut forger une alliance des sites de pointe en Europe ». “Alors que sont relancées les ambitions françaises en matière d’intelligence artificielle, Bernhard Schölkopf, un spécialiste allemand de l’IA, appelle, dans une tribune au « Monde », à une coopération plus étroite entre les laboratoires européens.”

Alliance entre IBM et Apple pour rendre les applications plus intelligentes

Les moteurs de recherche dopés par l’intelligence artificielle. “L’intelligence artificielle s’engouffre partout y compris dans les moteurs de recherche. Les géants de la recherche (Google, Bing…) en raffolent, mais les acteurs plus discrets comme le français Qwant s’y mettent aussi pour améliorer la pertinence de leurs résultats.”


Ressources

Notes critiques du livre de MARTIN Jean-Paul. La Ligue de l’enseignement. Une histoire politique (1866-2016) Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2016, 606 p.
par Jean-Yves Seguy.

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 543 - Enseigner par cycles
Dossier coordonné par Maëliss Rousseau et Céline Walkowiak
février 2018
La réécriture des programmes de l’école obligatoire réaffirme de façon explicite la notion de cycle dans le parcours de l’élève, mise en place dès la loi d’orientation de 1989. Cela change vraiment les objectifs et les conceptions des enseignements et donc interpelle les enseignants au cœur de leur pratique de classe.

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.